AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Perry (Traducteur)
ISBN : 2266178202
Éditeur : Pocket (15/03/2008)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 677 notes)
Résumé :
Six ans. Six ans déjà que Myron Bolitar, ex-champion de basket, ex-agent sportif, ex- détective de choc, n'a pas touché une arme à feu. Six ans qu'il s'est tenu loin des petites frappes et des gangsters de tout poil. Mais cette existence tranquille est sur le point de basculer… Myron Bolitar a fait une promesse. Celle d'être là pour Aimée, la fille d'une amie. N'importe où, n'importe quand. Quelques jours plus tard, la jeune fille disparaît. Myron est la dernière pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
Cette critique peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.
Hugo
  01 août 2016
On a tous rêvés de la princesse éprise de ton cœur, à t'en branler le soir au son du cryptage d'un canal capricieux le premier samedi du mois… Elle serait si éprise de toi que tes illusions de jeunesse se berceraient d'une réalité trop angélique… tu l'as rêvé bonne à en baiser, t'aurais du Mariah Carrey qui se papillonne dans le bidon, romantique sans romantisme corrompu par ta virilité bandante de machisme qui te pousserait à essuyer tes larmes avant qu'elles n'aient coulés le long de tes rougeurs, la gorge sèche tu en crèves d'envie, mais t'as pas les couilles de foncer dans le mur, sans filet, sans tes potes qui te tannent à leur faire sentir l'immonde bêtise qui gâchera cette passion éphémère…
Perso j'ai connu ma nana très tôt, trop tôt peut-être, à un âge ou la taille de ton potentiel nichon atteigne le cerveau de ton entre jambes avant le cerveau du haut Shakespearant de mille envies à chaque connerie que tu dé-bites pour faire joujou à cache doigts et plus si affinités… A un âge ou tes hormones te crient qu'il est grand temps de te foutre à poil, la timidité au bout du désir, dans la maladresse et les rires…
Mais tu y tiens à miss bonasse, quelque part ya une petite voix mimi qui te dit queue t'as toujours été un peu dans la guimauve niveau enculé, mou de la bâtardise qui te pousserait à bien merder niveau sentiment assumant parfaitement ta jeunesse à la con… Non moi je suis tombé tout amoureux de son minou rapidement, elle pas du tout, mais j'ai pas lâché l'affaire, élevé par des gonzesses, j'ai dû chopper le conte de fée droit dans les burnes, gangrenées pendant toutes ces années à croire que l'amour c'était aussi bon que de se faire sucer…
Et puis on s'apprivoise dans l'innocence, on se complice, on apprend à s'aimer, mais sans jamais connaitre la passion d'un putain de coup de foudre à la con qui te donnerait une histoire à raconter à ta fille, inutile de l'emmerder avec les détails d'un bonnet bien rempli, faisons la rêver cette petite…
Papa et maman c'est un regard de ouf qui a scellé leur amour d'un coup de bite bien senti quelques jours après que les premiers doigts qui dans un moment d'égarement se sont retrouvés tous ensemble à tripoter le boute de gras… Bien sur que non…
Puis les années passent dans le bonheur le plus bandant…
Oui mais un jour l'autre ça te pèse ces conneries de passion à la con qui se couche sur le papier des plus éminents spécialistes de l'amour avec un putain de grand A… t'aurais bien vie d'y gouter toi aussi, d'y poser tes lèvres avec gourmandise, mordillant tendrement emporté par la passion, tu ne veux pas lutter contre cette envie bandante de déconvenue, ça te tombe sur la gueule comme ça, t'avais pas anticipé qu'un jour, ce coup de cœur que tu n'avais jamais connu viendrait sonner à tes fantasmes de branleur d'antan… T'en rêvais de tes Mariah carrey dans le bidon, bah voilà ils se trouvent juste là à porté d'envie… Tu minimises les conséquences, tu apprends à vivre avec, combattant la raison d'une moralité érigée par la bien pensante, la vie est si courte, si banale, si routinière à t'en convaincre, l'aventure t'attire dans les méandres d'un truc que tu ne maitrises pas plus qu'un putain de grand saut dans le vide oubliant la douleur des autres, t'orgasmant d'un égoïsme qui te fait mouiller, de ce désir inavoué te poussant sans sommation dans l'épanouissement d'un présent qui te tend la passion que tu n'as jamais connue mais à laquelle tu as tant aspiré…
Alors quoi, qu'est ce que l'on fait bordel de merde ? on se laisse bercer et on y va, on prend son kif, on profite, bite baissée au son des petits cœurs qui te poussent même à imaginer faire l'amour et non plus baiser, t'as le cerveau à l'envers, t'as pris 15 piges en moins dans ta petite bouille, redevenu puceau de la maturité, tu dois faire ce choix, qui n'a pas plus sens que toutes questions que tu te poses, parce que ta culpabilité et ta moralité te dictent ta façon d'agir, tu vas en chier plus que de raison, t'enfoncer dans un bonheur interdit par je ne sais quoi, et je ne sais qui pour épargner ta petite vie pépère et peinarde…
Sauf que la boite de pandore est entrouverte à présent, le chant des sirènes t'envoûte d'une curiosité mal branlée, t'y glisse un doigt pour déconner puis tu te laisses tenter pour y glisser une main, la boite est ouverte, t'as les yeux plein d'étoiles, te voilà envouté, tu ne maitrises plus rien, tu veux rire et pleurer, tu veux prendre ce qu'il y a à prendre, faire ce que tu as faire avec toute la sincérité dont tu es capable…
Et parfois dans la vie il faut savoir être égoïste et profiter…Enjoyyyyyyyyyyyyy
A plus les copains
Bouquin à la Coben sans surprise, avec un petit kif en coin pour ses deux héros...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Didier_Tr
  03 juillet 2015
Huitième livre de la série "Myron Bolitar" d'Harlan Coben. Ecrit 6 ans après le précédent de la série. Dans l'intervalle, Harlan a écrit "Ne le dis à personne" et d'autres romans "one shot".
Donc pour le retour de Myron, Harlan étend son domaine d'intervention et ne se limite plus au seul sport. Dans le cas présent, tout part d'une promesse que Myron arrache de deux jeunes filles, de l'appeler en cas de problème, surtout s'il s'agit de rentrer avec des gens alcoolisés. C'est le début de l'intrigue, qui mêle disparitions de jeunes femmes, des personnages peu recommandables, quelques tueurs sadiques (qui ne font pas long feu, ça finit souvent bien dans les romans de cet auteur), et aussi des vieilles connaissances de Myron.
J'apprécie cette série, que ce soient les Bolitar ou les autres, par les personnages, en particulier les moins récurrents, qui oscillent entre les livres, tels que Loren Muse par exemple que l'on retrouve de temps en temps, avec plaisir, mais pour de courts passages.
J'apprécie encore la géographie des lieux, les rappels fréquents à la jeunesse de Myron, ses amis d'enfance, ses parents qui prennent de l'âge.
Dans "Promets-moi", l'intrigue est comme d'habitude bien construite, on en découvre petit à petit le contenu, les rebondissements, les fragilités de certains, les réactions des autres.
Bien entendu, ce ne sont que des romans policiers, avec un style léger. Ce n'est pas de la grande littérature, mais c'est tout de même très bien fait, et ça ne tombe pas dans le commercial.
Une valeur sure si on veut passer un bon moment, sans se prendre la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
zohra051
  08 mars 2016
Promets-moi / Harlan Coben
Résumé de l'histoire : *******************************************************
Myron Bolitar, ex-champion de basket et ami de C depuis de longue date, a fait une promesse à sa fille Aimee, d'être toujours là pour elle. Mystérieusement elle disparait. Il est le seul à l'avoir vu avant sa disparition. Tous porte à croire qu'il est impliqué dans l'affaire. Seul contre tous, il va mener sa propre enquête et faire une nouvelle promesse aux parents d'Aimee, celle de retrouver leur fille.
Mon avis personnel :********************************************************
Une histoire qui a vraiment du mal à commencer. L'affaire et l'intrigue commence réelle au bout du 20ème chapitre selon moi. Alors au début on a vraiment du mal à croire que c'est un thriller, car l'auteur ne parle que l'histoire entre Myron et une de ses nouvelles conquêtes, foot, de tous et de rien. Mais où est le thriller dans tout ça ? Même maintenant je me le demande. Après les 20 chapitres, tous est vraiment prévisible, les hypothèses faites par Myron sont très vite résolu.
**************************************************************************
L'écriture d'Harlan Coben ne m'a pas personnellement plus, comme je le disais, début très long, on s'ennuie vite, et on a pas envie de lire le livre en une traite, après quelque chapitre, on s'en lasse. Je suis vraiment très déçu car j'avais entendu que du bien de cet Auteur. J'espère, dans un prochain roman être satisfaite.
**************************************************************************** $$ BONNE LECTURE A TOUS LES LECTEURS/LECTRICES $$
N'hésiter pas à m'envoyer un message pour me dire se que vous en avez pensé de ce lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
JIEMDE
  29 décembre 2017
Dix ans que je n'avais pas ouvert un Harlan Coben...
Malgré le plaisir de retrouver Myrton Bolitar, Win et consorts, ce n'est pas Promets-moi qui me réconciliera avec la série et son intrigue trop "industrielle".
Une lecture qui n'est pas déplaisante cependant... une fois tous les dix ans !
Commenter  J’apprécie          143
soleil23
  06 mai 2013
Un thriller qui ne m'a pas trop emballé !
En plus, c'est mon premier Coben et je m'attendais à du suspense et de la vitesse, du génie quoi ! Au lieu de cela je suis tombée dans une histoire qui se déroule presque lentement et qui livre la réponse de l'énigme qu'aux dernières pages comme un colis expédié en toute hâte à la dernière minute !
Un roman qui ne sera pas du voyage !
Une phrase qui a, cependant, retenu mon attention : "Chacun de nous a une sorte de ressort en lui. Il peut ployer. Il peut se tendre. Mais parfois, quand on tire trop fort, on frôle le point de rupture. Si ça lâche, on casse. On se brise en deux..."
Commenter  J’apprécie          104
Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   08 janvier 2013
La fille disparue - on en a parlé aux actualités, entre deux diffusions d'une photo scolaire banale à pleurer, vous savez, sur fond bariolé, cheveux trop raides, sourire trop gêné, là-dessus on enchaîne sur les parents inquiets devant la maison, des micros partout, maman pleure en silence, papa lit une déclaration, la lèvre trem­blante -, cette fille-là, la fille disparue, venait de passer à l'instant devant Edna Skylar.
Edna s'est figée.
Stanley, son mari, a fait deux pas avant de se rendre compte que sa femme ne suivait pas. Il s'est retourné.
- Edna ?
Ils se tenaient à l'angle de la 21e Rue et de la Huitième Avenue, à Manhattan. Il n'y avait pas beaucoup de circulation, en ce samedi matin. Côté voitures. Côté piétons, c'était plutôt chargé. La fille disparue se dirigeait uptown.
Stanley a poussé un soupir désabusé.
- Qu'est-ce que c'est, cette fois-ci ?
- Chut.
Elle avait besoin de réfléchir. La photo de la lycéenne, cette photo sur fond bariolé... Edna a fermé les yeux. Elle devait faire resurgir l'image dans sa tête. Comparer et confronter.
Sur la photo, l'adolescente disparue avait les cheveux longs, d'un châtain terne. La femme qu'elle venait de croiser - une femme, pas une fille, car celle-là avait l'air plus âgée, mais peut-être que la photo était vieille aussi -était rousse aux cheveux courts et ondulés. La fille sur la photo ne portait pas de lunettes. La passante de la Huitième Avenue en arborait une paire à la mode, avec une monture foncée, rectangulaire. Sa tenue et son maquillage étaient l'un et l'autre - faute de meilleur terme - plus adultes.
Étudier les visages était plus qu'un dada pour Edna. À soixante-trois ans, l'une des rares femmes médecins de sa génération, elle exerçait dans le domaine de la génétique. Les visages étaient sa vie. Une partie de son cerveau était toujours en éveil, même en dehors de son lieu de travail. C'était plus fort qu'elle : le Dr Edna Skylar étudiait les visages. Amis et famille avaient l'habitude de son regard scrutateur ; les inconnus et les nouvelles connaissances trouvaient ça déroutant.
C'était donc ce qu'elle faisait en marchant dans la rue. Sans prêter attention à son environnement. Toute à son plaisir secret. Elle observait la structure des pommettes et la profondeur mandibulaire, la distance interoculaire et la hauteur des oreilles, le dessin de la mâchoire et l'espacement orbital. Et c'est pour ça, malgré les nouvelles coiffure et couleur de cheveux, malgré les lunettes à la mode, le maquillage et la tenue d'adulte, qu'Edna avait reconnu cette fille portée disparue.
- Elle était avec un homme.
- Comment ?
Inconsciemment, Edna avait parlé tout haut.
- La fille.
Stanley a froncé les sourcils.
- Qu'est-ce que tu racontes, Edna ?
Cette photo. Ce portrait d'écolière, banal à pleurer. On a vu ça des milliers de fois. On tombe dessus dans un annuaire scolaire, et ça éveille tout un tas d'émotions. En un clin d'oeil, on embrasse son passé, son avenir. On ressent la joie de la jeunesse, la difficulté de grandir. On mesure son potentiel. On éprouve une bouffée de nostalgie. Et on voit défiler les années : la fac peut-être, le mariage, les gosses, tout le tintouin.
Mais lorsque la même photo est diffusée au journal télévisé, on a le coeur dans les chaussettes. On regarde ce visage, ce sourire hésitant, ces cheveux qui pendouil­lent, ces épaules voûtées, et l'esprit s'égare en des endroits obscurs qu'il ne devrait pas fréquenter.
Depuis combien de temps Katie - elle s'appelait Katie - avait-elle disparu ?
Edna a fouillé dans sa mémoire. Un mois peut-être. Ou six semaines. On n'en avait parlé qu'aux infos locales, et encore, pas si longtemps que ça. Certains croyaient à une fugue. Katie Rochester venait tout juste d'avoir dix-huit ans : désormais, elle était adulte, ce qui tempérait considérablement le caractère urgent de la situation. Et il semblait y avoir des problèmes à la maison, surtout avec le père autoritaire nonobstant sa lèvre tremblante.
Peut-être qu'Edna s'était trompée. Peut-être que ce n'était pas elle.
Il n'y avait qu'un seul moyen de le vérifier.
- Vite, a-t-elle dit à Stanley.
- Quoi ? Où allons-nous ?
Elle n'avait pas le temps de répondre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VedishaVedisha   23 juin 2016
- Elle observait la structure des pommettes et la profondeur mandibulaire, la distance interoculaire et la hauteur des oreilles, le dessin de la mâchoire et l'espacement orbital.
- Les victoires ont tendance à glisser sur vous. Les défaites - les morts - restent à vos cotés, vous tapent sur l'épaule, alourdissent votre démarche, s'approprient votre sommeil.
- Chacun réagit différemment au malheur qui le frappe.
- Les gens, ça ne leur suffit pas de posséder une babiole qui vaut une fortune. Non, c'est tellement mieux de l'avoir achetée pour une bouchée de pain à quelque pauvre gogo qui ne se doutait de rien. Personne ne tient compte du brocanteur qui s'est fait blouser dans l'histoire.
- Quand on a mal, il y a deux solutions, (...). On peut rester assis à attendre que ça passe...ou essayer de jouer malgré la douleur.
- "Men tracht un Got lacht" (du yiddish) -> "L'Homme prévoit, Dieu rit."
- L'indignation vacille et s'effrite petit à petit. Les cicatrices se résorbent. Mais une partie de votre âme meurt en même temps.
- Toutes les mères comprennent ce simple principe de base: rien n'est aussi vendeur que la peur.
- Myron n'avait rien contre la chirurgie esthétique, mais passé un certain age, et toute discrimination mise à part, ça lui flanquait les jetons.
- Il y a des moments comme ça ou l'on regarde en arrière, on se revoit heureux et on essaie de comprendre comment tout à commencé, comment on en est arrivé la. On se demande alors s'il n'y aurait moyen de changer le cours de l'histoire pour que, d'un coup de baguette magique, l'on soit transporté dans un autre présent, plus radieux.
- Je côtoie la mort de près, mais ca ne m'aide pas à mieux accepter ma propre condition de mortelle. Bien au contraire. La mort est un affront permanent. La vie est plus précieuse que vous ne sauriez l'imaginer. Je la connais, la vraie valeur de la vie, rien à voir avec les lieux communs qu'on nous serine d'habitude. La mort, c'est l'ennemi. Je ne l'accepte pas. Je la combats.
- Il est toujours la, le rêve, il vous nargue et vous rappelle à chaque instant que jamais il ne deviendra réalité.
- Les changements, ca n'est jamais spectaculaire. Ils s'opèrent petit à petit, si insensiblement qu'ils en sont presque invisible à l’œil nu.
- Chacun de nous a une sorte de ressort en lui. Il peut ployer. Il peut se tendre. Mais parfois, quand on tire trop fort, on frôle le point de rupture. Si ca lâche, on casse. On se brise en deux.
- On aide ceux qu'on peut aider. C'est ce que disait Win. Mais on tient toujours, toujours, ses promesses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AnalireAnalire   23 juin 2012
Cette photo. Ce portrait d'écolière, banal à pleurer. On a vu ça des milliers de fois. On tombe dessus dans un annuaire scolaire, et ça éveille tout un tas d'émotions. En un clin d'oeil, on embrasse son passé, son avenir. On ressent la joie de la jeunesse, la difficulté de grandir. On mesure son potentiel. On éprouve une bouffée de nostalgie. Et on voit défiler les années : la fac peut-être, le mariage, les gosses, tout le tintouin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AnalireAnalire   25 juin 2012
Où que l'on soit, même dans un lieu aussi anodin qu'un terrain de jeux, les parents imaginent toujours le pire.
Commenter  J’apprécie          480
aussie117aussie117   05 avril 2010
Il y avait deux adolescentes dans le sous-sol de Myron. C'est comme ça que tout a commencé. Par la suite, avec le recul, en repensant à la casse, à toutes ses souffrances, il serait hanté par cette première série de 'si seulement'. Si seulement il n'avait pas eu besoin de glaçons. Si seulement il avait ouvert la porte du sous-sol une minute plus tôt, ou plus tard. Si seulement les deux adolescentes - qu'est-ce qu'elles fabriquaient toutes seules au sous-sol, d'ailleurs ? - avaient parlé en chuchotant, faisant en sorte qu'il ne les entende pas.
Si seulement il s'était mêlé de ses oignons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Harlan Coben (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harlan Coben
Certaines blessures ne cicatrisent jamais, et n?attendent qu?une chose : être rouvertes. Non sans douleur. le Boss du thriller plonge dans sa propre adolescence pour nous livrer un suspense plus insomniaque que jamais? Découvrez la bande-annonce du nouveau thriller de Harlan Coben "Par accident".
En savoir plus sur le livre "Par accident" : https://bit.ly/2p7YjUo
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Harlan Coben, presque...

Ne le ... à personne ?

dis
donne

5 questions
310 lecteurs ont répondu
Thème : Harlan CobenCréer un quiz sur ce livre
.. ..