AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782732478050
125 pages
Éditeur : Editions de la Martinière (15/09/2016)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
"Une image vaut dix-mille mots", affirme un dicton américain. Comme les fables, les métaphores sèment une idée en nous de manière beaucoup plus efficace qu'un long discours, Ce livre présente 52 métaphores, illustrées avec beaucoup de poésie et de tendresse par Alice Gilles. Par un jeu de visualisations multiples entre le texte et l'image, la métaphore se grave doublement dans notre esprit, s'intègre à notre "mémoire vive" et prend vie en nous. Ces "graines de sens"... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ghiblitotoro
  04 décembre 2016
Pourquoi avais-je choisi ce livre ? Parce que le livre d'Olivier Clerc est un livre de développement personnel. En l'occurrence, ça me convient très bien ce moment. L'auteur y propose 52 métaphores, une à méditer pour chaque semaine de l'année. A poser sur sa table de chevet, table de petit-déjeuner ou à côté de son zafu. ;-) Par ailleurs, chaque métaphore est accompagnée d'une illustration qui l'accompagne, ce que j'ai trouvé très malin, car les images peuvent être frappantes pour l'imagination.
Et voilà que je reçois ce volume. Je le feuillette (Car c'est un livre qui se laisse très bien feuilleter, parcourir jusqu'à ce qu'on s'arrête sur un mot ou une image qui interpelle.) et je constate que chaque métaphore occupe une double page : elle comporte un titre, un sous-titre, un texte explicatif et une sorte de notice conclusive. Son illustration, à l'encre et aux crayons de couleur, est assez naïve, voire figurative, et permet aisément de représenter les symboles.
Plusieurs thèmes reviennent : la connaissance de soi, l'adaptation au monde, aux évènements qui traversent une vie, à notre environnement, la nécessité de développer une conscience de soi et du monde, l'acceptation des difficultés. Ainsi, l'auteur permet au lecteur de cultiver « son jardin intérieur » avec des outils appropriés en transmettant sa propre connaissance de la psychè humaine et du fonctionnement du monde. Au détour d'une métaphore, il donne des pistes vers une hygiène mentale plus saine et sème quelques allusions culturelles, à Marc-Aurèle, philosophe romain, aux Evangiles, à Krishnamurti, sage indien.
Ses métaphores s'appuient sur notre imaginaire collectif, les contes, la parabole du fils prodigue, mais aussi sur notre environnement de tous les jours : la météo, la technologie, les informations... Il n'hésite pas à revenir sur l'étymologie des mots pour faire bien comprendre sa pensée et assortit ses textes de jeux de mots, afin de les rendre plus dynamiques et plus faciles à mémoriser.
J'ai apprécié la lecture de Graines de sens, même si j'aurais aimé lire ce livre dans les conditions pour lesquelles il a été écrit. Certaines métaphores m'ont vraiment parlé (...).
D'ailleurs, je me suis aperçue que si des thèmes reviennent, c'est aussi parce que l'auteur a prévu pour son lecteur un parcours sur une année : pour mieux apprendre, il faut avancer, mais aussi revenir sur ce qu'on a vu, en adoptant un angle différent. le même apprentissage, mais avec une autre métaphore.
Si j'ai aimé l'idée, je pense néanmoins que des améliorations peuvent être apportées afin de gagner en efficacité. D'une part, je n'ai pas trouvé la présentation toujours rigoureuse (...)
D'autre part, la métaphore n'est pas toujours clairement expliquée ou acceptable (Ou c'est moi... ;-)). (...)
Enfin, si ce point n'a pas été un bémol pour moi, il peut l'être pour un « profane » ;-) : Graines de sens est en partie orienté par un mouvement de pensées qu'il faut être à même d'accepter et auquel on doit se sentir d'adhérer. Par exemple, ce livre incite à la méfiance à l'égard de la technologie et des médias ou à pratiquer ce qu'Olivier Clerc appelle les « arts vénusiens ».
Pour conclure, je remercie Babelio et les éditions La Martinière de m'avoir envoyé ce livre dont je ferai grand profit durant l'année à venir. L'idée d'associer image textuelle et image picturale est très intelligente, même si je pense qu'il serait bon de resserrer le texte autour de son idée centrale.

Lien : http://lacuriositheque.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
wentworth23
  04 novembre 2016
Merci encore à Babelio pour m'avoir sélectionné lors de l'opération Masse Critique de septembre.
En premier lieu la couverture est très attractive ; elle renvoi une agréable impression de calme et de, mot à la mode, zénitude. Quel dommage que le contenu ne soit pas à la hauteur de ce ressenti.
Pour le contenu, eh bien je pourrais résumer comme suit : beaucoup de poncifs qui enfoncent des portes ouvertes. En outre Je n'ai pas du tout accroché aux constructions de phrases. le style de l'auteur n'est pas assez concis pour être pédagogique et le vocabulaire utilisé n'est ni assez châtié, ni assez pointu pour un lectorat spécialisé. Bref j'ai eu un peu de mal à situer ce livre, à déterminer à quel type de public il s'adresse.
A côté de cela j'ai beaucoup apprécié l'esthétisme de l'ouvrage ; la mise en page, la scénarisation des métaphores et le choix des illustrations qui les accompagnent sont très pertinents, le graphisme et la palette de couleurs utilisées sont tout à fait adaptés aux propos. Bravo à l'illustratrice.
Pour conclure, beaucoup de forme qui ne compense pas le peu de fonds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ally
  01 novembre 2016
Un joli livre qui s'inscrit dans l'air du temps. La métaphore du jardin intérieur est intéressante pour distiller quelques graines de sens en nous.
52 métaphores à découvrir, soit 1 par semaine.
Dans l'ensemble, le livre semble cohérent et porteur de sens.
Certaines métaphores se révèlent bien trouvées, à l'image de la grenouille qui se laisse engourdir par la température de l'eau et meurt, cuite.
Suivant les sensibilités de chacun et le vécu, des images trouveront beaucoup plus de résonances en nous que d'autres. L'idée, c'est plutôt de lire les métaphores en fonction du moment, sans ordre pré-établi. Dans la vie quotidienne, au fil des aléas, nous trouverons toujours une métaphore pour nous aider à y voir plus clair.
J'ai beaucoup aimé les illustrations d'Alice Gilles. le choix du crayons de couleurs est judicieux. Les images sont faussement naïves mais toujours d'une très grande justesse. de belles trouvailles, beaucoup de douceur et de tendresse. Les illustrations sont elles aussi porteuses de sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chriskorchi
  02 octobre 2016
Un livre très apaisant, très sympathique, j'ai beaucoup aimé le choix des 52 métaphores elles sont comme des petits pansements pour les bleus de l'âme, des petits bonbons pour consoler, des mots consolateurs, poétiques, apaisants, formateurs. Les illustrations sont tout à fait en adéquation avec le propos, avec les couleurs pastels qui ajoutent de la délicatesse au tout.
Ce que j'aime aussi c'est que le choix du sens à donner est laissé au lecteur, qui suivant son humeur, son état d'esprit, ce qu'il cherche ou ce dont il a besoin donnera un sens plutôt qu'un autre à une graine et pourra ainsi partager son expérience. Cela est important de se laisser aller à son propre ressenti, ne pas toujours être guidé ou orienté vers quelques choses de tout prêt. C'est agréable de faire sa propre expérience, car nous sommes tous différents et à des niveaux différents de nos vies et l'on ne peut généraliser constamment les choses. Une très belle expérience, c'est tout à fait ce dont j'ai besoin actuellement, ça m'a fait du bien et je suis convaincue des bienfaits que les mots et les images peuvent avoir sur le physique et le psychisme de chacun.
Libre à chacun de les lire dans l'ordre ou bien de choisir en fonction de son besoin, de son ressenti. On peut en lire une par semaine et s'en imprégner ou bien une par jour ou espacer plus, l'essentiel est de se faire du bien et prendre soin de son jardin intérieur.
VERDICT
Si vous avez besoin de vous recentrer, si vous aimez les bons mots, les belles illustrations, si vous êtes sensible au mieux vivre de l'intérieur, si vous aimez le développement personnel alors allez-y ! Vous ne serez pas déçus.
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   15 novembre 2018
Observez comment travaille un agriculteur. Il sélectionne soigneusement les grains de blé qu’il veut voir pousser. Il les enfouit ensuite dans une terre propice. Puis, il laisse la nature faire la plus grande part du travail: ce sont le soleil, la pluie et la richesse minérale du sol qui fournissent à cette céréale tout ce dont elle a besoin pour germer, croître et donner ses grains.

Au besoin, l’agriculteur les arrose, mais il ne les déterre pas tous les quatre matins pour vérifier si elles germent ou non.

Et un beau jour, une belle récolte l’attend dans les champs.
Sans en avoir conscience, nous pratiquons l’équivalent intérieur de ce processus, avec plus ou moins de rigueur et de succès.

Cependant, on peut aussi le faire délibérément, plus méthodiquement.

On pourrait qualifier cela d’« agriculture spirituelle »: semer une intention, récolter une réalisation. Pour commencer, sélectionnez l’idéal à atteindre ou le projet à réaliser. C’est là votre « graine »: elle contient en elle, à l’état virtuel, tout ce que vous voulez voir se développer et se concrétiser dans le jardin de votre vie. Ensuite, semez-la dans ce que l’on appelle le « champ de tous les possibles », en ayant recours à la concentration, la prière ou la méditation. Imaginez que vous confiiez mentalement votre graine à l’Univers, avec les ressources infinies dont il dispose. Par résonance, elle va attirer à elle tous les éléments nécessaires à sa réalisation.

« Arrosez » votre graine matin et soir, nourrissez-la quelques instants de votre amour et votre désir. Gardez-vous du doute qui la dessécherait et ne vous demandez pas comment elle va se réaliser: laissez faire l’Univers et ayez confiance.

Vous serez étonné du résultat... comme le furent les tout premiers agriculteurs de jadis. Rappelez-vous que chaque graine possède son rythme propre et que l’Univers a aussi ses saisons: mais tout ce qui est semé germera un jour!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   15 novembre 2018
Avez-vous déjà observé comment est fait un bateau à voiles?

De manière schématique, un voilier comprend une coque dotée d’un mât, une voile et un gouvernail. La coque est la partie solide qui vous soutient et vous abrite durant la traversée. La voile que viennent gonfler généreusement les vents, c’est ce qui vous permet de progresser inlassablement vers votre but. Enfin, le gouvernail vous permet de choisir votre destination, de garder le cap tout en orientant judicieusement votre bateau, de manière qu’il tire parti de tous les vents.

Quelle belle métaphore de l’existence!

Au plan symbolique, la coque est votre corps physique,

votre « embarcation » pour la grande traversée de la vie (et le mât, la colonne vertébrale !). La voile qui se gonfle et vous propulse en avant, c’est votre cœurs, c’est la force des sentiments et des désirs qui vous animent. Enfin, le gouvernail, c’est votre mental: grâce à lui, vous pouvez vous diriger, choisir une destination plutôt qu’une autre, donner un sens à votre parcours en mer et rester fixé sur votre but.

À quoi ressemble votre bateau à vous ? Certains ont un bon gouvernail, mais peu ou pas de voilure: l’intellect marche bien, mais le cœur n’est pas dilaté, les choses n’avancent pas. Pour d’autres, c’est l’inverse: leurs voiles sont gonflées à bloc, mais ils ne savent pas tenir la barre et tournent en rond. Ils bougent beaucoup, mais sans but précis. D’autres encore n’ont pas assez pris soin de leur coque qui s’est abîmée et prend l’eau...

Pour être de bons navigateurs, il faut savoir bien entretenir son bateau (le corps), offrir généreusement ses voiles (le cœur) aux souffles changeants de la vie et tenir bon le gouvernail (l’intellect) sans rigidité, mais en restant bien fixé sur sa destination. Bonne traversée à vous!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   15 novembre 2018
Dans la journée, quand le soleil brille, on ne distingue aucune autre lumière dans le ciel, car celui-ci est totalement saturé par la lumière solaire. C’est seulement une fois que notre astre disparaît derrière l’horizon dans un dernier flamboiement de couleurs que les millions d’étoiles s’allument dans le ciel et se révèlent à nos yeux émerveillés, traçant dans le firmament nocturne toutes sortes de figures et motifs que les hommes n’ont eu de cesse de déchiffrer. Ce n’est également qu’à la faveur de la nuit que la lune peut nous offrir la douceur particulière de son rayonnement...

De manière analogue, dans la vie de l’être humain, tant que la raison et l’intellect nous aveuglent de leurs brillants éclairages, souvent superficiels, elles nous dissimulent toutes les autres sources de lumière. Pour contacter les étoiles, ces lumières spirituelles supraconscientes qui peuplent notre ciel intérieur, il faut s’abandonner à la méditation, à la prière ou à la contemplation. En effet, ces pratiques font disparaître le mental à l’horizon de nos pensées et lui substituent le rayonnement stellaire qui a toujours guidé les hommes, cette lumière première dont l’espace obscur est pourtant saturé, une lumière curieusement invisible dont la raison n’offre qu’un pâle reflet. Alors, dans cette nuit intérieure, une fois le mental couché, même notre lune intérieure - symbole de l’imagination féconde et des reflets de l’inconscient - peut elle aussi déverser sur nous ses trésors: c’est là que nous viennent les inspirations et la créativité.

Ne laissez pas le soleil de la raison monopoliser votre ciel intérieur, au risque que sa lumière - dont une juste dose est utile et nécessaire - ne transforme votre jardin intérieur en un triste et brûlant désert. Laissez leur part aux étoiles et à la nuit, et récoltez chaque matin la rosée qui s’est délicatement déposée en vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   15 novembre 2018
Il existe aujourd’hui de nombreuses manières d’écrire. Par exemple, je peux rédiger une lettre sur mon ordinateur: elle est alors immatérielle - mélanges de pixels à l’écran et de bits de mémoire - et court le risque d’être effacée sans laisser de trace, tant qu’elle n’est pas imprimée.

Je peux aussi écrire un courrier à la main sur du papier: c’est déjà plus concret, plus durable, même si le papier peut brûler.

On peut également graver un écrit dans le bois ou dans le marbre, où sa trace - plus dense et plus profonde - subsistera bien plus longtemps.

De manière analogue, chacun d’entre nous est un livre vivant. Tout est langage dans les formes, les lignes et les courbures de notre corps et notre visage.

Nos pensées, aériennes et fugaces, n’y inscrivent que des traces légères et éphémères, tant qu’elles n’éveillent pas nos sentiments. Les sentiments, justement, ont déjà une empreinte plus forte, puisqu’ils modèlent à chaque instant notre visage, créant des expressions faciales que les autres déchiffrent aussitôt. Lorsqu’ils perdurent, ils finissent même par creuser des rides ici ou là, conformément à leur nature. Enfin, notre comportement, notre mode de vie et nos actions quotidiennes, résultats de nos pensées et nos sentiments, façonnent notre corps et notre structure durablement et en profondeur.

Le corps dont nous héritons, que nous modelons notre vie durant, est la somme des chapitres, écrits dans cette vie et au cours des précédentes, dont diverses disciplines comme la morphopsychologie sont capables de déchiffrer et lire le sens profond.

Alors, quel livre êtes-vous ? De quel message votre visage, votre corps, votre regard sont-ils porteurs ? Qu’y imprimez-vous jour après jour, et année après année, par les pensées, sentiments et actions qui s’y condensent?

Ayez conscience que tout s’inscrit en vous et choisissez en conscience l’histoire que vous voulez voir racontée un jour par votre être tout entier!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   15 novembre 2018
Imaginez-vous à l’intérieur d’une église, par temps nuageux. Le ciel est couvert, la luminosité faible. Vous êtes entouré de nombreux vitraux dont vous distinguez approximativement les motifs et les couleurs, dans la pénombre. Nombre d’entre eux représentent des scènes de martyres, des épisodes douloureux de la vie des saints.

Soudain, le soleil perce les nuages à l’extérieur et voilà que ces vitraux prennent vie: leurs couleurs inondent l’intérieur de l’édifice et les scènes qu’ils dépeignent - même les plus dramatiques - rayonnent maintenant d’une lumière étincelante. C’est un véritable festival de couleurs qui force l’admiration. Votre existence à vous, avec la multitude d’événements qu’elle comporte, des plus beaux sombres aux plus hauts en couleur, est à bien des égards pareille à cette succession de vitraux. Sans doute comporte-t-elle aussi plus d’un épisode douloureux, voire des moments de grande souffrance.

Vous ne pouvez pas davantage changer le passé que modifier la scène que dépeint un vitrail. En revanche, par votre patient travail intérieur, vous pouvez un jour faire jaillir intérieurement une lumière qui en transfigurera jusqu’aux instants les plus sombres et difficiles. Les faits resteront les mêmes, mais il se dégagera d’eux un éclat qui en justifiera rétrospectivement jusqu’au moindre détail.

Seule la forme du passé est figée à jamais comme le verre: à tout moment, votre conscience présente peut l’illuminer, en révéler la beauté insoupçonnée et en faire surgir un sens aussi lumineux que le diamant dissimulé dans la noirceur du charbon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : métaphoreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2373 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre