AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749211718
254 pages
Éditeur : Erès (14/01/2010)
Résumé :
La clinique du travail s'est affranchie de ses origines médicales. Reste que la référence au soin imprègne les pratiques. Et la demande sociale en la matière est en expansion : soigner les « blessés » du travail, réparer les « déficiences », accompagner les « vulnérables », écouter les plaintes, faire disparaître les symptômes? aux risques toujours d'une individualisation de questions sociales, d'une externalisation à des prestataires de service tenus à la porte de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
corinne_arnaudcorinne_arnaud   05 septembre 2016
Je suis psychanalyste et dans le cadre analytique, il est d'usage de laisser la réalité matérielle en dehors de la cure. Mais, séance après séance, le retour lancinant d'un discours musclé sur un total engagement de soi, corps et âme derrière la bannière de la virilité sociale, impose certaines questions théorico-clinique. Certes le travail est en forte résonnance symbolique avec notre identité personnelle, notre histoire infantile, on le verra chez tous les patients.
Mais peut-on dire à l'ouvrière qui souffre des vingt-sept bouchons qu'elle visse par minute, qu'elle y est pour quelque chose ? Elle n'a pas la main sur la cadence qui lui est imposée. Peut-on dire au harcelé qui s'effondre à son poste : "Pourquoi n'êtes vous pas parti plus tôt ?", alors que démissionner lui fait perdre ses droits sociaux ?
Je m'interroge sur la situation d'impasse psychique que constitue l'impossibilité de démissionner d'un poste sous peine de perdre ses droits sociaux, ses "assédics", et à terme la sécurité sociale, et sur la même impossibilité de répondre aux humiliations, aux remarques, aux critiques, sous peine de licenciement pour faute.
Si le travail ne permet plus un exercice inventif et spontané de la sensorialité, du corporel et de la mentalisation, si il n'y a plus de jeu possible entre la prescription et le réel, on est en droit d'avoir des inquiétudes absolument majeures pour le fonctionnement psychique. Surtout quand les nouvelles formes de thérapie, les nouvelles nosographies, les nouvelles méthodes d'évaluation en psychiatrie, vont aussi vers une réduction uniformisante des tableaux cliniques et le contrôle de la subjectivité. Ces nouvelles descriptions de l'humain ne vont-elles pas produire des normopathie ? Silence, acceptation, soumission ? Je ne pense pas que toute une génération puisse à ce point plier, accepter longtemps la répression de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Yves Clot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Clot
Yves Clot - Travail et pouvoir d'agir
autres livres classés : santéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
199 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre