AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur Le dernier des nôtres (86)

jeunejane
jeunejane   27 septembre 2017
Depuis que l'Homo sapiens est sorti de sa caverne, le monde n'a jamais été tendre avec personne, mais l'honnêteté et la délicatesse se révélaient, à New York, particulièrement handicapantes. J'avais décidé de lui apprendre à se défendre. Il s'était assigné la mission de me civiliser.
Commenter  J’apprécie          280
migdal
migdal   15 décembre 2019
J'ai commencé par l'engueuler. Je lui ai dit qu'elle était folle, que je n'avais rien à voir avec tout ça. Elle voyait le mal partout. Elle n'avait pas le droit. C'était de la rage de m'en vouloir à ce point-là. Que cherchait-elle ? A me détruire ? A m'entraîner dans son enfer ? Je n'avais rien fait pour mériter d'être traité comme elle me traitait. Où avait-elle été chercher une histoire pareille ? Elle savait à quel point le mystère de mes parents biologiques me faisait souffrir, c'était déloyal de m'attaquer sur ce terrain. De jouer de mes peurs et de mes faiblesses. Ce qu'elle me disait était une agression inouïe. C'était cruel, infondé. Je n'avais pas de mots pour qualifier ça. Ou plutôt si, j’avais un mot : pervers.
(...)
Savoir. J'avais tant voulu savoir... mais ça ! Etre marqué au fer rouge. Etre coupable du pire dont un homme est capable. Naître de cette infamie. Je me sentais sale. Pris au piège. Répugnant. Les autres n'ont rien ajouté, posant sur moi des regards apeurés. La pièce s'est mise à tourner. Mes oreilles bourdonnaient. Ce que j’avais enfoui depuis des années est remonté d'un coup. Une éruption volcanique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
oran
oran   02 mai 2018
-L’opération Paperclip ? relança Marcus.
- C’était le nom de code de la mission qui a permis, en toute discrétion et en toute illégalité, de faire venir mille cinq cents savants et ingénieurs nazis aux Etats-Unis. Cent dix-huit d’entre eux ont passé plusieurs années à Fort Bliss au Texas.

Commenter  J’apprécie          130
Spilett
Spilett   18 mars 2018
— Je suis possessif depuis le premier jour.
— Sans doute parce que tu as des choses à te reprocher...
— Quel rapport ?
— Lorsque l'on est dispersé dans ses affections, on a tendance à croire que les autres le sont aussi.
Commenter  J’apprécie          120
Meps
Meps   10 mars 2018
Victor Klemp, le chirurgien à l'origine de cette unité d'urgence, tentait d'organiser l'horreur. Il avait un temps pensé que Dieu punissait son peuple d'une faute qu'il soupçonnait et qu'il avait refusé de regarder en face. Depuis que, cent fois par heure, la mort l'humiliait des pires façons, il ne croyait plus que Dieu avait voulu cette souffrance. Il ne croyait plus que Dieu s'intéressait encore à ce monde, et l'église, seule verticale s'arrachant aux sédiments des destructions, ne lui semblait ni un miracle, ni un signe du ciel, mais une ultime et révoltante provocation.
Commenter  J’apprécie          110
Duzbo
Duzbo   10 décembre 2016
Il est facile de trouver la solution quand les années ont passé, mais c'est dans le brouillard du présent que les décisions se prennent.
Commenter  J’apprécie          110
JIEMDE
JIEMDE   26 février 2017
L'avantage, avec les filles qui vous aiment pour votre argent, c'est que l'on sait comment les garder.
Commenter  J’apprécie          100
celine85
celine85   17 septembre 2016
Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi elle m'a montré ses cicatrices, et ne les a montrées qu'à moi.
Commenter  J’apprécie          100
nelly76
nelly76   25 octobre 2018
Les yeux me brûlaient. Un bref silence s'installa.D'une voix qui n'était pas la mienne,je dis:
-- oui,nous ferons cela et peut-être plus encore.
Je lui tendis la main.Il la prit et la serra.D'un regard,nous echangeâmes presque toute notre personne.Quelque chose d'une nature que je ne saurais définir se scella ce jour-là. C'était un lien puissant qui ne retirait rien à ceux que j'aimais ,qui m'aiderait au contraire à les aimer plus encore.Entre cet homme et moi se signa ,sans un mot ,un pacte absolu et i indéfectible un pacte qui m'apporte enfin une forme de paix.
Commenter  J’apprécie          70
nelly76
nelly76   22 octobre 2018
Manhattan,1969

La première chose que je vis d'elle fut sa cheville ,délicate,nerveuse ,qu'enserrait la bride d'une sandale bleue.Je n'avais jamais été fétichiste avant ce jour de mai et si j'avais dû me concentrer sur une partie de l'anatomie feminine ,j'aurais spontanément choisi les fesses ,l'entrejambe ,la gorge ou peut-être le visage,certainement pas les pieds.Je ne les remarquais que s'ils étaient moches ou mal tenus,ce qui n'arrivait pas souvent .J'avais la chance d'être aimé des jolies femmes et je mettais un point d'honneur à répondre à leur affection .C'était justement le sujet de notre conversation.
Commenter  J’apprécie          70




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox

    Autres livres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre (2) Voir plus




    Quiz Voir plus

    Quelle guerre ?

    Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

    la guerre hispano américaine
    la guerre d'indépendance américaine
    la guerre de sécession
    la guerre des pâtissiers

    12 questions
    2300 lecteurs ont répondu
    Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre