AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le coeur de l'Angleterre (78)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Baluzo
  07 octobre 2019
Oh quel beau livre! mes premiers pas avec cet auteur et je me réjouissais de lire quelquechose sur le Brexit mais je voulais cela par la plume d'un anglais et le livre est bien plus que juste l'histoire d'un référendum raté ( pléonasme?) Il s'agit d'accompagner , en commençant bien des années auparavant , divers personnages pour comprendre leurs vies , leurs environnements les emmèneront jusqu'à des votes opposés. On se prend à succomber à la tendresse envers certains d'entre eux .... une belle plume , bien traduite.... un succès commercial mérité en tous cas...
Commenter  J’apprécie          190
dannso
  01 octobre 2019
Lire « le coeur de l'Angleterre », c'est comme retrouver une bande de vieux copains, qu'on a un peu perdu de vue, mais avec lesquels on se sent bien, même si certains ont le don de nous exaspérer.
Contexte historique et vie imaginée de nos héros se confondent de façon heureuse, rendant le livre passionnant. On retrouve le ton doucement ironique et plein de tendresse pour ses personnages de Jonathan Coe.
C'est décidément un auteur que j'apprécie beaucoup. Un vrai coup de coeur pour moi.
Commenter  J’apprécie          190
PtitVincent
  04 août 2019
Jonathan Coe nous offre ici un roman autour du Brexit. Pour cela il reprend les personnages de la famille Trotter, déjà vue dans Bienvenue au club et le cercle fermé. Colin, le père est veuf depuis peu et ses enfants, Benjamin et Lois s'occupent de lui du mieux qu'ils peuvent car le vieil homme se réfugie dans sa colère face à un monde qu'il ne reconnait plus. Benjamin s'est retiré dans un moulin au bord d'une rivière et vit en gentleman farmer, séparé de celle qui fut la femme de sa vie et dont l'absence pourtant ne le dérange pas. Lois quant à elle, si elle n'est pas séparée de Christopher, elle fait tout pour s'en éloigner, vivant en semaine dans son propre appartement. Sophie, la fille unique de Lois, une jeune universitaire pleine d'avenir, a décidé de son côté de ne plus côtoyer son milieu et entame une relation avec Ian, qui ne partage rien des goûts de la jeune femme, moniteur dans une auto-école. Quant aux amis de longue date de Benjamin, Phil édite des livres régionaux vendus dans les jardineries (et le roman de Benjamin), et Doug, un célèbre chroniqueur politique, est de plus en plus sidéré face au cynisme des hommes politiques de son pays. Car Jonathan Coe ne se contente pas de nous raconter le vote du 23 juin 2016, mais en recherche plus loin les causes de ce vote et ses conséquences. Car si une (courte) majorité d'anglais a voté ce jour-là pour le Leave, ce désamour vient d'abord d'un certain nombre de causes qui, ajoutées les unes aux autres, ont amené à cette situation. Et nous partons des émeutes de 2010, l'arrivée d'une coalition libéraux-tories au pouvoir, les illusions engendrées par les Jeux olympiques de 2012, les conséquences de la crise financières dans un libéralisme effréné, le cynisme et l'inconséquence des politiques (Dave Cameron, Boris Johnson et Nigel Farage étant tout trois largement en tête), n'hésitant pas à user sciemment de mensonges pour défendre leurs intérêts. Et une société qui se divise peu à peu sans que quiconque ne s'en inquiète : une classe ouvrière qui ne reconnaît plus son pays et ses usines qui ferment les unes après les autres (Colin), une financiarisation de plus en plus importante de l'économie, un melting pot qui ne prend plus que dans les villes et dans les milieux aisés (Sophie aime cette tour de Babel qu'est devenue Londres, Ian au contraire fustige le politiquement correct et s'estime lésé par la discrimination positive). Des fractures invisibles qui finalement apparaîtront lors du référendum sur le Brexit. Car ce que nous montre l'auteur, c'est que beaucoup (qu'ils aient voté Remain ou Leave) l'ont fait de façon irrationnelle, loin de toute réflexion sur les faits, les données, les avantages et les inconvénients d'une telle décision (difficile voire impossible à évaluer d'ailleurs, encore moins dans le climat d'une telle campagne électorale). Mais surtout ce que nous montre Jonathan Coe, c'est que ces fractures révélées sont loin de se résorber par la suite, bien au contraire, les sentiments s'exacerbent et même les clowns pour enfants se fâchent ! Car il ne faut pas oublier que l'auteur manie aussi bien l'humour (anglais, cela va de soi) que la psychologie et nous offre avant tout le roman d'une famille bousculée par une société déchirée, où personne, pas même Benjamin, l'homme qui vit dans ses nuages, ne peut rester neutre et/ou indifférent. Un plaisir à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
SagnesSy
  09 septembre 2019
« Elle savait aussi qu'elle lisait elle-même trop pour sa santé, accordait trop d'importance à la lecture, affligée d'une sorte de névrose obsessionnelle vis-à-vis de la littérature et de ses bienfaits moraux supposés. »
Bien sûr, il est préférable de lire cette trilogie dans l'ordre, en commençant par « Bienvenue au club », en poursuivant par « le cercle fermé » puis en se plongeant enfin dans ce « Coeur de l'Angleterre ». Mais à découvrir les Trotter (ou ce qu'il en reste…) directement par ce dernier roman formidable (j'insiste : FOR-MI-DABLE) on n'est assurément pas perdant, ni perdu. On y suit une famille aux prises avec son époque, de 2010 à nos jours. Il y a Colin, le père, qui vient d'enterrer son épouse après cinquante-cinq ans de vie commune et qui y laisse sa vitalité. Benjamin, la cinquantaine et sa soeur Lois sont très proches, incluant Sophie, la fille de Lois, mais surtout pas Paul, leur frère à qui ils ne parlent plus (il vit à Tokyo). C'est un peu Doug qui le remplace, vieil ami de Benjamin, journaliste politique. Et c'est parti pour une presque décennie où l'Angleterre va vaciller sur ses bases…
Un roman formidable, donc, qui distille une mélancolie délicieusement douloureuse et qui pétille de cet humour si typiquement anglais. Les dialogues entre Doug et le jeune sous-directeur de la communication de Cameron sont des pépites du genre et les personnages annexes qui viennent se greffer au fil des pages sont tout immensément réussis. Pas un seul passage en-dessous des autres, les pages consacrées à la cérémonie d'ouverture des JO de 2012 sont superbes et donnent à ressentir cette fierté patriotique qui va ensuite purement et simplement s'évaporer dans les affres du Brexit. Benjamin évidemment représente, à mes yeux en tous les cas, l'Anglais avec un grand A et à ce titre a recueilli toute mon attention et ma tendresse. Un roman que l'on referme en laissant longuement la main posée sur sa couverture, certain qu'il sera relu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
annerozenberg2
  23 août 2019
Si vous voulez enfin comprendre le Brexit, vous devez absolument lire le dernier livre de Jonathan Coe. Si vous désirez lire un roman subtil sur l'Angleterre de 2010 à aujourd'hui, vous devez absolument vous plonger dans le coeur de l'Angleterre. En plus si vous êtes un familier de l'oeuvre de l'auteur (Bienvenue au club, le cercle fermé), vous y retrouverez ses héros récurrents: Benjamin Trotter et sa soeur Lois, Sa nièce Sophie, ses amis Doug et Philip. Toutefois, le livre peut parfaitement être lu sans connaître les deux autres.
Alors que Benjamin, Doug, Philip et Lois ont atteint la cinquantaine, accompagnée de ses questions existentielles, Sophie s'est mariée avec Ian, un homme très différent. Peux-on divorcer pour cause de Brexit? Telle est la question qu'elle se pose et qui traverse le roman.
N'ayez crainte, on ne trouve pas ici de longues digressions politiques. A travers ses personnages et ce qu'ils vivent, l'auteur nous permet de comprendre avec beaucoup de finesse, ce qui a petit à petit changé dans le pays et comment l'Angleterre en est arrivée là. Sans oublier l'humour, pince sans rire ou plus franc, cher à Jonathan Coe. Il y a d'ailleurs ici quelques scènes d'anthologie.
J'ai dégusté avec délectation le coeur de l'Angleterre, excellent préambule à ce qui va se passer le 31 octobre (Brexit avec ou sans accord?). D'ailleurs je ne crois pas vous avoir dit que Benjamin Trotter a croisé Boris Johnson lorsqu'il était étudiant à Cambridge?!

Lien : https://www.instagram.com/bc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Ponna
  05 décembre 2019
D'habitude, quand un livre m'enthousiasme à ce point, je ralentis vers la fin pour le savourer le plus longtemps possible, mais là, non. le dénouement est heureux (même si les gilets jaunes pointeront leur nez dès novembre 2018) mais les 500 premières pages sont tellement désespérantes et l'écho raisonne tant avec la France...
L'opposition capitale/provinces oubliées, les fake news, une classe dirigeante déconnectée et dans l'entre-soi, la disparition des paysages ancestraux, les déchirements intimes (ça c'est universel), tout est transposable.
Jonathan Coe écrit encore un livre indispensable qu'il faudra relire dans quelques années, quand on mesurera les suites du Brexit.
Commenter  J’apprécie          150
krol-franca
  09 novembre 2019
Quelle maîtrise ! Quel art ! Je retrouve le Jonathan Coe que j'adore, celui de Testament à l'anglaise. Je n'ai toujours pas lu Bienvenue au club et le cercle fermé mais ça ne m'a pas dérangée du tout pour découvrir ce dernier opus. En revanche, ça m'a fortement incitée à le faire.

Une construction impeccable. Nous suivons une famille (et amis) d'avril 2010 à septembre 2018. Jonathan Coe évoque l'actualité de son pays à travers les péripéties de ses personnages, sans assommer le lecteur de digressions politiques lourdes et ennuyeuses, avec toujours un brin d'humour et des dialogues qui forcent l'admiration (certains auteurs devraient en prendre de la graine !), naturels et justes, éclairants. On sent bien qu'il essaie de comprendre ce qui s'est passé dans son pays, ce « comment en est-on arrivé là ? », qu'il n'a pas une réponse à apporter, mais de multiples, selon la vision de chacun de ses personnages.

L'un est journaliste, l'autre universitaire, un autre écrivain, un moniteur d'auto-école ou encore un clown pour enfants, une étudiante rejetant en bloc la mollesse des gens de gauche, ils sont de tous âges, de tous bords, et échangeant joyeusement sur les thèmes qui font l'actualité, du politiquement correct au racisme ambiant, du Brexit au nationalisme exacerbé.

Si la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques a su fédérer tous ces personnages, ce que l'auteur nous montre dans un chapitre allègre, construit d'une manière très visuelle, (un grand moment du roman), ce qui divisait les anglais n'a pas manqué de surgir à nouveau dès le lendemain.

Très adroitement, Jonathan Coe saute des mois voire une année entre deux chapitres. Et on prend plaisir à retrouver les personnages et savoir ce qu'ils sont devenus, un peu comme lorsqu'on retrouve un ami qu'on n'a pas vu depuis quelques mois et qui nous raconte ce qui lui est arrivé entre temps. On se sent très vite proche des personnages, on aime les côtoyer, les perdre pour mieux les retrouver.

Ce fut un déchirement de reposer ce roman après la dernière page lue. Je m'y sentais tellement bien que j'aurais volontiers avalé quelques centaines de pages supplémentaires.

D'autant plus que Jonathan Coe ne se cantonne pas à l'aspect politique, il pose de vraies questions existentielles, sur le rapport de l'être humain au temps qui passe ou encore sur ce qui fait le ciment du couple.

C'est fort, très fort, c'est intelligent, très intelligent, c'est éminemment romanesque, c'est une réussite incontestable.
Lien : https://krolfranca.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
lehibook
  27 août 2019
Jonathan Coe est vraiment brillant . Arriver comme il le fait dans ce roman à mêler harmonieusement l'évolution de la famille Trotter , famille au sens large qui inclut les amis et alliés, à l'acheminement de l'Angleterre vers le Brexit , le récit allant de 2010 à 2018 . Quelle finesse dans l'analyse des caractères et quelle profondeur dans la mise en évidence des racines de la situation politique actuelle ! Sans oublier ,un humour qui fait passer avec élégance une scène érotique dans un placard ! On aimerait un texte aussi abouti en France sur les évènements de ces dernières années , les fractures sociales et leurs conséquences . A lire pour le plaisir du roman et l'intérêt de l'analyse politique et sociologique.

Commenter  J’apprécie          151
Lilou08
  11 novembre 2019
C'est le premier livre de Jonathan Coe que je lis. Je découvre donc en même temps cet auteur et la famille Trotter, les « héros » de cette histoire mais d'autres précédents livres de Jonathan Coe. Rassurez-vous, cela ne gêne en rien la compréhension de « le coeur de l'Angleterre ». le pitch de vivre l'actualité récente de l'Angleterre avec comme point culminant le fameux Brexit au détour d'un roman me tentait bien et comme on me l'a offert, j'ai été ravie de m'y plonger. Passé le début où on ne sait pas trop où on va, je me suis vite laissée charmer par la famille Trotter et certains de leurs amis. Je me suis attachée aux différents personnages, chacun avec des âges et/ou des opinions différentes et j'ai aimé suivre leurs chemins de vie pendant une petite vingtaine d'années. Il y a par exemple Benjamin, cinquantenaire nostalgique et mélancolique qui a écrit un livre dans sa vie qu'il va peut-être enfin publier et qui vit dans un ancien moulin au bord d'une rivière. Il est célibataire et ami avec Doug qui est journaliste politique, plutôt de gauche. Avec Doug, on va beaucoup apprendre sur la vie politique en Angleterre. Il y a aussi Loïs, la soeur de Benjamin, et sa fille Sophie, universitaire dans le domaine artistique qui va épouser Ian, formateur de conduite automobile, deux mondes bien différents ce qui va générer des frictions dans le couple… et bien d'autres personnages qui peu à peu nous racontent par petites touches délicates l'Angleterre, celle des villes, mais aussi l'Angleterre profonde qui va bientôt être télescopée par ce fameux référendum de 2016 qui la mènera au Brexit.
J'ai beaucoup aimé ce livre. L'écriture est belle, fluide et agréable et les personnages sont bien dépeints et attachants. Un bon moment de lecture que je vous conseille.

Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BurjBabil
  27 octobre 2019
Ce roman reprend apparemment les personnages de deux succès précédents. Rassurez-vous, je ne les ai pas lu et suis rentré dans cette histoire avec une facilité de bon augure : l'écriture est fluide, les personnages remarquablement brossés.
Je me suis intéressé à ce livre après une double "rencontre" : sur une émission mainstream où un éditorialiste marquait son désintérêt pour ce nouvel opus, prétendant qu'il n'apportait rien de nouveau, venant trop tard après le Brexit (drôle non, ce après?), comme décalé.
Et puis par hasard dans ma voiture Diesel polluante crit'air 3 (j'habite à Rouen, la ville de Lubrizol) cherchant une info sur les mesures prises pour informer et protéger les populations d'un incendie d'une usine SEVESO,
je tombe sur une interview de l'intéressé et là, bing ... je l'ai trouvé remarquablement lucide.
Désabusé certes mais produisant une analyse terriblement fine.
Aussitôt, je décide de juger par moi même et me procure l'ouvrage. Contrairement à ce qu'on entend ici ou là, Jonathan Coe ne s'intéresse pas
au Brexit dans son livre. Il s'intéresse aux gens, aux Anglais, et encore pas tous, Jonathan Coe ne représente pas l'Angleterre, même s'il le fait sans doute mieux que les amuseurs issus des suffrages désignant les gardiens
des soi disant démocratie "représentatives".
Jonathan Coe fait partie, qu'il le veuille ou non, de l'élite culturelle de son pays et à ce titre son opposition au Brexit est perceptible. Il donne des conférence à droite et à gauche....
Mais comme il est également écrivain, il "souffre" d'empathie et Il essaie
de donner la parole à quelques personnages de milieux divers livrant au lecteur des moments savoureux, drôles, touchants de vérité.
C'est donc un livre autour du Brexit, sans Brexit (comme les Anglais trois ans après) mais qui aide à comprendre le mal dont souffrent certains peuples européens (tous? seulement européens?)
Un livre autour de personnages attachants quels que soient leurs actes ou
convictions parce que terriblement possiblement réels.
A compléter pour les non exclusivement lecteurs par l'excellente série "Years and years" qui décrit elle aussi de manière encore plus flagrante la lente et inexorable décomposition de la société (mais y a-t-il une société?) anglaise et peut être plus largement occidentale qui n'a plus rien à proposer en dehors de quelques libéralités des moeurs.
Bref très fréquentable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

La pluie, avant qu'elle tombe

A quel âge est morte Rosamond?

71
72
73
74

15 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : La pluie, avant qu'elle tombe de Jonathan CoeCréer un quiz sur ce livre