AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Le Temps qu'il fait (25/10/2018)
Résumé :
«Le peuple étriqué et coincé dont je sortais, jeune, meurtri, curieux, timide et assez mal assuré, avait donc lui aussi ses artistes, son droit de voir, ses perplexités et ses accroches lumineuses. Un arbre plein de lucioles m’éclairait. Il me changeait de la misère ambiante, du rétrécissement familial où je végétais, de l’absence de perspective et de beauté. Le Merveilleux était derrière ces portes. Il fallait avancer…»

Fidèle à une méthode éprouvé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   03 décembre 2018
(...) Écrire me donne le sentiment ce matin (il est très tôt et l’aube débute, les coqs commencent à chanter, les étourneaux s’en vont, le renard rentre au gîte) de rayer du pied le gravier d’un chemin allant, à force de références, vers l’effacement. Surtout par manque de relais. Autour de moi une fois l’aurore levée, moutonne la verte campagne à l’infini. Il faut, certains jours, une bonne composition face à tant de verdure. Lire seul dans son coin épuise. D’où la nécessité d’établir en ces années, ces cahiers de notes que sont mes livres. D’aller à la pêche, de jouer à la pétanque, de discuter de tout et de rien, de briquer la proue du navire ne me suffit pas. L’incomplétude de chaque vie vient de ce qu’on n’en transmet qu’une infime partie. Cette dilapidation vous jette lentement quelques pierres. Sans trop de dégâts au début. Juste dans les carreaux. Puis en vieillissant, en silence et sans que personne ne s’en doute, elle vous lapide, assez sûrement.
Les entailles, scarifications, graffitis dont se chargent les murs en ville, orientent vers une autre écriture. Le premier geste gravé des enfants, des sans-nom, des paumés volubiles, d’anonymes souffrants ou d’amoureux exaltés permet de régresser de façon empirique. Cet art ne s’affiche pas, ne s’archive pas non plus très facilement mais me touche vraiment. Largement plus que la sculptures bâclée des bois d’un Baselitz, dont je saisis mal l’hyperbolique succès. Il y a trop d’argent qui circule dans certaines sphères et si peu pour restaurer les miracles fragiles. Ce cénacle de peu où s’affichent les rayures d’un simple mur dégradé me ramène à cet art fait d’invisibilité où rien de durable n’existe. Je tiens pourtant à de telles traces. Elles sont, loin des sentiers battus, l’essence d’un premier merveilleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : misèreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1872 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre