AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laure Manceau (Traducteur)
ISBN : 9782742794843
Éditeur : Jacqueline Chambon (01/01/2011)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Bill Clegg, jeune et talentueux agent littéraire new-yorkais, raconte sa descente dans l’enfer du crack avec, en filigrane, la mise au jour d’une fêlure d’enfance.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Shokojo
14 août 2015
Le pitch : Portrait d'un fumeur de crack en jeune homme, c'est l'histoire d'un mec, Bill, dont la vie est ultra cool (job dans l'édition, appartement à New York, amoureux super qui bosse dans le cinéma...) et qui fout tout en l'air, compte épargne et love story, pour quelques semaines à se défoncer au crack dans des chambres d'hôtel.
Pourquoi j'ai mis 3 étoiles : parce que je trouve ce premier roman plutôt réussi. Malgré un sujet aussi grave, on ne tombe ni dans le pathos, ni dans le sordide. Pas de larmes, pas de scène écoeurante : on est maintenue à distance tout en étant le témoin de cette descente aux enfers. L'auteur nous livre quelques bribes de cet épisode (la complexité toute relative à se procurer du crack, la manière dont on se fait des contacts, la peur du manque, le problème de la solitude, la paranoïa, les répercussions physiques, l'éloignement des proches) tout en revenant sur des événements marquants de sa vie passée - y compris son enfance - dans un habile jeu de flashback.
En revanche, malgré un style dynamique (on passe de la première à la troisième personne sans s'en rendre compte), j'ai eu quelques moments d'ennui. Les différents scènes dans les chambres d'hôtel auront finis par me rendre définitivement claustrophobe... J'ai aimé l'absence de victimisation de l'auteur (je me drogue pour oublier que les gens sont vraiment très méchants, bla-bla-bla...), et en même temps, cette résilience face aux événements me laisse un peu perplexe... Qu'est ce que l'auteur a tiré de cette expérience?
Il existe une suite (90 jours), que j'ai hâte de découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JCOates
30 avril 2016
Bill Clegg, la trentaine, vit à Manhattan avec son petit ami Noah, réalisateur, et vient de créer avec une amie sa propre agence littéraire. En apparence, la vie de « Billy » a de quoi faire rêver. Sauf que ce récit autobiographique se concentre sur sa descente aux enfers. de junkie discret caché derrière l'apparence d'un jeune homme plein d'avenir à toxicomane coupé du monde et de ses proches, Bill Clegg se livre avec une grande sincérité.
Comment expliquer cette addiction au crack ? L'auteur ne se risque pas à répondre à cette question mais envisage des pistes à travers des flash-backs sur son enfance, sa relation compliquée avec son père, ses premières amitiés, ses premières amours,… de sa descente aux enfers, il ne cache rien non plus. On le suit dans ces nombreuses chambres d'hôtel qui accueillent sa déchéance. On le voit prendre les mauvaises décisions, reculer quand on lui tend la main, chercher de la compagnie dans sa solitude, s'approvisionner dans des doses toujours plus folles, s'enliser dans la paranoïa, convaincu d'être poursuivi par les stups, par les « mal sapés ».
Le récit évite bien des pièges propres à ce type de confession. Il n'y a ni pathos ni sensationnalisme. L'auteur se livre avec sincérité et simplicité ; les faits sont décrits tels qu'ils sont. Bill Clegg ne cherche pas à donner de leçons ni même à justifier son passé. Son écriture frappe par son dépouillement. Les phrases sont brèves, le rythme est vif et s'accélère sur les dernières pages. le lecteur est sous-tension, comme hypnotisé par cette lecture. le contraste entre une écriture si triviale et les faits relatés est d'autant plus saisissant. Bill Clegg, au cours de cette descente aux enfers, risque de tout perdre : sa carrière professionnelle et sa vie amoureuse. Ses proches sont présents, Noah surtout, remarquable par sa patience et sa persévérance. Mais Billy sombre, ne peut plus se passer du crack qui occupe entièrement son esprit. Il dépense une fortune auprès de ses dealers, finit par oublier de prendre soin de lui, perd énormèment de poids et réalise très vite qu'il devient aux yeux des inconnus qu'il croise dans les rues de Manhattan un toxico.
C'est un livre coup de poing qui frappe par sa sincérité, une lecture bouleversante qu'on ne lâche pas. La descente aux enfers est rapide, saisissante. On se retrouve enfermé dans des chambres d'hôtel avec ce narrateur si attachant dont on souhaite qu'il sorte de cet enfer, embrûmé par les vapeurs du crack, asphyxié par l'atmosphère moite d'un Manhattan témoin de l'errance de l'auteur.
Il existe une suite à ce récit, 90 jours dans lequel l'auteur raconte son retour à New York après sa cure de désintoxication. le film Keep the lights on est quant à lui le récit de ce même épisode mais à travers les yeux d'Ira Sachs, le petit ami de Bill Clegg, rebaptisé Noah dans le récit.

Lien : https://cafeantidote.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Theoma
27 février 2013
Bill Clegg semble incarner la réussite. Jeune agent littéraire talentueux, en couple depuis huit ans, un bel appartement dans un quartier envié de New-York. La dépendance ne transparaît pas dans les apparences. Bill Clegg est accro au crack depuis des années. Il revient sur un épisode particulièrement ravageur, ce que l'on appelle justement, la descente aux enfers.
Récit d'une dévastation, triste et courageux, Portrait d'un fumeur de crack en jeune homme se démarque par son honnêteté d'une grande exigence. J'ai été tellement touchée. Une lecture obsédante, cruelle, et solaire. Impossible à lâcher.
Pour Bill Clegg, le salut n'est que dans la vérité. L'auto-analyse est d'une grande force. L'auteur refuse toute concession. Il écrit les faits avec une simplicité désarmante. Il en faut du courage pour se dépeindre avec une telle justesse. S'absoudre par l'écriture.
Les balbutiements de son homosexualité, la recherche de soi, la relation à l'existence, aux autres, la détestation de soi, le basculement dans la perte, de soi-même, de sa dignité. le dénuement, l'apprivoisement de la vie et cette question, lancinante, jusqu'où peut-on aller par amour ?
Lyrique, granitique, crépusculaire, remuant, ténébreux, insolent, intense, glaçant, électrisant, terriblement bien écrit et sans voyeurisme, une révélation.
Lien : http://www.audouchoc.com/art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
photomum01
11 mars 2017
Bill Clegg est un homme comblé, agent littéraire en vogue dans le New-York chic, heureux en amour, avec son compagnon Noah et un compte en banque bien fourni, une gueule d'ange habitué aux soirées mondaines et aux marques de luxe... et pourtant il éprouve d'abominables angoisses, depuis son enfance...
Portrait ou plutôt journal autobiographique d'un fumeur de crack ou comment l'addiction fait plonger le narrateur, en quelques semaines, dans une expérience éreintante, aux multiples délires paranoïaques l'entrainant dans une fuite en avant, une cavale imaginaire, au frontière de la folie et de la mort...
Le lecteur connait la sensation de manque, la descente aux enfers, l'appétence à l'alcool, le vertige du désespoir, la déchéance physique, le trou noir dans lequel le toxicomane tombe, à la fois progressivement et très rapidement, le privant de jugement, d'objectivité, de relations, de famille et d'argent au fur et à mesure que son besoin du produit devient exponentiel.
Un récit à lire comme un document, un peu répétitif parfois comme le sont les gestes, les sensations et la confusion du personnage... mais saisissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LZ
10 octobre 2015
Récit autobiographique glaçant. Début des années 2000 à New York : Billy Clegg, agent littéraire devient dépendant au crack. Longue descente aux enfers décrite sans concession.
Refus de l'entourage de voir la réalité, paranoïa, confusion, flashbacks en enfance, homosexualité, figure du père… Un récit qui prend aux tripes, ciselé et radical. Un récit dont la dédicace fait froid dans le dos, avant même d'avoir lu l'incipit : « A tous ceux qui n'en sont pas encore sortis ». Un roman qui n'est pas sans me rappeler un livre lu quelques mois plus tôt, Bright Lights, Big city de Jay McInerney.
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ShokojoShokojo09 août 2015
Ne pas se reconnaître dans le miroir, c'est comme voir une photo que quelqu'un a prise de vous à une fête et envier immédiatement cette personne attirante, libre, à l'aise partout, dont le regard se perd au-delà de l'infranchissable limite qui sépare son monde du vôtre ; vous vous imaginez que la gêne, l'insécurité et les regrets lui sont étrangers, et d'emblée vous détestez cet enfoiré. C'est alors que vous vous rendez compte qu'il s'agit de vous. Mais c'est impossible, ça ne peut pas être vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
youcantgetyoucantget08 mars 2011
Ces dernières paroles ont dû être prononcées en montant l'allée ou devant le garage, parce-qu'au mot "dégâts", il se rappelle qu'il a levé la tête vers la maison couleur charbon en se disant qu'un radiateur et du papier peint neufs n'étaient pas grand-chose comparé à ce qu'il faudrait pour le réparer, lui.
Commenter  J’apprécie          40
Bruno_CmBruno_Cm03 mars 2017
Ne pas se reconnaître dans le miroir, c'est comme voir une photo que quelqu'un a prise de vous à une fête et envier immédiatement cette personne attirante, libre, à l'aise partout, dont le regard se perd au-delà de l'infranchissable limite qui sépare son monde du vôtre ; vous vous imaginez que la gêne, l'insécurité et les regrets lui sont étrangers, et d'emblée vous détestez cet enfoiré. C'est alors que vous vous rendez compte qu'il s'agit de vous. Mais c'est impossible, ça ne peut pas être vous. Mais quand vous voyez qu'il porte vos vêtements et que, oui, bon sang, il a la même grande oreille décollée, et l'autre toute plate plaquée contre sa tête ; quand vous voyez que c'est bien vous, vous vous dites : est-il possible qu'une autre personne fasse les mêmes suppositions sur ce vous qui n'est pas vous ? Cette question vous intrigue, puis vous décidez qu'au fond, la personne de la photo est en fait quelqu'un d'autre. Ou plutôt qu'elle n'existe pas. L'angle de la prise de vue et le mensonge qu'il crée sont comme le costume. Alors si vous êtes dans une cabine d'essayage et que vous voyez dans le miroir quelqu'un qui ressemble à la personne de la photo, vous achetez le costume, parce que si cette personne ne peut pas exister, on peut quand même faire comme si.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
youcantgetyoucantget08 mars 2011
La ville ressemble à un dessin animé où un accident cosmique m'aurait propulsé. les agents de sécurité sont les seuls à me remarquer : pour les autres, je suis invisible.
Commenter  J’apprécie          40
photomum01photomum0112 mars 2017
C'est l'année où je découche le plus souvent. Où il y a le plus de mots sur le bar à mon intention, le plus de matins brisés, le plus de promesses non tenues de ne boire que deux vodkas au diner, le plus de résolutions abandonnées de ne plus appeler Rico, Happy, Mark, Julio, ou quiconque pouvant m'amener à me défoncer, le plus d'appels à mon assistante pour dire que je suis malade, le plus de mensonges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

"Contes" à rebours

La reine des neiges

Jacob et Wilhelm Grimm
Hans Christian Andersen
Charles Perrault

17 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : contes , littérature , fantaisieCréer un quiz sur ce livre