AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266245395
448 pages
Éditeur : Pocket (06/03/2014)
3.59/5   730 notes
Résumé :
Derrière le rêve américain, les pires cauchemars sommeillent… À la sortie d’un club de strip-tease, un homme et une femme disparaissent. Dix-sept ans plus tard, alors qu’un inspecteur tente toujours de percer le mystère, des secrets qu’on croyait soigneusement enterrés remontent doucement à la surface. Une nouvelle visite en enfer organisée par les méninges habiles du maître de nos nuits blanches.

Une formidable poussée d’adrénaline, un voyage en enfe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (125) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 730 notes

ibon
  15 juin 2013
Des meurtres, du sang, des effeuilleuses, des psychopathes, un flic solitaire, du suspense.
Et je m'attendais à quelques frissons...si, ils y sont.
Mais en refermant le livre, je me suis dit que le public ciblé de ce roman très maîtrisé, très calibré, devait être les femmes. En effet, le flic solitaire Broome et l'amant éconduit Ray Levine ne sont pas au premier plan, c'est Cassie alias Megan qui est le personnage le plus approfondi.
Son portrait peut se résumer ainsi:
Son métier de strip-teaseuse il y a 17 ans, ne lui déplaisait pas mais la rencontre avec un prétendant violent, Stewart Green, va tout changer. Si bien qu'elle fuit Atlantic City.
17 ans plus tard on la retrouve au sein d'une famille modèle, à la maison, élevant deux enfants, dont une ado casse- pied, avec un mari aimant qui est avocat. Bref une vie rassurante mais manquant singulièrement de piment, c'est pourquoi, autour du mardi Gras, sur un coup de tête, Megan décide de revenir au "Crème", revoir sa copine barmaid, Lauraine.
Et c'est à ce moment là que tout se complique. Cette visite surprise sur les lieux des extravagances de sa jeunesse va déclencher bien des événements assez violents.
D'où le titre du livre "Stay close"- traduit en français par "Ne t'éloigne pas"-, qui semble s'adresser à elle. Autrement dit, Harlan Coben semble nous dire qu'elle aurait mieux fait de rester chez elle, préparer le repas et gérer ses ados.
N'est-il pas un peu "vieille France de René Coty", peut-être?
Mais je m'égare. A part cela,
Harlan Coben n'a pas réussi à me décevoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Derfuchs
  28 avril 2020
Depuis le temps, les lecteurs de Harlan Coben savent qu'il sait écrire et, qui plus est, qu'il connaît son métier et sait raconter des histoires policières qui, quelquefois, sont humoristiques. C'est le cas lorsque Myron Bolitar est en scène, ce n'est pas le cas ici. Ici c'est du sérieux, un tueur en série qui opère tous les mardis gras ou presque, une famille respectable, une femme au passé douloureux, un amoureux éconduit et un flic, Broome, fouineur, tenace, pugnace, pertinent et acharné comme un bouledogue qui tient un bout de son os.
Seulement voilà remuer le passé ça peut engendrer des complications et, parfois, amener des soucis dans un ménage à l'air radieux. Cassie/Megan, la personnage principale du roman, est bien placée pour le savoir. C'est à ses risques et périls qu'elle est allée à la recherche de son passé à Atlantic City.
Ouvrage à lire tranquillement, sans encombrement du cerveau, un bon Coben cependant, l'auteur étant égal à lui-même. Il y a eu mieux, il y a eu pire.
Sans regret!

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
bilodoh
  06 juillet 2017
Un polar avec un enquêteur américain obsédé par un crime commis il y a plusieurs années.

Un corps est découvert, un meurtre qui rappelle au vieux policier celui commis dix-sept ans plus tôt. Mais cette nouvelle enquête qui permet de découvrir peu à peu des zones troubles dans le passé des victimes. Rien à voir avec le premier mort qui était un bon père de famille…

Mais des coïncidences sont toujours suspectes, pourrait-il s'agir d'un tueur en série? Et quels sont les secrets de jeune femme dans sa jolie maison de banlieue? Et si la pleine lune avait un rôle dans les événements? Et si…?

Un polar, c'est souvent des questions dont on nous confirme peu à peu les réponses. C'est bien le cas ici, le suspens de l'enquête est là. Pour ma part, je n'ai pas été tout à fait convaincue par la personnalité des protagonistes. C'est un roman qui se lit facilement, mais qui ne laissera pas de souvenirs durables…
Commenter  J’apprécie          250
gruz
  28 mars 2013
Cuvée 2013 de Harlan Coben, « Ne t'éloigne pas » est-il un bon millésime ?
Ma foi, on sait ce que vaut Coben pour ce qui est de nous servir des histoires travaillées, mais force est de constater que cette cuvée ne s'inscrira sans doute pas dans la liste des crus d'exception.
Coben fait du Coben ? Ben oui… et non.
Oui, il sait toujours utiliser les codes du genre avec un talent certain, son écriture est vive et l'histoire sent le travail « à l'américaine ». Oui, ça ressemble (trop ?) à du Coben.
Non (c'est paradoxalement le coté positif du roman, à mon sens), il s'éloigne un peu des thrillers familiaux, pour se plonger (mais pas trop profond), dans les milieux des clubs de strip-tease.
Le tout fonctionne correctement, c'est très professionnel, mais l'histoire reste bien trop lisse à mon goût.
Le récit est sans grand profondeur, il se déroule comme une série tv américaine, avec son lot de surprises, qui (cette fois-ci) sont malheureusement un peu poussives.
Reste quelques situations intéressantes, des personnages correctement campés et quelques bons mots.
J'attendais toutefois une trame plus gouleyante et que Coben sorte un peu de son moule. Ce n'est pas le cas, rendant cette lecture distrayante, mais clairement pas mémorable.
On est loin des premiers romans qui avaient fait sensation. Aujourd'hui, Coben n'est plus tout seul sur ce terrain, loin de là.
Lien : http://gruznamur.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
odin062
  20 mars 2013
J'ai longtemps catalogué Harlan Coben comme un écrivain de livres de gare. Ainsi pourtant fan de polar en tout genre, je ne me suis jamais essayé à la lecture d'un de ses bouquins. C'est maintenant chose faite grâce à la librairie Décitre que je remercie pour cet envoi et cette découverte !
« Ne t'éloigne pas » est donc un roman policier publié en 2012 outre-manche et en 2013 en version française sous les éditions Belfond. Un petit roman de moins de 400 pages qui nous mènent à Atlantic City, théâtre de meurtres en série liés au monde de la nuit et autres boites de strip-tease. La vraie recette miracle d'un bon polar !
On démarre ce livre dans le flou des personnages : trois histoires indépendantes, des personnalités à découvrir et puis rapidement tout s'assemble et nous emporte dans une lecture ininterrompue. L'auteur ne passe pas par quatre chemins pour arriver à son but. Il nous emmène dans des culs-de-sac jusqu'à ce que l'intrigue se dévoile durant les dernières pages du livre. le suspens se maintient même si nous ne ressentons pas vraiment de pression meurtrière. Certes il y a le couple charismatique de Barbie et Ken mais je les trouve trop déconnecté de l'intrigue générale. Ainsi, sans véritable tueur dans l'ombre, je trouve que ce polar manque de piquant.
Un autre point négatif, qui ne concerne que moi et n'engage en rien la qualité de ce roman, est que l'histoire se suffit à elle-même. J'aime lire des polars qui vont plus loin, où sous les mots se cachent une critique, un recul, une vision d'une société. Il y a le monde du strip-tease et des violences conjugales mais tout cela me parait encore bien pâle une fois le livre refermé.
Alors oui, c'est un livre qui se lit facilement, sans réfléchir, on se laisse happé par l'intrigue et on se prête rapidement au jeu du « Qui est le tueur ? » mais ça ne va pas plus loin que cela. Un peu trop lisse à mon gout au final...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132


critiques presse (2)
LesEchos   02 mai 2013
On se prête facilement au jeu, trop peut-être. Le roman se dévore en quelques heures et … s’oublie aussi rapidement. Les personnages manquent un peu d’épaisseur, l’étude de la société américaine et du monde de la nuit aurait pu être plus aboutie. On a connu l’auteur de « Ne le dis à personne » plus inspiré.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LeFigaro   05 avril 2013
Décidément, Harlan Coben a le chic pour trousser des thrillers glaçants dans lesquels la famille est au cœur de l'intrigue. [...] Coben, le colosse [...] à la gueule carrée de joueur de football US, décrit pourtant sans complexe, plume en main, la psychologie féminine. Et les représentantes du beau sexe qu'il imagine décoiffent carrément.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   22 août 2013
Harry Sutton n'était pas beau. Avec les valises qu'il avait sous les yeux, il avait de quoi entreprendre une croisière de trois semaines. Son nez bulbeux frisait la caricature. Sa tignasse blanche ne pouvait être disciplinée que sous la menace d'un fusil. Mais son sourire... son sourire était béatifique : il la réchauffa, la ramena en arrière, et elle se sentit rassurée.
(...)
Dans la vie, on rencontre peu de gens avec une auréole au-dessus de la tête. Ils ne sont ni beaux, ni angéliques, ni bénévoles dans une œuvre caritative - Harry, pour sa part, préférait largement les pécheurs aux saints -, mais il émane d'eux une aura de confiance et de bonté. Harry Sutton faisait partie de ces gens-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   22 août 2013
Rien qu'en poussant la porte du "Signal Faible", on sentait ses artères se durcir et ses poumons noircir à vue d’œil. La foule des paumés faisait surgir toutes sortes d'évocations pittoresques dans l'esprit, mais "alimentation saine" et "allongement de la durée de vie" n'en faisaient pas partie. D'après le tableau noir, ce soir c'était la "Ladies Night" proposant "Une conso à un dollar pour les filles", opération marketing qui attirait, semblait-il un certain type de clientèle féminine. Ainsi, une femme aux cheveux jaunes et au rire strident du genre "Remarquez-moi" arborait le T-shirt du restaurant avec l'inscription "Seconde main", ce qui hélas n'était que trop vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ibonibon   15 juin 2013
Elle aimait faire le chauffeur, préparer les casse-croûtes le midi, aider les enfants à faire leurs devoirs et regarder des trucs sans intérêt à la télévision avec l'homme de sa vie. Elle espérait que cela allait durer, mais l'expérience lui avait enseigné que c'était un voeu pieux. L'agitation reviendrait. Forcément.
Commenter  J’apprécie          180
llenallena   13 mai 2018
Elle connaissait la principale différence entre les pauvres et les nantis. La chance et la naissance. Plus vous avez de chance, plus votre naissance vous ouvre de portes, et plus vous vous échinez à convaincre votre entourage que vous avez réussi grâce à votre intelligence et à un dur labeur. La vie, au final, est une question de bonne ou mauvaise image de soi.
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienneladesiderienne   23 août 2013
Il présenta Flynn à Erin. Elle hocha la tête et baissa à nouveau le nez sur son clavier. Erin n'avait jamais su s'y prendre avec les familles des victimes.
- Ils sont cassés, lui avait-elle dit un jour.
En regardant Flynn dans les yeux, Broome songea que "fracassé" serait plus approprié. "Cassé" sous-entendait quelque chose de net, de franc, de réparable. Or ce qui leur arrivait était plus confus, plus abstrait, plein d'éclats et sans espoir de guérison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Harlan Coben (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harlan Coben
Innocent | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ne t'éloigne pas

Dans quelle ville se déroule cette histoire?

New York City
Atlantic City
Chicago
Las Vegas

14 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Ne t'éloigne pas de Harlan CobenCréer un quiz sur ce livre

.. ..