AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757821555
Éditeur : Points (13/01/2011)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Où l'on suivra le piéton écrivain clochard Jean-Paul Clébert dans ses vagabondages parisiens au coeur des années 50. Où l'on découvrira les incroyables photos d'époque de Patrice Molinard qui accompagnent le texte. Où l'on s'immergera dans un Paris oublié à la fois tendre, rude et populaire. Où l'on aura entre les mains un livre exceptionnel réédité avec soin par les jeunes éditions Attila.
L'un des événements de l'automne littéraire 2009.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Joualvert
  09 septembre 2016
Témoignage de Jean-Paul Clébert sur ses vagabondages dans Paris vers 1950. Il nous décrit divers lieux caractéristiques de ce milieu, enseigne les trucs de la vocation, présente des individus étranges, narre une foule d'anecdotes, évoque des activités et trafics surprenants. Le tout avec une atmosphère grisâtre mais envoûtante et un brin de poésie. Intéressante immersion dans ce monde parallèle où se côtoient détresse et liberté.
Commenter  J’apprécie          120
SZRAMOWO
  12 février 2017
Paris ne sera plus jamais Paris après la lecture de ce livre, où sont passé les terrains vagues de la porte de Bagnolet et les jardins sur les maréchaux, la chaude amitié des bistrots borgnes et la sollicitude de leurs clients ? A lire absolument !
Lien : http://desecrits.blog.lemond..
Commenter  J’apprécie          161
sophie
  12 mars 2011
C'est un voyage au coeur d'une ville disparue, pittoresque, canaille et parfois brutale. Dans Paris insolite, « roman aléatoire » publié une première fois en 1952, Jean-Paul Clébert retraçait ses jours de vagabondage au gré des rues de la capitale. Les ablutions dans la Seine, la faim au ventre, mais aussi la camaraderie du bistro ou la joie de rencontres de hasard, à l'ombre d'un Grand Palais en pleine décrépitude ou auprès des chiffonniers des Gobelins. Au fil de ses errances, c'est tout le Paris bigarré d'après-guerre qu'on voit revivre (...).
Commenter  J’apprécie          60
dechosal
  13 février 2017
L'un des plus beaux livres sur le Paris de l'après-guerre (et sur Paris tout cours), avec le pittoresque "Rue des Maléfices" de Jacques Yonnet. Indispensable !
Commenter  J’apprécie          80
Charybde2
  21 janvier 2015
L'exploration poétique et crue des marges du Paris de 1950 – et de toujours, peut-être.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2015/01/21/note-de-lecture-paris-insolite-jean-paul-clebert-patrice-molinard/
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   09 août 2015
Mais quand on a choisi sciemment ce genre d’existence, ce modus vivendi, qu’on a dit merde une bonne fois pour toute à l’avenir, qu’on a refusé de prendre une assurance vieillesse (avec auparavant un boulot à la chaîne, semaine de quarante-huit heures plus la vaisselle et le bricolage de rabiot, distractions dominicales et familiales, rides précoces et rien vu du monde que le mur d’en face et de filles que celles de la concierge, et après la retraite, logement deux-pièces, dans nos meubles à nous, belote tremblotante et pue du bec avant qu’on t’enterre toi et la vie que tu as failli avoir, veau mort-né) évidemment on n’a guère le droit de gueuler contre la faim, c’est le jeu, et à chaque fois que ça m’arrive, je la boucle, je tais mes commentaires, j’évite la compagnie des bien nourris, je rejoins les copains qui savent à quoi s’en tenir et qui eux aussi parlent d’autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Charybde2Charybde2   21 janvier 2015
Rien n’est plus épouvantable que le repêchage en Seine de cadavres qui s’en vont à vau-l’eau couler des jours meilleurs dans un autre univers, gosses maltraités et incompris, filles engrossées et abandonnées, chômeurs inadaptables, follingues obsédés, tous ces types de roman-feuilleton qui ont la vogue des lectures populaires et dont le spectacle cramponne les badauds comme des insectes scatophiles sur des merdes neuves. Les pompiers ceinturés et casqués comme au-devant d’un cataclysme citadin battent doucement la flotte, tâtent le fond avec des perches, trempent et promènent des grappins, ancres à quatre pointes, horribles instruments de torture qui vous hérissent l’épiderme à leur seule vue, vous font souhaiter que les crochets ne se plantent pas dans la chair tuméfiée et ne la crèvent comme une baudruche. Les riverains depuis des heures guettent le moment où la masse blanche et molle montera vers la lumière, sera attachée par des cordes le long du bateau et traînée comme ça, flottant la tête haute, le ventre bombé faisant péter les derniers lambeaux du linge de corps, monstre marin asexué et terrifiant dont l’odeur pressentie est dégueulante… Mais il n’y a que cinq baraques de secours le long de la Seine, pour sept sur le canal. Et c’est bien compréhensible. Le nombre des suicides entre la Râpée et les Moulins de Pantin est bien plus élevé que dans la partie touristique du fleuve. Le décor est là pousse-au-crime.
Le Grand Canal est le plus horrible décor de la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AustralAustral   21 juillet 2014
Rien n'est plus épouvantable que le repêchage en Seine de cadavres qui s'en vont à vau-l'eau couler des jours meilleurs dans un autre univers, gosses maltraités et incompris, filles engrossées et abandonnées, chômeurs inadaptables, follingues obsédés, tous ces types de roman-feuilleton qui ont la vogue des lectures populaires et dont le spectacle cramponne les badauds comme des insectes scatophiles sur des merdes neuves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Charybde2Charybde2   21 janvier 2015
Je pourrais obliquer vers la droite ou vers la gauche, retrouver ce qui reste de la zone, y chercher dès ce soir un gîte dans les communautés de villas en tôle ondulée des chiffonniers, ou faire le grand tour de la capitale comme les relégués interdits de séjour qui campent à Gennevilliers, à la lisière du département, et rôdent aux abords des boulevards extérieurs, n’osant se décider à pénétrer dans le labyrinthe dangereux des couloirs macadamisés, je pourrais aller m’installer en honnête compagnie dans les carrières de Montreuil ou tant d’autres abris de la proche banlieue. Mais je ne peux résister à l’envie de remonter tout de suite l’avenue d’Italie, de marcher plus vite vers les quartiers vivants, malgré les interminables boulevards vides, la traversée de Paris étant plus longue que celle d’un département. je ne jette qu’un bref coup d’œil vers les bistrots-tabac, je lorgne en vitesse les autobus, les platanes, les pissotières, je hume tout surpris l’odeur de l’essence et de la grosse bête citadine. Je me hâte. Tant pis pour ce soir. Encore une fois, je la sauterai. Mais j’ai trop envie de voir la gueule d’un copain, de connaître l’indicible plaisir naïf d’entrer dans un café familier, de serrer des mains, de dire du ton le plus tranquille : « Comment vas-tu ? », de jouer à l’innocent personnage qu’une absence d’un an ou deux laisse indifférent et qui se remet à sa belote comme à une partie interrompue la veille. Plaisir fugace d’ailleurs, car dix minutes après je raconte ma vie, deux heures après tout le monde sait par quels aventureux avatars j’ai réalisé le tour de force quotidien de la vie, et on en redemande, et je suis tout prêt à recommencer mon récit, car les plus sérieux des auditeurs ont droit aux détails, à la récolte des expériences accumulées, jamais inutiles, sur le vagabondage. Les bistrots sont faits pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AustralAustral   23 juillet 2014
Je n'ai pas de sympathie particulière pour les bonnes soeurs, principalement celles, les plus nombreuses, qui n'ont pas succombé à la foi mais à leurs complexes, physiques, moraux, héréditaires, poussées au couvent par leur face camuse, leur oeil bigle, leur nez pointu, leur bec-de-lièvre, leur petite taille, leur moustache, et se sont accrochées à cet état de vie latente, embryonnaire, finissant par s'y complaire, y subissant le charme équivoque du masochisme, y goûtant des plaisirs rares et soi-disant plus subtils...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de Jean-Paul Clébert (2) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Paul Clébert : Les hauts lieux de la littérature en Europe
Olivier BARROT présente une collection de guides de chez Bordas dont "Les hauts lieux de la littérature en Europe".
autres livres classés : vagabondageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
84 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre