AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johan-Frédérik Hel-Guedj (Traducteur)
ISBN : 2070422259
Éditeur : Gallimard (27/02/2002)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Yiddish Connection, c'est l'histoire des gangsters juifs américains, à l'époque où le pouvoir était entre les mains du syndicat du crime, dirigé par Louis Lepke, Dutch Schultz et Bugsy Siegel.

Conté par le petit-fils des propriétaires du restaurant où se retrouvaient les truands, ce récit restitue la truculente odyssée de ces fils d'émigrants, héros hors-la-loi, qui faisaient rêver les enfants du quartier.

Chacune des riches heures de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
encoredunoir
  31 décembre 2013
Dans les années 1920, une jeune génération de gangsters juifs émerge dans le quartier de Brownsville, à New York. Menés par Abe Reles et Buggsy Goldstein, ces Brownsville's boys s'allient à Lepke Buchalter et fondent une association que la presse appelle la Murder Incorporated, bande de tueurs au service de la Mafia.
C'est cette histoire, de l'ascension à la chute de ce groupe de juifs énervés que conte Rich Cohen à partir de rapports de police, de minutes de procès, de témoignages de truands et de sa propre histoire familiale (sa grand-mère tenait le restaurant où se réunissait la bande). Contournant l'aridité de ses sources grâce à un véritable talent de conteur, Cohen dresse un portrait vivant de cette histoire relativement courte, puisque des débuts de l'association avec Lepke au moment où Reles se transforme en mouchard moins de vingt ans se passent (mais « dans le milieu, les choses se passent si vite que le temps devrait y être mesuré comme l'âge des chiens. ») qui a transformé durablement le crime organisé américain et qui s'est finalement diluée dans celle de la Mafia américaine.
Car au-delà d'une simple chronique du crime, Yiddish Connection est aussi pour Rich Cohen un moyen de s'interroger sur l'image du Juif. Issu d'une génération (il est né en 1968) qui a grandi avec le souvenir oppressant de la Shoah et l'image du Juif vu comme une éternelle victime, Cohen explique bien comment cette histoire des gangsters juifs qui a hanté son enfance l'a partagé entre admiration et répulsion. Ces Juifs-là étaient sans nul doute des criminels sanguinaires, des hommes dénués de conscience, mais aussi des durs à cuire, des types qui ne se seraient pas laissé marcher sur les pieds par le premier nazi venu – et Cohen d'imaginer comment Pittsburgh Phil aurait éventré Himmler si celui-ci avait osé essayer de s'en prendre à lui. C'est sur cette ambigüité entre le statut d'épouvantail, de monstres jetant l'opprobre sur toute la communauté, en même temps que de héros locaux osant faire un pied de nez à un système américain parcouru par un antisémitisme à peine voilé, que s'interroge Rich Cohen.
Ce faisant, il donne vie sous nos yeux à cette histoire mythique où l'on croise tour à tour Arnold Rothstein, Bugsy Siegel, Albert Anastasia, Dutch Shultz ou Meyer Lansky dépouillés des oripeaux que leur a fourni le cinéma ; une histoire pleine de fureur, de sang et de trahison, une tragédie antique jouée à coup de pic à glace, de corde à linge et de chaise électrique.
Si l'on peut légitimement regretter l'effarante profusion de coquilles qui émaillent le texte, on ne peut cependant que reconnaître le caractère exemplaire de cet ouvrage et, surtout, son côté éminemment passionnant.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
claudeparis
  29 mai 2016
Histoire vraie de toute une génération de Juifs d'Europe, pour la plupart, ayant émigré aux Etats-Unis au cours des années 1920-1930 et qui n'eurent, pour la grande majorité, pour survivre, que la délinquance poussée souvent à l'extrême. Leur association avec la mafia sicilienne donna naissance au Syndicat du crime.
L'auteur de ce livre, dont les grands-parents tenaient un restaurant yiddish à New-York dans lequel se retrouvaient les truands, raconte d'une façon truculente et souvent, hélas ! tragique, cette période qui dura pratiquement jusqu'à la fin des années 1940 après que les dirigeants américains décident de mettre fin à cette situation.
Les enfants de ces gangsters n'en ont pas moins, bien au contraire, été élevés dans le respect des règles, notamment religieuses, et nombre d'entre eux ont fréquenté les Universités, devenant, pour certains de grands dirigeants d'entreprises, des juristes, etc...
Commenter  J’apprécie          50
mercure
  26 septembre 2012
La honte ! Ainsi pourrait se résumer la chronique dressée par Rich Cohen. Exhumer - après un oubli (volontaire) - l'un des épisodes les plus "remarquables" de l'intégration juive dans la société américaine relève d'un courage certain. D'autant qu'en 2007 quelques témoins donnent encore de la voix...
La traversée gangstérisée est des plus savoureuse, si l'on excepte le fait qu'on parle de crimes, d'assassinats, de vols et de trafics. Les communautés italienne et juive se trouvent de nombreux points communs. Mais côté Kippa, on enterrera vite ce passé dès la deuxième génération.
Récit alerte, avec anecdotes garanties.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
claudeparisclaudeparis   24 mai 2016
Même les plus violents des gangsters se considéraient comme de bons juifs, des gens du Livre. Ils se rendaient au temple à l'occasion des grandes fêtes liturgiques, tournaient leurs pensées vers Dieu quand les choses allaient mal, faisaient circoncire leurs fils, pour ensuite les accompagner à leur bar-mitsva. Ils n'étaient pas habités en permanence par le fait d'être juif, mais ils avaient conscience d'eux-mêmes en tant que Juifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SebastienCreoSebastienCreo   24 juin 2017
En conséquence, les pages qui vont suivre relatent moins l'histoire véridique d'un gang de Brooklyn que sa perception à travers les yeux de mon père et de ses amis, une histoire (ce regard de mon père sur les gangsters) sur laquelle, à mon tour, je porterais mon propre regard, comme à travers le prisme de plusieurs épaisseurs de verre teinté.
Commenter  J’apprécie          20
SebastienCreoSebastienCreo   24 juin 2017
"Peur ? rèpéta-t-il, comme s'il avait eu affaire à un simple d'esprit. Hé, mon petit bonhomme, j'avais un calibre trente-huit calé contre la hanche. Autrement dit: quand je parle on m'écoute. Armée d'occupation mon petit bonhomme. C'était pas moi qui avais des raisons d'avoir peur. Les Schleus, les Boches, les Ostrogoths, c'était eux qui fouettaient."
Commenter  J’apprécie          10
SebastienCreoSebastienCreo   11 juillet 2017
Quand Abe Reles et son gang partirent en guerre contre les Shapiro, ce fut un rite de passage - les Italiens y allaient en marchant sur des oeufs, alors que pour les Juifs c'était une sorte de bar-mitsva du monde parallèle, comme devenir un homme.
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   24 mai 2016
en Amérique les gens ne vous aident que lorsqu'ils sont convaincus de se venir en aide à eux-mêmes, soit à travers un intérêt commun, soit à travers une forme d'identification, sans perdre de vue l'accession à telle ou telle forme de réincarnation.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : DélinquantsVoir plus
>Problèmes et services sociaux. Associations>Criminologie>Délinquants (18)
autres livres classés : Crime organiséVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Hunger Games

Qui est l'auteur?

Suzanne Collins
Meg Cabot
Eoin Colfer
Stephenie Meyer

15 questions
1142 lecteurs ont répondu
Thème : Hunger Games, tome 1 de Suzanne CollinsCréer un quiz sur ce livre