AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-François Ménard (Traducteur)
ISBN : 2070757684
Éditeur : Gallimard (01/04/2001)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 224 notes)
Résumé :
La vie de William, jeune musicien en quête de gloire, parmi les clubs de jazz et les HLM de Londres, n'est qu'une longue suite de frustrations. Les membres du groupe où il joue transforment ses compositions subtilement rythmées en de sinistres parodies de rap ; la belle et froide Madeline reste insensible à ses charmes; même attendre le bus un dimanche matin requiert de l’héroïsme.
Les choses, semble-t-il, ne peuvent pas empirer. Mais si, pourtant : lorsque W... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  30 avril 2016
Lu dans le cadre du dernier club-lecture organisé par la médiathèque de ma ville, j'avoue avoir été un peu déçue par cette découverte une fois lues les cinquante première pages, l'écriture s'enlise un peu à mon goût.
Ici, l'auteur nous plonge dans un univers pitoyable : celui de Londres à la fin des années '80 dans lequel, un jeune artiste rêve de pouvoir vivre de sa musique. Doux euphémisme car si lui ne manque pas de talent et de connaissances dans le monde musical, les autres membres du groupe auquel il appartient (exception faite d'un seul), eux, sont réellement pitoyables. Quant à son manager, il trempe dans de sombres affaires dont le narrateur, William, alias Bill, ignore tout. Pour ce qui est du studio dans lequel nos jeunes musiciens font leur répétitions et du gérant de celui-ci, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. William, qui a quitté sa douce campagne avec pour seul espoir de se faire connaître dans une grande ville doit alors vite déchanter. Pour ce qui est de ses amours avec la jeune et belle Madeline, ce n'est guère plus réjouissant? A part quelques baisers et des sommes astronomiques qu'il dépense pour lui faire plaisir, lui, ne se voit guère attribuer grand chose en retour. Les rares soirées qu'ils partagent sont sans grand intérêt autant pour chacun des deux que pou le lecteur. Elle ne s'intéresse absolument pas à ce qu'il fait et notre pauvre William ne sait plus sur quel pied danser avec elle (c'est le cas de le dire). L'auteur nous entraîne également dans un monde (celui de la composition) où pour le novice que je suis, les portées rédigées sur ces pages n'ont absolument aucun sens. Il connaît son domaine, cela va sans dire mais si il n'en donne pas les clés, le lecteur se laisse rapidement perdre dans le cours de ses pensées.
Grand revirement de situation cependant lorsque les apparences se révèlent trompeuses et que le lecteur découvre que derrière cette apparente vie tranquille dans laquelle il ne se passe rien, le narrateur se laisse entraîner dans une histoire des plus macabres qui soient et don il n'aurait jamais soupçonné toute l'horreur et l'impact que cela aurait sur lui.
Un livre très bien écrit, je ne le nie pas mais au cours duquel, je me suis parfois ennuyé et c'est très regrettable car l'auteur avait toutes les clés pour le rendre plus palpitant ! A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
petch
  12 septembre 2013
Un Jonathan Coe, sans doute mineur, reste un livre de Coe quand même : sarcastique, assez noir et souvent désopilant.
L'auteur nous entraîne dans le Londres des musiciens de la fin des années 80, avec l'histoire d'un looser du clavier, William, dont on suit les déambulations pathétiques, ridicules, comiques. Sa vie, entièrement construite sur des faux-semblants, s'effiloche au fil des pages, et on assiste impuissant et rieur à sa lente agonie.
L'ensemble baigne dans une culture pop-rock bien sympathique et, sur certains passages, traite de musicologie pour plus érudits. Si on connait un peu le solfège, on peut même s'amuser avec quelques phrasés. On appréciera également la structure du livre, construit comme un véritable morceau de musique avec des titres de chapitres tels que intro, premier thème, solo, reprise… On peut retenir également l'hommage appuyé à Morrissey et aux Smiths dont on trouve des extraits de textes au début de chaque chapitre.
Dommage que l'histoire s'essouffle dans le dernier quart du livre (les rappels sont moins bons en quelque sorte…), pour finir sur une conclusion un peu décevante. Mais dans l'ensemble, un bon moment de détente à la sauce rock/punk !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Tiphrom
  03 février 2015
Jonathan Coe nous gratifie toujours de ce qui fait certainement une grande part de son charme, de sa patte, à tout le moins ce qui accroche nombre de ses lecteurs à son écriture si particulière : l'attention portée à la construction de son personnage principal. Il façonne patiemment des caractères plongés un univers différent à chaque roman et tellement ancrés en lui. Gregory Dudden dans « La maison du sommeil » en est un bel exemple, un meilleur encore avec William que nous découvrons ici.
William est un musicien, pianiste passionnée qui du haut de ses vingt-trois printemps a investi Londres comme il a pu, délaissant sa campagne dans l'espoir d'appartenir à un petit groupe de rock qui percerait peut-être un jour. Il vit en colocation avec une jeune femme qu'il ne connaît que très peu et qu'il croise une heure toutes les trois semaines tout au plus. Il vit là, dans les HLM londoniens, loin de tout même du métro, mais il vit là pour jouer. Il joue du piano comme d'autres respirent, par besoin. Un jeune homme des plus banals qui en plus travail dans un magasin. Sa vie normale va basculer lorsqu'il sera le témoin d'un meurtre commis sous ses yeux par deux nains.
Et c'est sur ce renversement que Jonathan Coe ouvre son récit. Toute sa démarche, construite autour de la structure musicale, consistera en un grand retour en arrière de William sur lui-même pour comprendre ce qui l'a conduit ici et l'amènera jusqu'à son issue finale. En cela, la construction de l'ouvrage est assez commune, si ce n'est le chapitrage qui suit les différents mouvements d'un morceau.
Je n'ai pas autant aimé celui-ci que « La Maison du Sommeil » bien qu'il m'ait tenu éveillé jusque tard dans la nuit. Je n'y ai pas trouvé la surprise de la première fois mais le plaisir est toujours là car ce roman, polar musical, reste toutefois un divertissement bienvenu. Pour découvrir l'auteur, se jeter évidemment sur "La maison du sommeil", un bijou !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SebastienFritsch
  11 novembre 2012
Ce thriller loufoque nous plonge dans la vie d'un jeune musicien qui cherche la gloire… dans les bars et les squats sinistres du Londres des années 80. Il y répète, il y rencontre des personnes pas toujours fréquentables et il y assiste à un meurtre… dont il devient rapidement le suspect. Autour de la figure de ce pianiste paumé, Jonathan Coe bâtit un vrai thriller (loufoque quand même, j'insiste sur ce mot) tout en dépeignant habilement et avec humour les ambitions de la jeunesse… et la délicate confrontation avec la réalité.
Commenter  J’apprécie          80
Verluisant
  14 mars 2010
William le héros est fondamentalement malchanceux : les bus lui passent sous le nez, son groupe de rock est nul, l'élue de son coeur lui bat froid... bref sa vie est une catastrophe et lorsque débarquent deux nains tueurs elle devient très compliquée. Si la construction du roman est moins complexe que dans Testament à l'anglaise ou la Maison du sommeil, l'humour un peu pince-sans-rire de Jonathan Coe se trouve, lui à chaque pages. Excellent !
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
petchpetch   18 juillet 2013
Enfin, il y avait Jake, notre batteur, un existentialiste pur et dur avec un béret noir et des lunettes modèle sécurité sociale cerclées d'or. [...]. Il travaillait la batterie dans sa chambre en utilisant un exemplaire de L'être et le Néant comme caisse claire et les trois volumes d'A la recherche du temps perdu en guise de toms. [...]. Ses passions jumelles pour la métaphysique et la pop music ne s'étaient jamais conjuquées en un tout cohérent. Il finissait par écrire un morceau qui combinait la complexité philosophique de Meat Loaf avec l'énergie rock'n'roll de Schopenhauer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cicou45cicou45   30 avril 2016
"Si c'était bel et bien la vérité, elle était cruelle ; mais d'une certaine manière, j'en éprouvais un certain réconfort. Finalement, n'importe quelle explication valait mieux que pas d'explication du tout."
Commenter  J’apprécie          250
cicou45cicou45   30 avril 2016
"[...] ce qui est important, c'est de mourir avec dignité. La mort peut être douce, calme, elle peut même être belle. Si on quitte cette vie avec dignité, qu'y a-t-il à regretter ?"
Commenter  J’apprécie          150
SoundandfurySoundandfury   30 décembre 2010
Violent Life est une plongée de deux minutes dans l'enfer urbain de Glasgow: viol, vol, agression, guerre de gangs et drogue constituent apparemment leurs principales références. Tout cela ne paraîtra cependant qu'un aimable poème pastoral comparé au morceau de la face B, Insomnia, qui, pour autant qu'on puisse en comprendre les paroles, semble mettre en scène une femme hurlant dans le micro pour souhaiter à son amant il ne connaisse plus jamais une seule nuit de vrai sommeil. On a un peu l'impression d'entendre un bout ce craie crisser sur un tableau noir. Bref, c'est un disque dans la grande tradition punk, c'est à dire, une musique idéale pour vomir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paulotletpaulotlet   28 octobre 2018
Je ne sais pas si vous avez déjà eu l'occasion de rencontrer un type de ce genre mais il y a des gens qui éprouvent une telle nécessité d'être odieux que, même s'ils avaient désespérément besoin de votre bienveillance et de votre argent, même si pour une question vitale, il leur fallait absolument se montrer aimables avec vous, ils seraient malgré tout incapable de s'y résoudre. A mes yeux, c'est la marque de l'authentique psychopathe. Jamais je n'ai rencontré quelqu'un d'aussi grossier avec ses clients que ce type-là. Et pas seulement avec nous. Il était pareil avec tout le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jonathan Coe (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Coe
???? La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! ???? ? ? le c?ur de l'Angleterre de Jonathan Coe et Josée Kamoun aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1008930-romans--le-coeur-de-l-angleterre.html ? Doggybags, Tome 14 : de Collectif, Neyef aux éditions Ankama https://www.lagriffenoire.com/1013955-achat-bd-doggybags-t14-shadow-of-death.html ? Je m'appelle Lucy Barton de Elizabeth Strout aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1012841-divers-litterature-je-m-appelle-lucy-barton.html ? La Fabrique des salauds de Chris Kraus et Rose Labourie aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/1011860-romans-historiques-la-fabrique-des-salauds.html ? Belgiques de Jean Jauniaux aux éditions Ker https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1019922&id_rubrique=1 ? L'éternité, brève de Etienne Verhasselt aux éditions le Tripode https://www.lagriffenoire.com/1013811-romans--l-eternite--breve.html ? Paris - Bars & restos planqués de Antoine Besse aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/58204-cuisine-paris---bars---restos-planques.html ? Paris Restos du Monde de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/141954-livres-de-cuisine-paris-restos-du-monde.html ? A chacun son resto - 120 adresses pour inviter sans se tromper de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme ? Paris zen & relax de Sophie Herber aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/1015157-livres----vie-pratique--paris-zen---relax.html ? le thé à Paris de Caroline Da-chavigny aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/1015158-livres-de-cuisine-le-the-a-paris.html ? La Police des fleurs des arbres et des forêts de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1017324-nouveautes-polar-la-police-des-fleurs--des-arbres-et-des-forets.html ? L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-litterature-l-aviatrice.html ? La Troisième Hemingway de Paula McLain et Florence Hertz aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/138906-divers-litterature-la-troisieme-hemingway.html ? L'ultime mystère de Paris de Bernard Prou aux éditions Anne Carrière https://www.lagriffenoire.com/1019357-nouveautes-polar-l-ultime-mystere-de-paris.html ? La Chorale des dames de Chil
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La pluie, avant qu'elle tombe

A quel âge est morte Rosamond?

71
72
73
74

15 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : La pluie, avant qu'elle tombe de Jonathan CoeCréer un quiz sur ce livre