AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213610983
Éditeur : Fayard (13/11/2001)

Note moyenne : 2.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :


La médecine moderne nous fait vivre plus longtemps, elle doit aussi nous permettre de mourir plus dignement, de quitter ce monde paisiblement et sans souffrance, de déterminer, si nous le souhaitons, le moment et les conditions de notre mort.

Pourtant cette dernière liberté n’est toujours pas reconnue, et bien des vérités sur la façon dont nous finissons notre vie restent obstinément cachées.

Dans ce livre, François de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
IsaLise
  16 juin 2011
Associer mort et liberté peut sembler étrange, à moins d'être partisan du suicide. Pendant des siècles, la mort était uniquement choisie dans ce contexte particulier. Seulement, depuis, la société a changé, la médecine surtout. Dans quelle mesure l'équipe médicale décide-t-elle de mettre un terme à la vie, à la souffrance? Doit-on pouvoir choisir ? En ouvrant ce livre, je me suis demandée s'il s'agirait de défendre l'euthanasie et j'étais curieuse de découvrir les différents arguments déployés par l'auteur. Je n'ai pas été déçue. Ils sont très nombreux, tiennent compte de nombreuses oppositions possibles. Mais l'auteur propose également des solutions pour mettre en place cette dernière liberté, notamment en observant les choix d'autres pays. Il ne s'agit pas d'un plaidoyer pour la mort, mais au contraire d'un plaidoyer pour la vie.
Alors pourquoi ?
- Parce que l'ultime liberté n'est pas celle de mourir lorsqu'on le décide, mais celle de partir lorsque les souffrances sont intenables, lorsque la personne l'a demandé et lorsque l'issue est fatale. C'est également celle de souhaiter d'autres soins et de ne pas se voir débrancher pour un problème de manque de lit par exemple...
- Parce que l'euthanasie existe, même si elle est pratiquée à visage caché. L'auteur met en valeur celle-ci, il manque donc la reconnaissance d'une situation existante et une législation pour l'encadrer. Il précise également pourquoi il est important pour chacun que ces actes ne soient plus pratiqués dans l'ombre.
- En aucun cas, il ne conseille de recourir systématiquement à l'euthanasie, ni de banaliser celle-ci. Simplement, il donne quelques exemples choisis qui nous conduisent à nous interroger : Sommes-nous immortels ? Sera-t-il trop tard pour y penser si je suis concerné(e) par le prolongement des soins au-delà de mes limites ?
François de Closets insiste également sur l'importance des soins palliatifs qui peuvent permettre de mieux supporter la douleur. Mais ceux-ci ne devraient pas faire oublier que la souffrance peut être la plus forte, y compris celle que l'on impose à nos proches alors que l'issue est fatale et que ce n'est pas ce que nous pourrions souhaiter... Dans quelle mesure la mort devient-elle naturelle dès lors que la vie est prolongée par des soins qui n'apporteront plus un véritable espoir de vie ? Pourquoi chacun de nous devrait-il vivre les évènements de la même façon ?
Un livre qui ne peut laisser indemne et incite à cette réflexion ultime. Après tout, nous mourrons tous un jour. Pourquoi le nier ? Mort et vie sont liées. Il ne s'agit pas d'être obnubilés par la première, simplement de l'accepter et de ne pas craindre que d'autres jouent avec notre existence, nous refusant la conclusion de notre vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
toto
  29 juin 2019
Problème de fond et particulièrement.
Mais la multitude des exemples et des références nuit à la compréhension du sujet.
Mais la réponse est sûrement plus philosophique que médical, même si le système médical est le bras armé d'une idéologie.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de François de Closets (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François de Closets
Délibération du jury du Prix Bristol des Lumière .Cette année encore, "Du Grain à moudre" vous invitait à suivre les discussions animées entre membres du jury afin de choisir quel essai littéraire en langue française était récompensé par le Prix Bristol des Lumières. Cette année, c'est Olivier Rey qui l'a emporté, pour "Une question de taille" (Stock). le jury, présidé par Jacques Attali, est composé de Christophe Barbier, André Bercoff, Malek Chebel, François de Closets, Roger-Pol Droit, Luc Ferry, Caroline Fourest, Alexandre Lacroix, Aude Lancelin et Olivier Poivre d'Arvor.
>Ethique>Autres normes éthiques>Respect et mépris de la vie humaine (17)
autres livres classés : euthanasieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre