AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782841111961
216 pages
Éditeur : Editions Nil (01/01/2006)

Note moyenne : 2.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :
" Je n'aurais jamais pu vivre sans la maison. Pendant de longues années, j'ai séjourné dans les pays du Sud, à dix mille ou cinq mille kilomètres de là, et, en pleine chaleur, je ne survivais qu'à cause d'elle. Elle ne me manquait pas tous les jours, je n'y pensais pas très souvent, je n'avais pas de nostalgie, mais j'avais éperdument besoin d'y retourner, au moins une fois l'an. Une maison où l'on a survécu à de très grands dangers vous protège. " C. C.
C'es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
zabeth55
  20 mars 2013
Catherine Cément se réfugie régulièrement dans la maison où elle passa son enfance.
Maison de famille où les générations se succèdent, où tous se retrouvent et où chacun a sa place.
Maison dotée d'une âme où règne l'esprit donné par les ancêtres.
Maison témoin de générations, d'évènements familiaux et sociaux.
Famille d'érudits, d'artistes, d'élite.
Beaucoup de références historiques. Amour de la région, de la Loire.
L'auteur compare les époques, les changements, les transformations.
Elle compare aussi les lieux se référant aux nombreux voyages qu'elle a faits dans le monde.
L'ensemble est assez intéressant, pourtant j'ai sauté des pages et suis restée extérieure tout au long de ma lecture.
Commenter  J’apprécie          100
mfgaultier
  03 novembre 2013
Catherine Clément est ma voisine, enfin presque, puisqu'elle possède une maison de famille au Thoureil, charmant petit village situé tout à côté du mien. Dans ce livre au beau titre, Maison mère, elle évoque cette habitation ancienne, son histoire particulière, les souvenirs qui s'y rapportent. En le lisant, j'ai pu satisfaire une double curiosité : pénétrer l'histoire de cette belle demeure devant laquelle je passe parfois et découvrir l'écriture de son auteure. Bien m'en a pris, ce fut passionnant et enrichissant, le frisson d'être un peu comme une voyeuse en prime.
Maison_mre« Elle est venue au monde en 1678, à l'époque où son petit village sur les bords des vignobles de Loire était l'un des gros ports fluviaux entre Angers et Saumur, acheminant les vins jusqu'à Nantes ».
Catherine Clément ouvre grand les portes de sa maison et je l'ai volontiers suivie dans cette visite intime, comme une invitée. Au fil des pages, je m'aperçois que ce livre n'est pas seulement centré sur cette maison mais que la prose de la narratrice déborde, telle la Loire parfois, sur d'autres thématiques. Et d'ailleurs, ce repère d'ardoises et de tuffeau, aussi puissant qu'une figure maternelle, n'est finalement qu'un prétexte. Prétexte pour chanter la Loire, devant laquelle la maison se tient depuis trois siècles, aborder l'histoire régionale, replonger dans ses souvenirs d'enfance, de guerre, de champignons, de cuisine, évoquer la littérature (Balzac notamment) et même parler de légendes autour de sorcières.
C'est un superbe pêle-mêle d'idées, d'anecdotes, de sensations et autres souvenirs attachants auquel nous convie Catherine Clément qui aime à digresser, au gré de son inspiration. le tout forme un récit organisé en chapitres (aux titres parfois curieux comme celui-ci : « les effets érotiques de la flouve odorante ») dans lesquels elle brode des textes pleins de subtilités, parfois pudiques, emplis de sa vaste culture. Deux figures familiales émergent comme des fondations au livre : Yvonne la grand-mère, formant avec sa douce nourrice Rose, « les deux moitiés d'une fée », toutes deux s'occupant de Catherine alors bébé en 1939 et Louis le grand père, inventeur. N'hésitez pas à aborder la rive de ce texte !
Lien : http://blogs.lexpress.fr/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marti94
  27 novembre 2013
Je voulais découvrir Catherine Clément et je suis tombé par hasard sur cet essai au salon du livre. Il ne s'agit pas d'un roman comme j'ai cru au départ mais d'un témoignage vécu sur l'importance du lieu, de la maison (il s'agit donc d'un essai). C'est juste un peu nostalgique mais pas trop et ce que j'aime c'est son regard croisé des lieux où elle a vécu (la France, l'Inde et le Sénégal).
Lu en mai 2010
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
mfgaultiermfgaultier   03 novembre 2013
Louis tomba amoureux, comme tout le monde ici. Quand on voit la maison, on a plusieurs raisons pour un coup de foudre. On peut s’éprendre, au choix :

- Du fleuvre sous les fenêtres, « ct’iau qui coule » emportant les mouettes, les troncs, les tas d’écume, les noyés, les skieurs nautiques, les canoës, gabares, futreaux, barques noires et voiliers.

- De la vue infinie s’étendant sur la droite, large comme le Nil, vaste comme le Gange et bleue comme le Niger, jaune comme l’Amazone, emblème de tous les fleuves. Loire éternelle bordée de peupliers et de saules vert amande.

- De l’alliance éclatante entre pierre et ardoise, le tuffeau, blanc et or, l’ardoise, violet et bleu, et des fleurs qui les couvrent en été.

- Des trois tilleuls depuis trois siècles alignés, si vieux que leurs troncs abritent des champignons.

- Du sable rose qui dévore les eaux.

- Du sommeil délicieux, profond, emmitouflé de fleuve.

- Des vins de coteaux , rose, blanc, sec, sucré, clairet, ou rouge sang de boeuf.

- Du bruit étouffé des trains la nuit sur l’autre rive, signe de beau temps pour le lendemain.

- De la paix qui instille ses semences dans l’air, le plus léger, le plus haut.

- Du silence.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zabeth55zabeth55   20 mars 2013
C’est un bonheur qui n’en finit jamais : chacun de mes enfants réincarne à merveille l’âme d’un ancêtre ayant habité la maison.
Commenter  J’apprécie          140
zabeth55zabeth55   20 mars 2013
C’était un après-midi très doux sous les cyprès et je pensais à la photographie, à ces anciens enfants qui s’apprêtent à vieillir, qui prévoient de mourir et qui parlent des tombes sous le soleil d’été.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Catherine Clément (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Clément
Un essai lumineux à travers lequel Catherine Clément offre une réflexion sur les liens qui relient misogynie, féminisme, religion et sorcellerie à travers les âges.
Le livre est dès à présent en librairie !
autres livres classés : loireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1161 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre