AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782413001669
40 pages
Delcourt (25/04/2018)
4.06/5   81 notes
Résumé :
Comme chaque matin de la semaine, Dracula va à l'école. Mais c'est avec une boule au ventre car certains de ses camarades de classe, de gros balourds, n'arrêtent pas de l'embêter. Certes, quelques-unes de ses particularités font de lui un garçon différent mais estce une raison suffisante pour qu'il subisse ce harcèlement constant ? Comment y remédier ? Un soir, il franchit le pas et en parle à son papa...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 81 notes
5
15 avis
4
16 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

belette2911
  25 novembre 2021
Le harcèlement scolaire n'est pas neuf, hélas, mais de mon temps, au moins, il s'arrêtait lorsque vous quittiez l'école à 16h !
Il ne se poursuivait pas en dehors des murs de l'école, ni durant les week-ends, ni durant vos vacances.
Maintenant, avec les réseaux sociaux, les gosses harcelés ne sont plus jamais tranquilles et pire, le monde entier peut se moquer d'eux.
Utiliser le personnage de Dracula, enfant, pour parler du harcèlement scolaire et de la différence était une excellente idée. Cela aurait pu être n'importe qui, mais le fait que ce soit LUI, donne une autre dimension à cette excellente bédé.
Qui pourrait imaginer que le grand Dracula, la terreur de vos nuits de cauchemars, des films de la Hammer, le vampire de la légende, serait victime du harcèlement scolaire ? Moi, jamais… Dans cette bédé, c'est lui la tête de Turc. Un comble, je sais.
Dracula est un enfant touchant, son père aussi, lui qui est végétarien et qui n'a rien d'une créature démoniaque comme les romans et les films ont tenté de nous faire croire.
Le sujet difficile du harcèlement est bien traité, tout en douceur (si l'on peut dire), avec un Dracula qui pense être responsable de ces brimades (qui peuvent aller loin) et qui n'ose pas en parler à son père, ou alors, du bout des lèvres, minimisant la chose.
J'ai apprécié la justesse du ton, la sensibilité que les auteurs utilisent, faisant bien ressentir les émotions du jeune Dracula, son désarroi, sa terreur, son sentiment d'impuissance face à ces harceleurs qui prennent chacune de ses différences pour se moquer de lui.
Il y a de l'humour dans cet album et de l'espoir ! Bien qu'ici, les réseaux sociaux ne soient pas abordés, on peut rendre espoir à ceux et celles qui sont victimes du harcèlement à sortir la tête hors de l'eau, leur faire prendre conscience que cela peut s'arrêter, à condition que les adultes compétents prennent les choses en charge et que l'enfant harcelé aille puiser des forces en lui.
Oui, je sais, ça ne va pas aussi bien que ça dans la réalité, ce n'est pas si facile que ça de sortir de cette spirale infernale…
Cette bédé a au moins le mérite d'expliquer aux enfants ce qu'est le harcèlement et pourrait faire prendre conscience à certains (certaines) de l'imbécilité de ce genre de comportement ou aux harcelés, à avoir des explications sur la méchanceté de certains.
Les auteurs ont évité le pathos ou le larmoyant, même s'il y des émotions dans cet album, trop court. Ce sera mon seul bémol : j'aurais apprécié plus de pages tant je me sentais bien dans cette bédé jeunesse.
Anybref, une lecture à recommander aux plus jeunes, aux moins jeunes et à ceux qui se retrouvent face à ces têtes blondes qui ne sont absolument pas gentilles (les profs), afin d'enrayer la spirale infernale, celle qui transforme l'école (déjà pas marrante) en jungle où tout est permis.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
deuxquatredeux
  08 mai 2018
Quand le thème des vampires est évoqué, c'est davantage Nosferatu le vampire de Murnau, un Carmilla de Joseph Sheridan Le Fanu, un Ed Wood de Tim Burton ou le grand Béla Lugosi qui résonne en moi que Twilight de Stephenie Meyer, True Blood (ou sa version papier, La Communauté du Sud de Charlaine Harris) Hôtel Transylvanie ou, dans une autre catégorie, une Anne Rice et ses différentes séries sur les vampires.
Certes, comme le chantait Bauhaus, Béla Lugosi est mort désormais :
« White on white translucent black capes
Back on the rack
Bela Lugosi's dead
The bats have left the bell tower
The victims have been bled
Red velvet lines the black box
Bela Lugosi's dead
Undead undead undead
The virginal brides file past his tomb
Strewn with time's dead flowers
Bereft in deathly bloom
Alone in a darkened room
The count
Bela Logosi's dead
Undead undead undead »,
mais les vampires ont toujours la côte : pour preuve, ce Chaque jour de Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre. Et quelle belle idée que de prendre Dracula comme véhicule d'une cause majeure comme celle du harcèlement scolaire !
Dracula est différent des autres : il ne peut pas faire du sport en dehors à cause du soleil, il ne mange pas d'ail à la cantine, il ne peut pas se voir dans un miroir car il n'a pas de reflet,... Autant de raisons de devenir "la tête de turc (un comble pour lui qui venait de Transylvanie)" (p. 5) d'une petite bande d'élèves de sa classe et pour les auteurs de traiter la question du harcèlement scolaire en jouant sur les caractéristiques des vampires.
Au départ, comme c'est souvent le cas avec le harcèlement, Dracula n'ose pas en parler à son père Vlad, puis quand il lui en parle celui-ci minimise ; il faudra une montée dans le harcèlement pour que Vlad prenne réellement conscience de la situation, vienne en aide à son fils et en parle à la maîtresse de Dracula, Mademoiselle Stoker. le tout se finira dans une espèce de fin heureuse - contrairement aux cas de harcèlement - ce qui est compréhensible pour une bande dessinée s'adressant aux enfants.
Très joli album*, avec une pointe d'humour et des références plus ou moins subtiles au mythe du vampire - mes enfants m'ont aidé pour les références à Twillight et Trueblood -, Chaque jour Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre est non seulement une belle histoire mais également une occasion, un détour pédagogique pour aborder le thème du harcèlement scolaire en particulier et du harcèlement en général.
* L'album est un poil court (en dessous du standard 48cc) même s'il est destiné aux enfants/adolescents, ce qui est dommage vu ses indéniables qualités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LightandSmell
  08 février 2021
Tout le monde connaît Dracula, mais saviez-vous que Dracula avait été un enfant comme les autres ou, plus justement, un enfant victime de harcèlement scolaire comme tant d'autres ? Trop pâle, trop intelligent, trop cultivé, trop bizarre… Trop de ci et pas assez de ça, tout est prétexte à Christophe et à ses acolytes pour se moquer de lui, l'agresser, lui jouer des mauvais et tours et transformer la vie scolaire de cet élève doué, en un véritable enfer !
Une situation qui plonge inexorablement le jeune vampire dans une certaine léthargie, son mal-être ne cessant de croître au gré des méchancetés gratuites de ses « camarades ». Pourquoi n'en parle-t-il pas à son père, Vlad, certains pourront se demander ? Parce que parfois le silence est le dernier rempart pour ne pas craquer et que sa tentative de s'ouvrir à son père n'a pas donné les résultats escomptés. Pas que Vlad ne l'écoute pas, mais il ne saisit pas, sur l'instant, le poids qui pèse sur le coeur de son enfant unique.
Mais la situation pourrait bien changer avec l'intervention d'un médecin assez loufoque qui ouvre les yeux à Vlad et permet à ce père aimant de soutenir comme il se doit son enfant….
Ayant été victime de harcèlement scolaire durant de longues années, cette thématique ne pouvait que m'intéresser. Et je dois dire que j'ai été touchée par la justesse et la sensibilité avec laquelle Loïc Clément l'aborde. À travers le personnage adorable du petit Dracula, il réussit à faire ressentir aux lecteurs tout le désarroi, le sentiment d'impuissance et parfois de culpabilité que l'on ressent face aux harceleurs. Cette volonté de passer inaperçu qui ne donne guère les résultats attendus, les quelques tentatives de rébellion qui finissent par empirer la situation, et le mal-être qui rend chaque nouveau jour d'école plus pénible que le précédent.
Je n'ai pu m'empêcher de me reconnaître, du moins en partie, en Dracula. Mais la force de cet ouvrage, c'est surtout l'espoir qu'il instille chez les jeunes lecteurs en leur montrant que le harcèlement n'a pas à durer toute une vie, et que les choses peuvent toujours s'améliorer avec le soutien d'adultes et l'appui de ses propres ressources intérieures. J'ai, en outre, apprécié les petites pointes d'humour qui, ajoutées à la douceur des illustrations, rendent l'album touchant, mais jamais larmoyant.
D'ailleurs, on reste dans un livre jeunesse et les choses sont quelque peu enjolivées par rapport à la réalité où il est bien plus difficile de sortir d'une situation de harcèlement de longue durée, d'autant qu'elle est bien souvent normalisée par les adultes eux-mêmes. Il me semble néanmoins important de proposer des lectures de cet acabit aux enfants. Elles permettent d'aborder en douceur, et sans brusquer, le thème du harcèlement scolaire, et, peuvent, espérons-le, donner la force aux victimes de briser l'omerta et le cercle vicieux du renfermement sur soi.
Autre point intéressant, le fait que l'auteur évoque, même brièvement, les raisons pouvant expliquer la méchanceté de certains. Cela ne les déresponsabilise pas de leurs actes, mais nous prouve que derrière une agressivité se cache un mal-être qui nécessite également une prise en charge…
Quant aux illustrations, elles sont à la hauteur de la couverture : splendides, douces, expressives et délicates. Elles dégagent également une certaine poésie qui offre un joli contraste avec la dureté du sujet évoqué.
En conclusion, Chaque jour Dracula est un superbe album qui aborde avec beaucoup de douceur et de délicatesse cette thématique difficile, mais ô bien courante, du harcèlement scolaire. Un ouvrage à lire et à relire avec les enfants pour délier la parole et leur offrir une vraie prise de conscience sur les conséquences du harcèlement.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Ileauxtresors
  24 février 2019
Le monde des cours de récréation peut être impitoyable ! Il suffit parfois d'être un peu différent pour être rejeté et ce type de mécanisme d'exclusion reste malheureusement fréquent… La bonne idée consiste ici à évoquer ce problème à travers l'histoire d'un personnage fictionnel inattendu dans le rôle de la victime, puisqu'il s'agit de Dracula lui-même ! Car on apprend qu'avant de devenir le terrifiant vampire que nous connaissons tous, il a été « un enfant (presque) comme les autres », certes un peu plus pâle, frêle et introverti, avec des yeux plus rouges et des dents plus longues, mais aussi sensible que n'importe quel autre élève… Comment sortir de son statut de souffre-douleur et retrouver confiance ?
Cette BD est bourrée de qualités : l'intrigue est bien construite et elle se lit d'une traite. Les dessins sont très réussis : ils ont un charme enfantin, empreint de douceur et de sensibilité, avec des personnages très expressifs et des jeux intéressants sur les contrastes entre la lumière éclatante de l'école et la douce pénombre du château où se réfugie Dracula. le texte est percutant, avec des jeux de mots bien sentis et, bien entendu, de multiples allusions au roman de Bram Stoker et à ses différentes adaptations !
Mes garçons (de CE1 et CM1) sont pleinement entrés dans l'histoire et ont été très touchés par la souffrance du jeune Dracula. Il me semble que cette fable est assez universelle dans la mesure où la plupart des enfants sont potentiellement la cible ou le témoin de phénomènes d'exclusion d'individus perçus, d'une manière ou d'une autre, comme différents. Cette BD offre, outre un excellent moment de lecture, un support pertinent pour parler avec eux des manières de répondre aux formes d'intolérance et de harcèlement – et, plus généralement, de prendre conscience de ses qualités même si on a parfois l'impression d'être à part...
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
LireEnBulles
  27 mai 2018
Chaque jour Dracula est une bande dessinée écrite par Loïc Clément et mis en images par Clément Lefèvre. Avant de devenir scénariste, Loïc a exercé de nombreux métiers en rapport avec les livres (libraire, bibliothécaire, critique,etc). Shä & Salomé : Jours de pluie est sa première bande dessinée (parue en 2011). Sa deuxième bande dessinée, le Temps des mitaines (Didier Jeunesse, 2014), a été dessinée par Anne Montel, et a été remarquée par la critique : elle a obtenu le prix D-Lire Canal BD et a concouru pour le Fauve jeunesse lors du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 2015. Loïc Clément forme un tandem poétique avec Anne Montel, qu'il retrouve pour Les Jours sucrés (Dargaud) et la suite du Temps des mitaines. de son côté Clément Lefèvre a illustré plusieurs albums jeunesses comme La reine des Glaces (2008 chez Sed), le Déserteur en 2009, le pitou aux éditions Frimousses, et Thomas le Magicien en 2010. Chaque jour Dracula est le premier travail du duo, paru fin avril dans la collection jeunesse des éditions Delcourt.
Qui ne connaît pas Dracula, le célèbre vampire créé par Bram Stoker ? Mais avant d'être un être sanguinaire et terrifiant, Dracula a aussi été un enfant comme vous et moi. de ce fait il devait se rendre à l'école. Mais dans la classe de Madame Stoker, le petit Dracula déteint. Dents pointues, pupilles couleurs sang, silhouette longiligne, etc… eh bien cela agace ses petits camarades. Moqueries, humiliations cruelles et diverses, Dracula ne connaît pas la tranquillité. Son père, Vlad, ne sait pas ce que subit son enfant, qu'il élève seul depuis la mort de sa femme. Mais après un incident particulier, Dracula se renferme de plus en plus, jusqu'à ce qu'il finisse par craquer et tout avouer à son père.
À travers une narration fine et sensible, Loïc Clément expose le fléau qu'est le harcèlement scolaire. L'une des choses magnifiques de cet album est qu'il peut être lu aussi bien par un adulte que par un enfant, et même servir d'ouverture pour discuter de ce qu'est le harcèlement. Avec un personnage aussi montré du doigt et différent que celui de Dracula, le scénariste joue sur le ressenti de son lectorat en inversant les rôles. le vampire cruel devient ici un enfant innocent ne comprenant pas ce qu'il subit. Cela détone au premier coup d'oeil mais de fil en aiguille, on ressent une belle humanité émanant du personnage et du récit en général. Les différences qui séparent le petit vampire de ses camarades humains sont flagrantes mais reflètent avec pertinence les préjugés que l'on peut avoir sur quelqu'un qui ne rentre pas dans le moule. Pour les harceleurs pas très futés, Dracula n'a rien de “normal” et doit donc endosser le rôle de “monstre” de foire. On le rejette, le maltraite et le traumatise.
Vlad est un personnage également très important au récit puisqu'il incarne non seulement le rôle de père mais aussi celui d'adulte. Quand il découvre le quotidien de son fils, il ne pourra s'empêcher de ressentir de la colère, du désespoir, et de l'injustice. Mais au-delà de tout ça, ce sont ses mots qui seront une véritable source d'inspiration. Ainsi, Vlad expliquera à son fils que ses différenees sont sa force et lui montrera à travers un voyage particulier qu'il peut devenir qui il souhaite et que personne ne peut le juger. L'histoire se donne également le temps de faire des clins d'oeil aux divers récits vampiriques de la culture pop. Cette manière de faire permet d'inclure de l'humour qui fera sourire aussi bien les plus jeunes que les adultes.
Le dessin de Clément Lefèvre est d'une telle douceur que l'on en reste ébahi. On prend le temps de regarder très lentement les planches, afin de vraiment découvrir chaque trait de son dessinateur. Les couleurs sont somptueuses et donnent un résultat merveilleusement poétique. Les personnages sont expressifs et communiquent bien les émotions qui les habitent dans chaque case. Joie, tristesse, colère, rien n'est laissé au hasard par Lefèvre. La première page est d'ailleurs un très bel hommage au Dracula d'Hammer avec les affiches, ou encore la belle galerie de fin avec les portraits de vampires tels que Edward Cullen, Carmilla ou Lestat. C'est à la fois bien trouvé et amusant. L'album en lui-même est magnifiquement édité. La couverture est sublime et le tout est solide.
En conclusion, Chaque jour Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre est à lire et partager. En prenant une figure comme celle de Dracula inspirant la peur de génération en génération, le lectorat jeunesse n'aura pas de mal à comprendre le sujet des différences et du harcèlement. L'adulte passera aussi un tendre moment de lecture fort en message de tolérance et d'acceptation de soi. Un bel ouvrage à mettre entre les mains de tout le monde mais aussi dans les bibliothèques municipales et les écoles.
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (4)
Ricochet   29 octobre 2018
Ce bel album est ainsi une porte d'entrée vers certaines œuvres littéraires et filmographiques mais aussi et surtout un bon moyen d'encourager les enfants qui souffriraient de harcèlement scolaire à en parler et à se défendre.
Lire la critique sur le site : Ricochet
BDGest   27 juillet 2018
Aussi joli que fin, Chaque jour Dracula aborde un sujet souvent tabou et difficilement décelable pour les parents. Un album qui s'avère être à la fois une excellente lecture tous publics en plus d'être un support utile pour prévenir le harcèlement scolaire et amener nos progénitures à s'ouvrir si elles sont confrontées à ce fléau.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   01 juin 2018
Après « Seule à la récré », le fléau du harcèlement est abordé de nouveau intelligemment en bande dessinée avec « Chaque jour Dracula », un conte moral fort, poétique qui amène doucement les lecteurs de tous âges à accepter les différences pour mieux vivre ensemble.

Lire la critique sur le site : BDZoom
Sceneario   09 avril 2018
C'est fin, expressif et délicat. On ressent la fragilité émotive de cet enfant, tout en étant charmé par les détails et les couleurs qui viennent relever chaque case !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Virginie94Virginie94   03 novembre 2018
Taire le harcèlement vécu à l'école était aussi une façon pour Dracula de ne pas ramener des petits bouts de cauchemar à la maison. De les laisser loin de son intimité, en somme.
Commenter  J’apprécie          31
AluminiumAluminium   10 juillet 2021
Le jeune vampire se sentait en partie responsable de ce qui lui arrivait.
Il croyait que si on s'en prenait à lui, c'était sans doute un peu de sa faute...
Une pensée certes absurde, mais allez expliquer ça à un petit être qui essaie de comprendre pourquoi on le persécute lui, et pas un autre...
Commenter  J’apprécie          10
LilizLiliz   29 janvier 2020
- Mais je vais te dire, de toutes ces rumeurs, il y en a une qui est vraie : j'ai des pouvoirs ! Je peux transformer les zizis en saucisses !
Commenter  J’apprécie          30
vassia7178vassia7178   13 décembre 2018
Cependant, vous serez peut-être surpris de savoir que Mme Stoker n'eut même pas besoin d'intervenir...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Loïc Clément (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Loïc Clément
Les contes des coeurs perdus 6
autres livres classés : harcèlement scolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le Temps des Mitaines

Comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Willo
Arthur
Alexis

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Le Temps des Mitaines de Loïc ClémentCréer un quiz sur ce livre