AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Luc Piningre (Traducteur)
EAN : 9782715253568
Éditeur : Le Mercure de France (31/12/2099)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Si c'est une fille ? Elle s'appelle Louise, elle est née dans le Maine en 1978. Elle a les cheveux roux et porte des lunettes. Ses meilleurs amis sont les jumeaux Allie et Benny. Elle est « jolie » et « douce », on espère pour elle un bon mariage...
Et si c'est un garçon ? Il s'appelle Louis, il est né dans le Maine en 1978. Il a les cheveux roux et porte des lunettes. Ses meilleurs amis sont les jumeaux Allie et Benny. Il est l'héritier de l'usine de papier... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
livreclem
  09 avril 2021
Un livre que j'ai apprécié lire. Ici l'idée est originale, on suit la vie d'un même personnage en alternance : né garçon (Louis) ou né fille (Louise).
Les parents, les amis restent inchangés, seuls le sexe de naissance de Louis/Louise change.
As-t'on les mêmes chances si l'on naît garçon ou fille, as t'on le même futur ?
Très intéressant, le roman surf sur un secret de jeunesse qui sera dévoilé au compte goutte et qui n'aura pas le même impact sur Louis vs Louise.
L'écriture est belle, le roman se lit bien.
Je m'attendais à plus de différence de traitement entre Louis et Louise, l'auteure aurait pu pousser plus loin son idée mais ici le texte est beau et on plonge très vite dans l'environnement des personnages.
Commenter  J’apprécie          270
Little_stranger
  31 mars 2021
Le sujet m'a tout de suite interpellé : le genre. Mâle, femelle ? Homosexuel, hétérosexuel, bi-sexuel ? Comment se construit un couple et avec quoi peut-il durer ?
Juste avant de commencer le roman, il y a une phrase extraite d'Orlando, le roman de Virginia Woolf : j'étais chez moi.
Etats Unis : la ville de Casablanca et sa grosse usine de pâte à papier (Casablanca Paper Company fondée en 1862) de la famille royale locale, les Adler. Au sommet de la pyramide, l'ancêtre fondateur, Louis, nous allons rencontrer ses descendants ou plutôt celui qui naît en 1978 en retard de 2 semaines sur le timing après 18 heures de souffrance pour sa maman, Peggy Sue lors de l'accouchement. L'usine est en fin de parcours lorsqu'il revient à Casablanca parce que sa mère, Peggy Sue, Miss locale dans les années 50, qui a épousé Irving Adler, l'héritier prévisible de la société, est en train de mourir d'un cancer, un cancer très invasif, très rapide.
Sauf que nous avons la chance de suivre deux descendants d'Irving et Peggy Sue : l'un est un mâle, Louis David, l'autre est une femelle, Louise Dawn et ils répondent tous deux au surnom de Lou. En fonction de leurs actions à partir de leur naissance, selon leur sexe, ils vont suivre et influencer leur avenir. Nous alternons donc les chapitres entre Louise et Louis, dont on ne saura jamais lequel est vraiment né du mariage d'un héritier qui ne voulait pas d'un empire et d'une miss, qui voulait un meilleur avenir.
Lou quelque soit son sexe, va croiser différentes personnes : ses grands-parents paternels, les Adler, coincés et déçus du mariage de leur fils, Irving, ses grands-parents maternels, les Grenier, ouvriers de l'usine, chaleureux, mais déçus aussi que leur fille, Peggy ait quitté son monde d'origine. Nous croisons aussi leurs amis, Allie (Allison) et Benny, faux jumeaux, enfants des amis de leurs parents, Mary et Donnie Phelps.
Louis et Louise quitteront tous deux Casablanca à la suite d'un évènement tragique : Louis deviendra écrivain, se mariera à Carrie et Louise, mère célibataire, sera enseignante à New York avec une fille, Dana.
Leur retour à Casablanca va leur permettre d'éclairer des pans de leurs vies respectives et de pouvoir les changer.
J'ai aimé ce roman que j'ai dévoré car tout y est abordé avec délicatesse et élégance. Les personnages ont une constante : ils sont sensibles et comprennent l'importance de l'explication, d'échanger en écoutant l'autre, de prendre ce temps qui permet de saisir la complexité d'une situation, les non-dits, les faux-semblants.
Lou, ses parents, son entourage ont trouvé écho chez moi sans tambour, ni trompette, dans le discret sillage d'un destin individuel mouvant. du coup, je vais peut être me replonger dans le précédent roman de l'auteur Julie Cohen "les inséparables" que j'avais peut être mis de côté trop vite.
Julie Cohen a une "voix" qui me plaît bien : je vais la suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nadael
  11 mai 2021
Casablanca, Maine, États-Unis. 1978, fin d'été. Naissance de Louise. Naissance de Louis. Même jour, même lieu, même heure, mêmes parents. Mêmes cheveux roux, mêmes amis, mêmes envies… Peggy – l'ancienne reine de beauté – et Irving – l'ingénieur futur héritier de l'usine familiale – n'auront pourtant qu'un seul enfant – Lou -. Garçon, fille : chacun évoluera dans un temps différencié. Double narration, chapitres alternés. La vie de l'un et l'autre sera-t-elle différente, selon leur sexe? Une réflexion en filigrane sur le genre, son influence, ses conséquences. La place de cet humain dans la société. Ses choix, ses renoncements, ses douleurs, ses désirs… Louise et Louis ont 32 ans quant ils doivent retourner à Casablanca. Leur mère se meurt, d'un cancer. Tous deux ont quitté l'endroit soudainement il y a des années de cela, suite à un événement dramatique. Leur retour fait remonter à la surface des souvenirs doux et durs… Louise et Louis ont fréquenté les mêmes gens, ont été amoureux de la même personne, avaient pour ambition de devenir écrivain. Leur existence pourtant à ce jour est éloignée. L'origine de leur départ, les liens filiaux amicaux sentimentaux diffèrent… Durant quelques semaines, au chevet de leur mère, Louise-Louis vont cheminer vers un avenir en fusion. Ils n'auront pas emprunté les mêmes chemins, n'auront pas vécu les mêmes obstacles, le même moment de bascule, mais finalement Lou aura éprouvé des sensations identiques – une déchirure semblable -. Sur laquelle il-elle sortira enfin les mots enfouis, saura les mettre à la lumière. Et c'est en posant sur la table ce poids lourd que la vérité surgira, et leur voie alors, sera Une – unique.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alextoutsimplement
  23 avril 2021
Un roman qui se lit presque tout seul du fait d'une écriture simple, fluide et très agréable. J'ai beaucoup aimé l'idée de départ même si à la lecture, j'imaginais que cette idée serait plus creusée. de même la question de l'usine et du clivage entre patron et ouvrier auraient pu être plus approfondies.
J'ai aimé les vies de Louis et Louise, pas de redondance, pas de redites, des vies différentes et finalement sont-elles si différentes ? La fin est un peu trop convenu à mon goût mais cela ne gâche pas la lecture.
J'ai passé un très bon moment de lecture avec une écriture qui m'a beaucoup plu.
Commenter  J’apprécie          60
Les_Titias
  28 avril 2021
L'exercice d'entremêler deux récits en parallèles : la vie d'un enfant né fille à celle de son alter ego né garçon m'a d'emblée attirée. Je dois avouer que je craignais une accumulation de clichés sur les déterminismes de genres. S'ils existent effectivement (dans ce récit et dans la société), il me semble que la qualité de l'auteure tient à distiller habilement les traits communs entre Louis et Louise. Comme s'il existait une destinée ou une personnalité profonde qui transcenderait le genre.
Une belle surprise de lecture qui amène subtilement à réfléchir...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NadaelNadael   11 mai 2021
« Louis et Louise sentent l’un comme l’autre la dernière ombre de vie qui fuit le corps de leur mère. À l’instant, il n’est plus ni passé, ni genre sexué, ni il ni elle. Ni peine ni trahison. Ni secrets ni espoirs émoussés. Seulement une mère et un enfant, l’enfant qui a grandi en elle, qui a tété son lait, l’enfant dont elle a soigné les petits chagrins, caressé les bonnes joues, qui s’est endormi, pelotonné dans ses bras. Les leçons apprises au fil du temps, les jouets achetés et délaissés, les vêtements roses, bleus, jaunes ou rouges, les choses qui façonnent une vie dans un sens ou dans l’autre, tout cela ne signifie rien à présent. Seul ceci a un sens. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Julie Cohen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Cohen
LA CHRONIQUE DE GERARD COLLARD - LES INSEPARABLES
autres livres classés : masculinVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre