AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le coeur de l'Angleterre (120)

GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   02 août 2019
L'approche du château ne l'avait nullement préparée à la vue qu'elle aurait sur la ville et la côte en accédant à la terrasse de toit par l'escalier en colimaçon. Elle découvrit tout Marseille, son fatras d'immeubles anciens et modernes, les cités tentaculaires des quartiers nord, la garrigue verdoyante et les calanques vertigineuses à l'est, et puis, veillant sur tout cela, Notre-Dame-de-la-Garde qui dominait la cité. Entre le château et cette perspective s'étendaient la Méditerranée et sa houle légère, scintillante sous le soleil, d'un bleu outremer intense jusque dans ses profondeurs. Et tout était baigné de lumière, oui, c'était cette lumière, bien sûr, et elle le comprenait, qui leur manquait en Angleterre, cet élément qui rendait tout si vif ici, si sensuel, si plein d'énergie, si inéluctablement vivant. Quelle existence étriquée et misérable ils menaient tous, en comparaison, au pays qu'il lui fallait bien appeler natal. En passant de Birmingham à Marseille..., on ne changeait pas seulement de pays, voire de planète, on changeait d'ordre d'existence. La lumière lui donnait l'impression d'être vivante d'une façon qu'elle n'avait pas connue depuis des années, depuis l'enfance peut-être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   01 août 2019
Dès la première séance, leur conseillère conjugale leur expliqua que beaucoup des couples qu'elle recevait en ce moment avaient mentionné le Brexit comme un facteur clé de leur dérive.
"Sophie, pourquoi en voulez-vous tellement à Ian d'avoir voté non à l'Union Européenne. Et vous Ian, pourquoi en vouloir autant à Sophie d'avoir voté oui.
_ Je crois que c'est parce que je me suis dit qu'il n'était pas aussi ouvert que j'aurais cru, à titre personnel. Que pour lui, le premier modèle des relations humaines se ramenait à l'antagonisme et à la compétition, et non à la coopération.
_ Son vote me dit qu'elle est très naïve. Elle vit dans sa bulle et n'accepte pas que les autres puissent penser autrement qu'elle. Et ça lui donne une posture. Une posture de supériorité morale.
_ Ce qui est intéressant dans vos réponses, c'est qu'aucun n'évoque la politique. Comme si le référendum n'avait pas porté sur l'Europe. Peut-être qu'il s'est passé quelque chose de bien plus fondamental et personnel dans vos vies. Ce qui veut dire que votre problème pourrait bien ne pas se laisser résoudre facilement."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fandol
Fandol   03 décembre 2019
C'est vrai, appuya Phil. Il y a tellement de choses qu'on considérait comme normales dans les années soixante-dix et qui relèveraient de la maltraitance aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          80
Fandol
Fandol   28 novembre 2019
Sa fille rejetait peut-être les valeurs de sa mère, mais elle n'était pas folle non plus de celles de son père. À vrai dire, elle le débordait notoirement sur sa gauche ces temps-ci. Ses vues sur le racisme, les inégalités et la politique identitaire étaient d'une totale intransigeance et elle ne faisait pas mystère de le considérer au mieux comme un social-démocrate ni-ni, décalé et plein d'illusions, au pire comme un lâche et un vendu dont les compromissions politiques constituaient en fait un obstacle bien plus infranchissable à la justice sociale que tout ce que les tories auraient pu inventer.
Commenter  J’apprécie          80
Aela
Aela   29 septembre 2019
On ne fabrique plus rien ici. Et si on ne fabrique plus rien, alors on n'a plus rien à vendre. Et comment on va survivre?
Comment est-ce qu'on peut remplacer une usine par une boutique? S'il n'y a plus d'usines, comment est-ce que les gens vont gagner de quoi dépenser dans les boutiques?
Commenter  J’apprécie          80
tamara29
tamara29   08 décembre 2019
Robin Walker, directeur de la croisière : - Pardonnez-moi, ma belle, mais le devoir m’appelle. »
Quatre hommes entre deux âges venaient de paraître à la porte. Sotto voce, il expliqua à Sophie : « Ce sont des stripteaseurs. Une nouveauté pour nous. Mais, enfin, leur numéro reste soft, si j’ai bien compris. ». Puis, à haute voix : « Entrez, messieurs. ». Il raccompagna Sophie dans le couloir et elle l’entendit lancer aux nouveaux venus : « Alors, les gars, racontez-moi ce que vous faites. J’espère que le numéro ne comporte pas de nudité frontale… »
-Pas de danger, répondit l’un d’entre eux avec bonne humeur. Nous, on est le quatuor à cordes. »
Commenter  J’apprécie          71
sevm57
sevm57   19 octobre 2019
Il portait un pull jacquard comme ceux qu’affectionnaient les célébrités du golf et les présentateurs des programmes de journée à la télévision dans les années 80.
Commenter  J’apprécie          70
sevm57
sevm57   17 octobre 2019
La mélancolie, plat préféré de Benjamin. Assiette anglaise de mélancolie et sa salade de nostalgie morbide.
Commenter  J’apprécie          70
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   08 août 2019
Ian la regarda bien en face et déclara avec amertume :
"Il y a des choses qui ne t'effleurent pas, hein ?
_ Qu'est-ce qui ne m'effleure pas ?
_ La colère qu'on éprouve devant cet air de supériorité morale qui émane de vous autres en permanence.
_ Pardonne-moi, mais de qui tu parles ? C'est qui, "on", c'est qui, "vous autres"?"
Au lieu de répondre à cette question, il en posa une autre. "De quel côté tu crois que va pencher le référendum ?
_ Ne change pas de sujet.
_ Je ne change pas de sujet. Quelle va être l'issue, selon toi ? "
Voyant qu'il n'en démordrait pas, elle gonfla les joues et dit :
" Je sais pas. On va rester, sans doute."
Il eut un sourire satisfait et fit non de la tête. "Faux. Les partisans du non vont gagner. Et tu sais pourquoi ?"
Elle secoua la tête.
"A cause des gens comme toi", conclut-il avec un accent de triomphe tranquille. Puis il répéta, l'index pointé sur elle : "Des gens comme toi."
Commenter  J’apprécie          70
GeorgesSmiley
GeorgesSmiley   05 août 2019
Helena posa ses couverts. "M. Hu, je ne suis jamais allée en Chine et je me garderais bien de traiter à la légère les conditions de vie difficiles qui doivent être les vôtres là-bas. Mais ici, en Grande-Bretagne, nous sommes confrontés au même problème. Vous, vous subissez une censure avouée. Chez nous, elle est occulte. Tout se passe sous le masque de la liberté d'expression, de sorte que les tyrans peuvent prétendre que tout va pour le mieux. Or de liberté, nous n'en avons pas, ni d'expression ni d'autre chose... Nos opinions n'ont plus le droit de s'exprimer à la télévision ni dans les journaux. Notre télévision d'Etat nous ignore superbement ou nous traite avec mépris. Voter, c'est peine perdue quand tous les politiciens entretiennent les opinions qui flottent dans l'air du temps. Bien sûr, j'ai voté pour M. Cameron, mais sans le moindre enthousiasme. Nous n'avons pas les mêmes valeurs. A vrai dire, il connait aussi mal notre façon de vivre que ses opposants. Ils sont tous du même côté, finalement. Et ce côté-là, ce n'est pas le nôtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox






    Quiz Voir plus

    La pluie, avant qu'elle tombe

    A quel âge est morte Rosamond?

    71
    72
    73
    74

    15 questions
    53 lecteurs ont répondu
    Thème : La pluie, avant qu'elle tombe de Jonathan CoeCréer un quiz sur ce livre