AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782812611926
75 pages
Editions du Rouergue (02/11/2016)
3.98/5   22 notes
Résumé :
Comment conserver la mémoire des morts ? Alors que son père vient de disparaître brutalement, Nat a quatre jours pour convaincre sa mère de l'enterrer et non de procéder à une crémation. Il y arrivera avec le soutien de sa copine et de son grand-père. La revisitation contemporaine d'un drame antique, d'une grande force.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 22 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

rabanne
  26 octobre 2017
76 pages, un petit roman très rapide à lire.
C'est un cri de colère, de révolte aussi, un combat mené seul contre tous.
Nat ne veut pas que son père, brutalement décédé, soit incinéré mais enterré, contre la volonté de sa mère et d'une partie de sa famille. Il ne lâchera rien, comme un digne "fils d'Antigone" ?...
La plume, ciselée et efficace, sert un récit prégnant et touchant sur l'abandon, le chagrin, le manque, la mémoire familiale, la culpabilité.
Le texte est émaillé de belles citations littéraires (Saint-Exupéry, Kipling, Salinger), qui illustrent parfaitement la force émotionnelle de ce court roman.
(dès la 3ème)
Commenter  J’apprécie          539
lessortilegesdesmots
  23 janvier 2017
Ce roman est juste parfait! Je ne sais absolument pas quelle critique je pourrais en faire. Il est, certes très court, mais vous passez par toutes les émotions. Vous en prenez plein la tête et vous en prenez une très belle leçon. On n'a pas le temps de verser une larmes parce qu'à peine on ressent cette émotion qu'on passe à la colère, au désespoir puis au courage, à la force, à la cruauté. Bref, je pense que vous avez une bonne idée de ce que je veux dire. Et en 64 pages, c'est exceptionnel.

L'écriture est fabuleuse, poétique et très métaphorique. On n'a l'impression de lire le journal de Nat ou une lettre écrite à son père décédé. Les mots sont choisis avec soin. Les phrases sont courtes. Parfois, il n'y a qu'un seul mot mais leur impact est juste. Ils touchent une corde sensible en nous lecteurs. Il n'y a pas un mot en trop, pas une phrase inutile, pas de description. Elles gâcheraient le propos tenu. Nat ne cherche pas à nous attendrir ni à nous faire perdre du temps. Il bouscule nos repères par sa franchise et ses mots et ses métaphores d'une cruauté implacable ou d'une justesse implacable. Au choix.

Je ne sais pas comment son entourage peut rester ainsi sans réaction face au comportement et au propos d'une cruauté implacable parfois de Nat. Il est prêt à tout pour que son père ne soit pas incinéré. En le lisant, je me suis dit que certaines métaphores étaient vrai. Par exemple, la différence entre incinération et crémation. Nat a raison la seule différence c'est ce qui brûle. C'est cruel mais vrai. Il a tout de même bon fond. Il est blessé au plus profond de lui. il subit cette perte qu'il n'est pas prêt à vivre. Il a besoin d'exprimer tout ça mais dans le fond, c'est lui qui connaissait le mieux son père.

Les thèmes abordés sont assez évident : le deuil, la perte d'un être cher, l'adolescence, la relation entre une mère et son fils mais pas seulement. On y mentionne le devoir de mémoire en rapport avec les camps de concentration.

En bref, ce livre est une merveille. Si vous avez envie de vous sentir vivre et de ressentir tant d'émotions, allez-y. Et même si ce n'est pas le cas, lisez-le quand même. Ce livre devrait être lu par tous. Il est juste parfait.
Lien : http://lafetedesmots.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Keskonlit
  04 décembre 2016
Nat vient de perdre son père. D'une mort brutale que rien ne laissait présager. Quand sa mère lui annonce que son père va être incinéré, le jeune garçon s'y oppose viscéralement. Comment dire adieu à son père de cette manière ? Comment faire le deuil sans une tombe à visiter ? Réduire un corps en poussière revient-il à balayer le funeste événement du revers de la main ? Tel Antigone qui se bat pour que son frère ait une sépulture, Nat va, pendant quatre jour, tout faire pour convaincre sa famille d'inhumer son père.
Je dois avouer que Fils d'Antigone me prend sérieusement par les sentiments. Car il se trouve que j'adore les réécritures, et particulièrement les réécritures de tragédies grecques antiques. Alors quand en plus c'est réussi… Je suis comblée, forcément. Et il s'avère que Fils d'Antigone est une réussite. La suite sur Keskonlit.fr...
Commenter  J’apprécie          100
sylvicha
  22 janvier 2017
Un texte intense et puissant qui nous chamboule. Nat voit sa vie partir en éclats : son père vient de mourir. D'abord il doit affronter cette idée mais aussi les doutes ( son père a-t-il glissé ou sauté de cette falaise ?). Puis vient le coup de grâce : sa mère a décidé de l'incinérer. Cette idée le révolte , il a besoin de le savoir enterré dans un lieu où il pourra venir se recueillir. Il a quatre jours pour, comme Antigone, se battre contre ceux qui ont le pouvoir de décider.
Un roman court et bouleversant.
Commenter  J’apprécie          110
Vermeer
  27 mars 2017
A première vue, le thème de ce petit roman jeunesse peut paraître étrange pour le public auquel il est destiné. William, 17 ans, s'oppose à sa mère qui après la mort de son mari (du père de William) veut procéder à une crémation du corps plutôt qu'à un enterrement. Pourtant, il aborde le thème du deuil, de l'absence brutale (le père tombé d'une falaise s'est-il suicidé ou a -t-il été victime d'un accident ?), de la vieillesse, la famille, des différentes cultures, de la Mémoire, des relations père-fils ou Mère-fils.
Commenter  J’apprécie          52

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rabannerabanne   26 octobre 2017
Je veux qu'on le laisse reposer dans la terre. Je veux qu'on l'enterre. Je veux qu'on laisse le soleil caresser la pierre qui le recouvrira et la pluie battre doucement cette pierre.
Je veux savoir où il est.
Je veux que personne ne lève la main sur son corps pour le livrer à la destruction du feu.
Commenter  J’apprécie          210
lecturesbyjuliettelecturesbyjuliette   01 février 2017
Je n'arrive pas à le croire. J'en viens à me donner des coups avec mes propres poings, à me balancer des gifles avec mes propres mains, en me répétant que tu es mort, histoire de me le faire entrer dans le crâne. Que faire de cette douleur qui me vrille le cœur et le cerveau, colonise mes nerfs et mes muscles, ravage tout en moi. Injuste. Impossible.
Commenter  J’apprécie          30
rabannerabanne   26 octobre 2017
Elle berce sa douleur et endort sa conscience. Mais je ne lui accorderai ce répit.
Je lui demande d'arrêter de se faire un film et de mentir, de regarder en face la réalité de sa mort.
Commenter  J’apprécie          50
sdelthilsdelthil   13 février 2017
Je veux être encore avec toi, ne pas perdre une seconde de ce temps où ta présence flotte encore autour de nous, où tout est encore imprégné de toi.
Commenter  J’apprécie          10
TakalirsaTakalirsa   17 juin 2017
TU ES MORT.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Irène Cohen-Janca (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irène Cohen-Janca
A partir de la BD "Blanc autour" de Wilfried Lupano et Stéphane Fert, et d'autres lectures mettant en scène des élèves noir.e.s confronté.e.s au racisme, à la ségrégation et à la haine, je vous invite à (re)découvrir un pan de l'histoire américaine, en ce dernier jour de Black History Month.
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz "Les arbres pleurent aussi"

Le narrateur est un :

chêne
marronnier
sapin

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Les arbres pleurent aussi de Irène Cohen-JancaCréer un quiz sur ce livre

.. ..