AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Perry (Traducteur)
EAN : 9782714442987
416 pages
Éditeur : Belfond (05/03/2009)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.62/5 (sur 941 notes)
Résumé :
Jusqu'à quel point connaît-on vraiment son enfant ? Mike et Tia ne cessent de se poser la question : leur fils Adam, seize ans, a changé. Réfugié dans sa chambre, il ne quitte plus son ordinateur. Malgré leurs réticences, Mike et Tia se décident à installer un logiciel de contrôle. Un jour, un e-mail inquiétant. Et Adam disparaît. Sans un mot... C'est alors que tout bascule.

Sur un rythme d'enfer, Harlan Coben nous entraîne dans un thriller plus élec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (103) Voir plus Ajouter une critique
Magenta
  30 mai 2013
C'est loin d'être le meilleur Coben que j'aie lu!
Malgré trois histoires qui se mêlent, une bonne intrigue, un sujet bien d'actualité comme les moyens de surveillance technologiques pour parents inquiets ou encore les dérapages" possibles de l'adolescence, l'auteur m'a semblé un peu tomber dans l'extrême facilité... En fait j'y ai retrouvé tous les bons ingrédients du film à grande audience américain...tout ce que je n'aime pas : la famille parfaite, super unie, avec le papa et mari parfait, la maman et épouse toute aussi parfaite, la belle grande maison d'une famille aisée, l'adolescent qui se perd un peu et la petite soeur qui est plus maline que tout le monde le pense parce "qu'elle est encore une petite fille"... Et je passe sur les autres protagonistes, tous aussi caricaturaux que les premiers.
En bref, on est happés parce qu'Harlan Coben a le don d'intriguer, d'aller nous titiller au creux de l'estomac, mais dans ce livre-ci, ben...ça s'arrête là!
De plus, mêler trois histoires comme celles-ci (non, je n'en dévoilerai rien!), j'ai trouvé ça vraiment peu crédible.
Enfin, ça ne m'empêchera pas de retourner vers cet auteur, on ne peut pas faire carton plein à chaque fois! Et ce n'est aussi que mon avis!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Syl
  22 mai 2012
Une femme dans un bar, Marianne, veut s'oublier dans quelques verres de tequila. Au comptoir, un homme l'aborde et lui parle de la théorie de Darwin dans des propos décousus. Il part, avant de devenir trop lourd... Les verres de cuervo se boivent vite jusqu'à la rendre malade. Une blonde l'aide à se lever et l'accompagne à l'extérieur. Marianne respire l'air frais de la rue. Dehors, une camionnette aux portes arrières ouvertes, attend...
Une femme, Reba, commence à ranger ses commissions dans le coffre de sa voiture. Près d'elle, un homme bataille en voulant installer le siège auto de son enfant. Petit regard amusé, pitié pour l'homme démuni, elle lui propose son aide qu'il accepte avec soulagement. Elle s'avance alors vers la camionnette...
Tia et Mike ont deux enfants, Jill onze ans et Adam seize ans. Tia est avocate dans un illustre cabinet et Mike est un brillant chirurgien spécialisé dans les transplantations. Tous deux s'inquiètent pour leur fils Adam. Depuis le suicide de son ami Spencer Hill, Adam a changé. Renfermé, cachottier, il s'isole dans sa chambre et passe son temps à l'ordinateur.
Tia essaie alors de convaincre son mari sur la nécessité d'espionner leur fils en mettant un logiciel de contrôle dans son ordinateur. La méthode est certes détestable mais elle semble être inévitable, une ultime tactique pour protéger un enfant qui fuit le giron familial. Bien vite, des messages préoccupants interpellent les parents...
Comment préserver son enfant sans le montrer ? La tâche est délicate et lorsque Adam disparaît sans laisser de mot, toute finesse et subtilité n'ont plus lieu d'être.
Dans un temps minuté par un métronome fou, chacun se livre dans une course angoissante à la recherche du fugueur, glanant au fil de leur enquête des informations alarmantes.
En parallèle, la police enquête sur la disparition de deux femmes, la mère de Spencer cherche à comprendre le geste suicidaire de son fils, une mère attend un donneur pour son fils malade, un serial killer prend plaisir à démolir des femmes, un instituteur se fait harceler et sombre dans une mélancolie... Y aurait-il un fil conducteur à tout cela ?
Si le scénario est alambiqué, si les personnages principaux et gentils sont tous beaux, intelligents et forts, si la fin est déjà connue dès le début, si on se perd parfois avec tous les intervenants... j'ai quand même passé un bon moment de lecture. Lorsque j'ouvre un livre de cet auteur, je ne veux pas autre chose.
J'ai lu qu'une critique blogesque fait référence au feuilleton "Desperate housewives" et c'est tout à fait l'image que j'avais en tête en visualisant l'implantation de l'histoire. Dans un quartier cossu aux jardins bien entretenus, aux façades pimpantes, chaque maison a son drame et essaie de s'en dépêtrer.
Le rôle des parents dans ce roman est mis à mal, fragilisé, empli de culpabilités et d'incertitudes. Jusqu'à quel point pouvons-nous surprotéger nos enfants, les surveiller, les garder près de nous ? La confiance que nous aimerions leur accorder peut-elle être donnée sans crédulité et sans appréhension ? L'intrigue au fil de sa lecture, glace la lectrice et surtout, la mère que je suis...
Le rythme s'emballe vers la fin dans un tempo haletant et tout s'imbrique pour ne former qu'une histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Cormorobin
  20 mai 2015
Un "Harlan Coben" one shot, c'est à dire, comme "Ne le dis à personne" et d'autres, en dehors de sa série Myron Bolitar, l'agent sportif, toujours plongé dans des histoires dangereuses.
Donc dans "Sans un mot", on retrouve les classiques de l'auteur, une histoire plutôt bien ficelée, elle-même décomposée entre plusieurs sous-histoires. le même milieu classe supérieure proche de New York, l'idéal de la famille américaine, un garçon, une fille, qui va se retrouvée impliquée, menacée, à partir de petits riens qui, par plusieurs coups de malchance, vont se transformer en une horreur.
Quelques meurtres sadiques au passage, au final, comme toujours avec Harlan Coben, les gentils finissent par gagner, quelques méchants meurent, et d'autres, finalement, ne sont pas si méchants que ça. Et un dénouement qui peut ne pas tout dénouer, d'ailleurs.
Au passage, on ne sait pas qui est le "Davey" pris en photo enfant avec la jeune Tia. Est-ce l'auteur qui ne s'est pas relu, une ouverture pour un prochain livre, un oubli du traducteur ? Si quelqu'un a la réponse...
Donc un livre qui se lit facilement et vite, avec un scénario riche, finalement sans trop de surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Jackiedream
  27 août 2013
Mike et Tia Baye sont désemparés devant le comportement de leur fils Adam. Celui ne s'intéresse plus à rien, passant sa vie devant son ordinateur. Ils prennent alors la décision, à contrecoeur, d'installer un logiciel sur son ordinateur afin qu'ils puissent surveiller les conversations de leur fils. Ils découvrent alors des messages étranges et mystérieux, puis Adam disparaît. Ils vont alors tout faire pour le retrouver, d'autant qu' un des meilleurs amis d'Adam vient de se suicider...Le jeune homme semble traverser une période sombre.
Dans le même temps, la police retrouve le corps d'une femme, massacré, manifestement une prostituée. Une autre femme disparaît, tout laisse à penser qu'elle avait un amant. Et si les apparences étaient trompeuses ? On a également Yasmin, la meilleure amie de la soeur d'Adam une jeune fille brisée par une" innocente "réflexion de son professeur. Il y aussi un petit garçon malade. Mike Baye, qui est chirurgien découvre que l'homme qui l'a élevé n'est pas son père biologique. le garçon à besoin de toute urgence d'une greffe, et donc d'un donneur compatible.
Un autre très bon cru d'un auteur que j'apprécie particulièrement, Harlan Coben. Plusieurs affaires se déroulent sous nos yeux sans qu'on puisse les lier. le suspense est donc, bien évidemment au rendez-vous et nous tient en haleine jusqu'à l'explication finale. Ce que j'apprécie particulièrement, c'est tout le côté humain, les personnages donc. Ils sont tous plus ou moins fragiles, à la dérive, avec leurs secrets et problèmes. Ici ce sont des parents très inquiets que nous décrit l'auteur avec leurs doutes. Ils sont prêts à tout pour leur fils. Il y a de l'action et on ne s'ennuie pas une seconde ! Les liens entre les différents personnages et affaires, leur alternance sont particulièrement bien manipulés par l'auteur. Comme d'habitude j'aime beaucoup le nombre assez conséquent de personnages différents. On est donc encore plus "perdu" par rapport au dénouement final. Pour parler du dénouement je regrette un peu le côté trop heureux. J'aime bien quand ça finit (très) mal justement ( c'est mon côté sombre ! ) Mais bon, je reste toujours une grande fan du travail de cet écrivain. Ça se lit facilement, rapidement et j'aime bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
xnewlo
  20 mai 2016
J'avais déjà eu l'occasion de lire quelques ouvrages de Harlan Coben. Ceux-ci, divertissants, m'ont décidé à poursuivre la découverte de la bibliographie de cet auteur. C'est vraiment le résumé de ce livre qui m'a attiré et qui sous-entendait un suspense haletant.
Tia et Mike, sont les parents de deux merveilleux enfants: Jill et Adam. Adam, en pleine crise d'adolescence, se renferme peu à peu sur lui même (d'autant plus que cela s'est accentué depuis le suicide de l'un de ses meilleurs amis), pour la plus grande inquiétude de ses parents... Un jour, Adam disparait brusquement. A-t-il été enlevé ? A-t-il fugué ? Pour tenter dé découvrir la vérité, ses parents vont fouiller son ordinateur, et trouver un mail inquiétant. Ils vont également explorer les lieux susceptibles de cacher Adam...
Pour ce qui est des personnages, je ne les ai pas trouvés très creusés, ni attachants. Hormis peut-être le duo Jill/Jasmine, qui était intéressant. Mike, docteur, et jouer de hockey a ses heures perdues, est le stéréotype même du père de famille intelligent, beau comme un Dieu, et dur comme un roc... Tia la mère, est l'assistante d'une avocate réputée. En ce qui la concerne, c'est une maman poule fouineuse, et dévouée à sa famille. Rien de bien transcendant ici. Toutefois, l'attention du lecteur se porte vraiment sur Adam. Cet adolescent secret n'a pas fini d'en faire baver à son entourage depuis sa mystérieuse disparition...
Je dois admettre d'entrée de jeu que ce roman m'a relativement déçue. Tout d'abord, je ne me suis pas attachée aux personnages principaux. Peut-être trop stéréotypés, ou dirais-je "banaux"... de plus, la trame de l'histoire partait d'un bon filon. Mais vraiment, par rapport à la lecture du résumé, j'ai eu l'impression d'être à côté de la plaque... On a en tout trois histoires entremêlées: un professeur moqueur avec l'une de ses élèves, des cadavres de femmes retrouvés, et la disparition d'Adam. A la toute fin, l'auteur nous livre les liens qui relient ces histoires. Cela m'a paru tellement grossier, tellement incohérent que la sauce n'a pas prise. Tout ça pour ça ? Ou plutôt, c'était ça le mobile de toute cette mascarade ?
Après, l'auteur a de bonnes idées et une écriture assez fluide. C'est un thriller divertissant, mais pas vraiment compliqué. Peut-être ai-je trop lu de thrillers psychologiques, ou alors mes goûts changent... Quoi qu'il en soit, je continuerais de lire l'auteur si l'occasion se présente. Je n'ai visiblement pas lu les plus connus d'après Babelio... Affaire à suivre...
Pour conclure, "Sans un mot" est un thriller simple mais divertissant. Toutefois, la trame de l'histoire méritait un peu plus de cohérence, et les personnages plus de "niaque". Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
ShrimpShrimp   25 août 2010
On dit que vos possessions vous possèdent. C'est faux : ce sont les êtres aimés qui vous possèdent. Quand on aime, on est otage pour la vie.
Commenter  J’apprécie          720
VedishaVedisha   14 août 2015

- Les chansons tristes ne vous mettent pas péril. C'est une diversion. Une peine maîtrisable. Qui pourrait donner à croire que le véritable chagrin est lui aussi contrôlable. Sauf que ce n'est pas vrai. On ne prémunît pas contre le chagrin. Il nous happe, c'est tout.
- Lorsque Nash avait 10ans, il avait demandé à son père ce qu'on devenait après la mort. La meilleure réponse, avait dit son père, c'était probablement Shakespeare qui l'avait donnée: la mort était "une région inexploré d'où nul voyageur ne revient"
- On fait de son mieux. Point. On y met toute sa bonne volonté. On leur transmet le message qu'on les aime, mais la vie est trop aléatoire pour pouvoir faire plus.
- "L'homme prévoit, Dieu rit". Dieu se chargerait de brouiller nos plans. Eh bien non. On pouvait donner le meilleur de soi-même, mettre les meilleures chances de son côté, mais la maîtrise absolue était une illusion.
- La littérature prédit l'avenir. Poète et philosophe posent la première brique, l'ingénieur s'appuie dessus pour construire. Jules Vernes est un bon exemple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CormorobinCormorobin   20 mai 2015
Dans l'allée, il y avait une Corvette rouge frime du mari. L'autre voiture était une BMW 550i noire tandis que Susan conduisait une Dodge Caravan grise.
- Et alors ?
- Ce sont les siennes ?
- Oui.
- J'ai une copine, dit Mot, une vraie bombe. Indienne ou Latino, un truc comme ça. Elle a été catcheuse sous le nom de Pocahontas. Tu te souviens, les numéros sexy le matin, sur Channel Eleven ?
- Je m'en souviens.
- Bref, cette Pocahontas, chaque fois qu'elle voir un mec avec une bagnole comme celle-ci, qui se la pête au volant, tu sais ce qu'elle luit dit ?
Mike secoua la tête.
- "Désolée pour votre pénis."

[Au delà de la citation rigolote, c'est aussi un clin d’œil de l'auteur à ses fans, avec cette évocation de la collègue de Myron Bolitar, son héros récurrent, seule évocation d'ailleurs dans ce roman (à moins que je n'ai ni pas tout compris, ni raté des choses)].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PiertyMPiertyM   14 août 2015
Personne n'est à l'aise dans sa propre peau. Les gosses de pauvres veulent avoir l'air riches, avec leurs baskets de marque et tout le bling-bling. Les riches veulent ressembler aux pauvres, dans le genre bad boy, pour racheter leur mollasserie et ce qu'ils considèrent comme les excès de leurs parents et qu'ils ne manqueront pas de reproduire un jour ou l'autre
Commenter  J’apprécie          140
VanceVance   09 avril 2010
Quand une fille sourit comme ça à son père, le père – quel que soit son statut dans la vie – se sent devenir roi.
Commenter  J’apprécie          450

Videos de Harlan Coben (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harlan Coben
Ne t'enfuis plus de Harlan Coben est enfin disponible en poche chez Pocket !
Suivez les pas d'un père à la recherche de sa fille, une junkie impliquée dans une affaire de meurtre... Est-elle coupable ou en danger ?
Toutes les informations sont disponibles ici : https://bit.ly/NeTenfuisPlus-Pocket
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Harlan Coben, presque...

Ne le ... à personne ?

dis
donne

5 questions
335 lecteurs ont répondu
Thème : Harlan CobenCréer un quiz sur ce livre

.. ..