AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791095023074
Éditeur : FADM (06/01/2017)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Sait-on vraiment qui on est à dix-huit ans ? Comme leurs mères avant elles, Isabelle, la rebelle, et Elena, l’enfant adoptée, sont amies depuis l’enfance. Étudiantes à Montpellier, elles apprennent l’autonomie. S’engagent pour les causes qui les font vibrer. Expriment leurs colères. De leur côté, Jacqueline et Maryvonne sont toujours inséparables. Mais tellement différentes ! Jusque dans la façon d’accompagner leurs filles vers l’âge adulte. Et puis il y a ce profes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Marie-Nel
  29 août 2017
Le poids de la colère est la suite de le Frisson de la liberté, mais ils peuvent être lus séparément l'un de l'autre, la compréhension est totale, l'auteur faisant des références dans le passé.
Pour ma part, c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de Florence Clerfeuille, et je me retrouve maintenant dans le même dilemme qu'à la fin du premier tome, j'ai hâte de connaître la suite !! Comme précédemment, l'auteure m'a prise par la main dès le début du roman, et je ne l'ai pas lâchée avant la fin, sa plume fluide et précise me fait penser à un voyage, j'avais envie qu'il ne s'arrête pas, qu'il se prolonge encore, lorsque j'ai vu le mot Fin arriver, j'ai pensé qu'elle ne pouvait pas nous laisser là maintenant !
Nous sommes dans les années 1980, plus précisément en 1986, on fait la connaissance de deux étudiantes Isabelle et Elena, qui nous font tout de suite penser à deux autre jeunes filles des années 1968, que l'on connait du premier tome...et pour cause ce sont leurs mères, Jacqueline est celle d'Isabelle, Maryvonne celle d'Elena. Comme leurs mères, elles étudient toutes deux à Montpellier, comme elles, elles sont des amies d'enfance inséparables. Une histoire jumelle de leurs mères. Mais il faut dire aussi que celles-ci n'ont jamais voulu se séparer et se perdre de vue, malgré leurs vies respectives, ce qui explique le lien fort qui unit également leurs filles.
On retrouve dans Isabelle le caractère rebelle de sa mère Jacqueline, son même amour pour la littérature, elle suit d'ailleurs les mêmes études que Jacqueline. Isabelle, tout comme Jacqueline, souffre d'un très gros problème de communication avec sa famille, beaucoup de non-dits la font se poser une tonne de questions. Elena n'a pas reçu la même éducation qu'elle, Maryvonne a toujours prôné la discussion avec sa fille, ne lui cachant rien. On sent bien que Elena est plus épanouie de ce fait. Exactement comme leurs mères, elles sont totalement différentes de caractère, de façon de se comporter, mais sont complémentaires l'une à l'autre !
Les flashbacks qui ponctuent les chapitres permettent au lecteur de comprendre ce qu'il s'est passé quelques années plus tôt, dans le passé de nos héroïnes du Frisson de la liberté, nous prenons connaissance de la suite, ce qu'il est advenu de Jacqueline et Maryvonne. Je suis restée baba avec certaines révélations, j'ai également été très émue, surtout lorsque Jacqueline raconte son passé à sa fille Isabelle. À partir de ce moment là, tout va s'éclairer pour elle, elle va être plus posée, plus calme dans ses choix. Je parle beaucoup d'Isabelle, je trouve que c'est le personnage le plus important de ce roman. Elle a un vécu pas banal, et il est intéressant de lire sa transformation.
Je pense que l'on s'attache beaucoup et facilement à toutes ces personnes, car elles pourraient être vous, moi, n'importe qui, je suis sûre que tout le monde a connu ou entendu quelqu'un avoir le même vécu. Ce que j'ai également énormément apprécié, c'est que l'auteur date très bien son récit, et le place dans les événements correspondants à l'époque. Dans le frisson de la liberté, elle nous a retracé avec précision le mois de mai 1968, en plaçant ses personnages dedans, le problème des femmes pour la contraception, etc...Ici, c'est pareil. En 1986, il y a eu la loi Devaquet, une réforme sur les universités, qui a fait un tollé général chez les étudiants et lycéens, des manifestations énormes, on a d'ailleurs pensé qu'un nouveau mai 68 arrivait ! Et il y a eu la mort de Malik Oussekine, ce jeune tabassé par des policiers... Je me suis vraiment sentie très proche d'Isabelle et d'Elena, car j'ai connu ces moments, j'étais moi aussi dans les manifs, j'étais aussi à la marche blanche avec Touche pas à mon pote...L'auteur m'a fait remonter dans mes propres souvenirs !! J'ai l'impression que ces deux jeunes filles étaient mes copines de fac, de vivre en même temps qu'elles...drôle de sensation...et un attachement à elles encore plus fort !
Florence Clerfeuille a enfin parlé d'un sujet qu'elle a déjà évoqué précédemment, et je trouve également cela très fort et très utile, même à l'heure actuelle ! Il s'agit de la contraception, de l'IVG, que Maryvonne et Jacqueline ont connu illégal, des tout débuts du SIDA, les premiers tests, les plannings familiaux. Je trouve vraiment cela très important, tout en faisant évoluer les jeunes gens de leur rappeler l'importance de la protection lors d'un rapport, de la prise de la pilule, de prendre conscience qu'un rapport non protégé est un acte grave pour sa santé. Isabelle et Elena naviguent dans toute cette évolution, comme leurs mères dans les années 1970. Maryvonnne sera une active partisane de la légalisation de l'avortement. Un clin d'oeil important est fait à Simone Veil, l'auteur nous retrace son discours à l'assemblée devant un parterre d'hommes, les signataires des femmes. Avec la disparition de cette grande dame récemment, j'ai trouvé le message encore plus fort pour la femme !
J'ai beaucoup de mal à m'arrêter de parler, comme vous pouvez le voir ! Ce roman est vraiment une pépite et parle de tellement de choses primordiales et encore d'actualité qu'il devrait être au programme dans les collèges et lycées, ce serait un moyen ludique de faire prendre conscience aux jeunes de sujets encore tabous dans certaines familles !
Maintenant j'attends la suite, le Choc de la haine, avec impatience ! La fin est passionnante et excitante, que va-t-il se passer dans la vie d'Isabelle et en même temps dans celle de Jacqueline ? Ce professeur qu'elle a rencontré, et dont je ne vous dirai rien, va-t-il prendre la place qui lui est due ? Maryvonnne et Elena vont-elles voir leur vie chambouler ? Vous voyez, il reste encore de quoi piquer ma curiosité !! L'auteure sait très bien la titiller, mais j'aime ça, c'est ce qui rend une saga époustouflante...vouloir connaître la suite...
J'espère vous avoir donné envie de lire à votre tour ce roman, et le précédent aussi, vous ne serez pas déçus, c'est vraiment une histoire très addictive, très belle, très émouvante, drôle...bref, c'est à lire absolument !!
De mon côté, je remercie très chaleureusement Florence Clerfeuille de m'avoir fait revivre de très bons souvenirs de jeunesses, de m'avoir permis de m'évader le temps de la lecture de ce deuxième opus, et ma grande question est...de quoi va-t-elle nous parler dans le troisième ?
Affaire à suivre....
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laetyinwonderland
  24 août 2017
J'étais absolument ravie de retrouver Maryvonne et Jacqueline. Nous les avions laissé à l'aube de leurs vies de femmes et j'étais enchantée de connaître la suite!
Jacqueline s'est mariée avec Patrick, mariage arrangé par sa famille et a mit au monde une petite fille, Isabelle.
La jeune femme rebelle, forte et indépendante, a laissé place à une épouse passive et à une mère dépassée par le potentiel de sa fille et ne sachant que faire pour créer un lien qu'elle juge inexistant, avec elle. Elle cache un lourd secret, qui au fil du temps, la pèse et met en péril sa relation avec sa fille. Son quotidien n'est donc plus aussi joyeux qu'il a pu l'être dans le passé et c'est avec effacement qu'elle traverse les jours.
Maryvonne, quant à elle, est institutrice, n'est pas mariée mais a deux enfants qu'elle a adoptés, Rafael et Elena, d'origine coréenne. Sa vie la comble et elle trouve beaucoup d'épanouissement de part un métier qu'elle adore et deux enfants raisonnables et tendres envers leur mère. le lien qui unit ce petit trio est indéniable et particulièrement touchant. Maryvonne a donc réussi sa vie sur tous les plans et cela se ressent de par son équilibre, parfait.
Ici, nous allons continuer à suivre les aventures de Jacqueline et Maryvonne, mais en filigrane: en effet, les deux personnages centraux de ce deuxième tome sont leurs filles, Elena et Isabelle, qui sont amies tout comme leurs mamans.
Les deux jeunes filles sont tout aussi attachantes que leurs mères et je suis ravie de les avoir rencontré!
Isabelle, empreinte d'une colère et d'une révolution intérieure, qu'elle n'explique pas, se battra contre la loi visant à réformer l'université et ses pratiques. Elle verra aussi sa vie chavirer par l'arrivée d'un professeur de lettres dans sa vie. Bien plus qu'elle ne le pense d'ailleurs.
En lisant les passages la concernant et après avoir dévoré le premier tome, j'ai beaucoup aimé discerner les petites touches de caractère appartenant à l'un et l'autre de ses parents.
Au défilement des chapitres, nous sentons un apaisement la remplir de par les découvertes qu'elle fera. Isabelle est clairement mon personnage préféré de ce deuxième tome. J'ai aimé sa force de caractère, sa sensibilité cachée par une carapace et sa détermination.
Elena, quant à elle, raisonnée comme sa maman pouvait l'être dans sa jeunesse, s'investira pour des causes comme l'avortement ou SOS Racisme. Toujours avec justesse et intelligence, nous retrouvons également beaucoup de similitude dans sa façon d'agir, avec sa maman.
Si Mai 68 semble loin dans la chronologie, cette période n'est pourtant pas si loin car plusieurs combats font également vivre les rues : une loi visant à régenter l'université est sur le point de passer l'avortement, illégal, est abordé par Simone Veil et SOS racisme prend place sur les vestes des jeunes avec le Pin's Touche pas à mon pote.
Florence CLERFEUILLE m'a, encore une fois, emporté sans aucune difficulté, à la dernière page de l'un de ses livres. Toujours aussi fan de son écriture, j'ai dévoré ce deuxième tome.
Hâte, maintenant, de découvrir le troisième tome, qui clôturera cette saga.

Lien : http://nuages-de-mots.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LEFILDEMESLECTURES
  21 juillet 2017
Dans ce roman, on retrouve Maryvonne et Jacqueline, nos deux personnages du tome précédent, mais elles ne sont plus adolescentes, ce sont maintenant des femmes adultes, mères de famille.
J'adore le fait qu'elles soient toujours présentes, on peut voir ce qu'elles sont devenues, ce qu'il s'est passé presque 20 ans après, mais surtout ce qui est agréable, c'est qu'au-delà de découvrir leurs vies à ce moment précis, on a aussi le plaisir de lire plein de « flashbacks » qui nous permettent de comprendre ce qu'il s'est passé entre temps, comment ont-elles évolué ? Quelle a été leur vie ? Qui ont-elles rencontré ?

Evidemment, nous rencontrons aussi la nouvelle génération : Isabelle (la fille de Jacqueline) et Elena (la fille de Maryvonne) qui sont étudiantes à leur tour, à Montpellier, comme leurs mères avant elles, mais pas à la même époque, nous sommes dans les années 80 et nous découvrons leurs buts, leurs vies, leurs projets, leur colère, leurs doutes !
Au milieu de tout cela, Florence nous amène à nous questionner sur l'éducation des enfants, le mariage, les relations mère-fille. Maryvonne et Jacqueline sont très différentes, elles n'ont pas la même vision des choses, pas la même vie et n'ont pas eu la même évolution.

On se retrouve donc dans un méli-mélo de générations, parfaitement maîtrisé, tantôt dans les années 70, tantôt dans les années 80, les filles de nos héroïnes découvrent la vie, les joies, les peines, les difficultés de la jeunesse, les études, les premiers amours et surtout elles découvrent le passé, la vie de leurs mères lorsqu'elles avaient leur âge, la façon dont elles vivaient et ce qu'elles sont devenues. C'est surtout Isabelle qui va faire de grandes découvertes !

Comment ne pas s'attacher à ces personnages ? Comment ne pas les apprécier ? On a qu'une seule envie : lire la suite, envie que le roman ne s'arrête jamais !

Nous sommes embarqués dans cette histoire, c'est un voyage splendide, je suis admirative du combat mené par les femmes qui nous ont précédées, c'est grâce à elle qu'aujourd'hui en France notre condition a évolué. J'adore la capacité qu'a Florence de nous apprendre des choses, de nous plonger dans la condition féminine, les droits des femmes, tout en nous amenant à un univers romanesque !

J'ajouterais qu'il y a dans ce roman une référence à Simone Veil, totalement d'actualité pour le coup !

Enfin mon passage préféré concerne la discussion à coeur ouvert entre Jacqueline et Isabelle, lorsque Jacqueline raconte tout à sa fille, ce fut un passage magique et émouvant !

Je peux vous dire une chose, j'ai hâte de lire le tome 3, et j'aurais aimé qu'il y ait beaucoup d'autres tomes !
Lien : http://lefildemeslectures.ek..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
louloutediary
  24 août 2017
1986, dix-huit ans après mai 68, qui a tracé l'avenir de Jacqueline et Maryvonne, leurs filles, Isabelle et Elena, sont inséparables, tout comme leurs mères au même âge.
Jacqueline est à présent mariée et femme au foyer. Éteinte, elle a toujours eu beaucoup de mal à communiquer avec sa fille Isabelle, très vive et avec une colère constante en elle. Pourtant, les deux femmes ont bien plus de points communs qu'elles ne le pensent.
Maryvonne, quant à elle, élève seule ses deux enfants d'origine coréenne, qu'elle a adoptés. Contrairement à son amie, elle a toujours été très proche de sa fille Elena et de son fils Rafael. Entre eux, il n'y a jamais eu de secrets ... Ou presque, car Isabelle va faire une rencontre qui va plonger sa mère et son amie dix-huit ans en arrière, et faire resurgir un lourd passé.
C'est toujours un plaisir de retrouver Florence Clerfeuille et je la remercie de nous avoir fait une nouvelle fois confiance en nous adressant la suite de cette trilogie féminine et féministe.
J'avais aimé le premier tome, qui m'avait permis d'en savoir plus sur la condition de la femme dans les années 60. L'amitié de Jacqueline et Maryvonne a traversé les années sans prendre une ride, malgré leur évolution.
La jeune fille rebelle qu'était Jacqueline a laissé place à une femme rangée et effacée. Épouse de militaire, elle ne quitte plus son foyer et reste dans l'ombre de son mari et de sa fille. Maryvonne a elle réussi à mener à bien ses projets. Institutrice à Montpellier, elle se fait muter dans sa ville natale, afin d'être plus proche de son amie et d'accueillir ses enfants dans un bon cadre de vie. Éternelle célibataire, elle ne souhaitait pas s'encombrer d'un homme. Sa vie est bien assez remplie entre son métier et son rôle de Maman.
Ici, nous assistons à la naissance de l'amitié entre Isabelle et Elena, leurs filles. A l'instar de leurs mères, les deux jeunes filles, inséparables, vont mener leurs propres combats. Elena va vite rejoindre SOS racisme, tandis qu'Isabelle va manifester contre le projet de loi Devaquet, ayant pour but de réformer le système universitaire français. Mais le véritable combat de cette dernière va plutôt se mener sur le plan personnel, par une découverte qui va changer sa vie.
Ce deuxième tome, dans la continuité du premier, est également axé sur la femme. Des sujets forts y sont traités, tel que l'avortement, illégal jusqu'en 1975. Ma préférence va pour ce volet, car je me suis beaucoup attachée à Isabelle et surtout à Elena. J'espère pouvoir les retrouver prochainement dans "Le choc de la haine", qui clôturera cette trilogie.
Lien : http://nuages-de-mots.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pioucorinne
  19 août 2018
Dans ce second tome, nous nous trouvons en compagnie des enfants de Maryvonne et de Jacqueline ... et on continue à découvrir leurs vie et grâce à cette suite on voit l'évolution des conditions de vie des femmes au fil des ans ...

On apprend aussi la suite de l'histoire de Maryvonne et Jacqueline, comment leurs vies ont évolué et l'incidence que ça a pu avoir sur leurs enfants respectifs...

Ce deuxième opus est tout aussi bien réussi que le premier, pas de temps mort, pas d'ennui, juste le plaisir de retrouver les deux amies et de savoir ce qu'elles sont devenues.

J'ai eu de l'affection aussi pour Isabelle et Elena car elles sont pleines d'enthousiasme, elles ont la fougue de leur jeunesse et ça fait du bien, d'une certaine manière elles ressemblent à leurs mères respectives et cela toujours dans le respect de l'autre ...

J'ai hâte maintenant de lire le 3ème tome et je suis fin heureuse d'avoir découvert cette trilogie alors qu'elle est totalement écrite :-)
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2017
Les cheveux courts, le visage dénué de tout maquillage, elle avait le naturel et le sourire de quelqu’un en qui on ne pouvait pas s’empêcher d’avoir confiance. Elle irradiait la bonté et la sérénité. L’énergie aussi.
Parfois, Isabelle ne pouvait pas s’empêcher d’être jalouse de son amie d’enfance. Elle aurait tellement aimé avoir une mère comme Maryvonne… Une mère douce et aimante, mais aussi forte et vivante. Une mère avec laquelle on pouvait parler de tous les sujets, du plus anodin au plus important. Une mère qui trouvait toujours le temps, malgré son métier et le fait qu’elle les élève seule, de s’occuper de ses enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2017
Quand l’une menait une vie trépidante, entre heures d’enseignement auprès de ses petits élèves, de préparation des cours, de rencontres (nombreuses) avec les parents et d’organisation d’activités extrascolaires, l’autre n’occupait ses journées que grâce à la lecture et la télévision.
De tout ce qu’Isabelle n’aimait pas chez sa mère, c’était sans doute son oisiveté qui l’exaspérait le plus. Comme si femme de militaire était une activité en soi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2017
En l’an 2000, elles auraient trente-deux ans… S’imaginer dans une vie d’adulte était autrement plus compliqué que de rêver aux avancées technologiques du xxie siècle !
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : avortementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1852 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre