AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782234076860
Éditeur : Stock (21/08/2019)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 124 notes)
Résumé :
Longtemps, je ne sus quasiment rien de Paol hormis ces quelques bribes arrachées.

« Sous le régime de Vichy, une lettre de dénonciation aura suffi. Début septembre 1943, Paol, un ex-officier colonial, est arrêté par la Gestapo dans un village du Finistère. Motif : “inconnu”. Il sera conduit à la prison de Brest, incarcéré avec les “terroristes”, interrogé. Puis ce sera l’engrenage des camps nazis, en France et en Allemagne. Rien ne pourra l’en faire r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
berni_29
  27 février 2020
La part du fils est pour moi un roman magnifique de Jean-Luc Coatalem, éblouissant, douloureux aussi. Forcément émouvant parce que cela a aussi réveillé des pans de mon histoire familiale...
Nous sommes sous le régime de Vichy. Début septembre 1943, Paol, un ex-officier colonial, est arrêté par la Gestapo dans un village du Finistère. Motif : "inconnu”. Il semble avoir été dénoncé. Il sera conduit à la prison de Brest, la prison de Pontaniou, puis ce sera l'engrenage vers les camps nazis, en France et en Allemagne, Buchenwald, Dora, puis Bergen-Belsem. Rien ne pourra l'en faire revenir. Il mourra là-bas. De cela, un silence pèsera longtemps sur la famille...
Ce livre ressemble à une sorte d'enquête sur l'histoire du grand-père de l'auteur, Paol.
L'auteur revient sur les pas de ce grand-père qu'il n'a pas connu.
Le narrateur du livre est bien l'auteur, il pèse ici un silence qui cache une douleur transmise d'une génération à une autre, sans que rien ne puisse la soulager. Pierre, fils cadet de Paol et père de l'auteur, demeure muré dans le silence.
Jean-Luc Coatalem nous délivre ce roman avec une immense générosité. Oui c'est bien un roman et non une autobiographie, car l'auteur invente parfois, trébuchant sur les silences, les vides d'une histoire qu'il tente de reconstruire à rebours. Qu'importe si cela l'aide à mieux revenir à son grand-père, aux siens...
Dans cette part du fils, je me suis demandé au travers de cette histoire, qui était le fils et quelle était sa part : Pierre, fils de Paol ou bien Jean-Luc, fils de Pierre.
La part du fils, c'est sans doute la part que le père de l'auteur n'a pas tenue, ce que son père n'a pas fait pour chercher à comprendre... Mais Pierre fut aussi un jour un enfant et attendit impatiemment le retour de son père avec l'attente de cet enfant qu'on imagine... Je suis persuadé que, de cette souffrance muette, il s'est ensuite enfermé dans un silence proche du détachement...
Forcément, habitant le Finistère depuis ma plus tendre enfance, ce livre était fait pour me happer. J'y ai reconnu tous les lieux qui sont cités. Cela ne suffisait pas bien entendu pour m'en faire un coup de coeur. Le coup de coeur est venu dans sa lecture et les choses qui sont venues après, ce retour d'une lecture comme le ressac de la mer, quelque chose qui vous ébranle un peu après... L'histoire de ma famille, aussi...
Ce roman éveille et visite des lieux que je connais presque par coeur. La presqu'île de Crozon et son splendide littoral, Plomodiern, la mer d'Iroise, le goulet, mais aussi la ville de Brest et l'ancienne prison de Pontaniou évoquée dans ce récit... Je connais et j'adore cette ville, pour y avoir vécu mon existence d'étudiant. Habitant à quelques encablures, de l'autre côté de la rade, un pont me sépare d'elle. Je m'y rend encore presque tous les jours. L'auteur la décrit comme je voudrais qu'on en parle. Oui c'est vrai, cette ville est franchement laide, les façades des immeubles sont grises, hideuses, il se dégage une reconstruction un peu à la façon stalinienne, comme on le disait à l'époque. Et pourtant, et peut-être pour toutes ces raisons aussi, cette ville cache une âme secrète. Chaque pas dans ses rues me fait dire que cette ville d'allure froide et humide recèle des endroits infiniment généreux.
La part du fils, c'est tenter de tourner les pages d'un album de famille, c'est effleurer des existences, des visages, des émotions. C'est remuer la poussière du temps.
Savoir pourquoi... Savoir qui... Les recherches du narrateur sont vaines au début.
C'est un travail de mémoire. C'est son héritage. Cette histoire, l'auteur en devient peu à peu le gardien et le passeur.
C'est aussi le sentiment d'un malaise qui étreint l'auteur et nous étreint aussi. Parce que son père ne veut pas s'en remettre à ce devoir de mémoire, ne comprend pas son fils qui cherche à savoir, à comprendre... L'auteur se heurte au silence de sa famille. C'est un sentiment douloureux.
Les fantômes du passé reviennent avec le vent du large, le ressac de la mer. La mer d'Iroise et son encre étale, entre chien et loup. les voix de Michèle Morgan et de Jean Gabin, venus ici tourner le film Remorques au début de la guerre, effleurent le bord des pages.
Brest, ville détruite d'où a surgi plus tard la vie, d'autres vies. Je me souviens que mon père, résistant, était présent sous les bombardements américains qui ont détruit la ville. Il s'est tu, n'a jamais voulu me raconter ce qu'il a vécu...
Brest, les rues mouillées de pluie et de mélancolie. Brest, lorsqu'on y parvient en train c'est le terminus, le bout du monde. Pour l'auteur, c'est une forme de terminus intime lorsqu'il revient sur les pas de son enfance...
Brest, ville terminus, j'imagine ce train en 1943 qui partit d'ici, traversa la France, traversa la nuit, les nuits, avec ses wagons plombés, jusqu'au camp de Bergen-Belsem où mourut Paol.
Je vais souvent dans ce quartier de Brest ou fut enfermé le grand-père de l'auteur, puisque la nouvelle médiathèque est à deux pas de là construite dans les anciens ateliers de la Navale ; c'est ici que je vais chercher parfois les livres dont j'aime à vous parler. Je longe la rue au-dessous de l'ancienne prison de Pontaniou et de ses façades lépreuses. Sur le mur de la rue il y a cette plaque commémorative « Ce lieu fut le dernier séjour après tant de souffrance d'hommes entraînés par la guerre vers leurs tragique destin. »
J'ai du mal à imaginer que Brest que j'aime fut l'antichambre de l'horreur et de la mort.
La part du fils, c'est aussi pour moi la part d'une sœur, l'une de mes sœurs, ma sœur ainée... La part de cette sœur dont j'ai reconnu dans ce récit une part de son histoire, celle d'où elle vient, sa naissance, en quelque sorte... Elle est née d'une histoire d'amour entre ma mère et un jeune résistant, qui malheureusement fut fusillé par la Gestapo trois jours avant sa naissance... Lui aussi avait été dénoncé comme deux autres de ses camarades... Ma mère se maria en 1947 avec celui qui devint mon père. Ma sœur appris brutalement cette histoire à l'âge de onze ans. Elle porta cela comme un fardeau... Nous autres l'apprîmes bien plus tard...
Ma mère s'était murée depuis longtemps dans le présent, ignorant ce passé qui pourtant lui avait fait connaître son premier amour. Elle est décédée il y a deux ans et ma sœur ainée, à son grand désespoir, jusqu'à l'ultime moment de son existence, jusqu'à son lit de mort, n'a jamais pu faire s'exprimer avec intimité notre mère sur cette épisode de sa vie... Ma sœur, tout comme l'auteur, a dû faire sa propre enquête toute seule, au prix de larmes et de joies...
Les guerres sont cruelles, tuant des gens sur place et continuant de détruire plus tard des familles, avec les secrets immenses, souterrains, creusant des zones telluriques à venir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4611
hcdahlem
  26 août 2019
Sur les pas de Paol
En creusant l'histoire familiale, celle de son père et surtout celle de son grand-père, Jean-Luc Coatalem nous offre son roman le plus personnel, mais revient aussi sur les conflits du siècle écoulé.
Commençons par dire quelques mots du titre du nouveau roman de Jean-Luc Coatalem. Dans La part du fils, il est en effet question d'un fils, le narrateur derrière lequel l'auteur ne se cache nullement, cherchant à découvrir qui était vraiment Pierre, son taiseux de père. Mais le récit va au-delà de cette génération et s'attarde encore davantage sur la part de Paol, le grand-père. D'où le titre de cette chronique et les premières pages, qui nous livrent en guise d'introduction, les éléments biographiques connus: «Paol est né en 1894, à Brest. Il vient d'une famille finistérienne où les hommes sont généralement employés à l'Arsenal, la base militaire et navale. Il a fait la Première Guerre. Il a épousé Jeanne. Trois enfants, Lucie, Ronan et Pierre, mon père. Officier de réserve, il a été muté en Indochine, dont il est rentré en 1930. Dans le civil, il a travaillé ensuite pour une imprimerie et dans une entreprise de construction. Puis, comme la plupart des Français, il a été mobilisé de nouveau, en 1939, au grade de lieutenant. Je ne l'ai pas connu. Parti trop tôt, trop vite, comme si le destin l'avait pressé. Mais il nous reste sa Bretagne à lui qui est devenue la nôtre.»
C'est à partir de ces indices que la quête va pouvoir commencer et nous réserver, comme dans les meilleurs romans policiers, quelques fausses pistes et quelques avancées remarquables, accompagnées d'émotions à intensité variable. Car remuer le passé n'est pas sans risques, d'autant que la vérité peut se cacher derrière bien des non-dits ou être à géométrie variable. Alors ne vaut-il pas mieux se taire?
C'est le choix qu'a fait Pierre: «Tout juste nous aura-t-il lâché un peu de son enfance saccagée, la morsure des dimanches pensionnaires, la veilleuse bleue des dortoirs au-dessus des cauchemars, l'odeur humide des préaux, cette dévastation initiale que le temps n'entama pas. Il lui avait fallu être ce fils courageux qui dut porter le poids de l'absence sur ses épaules, grandir quand même, et que les heures de la Libération ne libéreront pas, creusé par ce gouffre, au final le constituant, sans soupçonner que sa souffrance serait un jour, pour moi, son ainé, un appel.»
Après les bribes d'informations soutirées presque contre son gré à ce père, il faut élargir le champ des recherches, se rendre aux archives, chercher dans les dossiers, recouper des informations souvent parcellaires. Et quelquefois se contenter de l'histoire des autres, compagnons de régiment, de tranchée ou de captivité, qui ont cheminé aux côtés de Paol.
Jean-Luc Coatalem a compris que cette communauté de destin soude les hommes et que tous ceux qui se sortent de conflits aussi meurtriers que le fut la Grande Guerre se forgent une «opinion sur la peur, la mort, et entre les deux, ce qu'est la viande humaine sous un déluge de fer ou dans les volutes de l'ypérite.» Avant d'ajouter, fataliste: «Une histoire banale de soldat français. Paol n'a que vingt-cinq ans, Paol a déjà mille ans.» Et passer d'une guerre à l'autre, dont il ne reviendra pas.
Si j'ai beaucoup aimé suivre le voyage qu'effectue l'auteur sur les pas de ses aînés, c'est parce qu'il ne nous cache rien de ses tâtonnements, de ses doutes, de ses interrogations, obligé de concéder que «plus les choses se ramifiaient, plus elles se complexifiaient. Un témoignage venait en contredire un autre, les dates ne se recoupaient plus, il manquait des pièces et des interactions. Tout aurait-il été embrouillé? A qui s'adresser? Il aura beau faire, aller jusqu'à Buchenwald et Bergen-Belsen, le puzzle restera incomplet.
Mais ici ce n'est pas la résolution de l'énigme qui compte, c'est le chemin emprunté. Cette tentative de ramener à la lumière le destin d'un homme oublié, de «tenter de nouer ce dialogue singulier avec lui». Ce beau roman – plein de fureur et de pudeur – y parvient avec talent.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
Annette55
  25 janvier 2020
«  Écrire comme un travail de deuil.Une effraction et une floraison . Une respiration entre deux apnées . »
Extrait significatif de cette quête - enquête sur la disparition d'un grand- père ,Paol, mort en déportation pendant la deuxième guerre mondiale.
J'avais lu en 2013 «  Nouilles froides à Pyongyang » Je redécouvre l'auteur qui , avec ténacité ,courage , magie de l'écriture , revient sur les pas de son grand- père et dénoue une histoire familiale , ancrée en Bretagne et en Indochine .
Jean- Luc fait revivre la mémoire de cet homme oublié , une figure tutélaire dont personne ne parlait jamais dans un dialogue singulier avec lui. : «  Je ne l'ai pas connu , un inconnu familier disparu trop tôt et mal .. »
Il veut savoir. comprendre . ....cherche le chemin de la vérité,
Septembre 1943 , sous le régime de Vichy , Paol, ancien officier colonial qui a survécu au carnage de la Première guerre mondiale ,a travaillé dans une imprimerie et une usine de construction .
Installé dans un petit village du Finistère il est arrêté par la Gestapo , une lettre de dénonciation a tout déclenché .....
L'auteur met ses pas minutieusement dans les pas de Paol, , fouille les archives régionales , triture des dossiers poussiéreux , quête des informations oubliées , sillonne les rues de Brest et les prisons, se rend partout dans les zones de transit,, les camps de concentration de Buchenwald - Dora et Bergen Belsen où Paol est mort, bravant les silences de son père, muré dans sa souffrance qui n'approuvait pas ce creusement de l'histoire familiale .
Dans ce pays de vents et de landes, on ne parle pas ....du malheur.....
Un texte fort et émouvant ,à la fois intime et universel , mêlant fiction et faits réels , aussi vibrant que digne !
La littérature sert aussi à ça : «  Et ce que je ne trouverai pas de la bouche des deniers témoins ou dans les registres des archives , je l'inventerai.Pour qu'il REVIVE » .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          486
montmartin
  02 novembre 2019
Paol est né à Brest en 1894. Il a épousé Jeanne et a eu trois enfants, Lucie, Ronan et Pierre le père du narrateur. Sous Vichy, une lettre de dénonciation a suffi, Paol a été arrêté par la Gestapo. On lui a retiré ses papiers, ses lacets, sa ceinture. Il est conduit à la prison de Brest, interrogé, puis transféré à Compiègne, un camp de transit où il est fiché et numérotisé, puis le voilà dans un wagon en partance pour les camps en Allemagne, direction Buchenwald.
À l'église de Kergat, son nom est inscrit sur la liste des victimes de la guerre. Au cimetière, il est gravé en lettres dorées sur le caveau familial qui ne le contient pas. le narrateur décide de partir à la rencontre de Paol son grand-père, résistant, déporté politique, disparu en Allemagne.
Jean-Luc Coatalem nous offre un récit très intime, celui de sa quête pour retrouver la trace de son grand-père disparu en Allemagne.
« J'avais le sentiment d'être à ma place, en phase, cette quête n'était pas une simple recherche, mais bien un pan de ma vie vraie. »
Contre l'avis de son propre père, Pierre qui ne s'est jamais remis du poids de cette absence, ne s'apitoyant jamais ni sur les autres ni sur lui-même, un taiseux qui a enfoui son drame et sa peine. Un deuil inachevé, le poids du silence.
« J'étais-là pour l'accompagner à rebours, le tenir à bras-le-corps, lui rendre ses contours et son allure. Un petit-fils devenu archéologue. »
Jean-Luc va donc fouiller les registres de la mairie, du département, de la préfecture, des services de police, à Paris, en Allemagne. Une quête pour retrouver n'importe quelle bribe sur un inconnu jeté au milieu de millier d'autres dans un convoi de la mort. Il manque presque toutes les pièces du puzzle, les témoins qui ne veulent pas parler ou qui ont disparu.
Ce livre m'a intéressé bien au-delà de cette recherche familiale de l'auteur. Bien au-delà des portraits d'hommes qu'il dessine Paol, le grand-père, Pierre le père, Ronan l'oncle. Il aborde en effet lors de sa visite à Dora, " au pays des bourreaux ", le camp qui devait fournir douze mille missiles pour inverser le cours de la guerre, le sort des anciens criminels nazis. C'est dans ce camp comme dans d'autres que des prisonniers vont fournir une main-d'oeuvre gratuite et corvéable à merci, des esclaves pour la machinerie nazie sous la houlette de Wernher von Braun. Personnage trouble, devenu citoyen américain en 1955, avec ses équipes venues de l'ancienne Allemagne Hitlérienne il est le père de la fusée Saturne pilier de la conquête spatiale. Les premiers pas de l'homme sur la lune ont été faits en partie sur les cadavres de ces milliers de prisonniers. Ce qui relance le débat sur ces industriels qui ont bâti leur empire en profitant de cette main-d'oeuvre bon marché, renouvelable en permanence, les nouveaux débarqués des trains remplaçants les morts à l'infini. Terrible et glaçant.
« N'en déplaise à von Braun et à son sourire triomphal, sa conquête des étoiles avait dû franchir d'abord la porte des enfers. Les prisonniers de Dora en firent les frais, Paol parmi eux. Comment l'oublier en regardant le ciel ? »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
sylvaine
  15 août 2019
La part du fils Jean-Luc Coatalem Stock. Août 2019
#LaPartDuFils #NetGalleyFrance
"Dans ce pays de vents et de landes, on ne parle pas du malheur. Des années après, j'irai, moi, à la recherche de cet homme qui fut mon grand-père. Comme à sa rencontre. Et ce que je ne trouverai pas, de la bouche des derniers témoins ou dans les registres des archives, je l'inventerai. Pour qu'il revive. "
Presqu'île de Crozon, en face de Brest, juillet 1943 un homme est arrêté par la Gestapo. Cet Homme c'est Paol Coatalem, le grand-père de Jean-Luc. Il ne reviendra pas.
Le silence fait le deuil ou le deuil est fait de silence, une seule chose est sure le choc a été brutal, Pierre le fils de Paol et le père de Jean-Luc s'est muré dans le silence.
Jean-Luc veut savoir, comprendre le pourquoi, le comment, qui était cet homme dont il descend. le chemin sera long quasi obsessionnel, la route le mènera des côtes bretonnes à Compiègne puis en Allemagne ... Une route douloureuse mais indispensable à celui qui veut savoir. Connaitre mieux ce grand-père trop tôt disparu n'est-ce pas à la fois lui rendre la place qu'il n'a jamais cessé d'occuper et en même temps apprendre qui l'on est d'où l'on vient ?
Un texte fort et émouvant. Mêlant faits avérés et fiction Jean-Luc Coatalem retrace la vie de ces nombreux hommes et femmes qui, un jour , ont pris ces trains pour nulle part.
Merci aux éditions Stock pour ce partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290


critiques presse (6)
Culturebox   07 novembre 2019
D'une écriture souvent métaphorique, paysagère, Coatalem raconte aussi l'histoire d'une famille ancrée en Bretagne, très présente dans le livre comme un port d'attache et fil tendu entre les générations déchirées par la guerre. Ce cheminement intime entamé par l'écrivain voyageur, est "la part du fils".
Lire la critique sur le site : Culturebox
Bibliobs   31 octobre 2019
Cela donne, bercé par une prose marine, rythmé par des virgules, son signe de ponctuation préféré (il se méfie en effet du point final), un très beau livre sur un homme dont le petit-fils aimerait avoir hérité.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaLibreBelgique   28 octobre 2019
Jean-Luc Coatalem livre le récit splendide de son voyage le plus délicat, vers l’aïeul mort dans les camps. [...] Un superbe récit d’abord pour son écriture, sa langue qui enchante.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Liberation   19 septembre 2019
Coatalem dit avoir voulu redonner «sa dimension humaine» à son grand-père, c’est tout le contraire, plus il essaie de le décrire, plus le personnage s’échappe. Reste la magie de l’écriture qui agit comme un long lamento pour vous déposer, exsangue, sur la grève.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeFigaro   05 septembre 2019
Dans son dernier ouvrage, Jean-Luc Coatalem chante comme personne l’héroïsme discret, la peine des hommes et la Bretagne.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaCroix   30 août 2019
Dans ce texte magnifique dont on voudrait retenir chaque phrase, Jean-Luc Coatalem dénoue une histoire familiale ancrée en Bretagne et en Indochine, marquée par la disparition d’un grand-père mort en déportation.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
luocineluocine   07 septembre 2020
l était devenu cet homme fiable, taciturne, mesuré en tout. Un père sur qui on pouvait compter, présent parmi les absents, tenace dans les incertitudes, mais qui ne demandait rien, ne s’apitoyait jamais ni sur les autres ni sur lui-même. Taiseux surtout.
Commenter  J’apprécie          30
berni_29berni_29   27 février 2020
Mais qui allait dire ce qui m'étouffait à soixante-dix ans de distance ? Et pourquoi me fallait t-il en tant que fils, depuis que je m'étais décidé à écrire là-dessus, raconter à mon père, contre sa volonté, le destin broyé du sien ? Paradoxalement, ce manque originel de récit familial, ce trou généalogique, aura fait de moi un écrivain. À tout, si j'y réfléchis, j'allais préférer les histoires exotiques, les personnages et les décors tropicaux, comme si j'avais à multiplier les hypothèses. Et même mes livres précédents, je m'en rendais compte avec du recul, comme ceux consacrés à Gauguin ou au Brestois Victor Segalen, artistes démangés par l'inconnu et poussés par le secret, en portaient l'écho. Ils appelaient déjà celui à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
hcdahlemhcdahlem   26 août 2019
Sur la table, ce bouddha en jade, de même qu’un modèle réduit de la fusée d’Hergé achetée à Bruxelles, damier blanc et rouge, imitée d’une fusée V2 nazie, allaient servir de presse-papiers pour le courrier ou la documentation à éplucher. Si, comme tout le monde, je menais une vie normale dans la journée, je me réservais chaque matin une heure d'investigations, nourrissant des cahiers et établissant des fiches sur du bristol, limier lancé sur les traces de Paol, en chasse. Il était devenu ma figure centrale. Que pouvais-je faire de plus nécessaire que de le ramener à la lumière? Et tenter de nouer ce dialogue singulier avec lui…
Pour autant, plus les choses se ramifiaient, plus elles se complexifiaient. Un témoignage venait en contredire un autre, les dates ne se recoupaient plus, il manquait des pièces et des interactions. Tout aurait-il été embrouillé? A qui s’adresser? M’égarant dans la fourmilière des réseaux et des mouvements, des sous-groupes et des cellules, manquant d’interlocuteurs, le puzzle restait incomplet. Hormis ce que nous en répétions de manière automatique – résistant, déporté, mort en Allemagne –, je ne trouvais pas grand-chose de concret sur cet homme ordinaire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Jean-DanielJean-Daniel   17 septembre 2019
Longtemps, je ne sus quasiment rien de Paol hormis ces quelques bribes arrachées. Elles menaient toutes au gouffre de l’Allemagne nazie. Pareils à ces mandarins subalternes de la Chine ancienne, qui ne devaient pas souiller de leurs lèvres le nom illustre de l’empereur, nous laissions du vide entre nos mots dès qu’il s’agissait de lui. Certains paysages et ce prénom feraient défaut ; il y avait des trous dans nos cartes géographiques, dans les itinéraires, les faits. La douleur n’était jamais sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlemhcdahlem   26 août 2019
INCIPIT
C’est un canot de quatre mètres cinquante, dont ils ont hissé la voile rouge, une brise les pousse au large, le père et les fils.
C’est un mois de juillet sur la presqu’île de Crozon, elle a une forme de dragon, nous l’appelons familièrement Kergat.
C’est un été comme les autres, ils font d’invraisemblables balades à pied au fil des falaises, dépassant la pointe à l’à-pic du fort, pour longer les anses aux fougères jusqu’au cap aux Mouettes ou bien, à l’inverse, ils empruntent le chemin des douaniers pour se baigner sur les plages de l’est, ils rejoindront plus tard Lucie, la grande sœur, et Jeanne, la maman, sur le front de mer de la station où ils louent à l’année une maisonnette derrière les quais, Kergat est à peine à une heure de Brest, c’est un second chez-eux, Kergat est à nous.
C’est un jour tranquille, l’Iroise montre ses verts durs et ses bleus tendres que l’onde fait gonfler, l’air sent bon, il n’y a pas foule, juste quelques automobiles place de l’église ou devant l’hôtel des Sables, sa façade d’établissement thermal, et dans la verdure ces quelques villas assoupies, elles ont fière allure avec leurs bow-windows et leurs vérandas, un côté Daphné Du Maurier un peu figé.
C’est un été sur la péninsule armoricaine, qu’importe qu’il pleuve, qu’il vente, les éclaircies sont généreuses, ils se baigneront dans la darse ou ils iront explorer pour la centième fois la grotte Absinthe qu’il faut forcer avec le flux pour rejoindre ses entrailles, un théâtre de reflets qui s’ouvre sur trente mètres de large, là aussi voilà un secret, le secret des falaises, il règne dans cette cavité une semi-obscurité, l’eau y est fraîche, les voix résonnent, les respirations font de la buée entre les parois, et alors que leurs jambes ne sont plus que des pointillés mobiles, ils ont la sensation d’être immergés dans l’instant même, pris dans le miel des photons et des reflets, autant dire l’éternité, l’éternité de Kergat…
C’est une Bretagne qui ne changera pas, un pays d’enfance, où il y aura toujours la flottille des bateaux, les cageots de maquereaux sur le môle, parfois un couple d’espadons et une fratrie de pieuvres emmêlées, la forêt des pins, ces criques qu’il faut atteindre en se laissant glisser par une corde, une baie où l’été lui-même vient se reposer, immuable, en même temps qu’eux, dans cette presqu’île qui est comme une île, et ces cinq-là sont à part sur la broderie des landes, presque intouchables, du moins le croient-ils jusqu’au début de la guerre, avant que ne viennent les heures acérées, les heures mauvaises, celles qui blessent et tuent. En attendant, ils clignent des yeux dans le soleil.
Paol est né en 1894, à Brest. Il vient d’une famille finistérienne où les hommes sont généralement employés à l’Arsenal, la base militaire et navale. Il a fait la Première Guerre. Il a épousé Jeanne. Trois enfants, Lucie, Ronan et Pierre, mon père. Officier de réserve, il a été muté en Indochine, dont il est rentré en 1930. Dans le civil, il a travaillé ensuite pour une imprimerie et dans une entreprise de construction. Puis, comme la plupart des Français, il a été mobilisé de nouveau, en 1939, au grade de lieutenant.
Je ne l’ai pas connu. Parti trop tôt, trop vite, comme si le destin l’avait pressé. Mais il nous reste sa Bretagne à lui qui est devenue la nôtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Luc Coatalem (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Coatalem
"La part du fils" de Jean-Luc Coatelem.
autres livres classés : déportationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
944 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..