AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Emilie Vanvolsem (Illustrateur)
EAN : 9782917045480
47 pages
Éditeur : Kilowatt (08/05/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Zoé vient tout juste d'apprendre à lire.
C'est alors qu'elle se rend compte que son papa, Cédric, lui, ne sait pas lire. Il ne sait pas lire ?!
Est-ce vraiment possible d' être un adulte et de ne pas savoir lire ?
Pourtant Cédric est un super papa, il sait faire tellement de choses !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
dedanso
  25 janvier 2019
Après une année de CP laborieuse, Zoé parvient enfin à lire correctement. Son papa est très fier et, pour la récompenser de ses efforts, il l'emmène choisir un livre dans une librairie. C'est là, par le plus grand des hasards, que Zoé apprend l'illettrisme de son père.
Ce 1er roman adopte à la fois le point de vue de Zoé et celui de Cédric, son père. Les phrases sont courtes mais transmettent suffisamment d'émotions pour emporter le lecteur. le sujet est important et très intéressant : il lève un tabou et remet en cause l'image parfois faussée que les enfants ont de leurs parents.
Mais, de façon contradictoire et surprenante, j'ai trouvé que ce récit stigmatisait les illettrés. Oui parce que, vous le savez sans doute mais un adulte illettré a forcément été un enfant turbulent, qui a fait 1000 bêtises mais le regrette amèrement... (tu vois, si tu ne veux pas être aussi malheureux que le papa de Zoé et donner honte à ta famille, faut arrêter tes bêtises et te mettre un peu au travail !).
Je suis d'autant plus déçue par l'image que ce roman donne de l'illettrisme que j'avais été fort enthousiasmée de voir qu'un livre pour enfants se penchait sur la question.
Je ne m'attarderai pas outre mesure sur les quelques invraisemblances qui m'ont fait hausser les sourcils : Zoé téléphone en cachette à sa meilleure amie, à 6 ans..., meilleure amie dont justement la mère dispense des formations aux illettrés (comme c'est pratique !).
Une déception à la hauteur de mes attentes. Reste à savoir ce que ma fille ressentira à la lecture de ce livre ; peut-être serais-je surprise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          266
Cigale17
  12 novembre 2018
Ce roman pour jeunes lecteurs de 7-10 ans traite d'un sujet délicat : l'illettrisme. Zoé, le dernier jour de son CP, voit un nouveau monde s'ouvrir devant elle. Jusqu'alors, elle tâtonnait, ânonnait, mais ne savait pas vraiment lire, et là tout d'un coup, ça y est ! Elle y arrive toute seule ! Un événement pareil, ça se fête. Zoé demande à son père, chez qui elle passe sa semaine de garde alternée, de lui faire un cadeau, et quoi de mieux qu'un livre en l'occurrence ? À la librairie pourtant, Zoé va apprendre une nouvelle qui la foudroie : son super papa ne sait ni lire ni écrire
Ce brillant petit livre réussit à renverser les rôles – l'adulte ne sait pas lire, l'enfant sait – sans qu'un personnage n'écrase l'autre. L'enfant va d'abord éprouver de l'étonnement, puis une honte passagère, et enfin une profonde empathie. Pour l'adulte qui ne sait pas lire, c'est la honte qui prévaut, mais momentanément. Yves-Marie Clément suscite l'émotion chez son lecteur en donnant successivement la parole à Zoé, puis à Cédric, le papa. C'est donc chaque fois un narrateur à la première personne qui nous fait partager ses sentiments et dont nous suivons l'évolution.
Émilie Vanvolsem illustre cet ouvrage à l'aquarelle (me semble-t-il), en jouant sur des camaïeux, et elle croque ses personnages et ses décors d'un simple trait, très expressif. Les illustrations des pages 15 et 16 rendent immédiatement perceptible le désarroi du père et de l'enfant : ils se tiennent par la main, les yeux écarquillés fixant un point devant eux, incapables pour le moment de se regarder... Un collaboration très réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jangelis
  05 novembre 2017
Un excellent petit roman, pour lecteurs débutants, sur l'illettrisme.
Roman à deux voix, alternativement Zoé, qui vient de terminer son CP et a enfin découvert la lecture, et le plaisir de lire ; et Cédric, son papa, avec qui elle vit seule une partie de la semaine, un excellent papa qui sait faire tant de choses.
Mais elle va découvrir malencontreusement qu'il ne sait pas lire.
Ce qui lui pose pas mal de questions, vis à vis du papa, et vis à vis du regard des autre aussi.
Un sujet grave, très joliment traité.
Un livre écrit gros, illustré, facile à lire, avec le nom du narrateur à chaque début de chapitre.
Pour découvrir que ce qui semble évident ne l'est pas forcément pour tout le monde.
Lien : https://livresjeunessejangel..
Commenter  J’apprécie          90
Athanase45
  30 juin 2018
Le monde de l'édition pour la jeunesse française est très riche, même si ses autrices et auteurs sont loin de l'être tous. A côté des poids lourds du secteur, une multitude de petits éditeurs cherchent et trouvent leur place auprès des auteur·e·s et, plus péniblement, sur les tables surencombrées des libraires. Kilowatt est un de ceux-là, aux côtés par exemple du Muscadier. Ces éditeurs proposent fréquemment à leurs lecteurs une littérature engagée. D'aucuns pourraient, à juste titre parfois, redouter de voir paraître, sous cette appellation, des livres dégoulinants de bons sentiments et d'intentions politiques naïves, où l'ambition littéraire serait sacrifiée à quelque message à transmettre à la jeunesse.
Les livres d'Yves-Marie Clément échappent, me semble-t-il, à cet écueil, combinant style, lisibilité et cette forme d'engagement qui ne trompe pas quand il est aussi, hors écriture, celui d'une vie. Ainsi, Kilowatt, l'éditeur mentionné, a publié récemment Ni lire, ni écrire, un petit récit de 41 pages, lisible à partir de 7/8 ans, annonce la 4ème de couverture.
Zoé vient tout juste d'apprendre à lire quand elle s'aperçoit d'une chose étonnante que son papa avait réussi à lui cacher jusqu'ici : il ne sait ni lire, ni écrire, d'où le titre du livre, qui n'est pas une revendication, mais le constat d'un fait social bien réel.
Dans notre pays, on estime que 5 % de la population ayant été scolarisée en langue française, en France ou à l'étranger, est illettrée. Dans les études sur le sujet, l'analphabète est celui qui n'a jamais appris à lire ni à écrire, cas rarissime chez nous, alors que l'illettré est celui qui a appris, souvent mal, et qui a « oublié », la plupart du temps à la suite d'un parcours de vie difficile qui a pesé d'abord sur sa scolarité. de ce fait, il éprouve des difficultés à lire, qu'il vit comme insurmontables, et dans la gêne et la honte quand, arrivé à l'âge adulte, il n'arrive plus à masquer son handicap.
Zoé se fiche évidemment des statistiques. La révélation, dans les circonstances que l'on va voir, que son super papa à elle ne sait pas lire, la submerge d'une émotion incontrôlable. Cela lui semble à peine possible et à peine croyable. Comment s'en sortir ? On ne racontera pas ici comment Yves-Marie Clément dénoue la chose. Son récit se joue à deux voix alternées, celle de Zoé et celle de Cédric, le papa, mis en quelque sorte au pied du mur par le cheminement scolaire de sa fille.
Sur mon phonoblog, un extrait lu à voix haute :
Lien : https://littejeune.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nathaniafou
  20 février 2019
Lu dans le cadre d'un rallye lecture à l'école, en CE2 : et je suis arrivé 2e !
Son papa était handicapé, il ne savait ni lire, ni écrire.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JangelisJangelis   05 novembre 2017
Le dernier jour de CP aurait pu être le plus beau jour de ma vie. Toute l'année, j'avais travaillé à l'"école, fait des efforts pour apprendre à lire et à écrire. Mais ça ne rentrait pas. Pour moi, les lettres, les mots, les phrases restaient de grands mystères, comme les hiéroglyphes égyptiens.
[...]
J'ai choisi un album. Je l'ai ouvert et tout s'est éclairé, je me suis mise à lire, d'un seul coup. J'ai lu un premier mot, un deuxième, et les phrases.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cigale17Cigale17   12 novembre 2018
Papa m'a parlé longtemps. Et il a fini par m'avouer qu'il était "illettré". C'est un mot que je ne connaissais pas auparavant. Lui non plus d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Yves-Marie Clément (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves-Marie Clément
Yves-Marie Clément lit quelques pages de son roman le réveil de Zagapoï, paru en 2017 dans la collection Rester vivant du Muscadier.
Cet extrait met clairement en évidence les risques que représentent les virus et leur propagation sous forme de pandémie pour les populations humaines :
«Les virus sont nos plus grands ennemis. Ils pourraient supprimer en quelques semaines les neuf dixièmes de l'humanité.»
Voici une présentation du roman :
«Au coeur de la forêt amazonienne, en Guyane, une mission scientifique destinée à éradiquer les moustiques tourne mal. le GENIBE, puissant insecticide, entraîne des mutations dans la nature et le réveil de Zagapoï – l'Esprit de la jungle. L'expédition se transforme alors en cauchemar. Les membres de l'équipe scientifique échapperont-ils au pire ?»
+ Lire la suite
autres livres classés : illettrismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1130 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre