AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274595492X
Éditeur : Milan (07/09/2011)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 23 notes)
Résumé :

Sadako aime les feux d'artifice, le goût de la barbe à papa, courir aussi vite que le vent. Mais Sadako est née à Hiroshima.

Une ville ravagée par la guerre. Une ville ravagée par la bombe. Et Sadako a la " maladie de la bombe ".

Alors, tous les jours, elle plie des oiseaux en papier. Car selon une vieille légende, elle sera guérie par les dieux si elle en fabrique mille.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Juin
  05 novembre 2011
L'histoire de Sadako Sasaki est vraie. Elle n'en est que plus cruelle. Elle n'avait que 2 ans lorsque la bombe atomique fut larguée sur Hiroshima. Dix ans après elle mourra d'une leucémie. On l'apprend dès le prologue et l'on voit cette petite fille, si gaie, pleine de rêves - dont celui de courir - vivre avec sa famille.
La maladie déclarée elle est hospitalisée. Son amie Chisuko lui offre une grue en origami. Sadako devra faire mille grues pour retrouver la santé. C'est la légende de ces oiseaux qui sont supposées vivre 1000 ans.
Sadako commencera à fabriquer des centaines de grues avec tous les papiers qu'elle pourra récupérer.
Elle est devenue une héroïne pour les enfants japonais. Sa statue est érigée dans le parc de la Paix d'Hiroshima.
Commenter  J’apprécie          120
zagzaguel
  16 avril 2016
Sadako est une enfant pleine de vie, qui aime courir, qui est rieuse et joyeuse.
Sadako est japonaise. Mais Sadako est née en 1943, à Hiroshima, une ville tristement célèbre pour avoir été bombardée par la pire des bombes connues de l'humanité.
Ce récit, inspiré d'une histoire vraie, relate le combat de cette fillette qui subit "la maladie de la bombe". Car Sadako est combative et décide de fabriquer mille grues de papier afin d'être bénie des dieux.
Cette histoire est triste, certes, mais le sujet de la mort qui plane tout au long du texte n'est pas pesant. L'auteure n'en édulcore pas moins sa réalité et l'on comprend vite l'épilogue. Ce que j'ai aussi beaucoup aimé c'est que tout au long des pages sont disséminés çà et là des instants de vie japonais, les coutumes et les habitudes de vie au Japon.
C'est donc un texte qui a un sujet dur mais qui parvient surtout à souligner l'espoir et la combativité face à la maladie. Et cette légende disant que la confection de mille oiseaux de papier peut nous sauver est tout simplement une très bonne entrée dans ce petit car on a nous aussi envie d'en confectionner pour aider la petite Sadako.
D'ailleurs, encore aujourd'hui, certains viennent déposer ces grues au pied de sa statue à Hiroshima.
A partir de 9-10 ans en lecture autonome (car il est intéressant d'avoir en tête l'histoire de la seconde guerre mondiale, au programme des CM2).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
raton-liseur
  17 octobre 2019
Je m'étais lancée dans un projet origami avec mes élèves à la fin de l'année dernière. La légende des mille grues étant plutôt connue, j'ai eu la bonne idée de leur lire cette histoire. Bonne idée, c'est vite dit… Je me suis retrouvée en pleurs devant les enfants, et j'ai eu bien du mal à finir l'histoire.
Parce que c'est une histoire vraie que celle de Sadako. Cette petite fille qui adore l'école et le sport, cette petite fille pleine de vie. Mais cette petite fille qui vit à Hiroshima et qui a deux ans le 6 août 1945.
Ce n'est que 9 neuf plus tard que la maladie se déclare, une leucémie qui l'emporte en une année. Mais, loin de se laisser abattre, Sadako s'accroche à la légende traditionnelle qui veut que si l'on réalise mille grues on peut faire un voeu. Elle ne put en confectionner que 644 avant d'être emportée, et c'est tout cela que ce livre raconte. L'espoir et le courage, puis plus tard l'acceptation de la mort, voir la tristesse dans les yeux de ceux que l'on sait que l'on laissera derrière.
C'est un livre pour enfant, et tout est écrit à hauteur d'enfant, dans un langage simple mais qui jamais ne heurte. On est enveloppé dans la même douceur que celle dont les parents et la famille de Sadako l'ont entourée. C'est un merveilleux livre pour les enfants qui commencent à comprendre que le monde n'est pas un conte de fée, que toutes les histoires ne finissent pas bien.
Je ne suis pas certaine que je renouvellerai l'expérience de le lire à haute voix. Même préparée, même sachant ce qu'il va arriver, je ne suis pas sûre que je saurai mieux, la prochaine, maîtriser ma voix et mes larmes. Mais c'est un livre que je peux conseiller les yeux fermés à tous les enfants à partir de 10 ou 12 ans. Très beau, très touchant, un superbe texte, intelligemment traduit par Frédérique Fraisse et accompagné des jolis dessins géométriques et colorés de Julie Mercier pour l'édition que j'ai empruntée à M'ni Raton.
Envolez-vous, petites grues, allez voler très haut dans le ciel à la recherche du rire perlé des petites filles parties trop tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
asnico
  06 juin 2018
Belle mais triste histoire que celle de Sadako : quelques années après l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima, la petite fille est atteinte de leucémie. Elle est hospitalisée. Sa meilleure amie lui conte la légende selon laquelle la fabrication de mille grues est synonyme de guérison. Sadako n'a plus qu'un but : plier ces grues. Elle n'en aura malheureusement pas le temps mais son histoire touchera le Japon entier et sa classe finira à sa place. Aujourd'hui, une statue dans le parc de la paix d'Hiroshima rend hommage à Sadako et à toutes les victimes du 6 août 1945.
Commenter  J’apprécie          40
cerisebio
  08 août 2017
Les mille oiseaux d'Hiroshima raconte l'histoire vraie de Sadako Sasaki, une petite fille d'Hiroshima qui a vécu de 1943 à 1955. Nous avons lu ce livre ensemble les enfants et moi, lors de notre visite de la ville, pour ouvrir le dialogue sur ce qui s'est passé le 6 août 1945 et comprendre ce que représente le mémorial des enfants dans le parc, ainsi que les guirlande de grues en origami. Une courte introduction et un bref épilogue permettent de replacer la petite histoire dans la grande, et donc d'intéresser aux évènements de la seconde guerre mondiale.
Si le texte est très simple, l'histoire en est difficile et je ne conseillerais pas de laisser un 8 ans sensible le lire seul. Moi même, sur la fin du livre, j'ai dû faire de gros efforts pour que ma voix ne tremble pas et retenir mes larmes. Cependant cette courte lecture permet de comprendre certaines conséquences de la bombe A sur la vie des habitants, d'autant plus facilement que le jeune lecteur peut s'identifier à Sadako.
C'est sûrement pour cette dernière raison que la vie de la petite fille a inspiré les enfants du Japon et d'ailleurs. Sadako est comme eux, une enfant pleine de vie, d'énergie, de rêves. le début du roman en 1954 nous la présente dans sa vie quotidienne - glissant ça et là des éléments de civilisation japonaise -, qui est assombrie par le souvenir de ce jour là et la crainte d'être touché par "la maladie de la bombe".
La leucémie.
Elle ne rêve que de courir et croquer la vie à pleine dent, mais des vertiges vont peu à peu s'emparer d'elle jusqu'au diagnostic redouté. On suit alors son combat, à la fois décrit sans détour et d'une façon claire pour un jeune public. En parallèle, Sadako et ses proches vont se raccrocher à la légende des grues : s'ils en plient 1000, les dieux lui rendront la santé.
Aujourd'hui encore, des écoles du monde entier envoient des guirlandes colorées de grues à Hiroshima, pour rendre hommage à Sadako, devenue l'emblème de toutes les jeunes victimes de la bombe.
Lien : https://opaledefeu.jimdo.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
zagzaguelzagzaguel   16 avril 2016
La fillette baisse immédiatement la tête. Elle gigote sur place et tortille les doigts de pied pendant que Monsieur Sasaki prie à haute voix. Il demande que l'esprit de leurs ancêtres soit heureux et en paix. Il dit merci pour son salon de coiffure et ses beaux enfants. Il prie pour que la leucémie, appelée "maladie de la bombe" n'affecte pas sa famille.
Commenter  J’apprécie          90
opera64opera64   22 novembre 2013
En 1958, une statue a été inaugurée dans le parc de la Paix d 'Hiroshima. Elle représente Sadako, debout au sommet d'une montagne céleste en granite. Elle tient dans ses mains tendues une grue en or.p 78
Commenter  J’apprécie          40
opera64opera64   22 novembre 2013
Sadako fait oui de la tête. Elle le ne s'est jamais plainte malgré& les injections et la douleur quasi permanente. En effet, une souffrance bien plus terrible la ronge : la peur de mourir. Heureusement, la grue dorée l'aide à se battre et lui rappelle qu'il faut toujours garder espoir. p 67
Commenter  J’apprécie          20
opera64opera64   22 novembre 2013
Tu ne te souviens donc pas de la légende des grues ? lui demande Chizuko.

Elles sont supposées vivre mille ans. Si une personne malade plie mille, les dieux exauceront ses vœux et lui rendront la santé. P41
Commenter  J’apprécie          30
opera64opera64   22 novembre 2013
Je me souviens de la Boule de lumière, murmure Sadako à l'oreille de Chizuko. Le ciel a été illuminé par un millier de soleils. Puis la chaleur m'a transpercé les yeux comme autant d'aiguilles.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : hiroshimaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1093 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre