AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Emma Goldman (Autre)Léa Gauthier (Traducteur)
EAN : 9782228932325
224 pages
Payot et Rivages (04/01/2023)
4.33/5   6 notes
Résumé :
Emma Goldman voyait en elle "la femme la plus douée et la plus brillante que l’Amérique ait jamais produite". Excellente oratrice, ardente combattante de la domination masculine, Voltairine de Cleyre (1866-1912) était plus littéraire que Goldman et surtout plus radicale dans son féminisme et son anarchisme. Ce recueil comprend "Pourquoi je suis anarchiste", "De l’action directe", "L’esclavage sexuel", "L’idée dominante", "L’anarchisme dans la littérature", ainsi qu'... >Voir plus
Que lire après Y a-t-il plus fier et libre que nous ?Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Recueil de textes écrits il y a plus de cent ans et qui sont encore complètement d'actualité.

Les détails des "faits divers" changent, les principes qui les animent sont les mêmes que ce qu'on peut voir au JT ou lire dans la presse quotidienne.

Voltairine de Cleyre était très en avance sur son temps (ou alors la "modernité" est moins récente qu'on ne le croit ?).

Et malgré toutes les avancées déjà engrangées, la route est encore longue.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Je ressentais par-dessus tout un profond dégoût envers l'enfermement des femmes dans le cercle étroit de la vie quotidienne où on les subordonne, sur le plan matériel, dans l'espace domestique et dans l'éducation; j'avais en aversion les idéaux qu'on proposait à notre sexe; j'éprouvais un sentiment amer et passionné d'injustice personnelle à cet égard; j'étais en colère contre les institutions mises en place par les hommes qui assurent vouloir préserver à travers elles la pureté de la femme mais qui en font un poupon, une irresponsable marionnette à qui l'on ne peut pas faire confiance en dehors de sa « maison de poupée ». J'étais écœurée du fait que la loi puisse sanctionner tant d'inhumaines horreurs, qu'une femme ne puisse échapper à la grossièreté d'un mari, ou inversement, sans attirer le scandale et le mépris de la société, qu'en dépit de toutes les difficultés et les misères de l'exis-tence, les hommes et les femmes dussent encore obéir au vieux commandement israélite : « Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre'», simplement parce qu'ils ont la permission de la société pour le faire, sans égard aux esclavages à infliger aux malheureuses créatures nées de leurs passions.
Commenter  J’apprécie          00
Car c'est bien un adultère lorsqu'une femme se soumet sexuellement à un homme sans le désirer, dans l'espoir de le « garder vertueux », de le « garder à la maison ». (Eh bien, si un homme ne m'aimait pas et ne me respectait pas assez pour être « vertueux » sans m'obliger à la prostitution, il devrait partir, voilà tout. Il n'y a aucune vertu à le garder.) C'est un viol lorsqu'un homme s'impose
sexuellement à une femme, qu'il en ait l'autorisation par le mariage ou non. Voilà la plus vile des tyrannies lorsqu'un homme contraint la femme qu'il dit aimer à endurer le supplice de porter des enfants dont elle ne veut pas, et aux besoins desquels ils n'auront pas les moyens de subvenir correctement - il s'agit bien là d'une règle et non d'une exception.
Commenter  J’apprécie          00
(...) pourquoi ces épouses opprimées ne quittent-elles donc pas le foyer ? Mais pourquoi ne courrons-nous pas lorsque nos pieds sont enchaînés ? Pourquoi ne crions-nous pas lorsque nous sommes bâillonnées ? Pourquoi ne levons-nous pas nos bras au-dessus de nos têtes lorsqu'ils sont rivés le long de notre corps ?
Commenter  J’apprécie          10
Et maintenant où se trouve le remède ? Il réside en un mot, le seul ayant amené l'équité partout : "liberté" ! Plusieurs siècles successifs de liberté, voilà la seule chose qui permettra que ces idées pestiférées tombent en désuétude et se désintègrent.
Commenter  J’apprécie          00
Toute personne qui a eu le projet de mener une action, et l'a effectivement mené à bien, ou qui l'a exposé à d'autres afin d'emporter leur adhésion, sans demander à des autorités extérieures d'agir à sa place, a eu recours à l'action directe.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Voltairine de Cleyre (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Voltairine de Cleyre
Timelapse Portrait : Voltairine De Cleyre.
autres livres classés : anarchieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (39) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
573 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *}