AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234076174
Éditeur : Stock (02/10/2013)
4.88/5   4 notes
Résumé :
1924. Jean Cocteau compose la plus intime et la plus bouleversante de ses œuvres.
À la mort de Raymond Radiguet, Jean Cocteau est dévasté par le chagrin. Il s’enferme dans une chambre d’hôtel sur la Côte d’Azur. Porté par la grâce de son imagination et l’aide de l’opium, il se dessine inlassablement devant le miroir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LiliGalipette
  21 novembre 2016
Manuscrit de Jean Cocteau.
En 1924, terrassé par la mort de Raymond Radiguet, son jeune amant, Jean Cocteau s'installe à Villefranche-sur-Mer et s'enferme dans une chambre. Entre désespoir et solitude, envolées lyriques et opium, seul face à lui-même et à son miroir, il dessine 31 autoportraits agrémentés de réflexions sur l'art, la beauté, la drogue et la vie. Ratures et bavures parsèment les pages, mais ne nous y trompons pas : si le texte est un manuscrit, ce n'est pas un brouillon. C'est plutôt l'expression complète d'un homme qui évacue sa douleur grâce au pinceau et à la plume.
31 fois, le visage pointu et sans ombre de l'artiste en deuil se fixe sur la page pour mieux fixer les âges. du croquis à peine esquissé au portrait presque surréaliste, rehaussé de symboles et de couleurs, Jean Cocteau se fait chair à dessin et matière à création. Dans cette obsession répétitive de poser son image, l'artiste cherche à se prouver qu'il est toujours là, sans l'accepter, maudissant la mort qui emporte ses proches. Saisi sous les angles, le regard hypnotique, parfois sans pupille, ne cille jamais. L'artiste s'observe physiquement pour sonder son âme et comprendre ses douleurs et des doutes. le jeu avec l'espace de la page donne parfois le tournis quand il faut renverser la tête ou le livre pour déchiffrer l'aphorisme, voire le retourner face à un miroir pour pouvoir le lire, comme si, à l'instar de l'écrivain autobiographe, nous ne pouvions saisir le sens des choses que dans leur reflet.
Quid du mystère de l'oiseleur ? Est-il résolu ou ne serait-ce que circonscrit ? À chacun sa lecture. Comme un oiseleur qui se livre à un art délicat et cruel, Jean Cocteau attrape sa fugace image et tente d'y lire des auspices inexistants. Reste ce manuscrit, toujours aussi intrigant et terriblement bouleversant, à la fois objet d'art, de désir et douleur.
130 exemplaires de ce manuscrit ont été publiés en 1925. Depuis, plus rien, aucune réédition de ce joyau surréaliste. Les éditions des Saints-Pères offrent enfin une nouvelle vie et un nouvel écrin à ce très bel ouvrage. Dans un coffret toilé, vous trouverez deux livres également toilés du même bleu envoûtant et ornés d'argent. le premier est la reproduction intégrale du manuscrit, avec les autoportraits de l'auteur et les textes de sa main, avec son écriture à nulle autre pareille. Dans le second volume, bilingue français-anglais, les textes sont tapuscrits pour plus de lisibilité et accompagnés d'analyses des portraits et des aphorismes de l'auteur. C'est un doublet très réussi et un magnifique coffret à offrir ou à se faire offrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
chriskorchi
  08 décembre 2016
Quelle splendeur ! un coffret magnifique, classe et émouvant. Tenir entre ses mains le manuscrit de Jean Cocteau c'est juste que du bonheur. Je tenais d'ailleurs à faire une parenthèse afin de remercier particulièrement Gilles Paris qui est si généreux et cherche toujours à faire plaisir, je suis gâtée et reconnaissante. La parenthèse étant fermée venons-en au petit bijou de coffret.
Il se compose de deux volumes, avec une série d'autoportraits uniques, magnifiques et touchants. C ‘est Cocteau par lui-même et cela permet au lecteur d'entrer dans l'intime, dans la tête et les pensées du grand homme. 31 autoportraits agrémentés de ses pensées, d'aphorismes, d'envolées lyriques témoins de sa souffrance à la perte de son amant Raymond Radiguet. Mort qui le laissera inconsolable et le plongera dans une spirale infernale entre solitude, peine et opium. Les différents portraits sont emplis de symboles, tantôt sobres tantôt surréalistes, ni tout à fait différents ni tout à fait les mêmes. le lecteur essaiera d'en décrypter le sens, la signification. le regard de Cocteau est hypnotique, on dirait qu'il sonde le plus profond de son âme, qu'il interroge l'avenir.
Le lecteur est parfois obligé de tourner le livre, de pencher la tête pour lire la prose, les aphorismes de l'auteur et cela ajoute une dimension supplémentaire à la lecture du manuscrit. On a vraiment l'impression d'être privilégié, d'entrer dans l'intimité et d'être le témoins et ainsi partager la peine de Cocteau. La douleur qu'il ressent n'est pas feinte elle est bien réelle et transparaît dans chaque mot, dans chaque dessin. Chacun de ses autoportraits, chacun de ses mots est un témoin pour l'éternité de cette période sombre de sa vie. Il y a des phrases qui touchent, d'autres qui interrogent, certaines font écho à notre propre vécu, à nos pensées secrètes, certaines sont simplement belles.
Les éditions Saints Pères nous livre un bijou, dans un écrin argenté et bleu, le premier volume renferme les autoportraits intégral et les écrits qui vont avec, c'est très émouvant de lire avec l'écriture de Cocteau, une écriture singulière et unique. le deuxième volume est une transcription du premier pour plus de lisibilité, il est en édition bilingue, il y a aussi des explications, des analyses des textes et divers aphorismes.
Un moment de magie totale, un livre que je chéris et que j'aime voir à côté de celui de Notre dame de Paris de Victor Hugo aux Editions Saint Pères dont je partage sans réserve la sensibilité artistique.
VERDICT
Si vous connaissez un fan de Cocteau ou si vous êtes fan vous-mêmes, c'est impossible de faire l'impasse sur cet ouvrage exceptionnel. A offrir ou se faire offrir, parfait sous le sapin
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LePoint   31 octobre 2016
Un concentré d'émotions et d'interrogations sur l'art et la mort.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   21 novembre 2016
« La mer et le rêve se ressemblent. Les plantes que l’on ôte de l’une et les phrases que l’on retire de l’autre perdent immédiatement leur beauté. »
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   21 novembre 2016
« Je sais mieux que personne le ridicule auquel on s’expose en s’asseyant entre un miroir et une sténographe. »
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   21 novembre 2016
« Tous mes amis sont morts. Mes amis où êtes-vous ? Comment vient-on ? Pitié ! Tenez-moi une main d’ombre. »
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   21 novembre 2016
« J’habite la mort. Elle cherche les autres dans leurs maisons. Elle me prendra dans la sienne. »
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   21 novembre 2016
« Ronsard, Mozart, Uccello, Saint-Just, Radiguet, mes amis étoilés, j’aspire à vous rejoindre. »
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean Cocteau (145) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Cocteau
Lecture musicale et dessinée du journal d'un film de Jean Cocteau (extrait) Voix : Sophie Robin Dessin : Laureline Mattiussi Guitare : Sol Hess Le samedi 3 octobre 2020 au cinéma le Margot à Nérac pour les 13e Rencontres Chamand
autres livres classés : AutoportraitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Jean Cocteau

Jean Cocteau fut surnommé "touche-à-tout" de génie. Cependant quelle activité ne pratiqua-t-il pas?

poésie
cinéma
composition musicale
dessin

10 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : Jean CocteauCréer un quiz sur ce livre