AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352881633
Éditeur : City Editions (13/03/2008)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Lorsqu'une mystérieuse explosion détruit une collection d'antiquités au British Museum, c'est un signal qui mobilise immédiatement plusieurs sociétés secrètes à travers le monde. Une course sans pitié s'engage pour parvenir à déchiffrer une très ancienne énigme... Lady Kara Kensigton, héritière d'une riche famille, se lance également dans une quête qui va la conduire dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Val07
  27 mars 2019
« - Souviens-toi, mon enfant, la vie n'est pas une ligne droite. Elle est faite de cycles. le désert prend, mais il restitue aussi. »
Tout commence avec un black-out. Puis l'explosion. Un morceau entier du British Museum part en éclats avec l'électrification accidentelle d'une statue antique. A l'intérieur de la statue, stupeur : un coeur en fer gravé, qui serait le point de départ d'un jeu de piste grandeur nature menant à la cité d'Ubar, l'Atlantide du Désert. Plusieurs organisations se mobilisent : l'officielle, bien évidemment chapeautée par l'armée américaine (que ferions-nous sans eux), la moins officielle, sous la direction d'une jeune femme tyrannique et un mystérieux Ministre, et la pas officielle du tout, c'est-à-dire une tribu du désert. Les fauves sont lâchés. Et n'oubliez pas : premier arrivé, premier servi !
Ce livre est une chasse au trésor. Une chasse au trésor très dense, très longue, mais une chasse au trésor quand même. Les critiques désignent unanimement James Rollins comme un romancier « de plage », je pense que Tonnerre de Sable fait exception à la règle car parfois, j'avais un peu de mal à suivre et le bouquin est quand même assez épais, en version numérique en tout cas ! Ce qui ne m'empêche pas d'avoir absolument adoré l'histoire, les personnages, la mécanique, bref tout. Un seul petit bémol : la présence de quelques longueurs persistant tout au long du récit...
Toujours en version numérique, je n'ai pas vu ces fameuses coquilles à répétition dans le texte. Il y en avait bien quelques-unes, mais elles n'étaient pas flagrantes. Ou alors, elles l'étaient, mais j'étais tellement pris dans l'histoire que je ne leur ai pas prêté attention (vraisemblable) ! En revanche, ce qui m'a plus gêné, c'est le fait que les employés City Editions ne connaissent pas la fonction Justifié pour les paragraphes de texte. Lire tout un bouquin en mode Aligné à gauche, c'est très rebutant au premier abord... Je ne sais pas si c'est la même chose en version papier ?
Niveau traduction, c'est tout de même assez astucieux de transformer la banale Tempête de Sable du titre anglais en un plus pittoresque Tonnerre de Sable. Un tonnerre de sable, c'est un phénomène météorologique qui ne court pas les rues, si ? Moi, en tout cas, j'en vois pas beaucoup... Finalement, City Editions a rebaptisé il y a peu le récit en La Cité de l'Enfer. Aux antipodes du texte original, certes, mais au moins c'est une expression logique !
Et ainsi s'achève la petite chronique de ma découverte de Tonnerre de Sable, premier volume de la longue épopée Sigma Force, 10 tomes publiés dans la langue de Molière à ce jour. Et ce n'est pas fini...
Bonnes lectures ! :-))
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
veronic68
  04 juin 2014
Après avoir lu Amozonia du même auteur, je me suis lancée dans Tonnerre de sable.
Beaucoup d'aventures, mais il ne faut pas s'attarder sur certains aspects à la limite du surnaturel.
Beaucoup de combats, trop même car surtout dans le dernier quart il y en a tellement que j'ai eu du mal à suivre.
Ce n'est donc pas un genre littéraire pour moi, je le laisse aux amateurs du genre...
Commenter  J’apprécie          20
Itagirl
  16 décembre 2015
après la destruction d'une galerie du British Muséum renferment des antiquités de la péninsule arabique des archéologues et des scientifiques "espions" sont entrainés dans une série d'aventures mellant science et découvertes archéologiques dans la citée perdue d'Ubar..
Roman agréable à lire avec de réelles référence historiques
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Val07Val07   19 mars 2019
— Que savez-vous de l’explosion de Tunguska en Russie ? reprit l’amiral.
Ce brusque changement de sujet désarçonna Painter. Il plissa le front tout en tâchant de se rappeler l’événement.
— Pas grand-chose. En 1908, un météore est tombé quelque part en Sibérie, en provoquant une grosse explosion.
— « Grosse », c’est le moins qu’on puisse dire. Elle a déraciné une forêt entière sur un rayon de soixante kilomètres. Le souffle a libéré l’énergie de deux mille bombes atomiques. Des chevaux ont été renversés à plus de six cents kilomètres du lieu d’impact.
— Il y a eu d’autres conséquences, renchérit McKnight. Une tempête magnétique a créé un vortex sur neuf cents kilomètres à la ronde. Au cours des nuits qui ont suivi, le ciel brillait d’une poussière fluorescente permettant de lire un journal comme en plein jour. Une vibration électromagnétique a recouvert la moitié du globe.
— Nom de Dieu… marmonna Painter.
— Les témoins de la déflagration, à des centaines de kilomètres de là, ont affirmé avoir vu une vive lumière traverser le ciel, aussi brillante que le soleil et laissant une traînée de couleurs irisées [...].
Il laissa planer le mystère un long moment, jusqu’à ce que le Dr McKnight reprenne enfin la parole :
— Les dernières recherches, qui datent de 1995, laissent entendre que la région de Tunguska a bel et bien été frappée par un météore… mais celui-ci était composé d’antimatière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Val07Val07   30 mars 2019
Pour la plupart des civilisations, le soleil constituait le dieu primordial, source de vie et de chaleur. Mais dans les déserts torrides, il se révélait mortel, sans merci, impitoyable. Ainsi, Sada, la lune, était glorifiée pour ses vertus rafraîchissantes. Elle apportait la pluie, symbolisée par le taureau avec ses cornes en forme de croissant. Chaque quartier de lune était nommé Il ou Ilah… ce qui, au fil du temps, devint l’équivalent de « Dieu ». El ou Elohim en hébreu. Al ah en arabe.
La lune était prédominante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   23 juin 2016
Safia avait découvert ce chaton étendu et ensanglanté sur le perron de son immeuble. Il avait une patte cassée, maculée d’essence, après qu’une voiture l’eût renversé. Bien qu’elle lui ait porté secours, il l’avait mordue au pouce. Des amis lui avaient conseillé de l’emmener au refuge animalier, mais Safia savait qu’un tel endroit ne valait guère mieux qu’un orphelinat. Elle avait donc préféré l’envelopper dans une taie d’oreiller et le transporter jusqu’à la clinique vétérinaire voisine.
 Il eût été facile de ne pas faire attention à lui ce soir-là, dans cet escalier, mais autrefois elle s’était elle-même retrouvée aussi abandonnée que ce chaton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Val07Val07   27 mars 2019
L'un des membres de la tribu s'avança, usé par le sable et le soleil, au point de n'avoir plus que la peau sur les os.
- Salam alaikoum, marmonna-t-il. Que la paix soit avec toi.
Propos pour le moins étranges de la part de quelqu'un qui tenait toujours son arme pointée sur eux.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   23 juin 2016
La légende affirmait qu’ils étaient les uniques descendants d’un peuple ayant vécu autrefois dans une vaste cité du désert. Celle-ci prenait différents noms : Iram, Wabar, Ubar. La Cité des mille colonnes. . On faisait allusion à sa chute dans le Coran, tout comme dans les Contes des mille et une nuits, ainsi que dans les ouvrages d’Alexandre le Grand. Fondée par les arrière-petits-enfants de Noé, Ubar était une cité prospère et décadente, dont les habitants malveillants s’adonnaient à de ténébreuses coutumes. Comme leur monarque défia le prophète Hûd, en dépit de ses mises en garde, Dieu châtia la ville en la faisant disparaître à jamais sous le sable, et elle devint ainsi l’Atlantide du désert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de James Clemens (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Clemens
James Rollins Interview
autres livres classés : sociétés secrètesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La SF au cinéma

Blade Runner, de Ridley Scott

Isaac Asimov
Philip K. Dick
Philip Jose Farmer
Robert Reed

14 questions
856 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fiction , sfff , anticipationCréer un quiz sur ce livre