AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sophie Mayoux (Traducteur)
EAN : 9782020404556
240 pages
Éditeur : Seuil (17/03/2000)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 146 notes)
Résumé :
Michael K, dont la couleur de peau n'est jamais mentionnée, homme frustre et solitaire, quitte Le Cap accompagné de sa mère et se lance sur les routes. Contrôles, interdictions, combats ne l'empêcheront pas d'accomplir son périple, remontant toujours plus loin au nord, en quête d'une ferme-refuge originelle où il espère vivre paisiblement. Il parvient seul en ce lieu reculé, sa mère n'ayant pas supporté le voyage. A partir de quelques graines retrouvées par hasard, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  28 avril 2017
Ce roman raconte la vie de Michael K, sa vie, son temps.
Michael est différent. Il vit en Afrique du sud, au Cap, à une époque où les conflits font rage. Il traverse ces champs de batailles pour rejoindre la campagne, sans réellement comprendre ce qui l'entoure.
Depuis sa naissance, on le rejette. Son bec-de-lièvre le marque comme indésirable, ou comme un idiot qui sourit bizarrement. Est-il vraiment idiot ?
Plus taupe ou ver de terre que jardinier, il survit comme un insecte, comme un phasme, se terrant et se confondant avec son milieu.
Interné plusieurs fois dans des camps de travail, personne ne pourra le modeler ou lui faire raconter son histoire. Sa vie n'est pas celle des hommes qui se livrent à des guerres imbéciles. Son temps n'est pas le leur non plus. Il vit comme les graines qui germent dans la terre, lentement, au gré des intempéries, selon ce que la nature lui offrira. Il a une autre compréhension du monde. Elle ne semble pas plus idiote qu'une autre.
Ce caillou, ce galet, tourné vers une vie intérieure, paisible et silencieuse, ne se laissera pas casser ni lancer dans un monde qu'il ne voit pas, qu'il n'entend pas, qui n'est pas le sien, tout simplement.
Un homme brindille à la fois faible et fort, qui illustre magnifiquement la ténacité dont peuvent faire preuve les hommes face à l'absurdité de la vie. Peu importe de savoir qu'il soit noir ou blanc, ou de connaître l'époque à laquelle il vit, le message s'adapte à tous les temps et à tous les hommes.
Un roman étonnant et puissant d'un auteur que je découvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          552
Myriam3
  17 septembre 2016
Le titre fait penser à un essai biographique, les premières pages à un conte philosophique, avec un personnage un peu simple projeté dans la réalité. Mais rien ne me préparait à ce voyage qui prend forme d'exil sous fond de guerre civile.
On est au Cap, en Afrique du Sud, à une époque plus ou moins contemporaine. Mais le pays est en proie au chaos, la ville est livrée à la violence, et pour la quitter, il faut attendre un visa qui n'arrive jamais; pour tenter de sauver sa vieille mère malade, Michael K décide alors de fabriquer un landau et de quitter la ville avec elle clandestinement. Malheureusement, il n'a pas conscience de ce qui l'attend: les militaires rôdent sur les routes et les camps de concentration jalonnent la campagne, à peine déguisés en camp de travail.
Michaël K traverse le pays tel une poussière portée par le vent d'un lieu à un autre, sans qu'on ne sache vraiment s'il veut survivre ou non à ce climat opprimant. Insaisissable, incompris, il ne s'attache pas à ceux qui le prennent en pitié, lié par rien ni personne une fois que sa mère est morte, attendant simplement, dirait-on, de tomber en poussière.
Comme vous l'aurez compris, c'est un roman sec, oppressant, déprimant mais beau et poétique aussi, et qui pourrait se passer, finalement, dans n'importe quel pays du monde car aucun ne semble à l'abri d'une telle inhumanité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Renatan
  14 avril 2017
J.M. Coetzee m'a permis d'accompagner Michael K. en marchant sur les pas de son histoire. On le disait simple d'esprit, mais si vous voulez mon avis, il possédait une intelligence hautement supérieure à bien des êtres humains, celle des émotions. Elle l'aura menée à survivre en milieu hostile, égaré en plein coeur d'une zone de combat. Quand il habitait le Cap, en Afrique du Sud, il gagnait sa croûte en effectuant de menus travaux pour les parcs et jardins de son patelin, avant de devenir gardien de nuit aux toilettes publiques de Greenmarket Square. Il était alors confié à l'Institut Huis Norenius pour les hommes que l'on disait de « sa nature ».
Accompagné de sa mère mourante, qu'il transportera durant des km à bout de bras dans une charrette capitonnée de coussins et de couvertures, il effectuera une remontée vers le nord du pays jusqu'à sa ville natale, Prince Albert, dans le désert du Karoo. Il devra s'arrêter en chemin pour réchauffer ses mains engourdies. Une longue marche au terme de laquelle sa mère rendra l'âme – je ne dévoile rien, c'est écrit dans la quatrième de couverture. Son seul désir n'avait été de fuir la ville et la cruauté des hommes. Sa démarche fut celle d'une femme résignée à mourir auprès de ses souvenirs, emmêlée aux odeurs de la terre qui l'a vue naître. Si je vous dis que personne en chemin ne s'arrêta pour leur offrir de l'aide, serez-vous vraiment étonnés? Pas moi. Les gens meurent au coin des rues sans qu'aucune âme n'ose même porter le regard vers eux. Où est passée l'entraide? S'il fallait seulement que l'homme soit assez digne pour accepter de se mettre au même niveau que son prochain pour lui tendre la main, que serait le monde devenu…
Chemin faisant, il se fera prisonnier dans un camp de travail de Jakkalsdrif d'où il finira par s'échapper. Il aura mangé quelques jours de bouillie froide jusqu'à se demander, fort de son intelligence émotive, s'il ne serait pas là pour apprendre la vie. Il ne pouvait juste pas croire en la lâcheté des hommes. Durant des jours et des jours, il dormira sur un carton dans une ruelle, sous les ponts, au bord de la route, dans un fossé, une grotte, sous les étoiles. S'abreuvera de rosée et mangera des lézards grillés, des sauterelles et des larves de fourmis. C'est ainsi que Michael, mon héros, errera sur la route, affamé et pris de vertiges. Son corps tel un cadavre d'os saillants et de plaies ulcéreuses.
Il m'est constamment arrivé, durant ma lecture, d'être ramenée à La route de Cormac McCarthy. Dans un contexte politique et géographique complètement différent, évidemment, mais pour la part de survivance auxquels nos courageux personnages sont confrontés. Dans un cas comme dans l'autre, l'humanité a disparu. Michael vous dirait que l'apocalypse est aussi ce monde dépourvu d'humanité et de sensibilité dans lequel il aura tenté par tous les moyens de survivre. Mais rien n'arrêtera un être humain dans sa quête, aussi solitaire soit-il. Il en faut du courage. À mes yeux, c'est ça être un Homme.
Première rencontre avec cet auteur sud-africain. Un jour, je relirai ce roman…
« Quel dommage que pour vivre en des temps comme ceux-ci, un homme doive être prêt à vivre comme une bête. Un homme qui veut vivre ne peut pas vivre dans une maison où il y a de la lumière aux fenêtres. Il doit vivre dans un trou et se cacher pendant le jour. Pour vivre, il faut qu'il ne laisse aucune trace de sa vie. Voilà où nous en sommes arrivés. »

Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lilicrapota
  29 octobre 2011
Mickael est un homme de 32 ans qui vit en Afrique du Sud en temps de guerre. Il s'occupe de sa mère et travaille comme jardinier. Affublé d'un bec de lièvre depuis sa naissance, il n'a ni ami ni petite amie. le jour où sa mère tombe malade, il décide de l'emmener là où elle a vécu toute sa jeunesse. Commence alors un long périple, mais sa mère meurt en route et ce sont finalement ses cendres qu'il déposera dans la terre de son origine.

L'histoire est construite en 3 parties : la première, sous les yeux de Mickael, nous fait partager son quotidien : la route, les camps, les hôpitaux, la découverte de la ferme, ses espoirs, ses premières plantations, sa fuite dans la montagne, les camps à nouveau, son retour à la ferme, son retour dans un camp. On constate que malgré ses apparences de simplet, Mickael est un homme comme aime à les décrire Vesaas : un homme à l'écoute de la nature, qui ne fait qu'un avec les éléments mais ne comprend rien au langage, aux stratégies des hommes, à la guerre tissée en toile de fond dans le roman. Ce qui lui donne du bonheur, ce sont les graines de courge qu'il a semées et qui sortent peu à peu; ce qui le rend triste, ce sont les chèvres qui viennent les brouter. Sa seule aspiration, alors même qu'il ignore comment la nommer, c'est sa liberté. A chaque fois, il s'échappe des camps où règne l'oppression pour retrouver son champ.

La deuxième partie est écrite sous la plume du médecin qui le receuille à la fin du roman, et qui se prend d'affection pour lui, ou plutôt d'une sorte d'attirance : Mickael déjoue ses repères habituels, le surprend, l' "incompréhensionn" si j'ose dire. Il finit même par bouleverser sa vision du monde avec son entetement à ne pas manger et à doucement se laisser mourir de faim. Cette deuxième partie a une écriture tout à fait difrférente de la première. La première est plutôt sobre, austère; la deuxième plus lyrique, poétique, très touchante parfois, ceci causé par le "je" du médecin qui tranche tellement avec le "mickael" de la première et dernière partie.

Donc la troisième partie, retour au "il" et à la vie de Michael, qui retourne d'où il était parti : la chambre de bonne où il avait vécu avec sa mère, en pleine ville. Là il se reprend à rêver et on le pressent déjà sur le départ pour aller rejoindre son champ...
Cette littérature me change, je n'avais jamais lu je crois un roman de ce type-là, d'habitude ce genre d'écriture me gonfle assez vite et c'est vrai que je n'ai pas "dévoré" le livre, néanmoins je l'ai lu avec intérêt et beaucoup de plaisir (à partir de la 2ème partie). Je crois quand même que quelque chose m'a échappé, une clé me manque pour comprendre l'ampleur de l'oeuvre, il y a un truc que je n'ai pas saisi, en voilà pour preuve une phrase dont je n'ai pas saisi le sens "Cette allégorie révélait jusqu'à quel point de scandale et d'outrage une signifaication peut s'établir au sein d'un système sans en devenir un terme"...??? Il faudr'a peut-être que je le relise plus tard, quand j'aurai un peu muri, un peu vieilli...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mimipinson
  18 mai 2012
« Les nuits passée parmi les mourants dans les couloirs de l'hôpital Somerset lui avaient fait comprendre à quel point le monde pouvait être insensible au sort d'une vieille femme atteinte d'une maladie dégradante, en temps de guerre. Incapable de travailler, elle voyait bien qu'entre elle et le caniveau il n'y avait que la bienveillance précaire des Buhrmann, le sens du devoir d'un fils à l'esprit lent, et en dernier secours les économies qu'elle concernait sous son lit. » p16
Ces quelques lignes, au début du livre, donnent un aperçu de l'ambiance du pays dans lequel se situe ce roman, et de ses inégalités : l'Afrique du sud.
Michael K, est un homme un peu simplet, que la vie n'a pas gâté, jardinier à la ville du Cap ; il vit seul avec sa mère, malade, et domestique dans une riche famille. D'un naturel dévoué, et n'écoutant que son coeur, il entreprend, faisant fi de tous les périls, de ramener sa mère dans sa province natale où elle souhaite vivre ses derniers instants.
Dans un pays en guerre, il va vivre une vie spartiate, dans un profond dénouement. Rien n'y fera, il ne se pliera pas aux lois des hommes malgré l'emprisonnement, la cruauté, et la précarité. « Maintenant, dans sa caverne, il nouait parfois ses doigts derrière la tête, fermait les yeux et vidait son esprit, ne désirant rien, n'espérant rien. » p91
L'ambiance générale de roman est noire, reflet d'un pays plongé dans le chaos. Mais le plus déroutant, a été pour moi le caractère spartiate de l'écriture ; elle est sans fioriture, presque brute, rêche .Le texte est compact, sans aération. Trois parties le composent, mais la première, consacrée à sa vie avant son internement au camp de Kenilworth, occupe les 2/3 du roman, sans aucun chapitre, ni paragraphe clairement distincts. Cela a rendu ma lecture longue et laborieuse, parfois oppressante. Les deux autres parties, sont beaucoup plus courtes et, bien que compactes, m'ont paru plus faciles d'accès. L'auteur, change de narrateur entre les deux parties, pour revenir au premier dans la dernière………
Dans cet océan de malheur, de pessimisme, d'inhumanité, il y a tout de même une lueur de bonté, sous les traits d'un pharmacien devenu médecin militaire d'occasion qui va comprendre qui se cache derrière Michael.
Au final pour aussi déroutante que fut cette lecture, je ne regrette pas de l'avoir menée à son terme. Je ne connaissant pas son auteur, et puisque parait-il, il « n'applique jamais la même recette à deux ouvrages, ce qui contribue à la grande variété de son oeuvre. », selon les termes du jury Nobel, je tenterai à nouveau une incursion dans son univers des mots.
Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   27 avril 2017
Il est semblable à un caillou, un galet qui, après être resté tranquillement dans son coin depuis le commencement des temps, est brusquement ramassé et passé de main en main sans ménagement, au hasard. Une petite pierre dure, à peine consciente de ce qui l'entoure, absorbée en elle-même et dans sa vie intérieure. Il traverse toutes ces institutions, ces camps, ces hôpitaux et Dieu sait quoi d'autre comme une pierre. Il traverse les intestins de la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
SachenkaSachenka   04 janvier 2017
Après une hésitation, K parla de son voyage. «L'autre jour, dit-il, j'ai rencontré quelqu'un qui m'a dit que s'ils trouvaient des gens sur leurs terres, ils leurs tiraient dessus.» Son ami secoua la tête. «Je n'ai jamais entendu parler de ça. Les gens doivent s'entraider, voilà ce que je crois.»
Commenter  J’apprécie          280
chris49chris49   14 juillet 2019
(...) je vois en toi une âme humaine qui échappe à toute classification, une âme qui a eu la grâce de n'être effleurée ni par les doctrines, ni par l'histoire, une âme qui remue les ailes dans ce sarcophage rigide, qui frémit derrière ce masque de clown. Tu es précieux, Michael, à ta façon : tu es le dernier de ton espèce, un reste d'une époque antérieure, comme le cœlacanthe ou le dernier homme à parler le yaqui. Nous sommes tous tombés par-dessus bord dans le chaudron de l'histoire ; toi seul, guidé par ton étoile idiote, attendant ton heure dans un orphelinat (qui aurait pensé à une cachette pareille ?), restant à l'écart de la paix comme de la guerre, embusqué à découvert, là où personne n'avait l'idée de regarder, tu es parvenu à vivre à la manière ancienne, dérivant au fil du temps, soumis aux saisons, n'essayant pas plus de changer le cours de l'histoire que ne le fait un grain de sable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gouelangouelan   25 avril 2017
Il déchira une bande noire dans la doublure du manteau de sa mère et l'épingla autour de son bras. Mais il s'aperçut qu'elle ne lui manquait pas, sauf dans la mesure où elle lui avait manqué toute sa vie.
Commenter  J’apprécie          200
Myriam3Myriam3   17 septembre 2016
Il ne se voyait pas comme un corps pesant qui laissait des traces derrière lui; dans la mesure où il avait une image de lui-même, c'était celle d'une poussière à la surface d'une terre trop profondément endormie pour remarquer le grattement des pattes de fourmi, le grincement des dents de papillon, l'effritement des mottes.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de J. M. Coetzee (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. M. Coetzee
L'acteur britannique de 59 ans ans, qui fut pendant dix ans le directeur artistique du Globe Theatre à Londres, est venu présenter à Deauville le film Waiting for the Barbarians de Ciro Guerra, adapté du roman de l'écrivain sud-africain J.M. Coetzee. Dans ce film, Mark Rylance incarne le personnage du Magistrat, qui assiste impuissant à la mécanique de destruction sadiquement mise en place sous ses yeux par le colonel Joll (Johnny Depp), face à une prétendue invasion barbare... Héros de la série Dans l'ombre des Tudors, nouveau chouchou de Steven Spielberg - qu'il a dirigé dans le Pont des espions, le Bon gros géant ou Ready Player One -, le comédien répond à notre questionnaire sur petits papiers colorés, en évoquant son rôle dans Dunkerque, de Christopher Nolan, ou sa collaboration avec Patrice Chéreau.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature sud-africaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

J.M. Coetzee, qui êtes-vous ?

Dans quelle ville est-il né ?

Londres
Adélaïde
Saint-Pétersbourg
Le Cap

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : J. M. CoetzeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..