AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782234054448
59 pages
Éditeur : Stock (13/12/2001)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.09/5 (sur 32 notes)
Résumé :

Une femme seule dans une chambre en désordre téléphone à son amant qui vient de la quitter pour une autre. En partant de cette situation tristement banale, Jean Cocteau a écrit une mini-tragédie en un acte - un étrange " monologue à deux voix " fait de paroles et de silences - dans laquelle le téléphone joue un rôle essentiel. " Dans le temps, écrit Cocteau, on se voyait. On pouvait perdre la t&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
michfred
  15 septembre 2016
Quand le téléphone matérialise la distance, cristallise la rupture et rend tout retour en arrière impossible.
Une femme seule, la nuit, au bord de la crise de nerfs, le coeur à fleur de peau. Une femme suspendue à une voix venue d' un fil, une femme suspendue à un fil où se suspend une voix. Une femme suspendue à un fil qui la relie et qui la coupe de celui qu'elle aime.
Et qui la quitte.
Une femme sur un fil. Une funambule de la souffrance. Une femme qui ne tient qu'à un fil. Une femme sur le fil du rasoir.
Ce que dit la voix au téléphone demeure inaudible au spectateur et pourtant il en lit toute la partition dans ses silences à elle, dans le tremblé de sa voix, dans la brisure du ton, dans la raucité du cri, dans le balbutiement du murmure, dans les halètements du souffle.
Une musique de chambre, un aria- pas tout à fait un duo: la bakélite du vieux téléphone a l'opacité d'un objet, son inertie, sa stricte neutralité.
C'est une présence-absence.
On est déjà , là, en 1927, dans le théâtre des années 50, dans un spectacle à la Beckett- qui s'en est souvenu, sûrement, dans la Dernière Bande , et qui a poussé d'un cran le revolver de l'ultra-moderne solitude en mettant Krapp devant une bande- son où il a enregistré sa voix de jeunesse..
D'Edith Piaf à Simone Signoret, avec ou sans la partition de Poulenc, La Voix humaine n'a pas pris une ride. Même si le vieux téléphone à cadran et écouteur a disparu, même si l'intrusif portable l'a remplacé..
Les ruptures contemporaines laissent encore moins de place au plaidoyer, à l'échange. d'ailleurs elles ne sont même plus scéniques : juste un "changement de statut" dans les réseaux sociaux, un "c'est compliqué" qui remplace un "en couple", ou alors , carrément, un "célibataire" sans appel, et c'est parti, "il n'y a plus rien à dire ni rien à espérer" comme disait Dom Juan.
La rupture aujourd'hui n'est plus une tragédie, c'est une com', une info'. Une apocope, en tous les cas.
Alors profitons de ce téléphone-là, de cette voix désincarnée, distanciée mais pas encore déshumanisée, qui donne à la comédienne en scène le loisir de jouer toute la gamme des émotions..
Une petite préférence pour Simone Signoret, avec sa voix charnelle, rauque et brisée de fumeuse de gitanes et de buveuse de whisky.
Chaque fois que je l'écoute, je la vois. Sa présence irradie. C'est elle la voix humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
blanchenoir
  07 août 2015
"Dans le temps, on se voyait. On pouvait perdre la tête, oublier ses promesses, risquer l'impossible, convaincre ceux qu'on adorait en les embrassant, en s'accordant à eux. Un regard pouvait changer tout. Mais avec cet appareil, ce qui est fini est fini."
Une femme, une rupture, un téléphone.
Le téléphone, dans son apparition...
Un appareil qui remplace la présence et l'imprévisible humain.
Que dirait Cocteau d'internet ? Cet appareil omniprésent, constitutif de ce qu'est devenu l'humain, un être-humain-machine, et invisible ?
La voix humaine est une courte pièce très agréable à lire et fortement intéressante qui nous met face à face avec les débuts comiques et agaçants de l'appareil téléphonique. Une pièce qui se dévore et qui nous interroge...
"Allô, allô,allô...................................................................................................................
Mais non, Madame, nous sommes plusieurs sur la ligne, raccrochez............... Allô...................................................................................................................................."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Marti94
  17 décembre 2014
C'était au temps où le téléphone n'était pas encore installé dans tous les foyers et où les appels passaient par un opérateur. Les numéros avaient le nom de la commune comme indicatif, ici « Auteuil 04 virgule 7 ». Il y avait parfois plusieurs conversations sur une ligne, ce qui pouvait créer un certain brouhaha. Mais c'était le progrès et, même si on avait besoin des deux mains pour se déplacer avec l'appareil, le téléphone a changé les rapports humains.
Jean Cocteau a écrit « La voix humaine » en 1930 pour le théâtre et cette pièce en un acte a été jouée pour la première fois à la comédie Française, pour rompre les préjugés. L'histoire est simple : une femme reçoit un appel de l'homme qui vient de la quitter car il lui avait promis de lui téléphoner, sans doute pour atténuer la douleur de la rupture, ce qui n'est jamais facile.
Pourtant, ce n'est pas vraiment un monologue, c'est plutôt un monologue-dialogue à une seule voie. La voie, c'est celle de la femme, toujours amoureuse, qui cherche le réconfort pour supporter sa douleur. Les pauses prennent une place importante car elles représentent l'autre voie, celle de l'homme au bout du fil et que l'on n'entend pas, et cela créé une certaine tension, un inconfort recherché par Cocteau.
J'ai eu la chance de voir une adaptation avec la musique de Francis Poulenc, sous forme d'opéra, et c'était assez unique. Je le dois à Violaine Schwartz et son roman « La tête en arrière » qui parle d'une chanteuse lyrique qui prépare une improbable audition pour jouer dans "La Voix humaine", comme le miroir de sa vie. Alors merci.
Lu en décembre 2014
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Apoapo
  06 février 2016
Classique du théâtre d'avant-garde (1930), dont on retiendra la célèbre interprétation de Simone Signoret, ce monologue fragmenté intègre ce nouvel instrument de communication qu'était le téléphone sur les planches, dans un décor minimaliste.
La situation est tristement banale : une femme éconduite et éperdument amoureuse a une dernière conversation téléphonique avec son amant. Mais l'intérêt de la pièce, totalement actuelle et haletante jusqu'à la tragédie, réside non tant dans les paroles que dans les silences : ceux des répliques de l'absent, ou ceux que provoquent des interférences dans la communication. L'imagination du lecteur en est d'autant plus sollicitée, de même que son effort de reconstruction de l'histoire et des personnages par reconstitution des fragments du discours.
Se lit le temps d'une apnée.
Commenter  J’apprécie          50
Carolune
  09 janvier 2011
Un immense monologue sur la solitude d'une femme, un texte net, redoutable, clair et tragique, qu'il faut écouter pour en mesurer toute la force (la version de Simone Signoret est sublime et toujours dénichable).
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
CorinneCoCorinneCo   06 juillet 2014
Début de la pièce

Allô, allô, allô...... Mais non, madame, nous sommes plusieurs sur la ligne, raccrochez.... Allô.... Vous êtes avec une abonnée.... Oh !... Allô ! mais, madame, raccrochez vous-même... Allô, mademoiselle, allô... Laissez-nous.... Mais non, ce n'est pas le docteur Schmit... Zéro huit, pas zéro sept... Allô ! ... C'est ridicule.... On me demande ; je ne sais pas (elle raccroche, la main sur le récepteur. On sonne) ... Allô ! ... Mais madame, que voulez-vous que j'y fasse ?.... Vous êtes très désagréable.... Comment, ma faute.... Pas du tout.... Pas du tout.... Allô !.... Allô, mademoiselle... On me sonne et je peux pas parler. Il y a du monde sur la ligne. Dites à cette dame de se retirer. (elle raccroche, on sonne) Allô ! c'est toi ?.... C'est toi ?... Oui.... J'entends très mal....Tu es loin, très loin... Allô ! ... C'est affreux.... Il y a plusieurs personnes sur la ligne.... Redemande. Allô ! Re-de-mande.... Je dis : redemande-moi... Mais madame, retirez-vous. Je vous répète que je ne suis pas le docteur Schmit.... Allô ! .... A enfin.... C'est toi......Oui.... Très bien.... Allô !.... Oui.... C'était un vrai supplice de t'entendre à travers tout ce monde....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Marti94Marti94   17 décembre 2014
Ce coup de téléphone devenait un vrai coup que tu me donnais et je tombais, ou bien un cou, un cou qu’on étrangle, ou bien j’étais au fond d’une mer qui ressemblait à l’appartement d’Auteuil, et j’étais reliée à toi par un tuyau de scaphandre et je te suppliais de ne pas couper le tuyau – enfin, des rêves stupides si on les raconte ; seulement dans le sommeil ils vivaient et c’était terrible………
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   17 décembre 2014
….Il a toujours été convenu que nous agirions avec franchise et j’aurai trouvé criminel que tu me laisses sans rien savoir jusqu’à la dernière minute. Le coup aurait été trop brutal, tandis que là, j’ai eu le temps de m’habituer, de comprendre………..Quelle comédie ?........Allô !....
Commenter  J’apprécie          10
blanchenoirblanchenoir   06 août 2015
Et puis la souffrance distrait, elle est toute neuve, on la supporte.
Commenter  J’apprécie          60
Marti94Marti94   17 décembre 2014
La nervosité ne se montre pas par de la hâte, mais par cette suite de poses dont chacun doit statufier le comble de l’inconfort.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean Cocteau (149) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Cocteau
Jean COCTEAU – Un siècle d'écrivains : 1889-1963 (DOCUMENTAIRE, 1996) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 95, diffusée sur France 3, le 23 octobre 1996, et réalisée par Jacques Barsac.
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : téléphoneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Cocteau

Jean Cocteau fut surnommé "touche-à-tout" de génie. Cependant quelle activité ne pratiqua-t-il pas?

poésie
cinéma
composition musicale
dessin

10 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : Jean CocteauCréer un quiz sur ce livre