AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782264080561
264 pages
10-18 (15/09/2022)
3.32/5   44 notes
Résumé :
Une jeune fille devient la cible de la presse à scandale et de la toile après avoir été la nounou d’une famille célèbre. Une adolescente séjourne chez son amie, dans le ranch d’une communauté hippie, et découvre la perversité des premiers jeux sexuels. Un producteur assiste à la projection du film de son fils en même temps qu’à l’émiettement de sa propre notoriété et de son statut de père. Un rédacteur en chef lâché par tout son réseau de relations et par sa femme t... >Voir plus
Que lire après DaddyVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,32

sur 44 notes
5
3 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
D'Emma Cline j'avais lu et beaucoup aimé The girls, inspiré de l'assassinat de Sharon Tate par des jeunes filles à la dérive, adeptes du gourou Charles Manson.

Daddy n'est pas un roman mais un recueil de nouvelles, format littéraire que j'apprécie vraiment beaucoup. Contrairement au roman, la nouvelle exige de la concision, de la sobriété, de l'intensité.
L'apparente simplicité de la trame, la plume volontairement atone et les ellipses mettent en exergue l'agitation vaine de ces personnages englués dans leur existence.

Une jeune fille cible de la presse à scandale, un père aigri qui reçoit ses enfants adultes pour Noël, un éditeur sur la touche qui ambitionnait de devenir le prête-plume d'un homme d'affaires… Les dix nouvelles sont des instantanés de vies. le lecteur, immergé dans des situations qu'il n'a pas toutes les clés pour comprendre, se retrouve à chaque fois basculé dans une interrogation. Certaines fins ouvertes, ces dénouements qui n'en sont pas, nous laissent le soin d'imaginer la suite, avec la faible probabilité d'une conclusion heureuse. Exit le « happy end ».

Car ne vous fiez pas à la couleur de la couverture : chez Emma Cline la vie est loin d'être rose.
L'écrivaine américaine ne sublime pas ses personnages, elle les fustige. Ainsi que l'Amérique d'aujourd'hui, loin des clichés du cinéma hollywoodien. Hypocrisie, corruption, perversité larvée, solitude, vulnérabilité et désenchantement, y compris au sein des relations familiales.
Je recommande fortement aux adeptes du genre.
Commenter  J’apprécie          152
Une réunion de famille au goût amer, une jeune actrice vivotant à Los Angeles, un père convoqué à l'école de son fils, un éditeur sur la touche, une nounou prise dans un scandale...
Dans cette dizaine de nouvelles (dont une, "Los Angeles", déjà parue chez le même éditeur), Emma Cline pose un regard sans concession sur des personnages aux rêves brisés et à l'ambition essoufflée. La plupart évoluant dans un milieu aisé (ou n'en récoltant que les miettes), baignent dans leur propre désespoir et sont souvent accros, au pouvoir ou aux cachets. Même le cadre familial est ici loin d'être un cocon sécurisant.
Sous sa plume (découverte avec le superbe "The Girls"), il y a décidément quelque chose de pourri dans cette Amérique pailletée qui prend, engloutit et recrache, cachant des âmes à la fois perverses et vulnérables. Emma Cline a cet impressionnant talent d'installer en l'espace de quelques lignes un univers peuplé de personnages complexes. Chacune de ces nouvelles est en soi un début de roman dont on a envie de connaître la suite, même avec la faible probabilité d'une fin heureuse
Commenter  J’apprécie          40
SCALPEL

Pour trancher, deux méthodes. Soit le gros pain de campagne que l'on découpe au moyen d'un couteau à grosse dents, des tranches bien épaisses, promesses d'un festin à venir. Ou bien de fines lamelles via un bistouri en acier trempé, comme on cisèle une chair morte.

Emma Cline est de la seconde école.

Je lis de plus en plus des nouvelles. J'en mesure la difficulté, l'art de cet exercice. Sur un roman, l'autrice peut se permettre de s'étendre, épouser l'entièreté du volume disponible. La nouvelle au contraire est la science de la sobriété, l'intelligence de l'ablation.

Dans ces 10 récits, Emma Cline pousse le retranchement dans ces derniers du même nom. Plus que des nouvelles, on lit des instantanés de vies, des portions d'existence. Il n'y a guère de début ni de fin à ces polaroïds de cellulose ni d'explications sur le pourquoi du comment ses protagonistes en sont arrivés là. Emma Cline fait le pari de son écriture, de son rythme faussement atone pour ferrer son lectorat.

À vrai dire, un jour de pluie, le portrait d'un Michel Houellebecq aussi souriant qu'usuellement et un CD de Portishead tournant en boucle et le décor serait planté. Cela ne respire pas une joie bondissante Daddy, nous sommes dans une coexistence de solitudes qui échouent à se rencontrer, à interagir.

Sur des thématiques très modernes, Cline développe une musicalité bien à elle, quelque chose de Houellebecq c'est sûr mais sans cette misanthropie fin de siècle du neurasthénique le plus fameux de la littérature contemporaine. Emma Cline se rapproche plus de l'entomologiste impavide observant l'agitation vaine de ses personnages.

Je ne suis guère adepte de cette posture. En vérité, Daddy avait tout pour me hérisser les follicules pileux, pourtant j'ai dévoré ce recueil. J'ai aimé ces dénouements qui n'en sont pas, nous laissant le soin d'imaginer la suite, dévier le cours de ces existences vouées à l'isolement ou en confirmer l'inanité.

Emma Cline (dont je vous conseille le phénoménal The girls) nous donne à lire un livre dont nous sommes presque les co-auteurs. Ce n'est pas rien.

Je remercie les Editions de la Table Ronde et Babelio pour cet envoi reçu dans le cadre de l'opération Masse critique
Lien : https://micmacbibliotheque.b..
Commenter  J’apprécie          40
Après le formidable "The girls" et le glaçant "Harvey", j'ai eu le plaisir de retrouver la talentueuse Emma Cline. "Daddy" est un recueil de dix nouvelles qui nous plonge dans la vie de personnages très variés : un père qui accueille ses enfants pour les fêtes de Noël, une jeune femme venue à Los Angeles pour devenir actrice, un ancien réalisateur à succès, une adolescente faisant la une de la presse à scandale après avoir été la nounou chez une célébrité, etc... Emma Cline transforme ses nouvelles en instantanés de vie, des moments suspendus dans la vie de ses personnages. Les chutes sont ouvertes, il semble que les personnages continuent à vivre sans nous après la conclusion de leur histoire.

Chacune des vies côtoyées nous montre une Amérique bien loin du rêve sur papier glacé. Les nouvelles d'Emma Cline parlent de dépendance, de solitude, de vulnérabilité et de perversité. le ton est extrêmement désabusé, ses personnages sont souvent perdus, en plein trouble ou en pleine impasse. Dans des moments qui devraient s'avérer joyeux comme Noël, la projection d'un premier film ou les retrouvailles de trois amis, le malaise finit toujours par s'installer. Comme dans "Harvey" (la dernière nouvelle "A/S/L" comporte un personnage proche de celui de ce texte), Emma Cline nous propose à plusieurs reprises le portrait d'hommes d'âge mûr dépassés par leur époque, leur progéniture et dont la réussite professionnelle est bien loin derrière eux. Mais les jeunes gens, que l'on croise dans les nouvelles, ne semblent pas savoir tellement plus où ils en sont.

Au travers de ses nouvelles, Emma Cline dresse un portrait désespéré de l'Amérique d'aujourd'hui. L'ambiance, qui s'en dégage, est glaçante, imprégnée de tristesse. "Daddy" prouve à nouveau le talent de cette jeune autrice, sa capacité à saisir l'air du temps.
Lien : https://plaisirsacultiver.com/
Commenter  J’apprécie          50
Ne vous laissez pas attendrir par la couleur « rose » de la couverture. Cet intérieur de voiture n'inspire pas la douceur…

« Daddy » est un recueil de dix nouvelles avec des points communs. Je vous ai déjà parlé de l'une d'elle « Los Angeles » qui m'a marqué et que j'ai relu en connaissant la fin ce qui n'a pas empêché que j'ai eu une réaction semblable.

Je ne vais pas détailler chaque nouvelle mais vous parler de ce qui ressort de ma lecture. Au bout de trois nouvelles j'ai pensé « il y a quelque chose de pourri dans ce royaume ». Ce recueil a des fils rouges qui créent l'univers littéraire de Emma Cline.

Emma Cline nous parle de l'Amérique d'aujourd'hui, du côté de la côte Ouest et du mirage autour de Hollywood. Des gens riches (ou qui l'on été) et dépravés. Tout semble corrompu dans les relations entre les gens. L'alcool, la drogue et le sexe… Elle joue avec des variantes. Quand je dis qu'elle parle du présent c'est parce qu'elle met en avant les réseaux traditionnel et les réseaux internet. Cela touche le monde du travail scénaristes etc… mais elle n'est pas tendre avec la famille et pointe le doigts sur des relations dysfonctionnelles.

Souvent à la fin des nouvelles d'Emma Cline le personnage principal semble avoir raté le coche. Il y a un aspect désenchanté. La morale n'est pas vraiment sauve à la fin elle ne fait pas dans le happy end. Les pires salauds sont traités comme des perdants et des moins que rien. Il y a des femmes qui ne valent guère mieux, on n'est pas dans le manichéisme homme mauvais et femme victime.

Elle a un langage soutenu mais en même temps elle est direct dans ce qu'elle décrit avec parfois des ellipses.

Chaque nouvelle est très visuelle.
Lien : https://latelierderamettes.w..
Commenter  J’apprécie          51


critiques presse (3)
Bibliobs
17 octobre 2022
Elle aussi presse, d’une écriture faussement lisse, le monde des apparences pour en révéler toute la cruauté.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Bibliobs
12 octobre 2022
Elle aussi presse, d’une écriture faussement lisse, le monde des apparences pour en révéler toute la cruauté.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
RevueTransfuge
29 octobre 2021
Avec ce recueil de nouvelles, Daddy, Emma Cline revient au plus haut, et peint une Amérique sous Trump, désenchantée mais bien vivante.
Lire la critique sur le site : RevueTransfuge
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Minable, songea George, minable. Allons, ce n'était pas gentil. Maîtrise-toi, se dit-il. Il était ivre.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Emma Cline (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emma Cline
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le Géant empêtré de Anne de Tinguy aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/le-geant-empetre.html • L'Histoire du monde se fait en Asie : Une autre vision du XXe siècle de Pierre Grosser aux éditions Odile Jacob https://www.lagriffenoire.com/l-histoire-du-monde-se-fait-en-asie-ne-u-ne-autre-vision-du-xxe-siecle.html • Sambre : Radioscopie d'un fait divers de Alice Géraud aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/sambre-radioscopie-d-un-fait-divers.html • Last exit to Marseille de Guillaume Chérel aux éditions Gaussen https://www.lagriffenoire.com/last-exit-to-marseille.html • L'invitée de Emma Cline et Jean Esch aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/l-invitee-1.html • Un été à l'Islette de Geraldine Jeffroy et Catherine Guillebaud aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/un-ete-a-l-islette-2.html • On était des loups de Sandrine Collette aux éditions Audiolib • Entre fauves de Colin Niel, Thierry Blanc aux éditions Audiolib • La mariée portait des bottes jaunes de Katherine Pancol, Caroline Victoria aux éditions Audiolib • le Magicien de Colm Tóibín aux éditions Grasset • Les dernières volontés de Heather McFerguson de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-dernieres-volontes-de-heather-mac-ferguson.html • Les narcisses blancs de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://lagriffenoire.com/les-narcisses-blancs.html • le Carnet des rancunes de Jacques Expert aux éditions Livre de Poche https://lagriffenoire.com/le-carnet-des-rancunes-1.html • Reine Rouge de Juan Gómez-Jurado et Judith Vernant aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/reine-rouge-1.html • Les Brisants de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/les-brisants-1.html • Alto braco de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/alto-braco-1.html • le Parfum des poires anciennes de Ewald Arenz et Dominique Autrand a
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (140) Voir plus



Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1805 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..