AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266220373
Éditeur : Pocket (19/04/2012)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 98 notes)
Résumé :

Un homme mourant erre dans la forêt amazonienne. Membre des Forces Spéciales américaines, Clark est l'unique rescapé d'une expédition de chercheurs menée par le Dr Carl Rand, et disparue il y a quatre ans. Nathan Rand, son fils, n'a jamais renoncé à retrouver sa trace. Le Dr Kelly O'Brien l'informe que des Rangers de l'armée américaine viennent d'arriver au Brésil pour organiser une nouvelle expédition à laquelle il est associé. Pendant ce temps, le Dr L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Zirkawicca
  14 mars 2016
Ca doit bien faire + d'1 mois que j'ai terminé la lecture de ce roman et pourtant, toujours pas l'ombre d'une critique de ma part. Généralement quand je tarde autant, c'est pas bon signe... Et ça se vérifie encore une fois: ce livre a une très jolie couverture mais à part ça, dans l'ensemble il m'a sévèrement gonflé. Une écriture poussive et pas naturelle, pleine d'incohérences et digne d'un film de série B genre "Komodo VS cobra". Avec en prime une bonne (et inutile) dose de romance totalement "guimauvesque" et surjouée.
Dès le début on nous bombarde de combats totalement bidons entre un homme et un anaconda, un homme et un jaguar, et on nous fait bien comprendre que les personnages ont des "petits noms" et que ceux-ci seront utilisés tout au long du récit: Nathan devient ainsi "Nate" et Manuel "Manny". J'ai trouvé ça super gnan-gnan, et ce n'était que le début... L'auteur s'est un minimum documenté sur la jungle amazonienne et il tient vraiment à nous le faire savoir, ce qui donne des phrases très bizarres du genre (p41): "Nate reconnut la mixture. Il avait assisté le chaman lors de la préparation du woorari, le curare, poison mortel issu de lianes de la famille des ménispermes". Ou encore (pour le plaisir), p42: "Une odeur d'encens amer dérivé du chanvre chatouilla les narines de Nathan". Voiiiilà, on va s'arrêter là, hein. Des comme ça, y'en a à la pelle ici, l'auteur a voulu caser toutes ses connaissances (d'ailleurs souvent douteuses) aux forceps, mais ça coince carrément, sans mauvais jeu de mots!
Tout sonne super faux, et je n'avais qu'une hâte: que l'expédition commence enfin. J'osais espérer qu'elle relève un peu le niveau. Dans l'ensemble, on peut dire que c'est le cas. Les péripéties du groupe d'explorateurs sont souvent tirées par les cheveux, toujours dans l'absurde et le grandiloquent, mais au moins il y a de l'action. Pour peu qu'on fasse abstraction des nombreuses incohérences rencontrées, "ça déménage", et ça donne la force de continuer cette laborieuse lecture.
On peut reconnaître à l'auteur une imagination fertile et le fait qu'il aille au bout de ses idées (le microcosme préhistorique, la maladie et l'autopsie de Clark, la description des insectes et de leurs ravages...) Je dois bien reconnaître que certains moments étaient pas mal, ce qui fait que je ne mets pas non plus la note minimale.
Allez, juste parce qu'au fond on aime ça,encore une petite perle, de celles dont James Rollins a le secret: (p166): "Ses yeux noisette tirant sur le bleu"... No comment. Même les discours sont bidons: 2 fois Kelly parle à sa fille par Skype, et 2 fois elle dit en gros la MEME chose (p80 et p191, j'ai vérifié...) + on avance dans le récit, + Nathan et Kelly se rapprochent et ce jusqu'à l'overdose... "Son amant", "sa bien-aimée", "les lèvres torrides de Nate"... Pfffffff!!! Ah oui, et puis il faut arrêter maintenant avec cette expression en mousse utilisée à tout bout de champ: "soupir aux lèvres". On est d'accord, ça n'existe pas et c'est physiologiquement compliqué.
Le personnage de Tshui m'a laissé très perplexe. Sans trop en dire, elle est... spéciale, et je crois qu'elle me fait surtout pitié malgré ses grands airs. L'auteur jongle entre réaliste, fantastique et SF sans parvenir à se décider, et le résultat est pour le moins inégal. Bref, une lecture décevante mais qui aura eu le mérite de me faire rire (de dépit, au bord de la crise de nerfs, mais rire quand même). Et vu les critiques que j'ai pu lire, beaucoup ont aimé. Donc si le coeur vous en dit... Personnellement, mon exemplaire risque de passer de nombreuses années à prendre la poussière dans un coin. Je m'en souviendrai sûrement un bon moment, mais pas pour les bonnes raisons! Je terminerai avec une phrase, d'une profondeur reflétant à elle seule ce roman, (p502): "Oh! Tu ne m'auras pas, enfoiré!" XD
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1310
LePamplemousse
  16 août 2013
Tous les membres d'une expédition scientifique ont disparu il y a quatre ans, et aujourd'hui, l'un d'entre eux, agonisant, réapparait au coeur de la forêt amazonienne.
Une nouvelle équipe est donc constituée pour essayer de retrouver d'éventuels survivants tout en essayant de découvrir de nouvelles plantes permettant à la recherche médicale d'avancer. Mais les dangers ne tarderont pas.
Dans ce bon gros roman, on croise des tribus dangereuses, des gentils scientifiques, des animaux féroces, des plantes venimeuses, des catastrophes climatiques, des supers méchants armés et prêts à tout etc...
C'est un véritable roman d'aventures, doublé d'une fabuleuse quête scientifique auquel nous convie l'auteur.
Ca pourrait ressembler à un Indiana Jones, mélangé à un James Bond, mais avec de l'humour en plus et des situations pas toujours crédibles certes, mais ça fait du bien de faire semblant d'y croire et de se laisser porter par un rythme véritablement haletant et des personnages très sympathiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
alberthenri
  18 décembre 2015
Amazonia, ferait un très bon scénario pour une série B, mêlant l'ambiance des aventures d'indiana Jones, un épisode des X-files, un "actionner " à la Stalonne.
Peut-être, d'ailleurs, que ce roman a t'il été écrit dans cette optique.
Pour le reste, ce n'est pas spécialement bien écrit (ou bien traduit ?), les nombreux dialogues, ne nous épargnent aucune platitude du genre : "là où il y a de la vie il y a de l'espoir", et 590 pages, c'est un peu long....
Bref, vous l'aurez compris, j'ai trouvé que ce livre était au mieux une lecture distrayante, mais en tout cas très dispensable !
Commenter  J’apprécie          191
jeandubus
  27 février 2013
Pour les nostalgiques des mines du roi Salomon, le côté vintage en moins. Les mêmes procédés ; machin va retrouver son papa disparu dans la brousse amazonienne (c'était machine en Tanzanie) et le groupe (des GIs remplaçant les porteurs noirs) rencontre un tas d'ennuis avec des bêtes mutantes (à la place des fauves) et quand ce sont des crocodiles, il mesurent tout simplement 35m de long, et des jaguars : 10m, bref, l'auteur ne s'est pas trop foulé. Figurez vous qu'au milieu de la jungle, quand la moitié des GIs a disparu dans d'atroces souffrances (ils ne s'enfuient par car ils ne sont pas superstitieux comme ces satanés Tanzaniens) on découvre une meeeerveilleuse vallée , sorte jardin d'Éden comme dans les 253 livres écrits sur le même sujet ( de jules Vernes à Conan Doyle. Il y a même des méchants (français) qui poursuivent le groupe initial pour piquer la caisse.
Pas de trésor si ce n'est l'arbre de vie, qui s'appelle yaga (gaga) et pour lequel on a du mal à accorder un quelconque intérêt . C'est la seule invention du livre et c'est laborieux, contradictoire,inepte.
Papa est retrouvé (quelle surprise) et tout le monde rentre à la maison et la planète est sauvée après 600 pages faciles à lire quand on a un gros rhume et qu'on s'endort de temps en temps dans son lit.
Le pire est ce procédé dont abusent tant d'auteur prêts à tout pour se faire scénariser: le hachage des chapitres avec dates et heures précises. Parfois ça peut avoir un sens mais "forêt amazonienne 11h48" est sans intérêt et justifie en occurrence dix lignes plus loin "Kelly regarda sa montre il serait bientôt midi". La, c'est se moquer du monde M. Clemens
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
beauscoop
  25 août 2018
Un titre et un début d'histoire très prometteur. Car le côté aventures, et plus spécialement la jungle amazonienne est un sujet qui me passionne. de plus, les recherches en pharmacopée pour trouver de nouvelles plantes médicinales est un sujet tout autant fascinant. Ajouter en surimpression une enquête policière aurait dû être une franche réussite. Malheureusement, une suite d'événements tout à fait irréalistes, tel la rencontre de piranhas énormes, volants ou de caïmans de 30 m de long, de la section de 2 jambes d'un des explorateurs qui se fait soigner comme dans un hôpital classique. Toutes ces bêtises mises bout à bout en font un roman ridicule, à moins de le cataloguer en fantastique. Mais là encore il y a bien mieux chez d'autres auteurs. En bref, je suis très déçu par un scénario qui aurait dû être palpitant.
Commenter  J’apprécie          101
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BobDarwinBobDarwin   21 septembre 2014
A l'état sauvage, les félins peuvent estimer la taille d'un animal à la simple odeur de l'urine ou de ses excréments. Aux États-Unis, on vend d'ailleurs de l'urine d'éléphant comme répulsif contre les pumas et les lynx.
Commenter  J’apprécie          50
MarieTinet1MarieTinet1   31 décembre 2015
Quelques heures plus tard, il fut tiré de son sommeil par un cri étranglé. Persuadé que son patient rendait son dernier souffle, il se leva d'un bond, fit bruyamment tomber sa bible par terre et, alors qu'il se penchait pour la ramasser, il vit l'homme le fixer.
Commenter  J’apprécie          30
jerriejewelsjerriejewels   29 avril 2013
le reste était dans le même état , rongé jusqu'à l'os.
Que lui est-il arrivé? demanda Louis
Vu les morsures , je dirais une attaque de piranhas
Tu en es sûr?
Plutot qdeux fois qu'une!
Le doigt pointé sur le lambeau de nez , Jacques lui rappela qu'enfant il avait eu affaire aux terribles prédateurs aquatiques.
A ton avis, ils l'ont dévoré une fois mort?
Si ce n'est pas le cas, je plains le pauvre type.
Louis redressa et scruta le cours d'eau :
Que se passe t-il dans cette foutue rivière?



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ZirkawiccaZirkawicca   20 février 2016
Trempé jusqu'aux os, Manny grogna de déception. Seul Tor-Tor paraissait encore + découragé que lui. Le jaguar rôdait autour de son maître, l'air maussade, le pelage gorgé d'eau, les oreilles basses. Il n'y avait rien de + pitoyable qu'un chat mouillé, même quand il pesait 100kg.
Commenter  J’apprécie          20
ZirkawiccaZirkawicca   19 février 2016
Certes, le temps guérissait les blessures, mais il laissait de vilaines cicatrices.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de James Clemens (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Clemens
James Rollins Interview
autres livres classés : amazonieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (239) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..