AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226219190
281 pages
Éditeur : Albin Michel (19/01/2011)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Deux grands lycées parisiens qui se sont déconnectés du système informatique du ministère et ont mis en place des modes d'admission parallèles. Des ministres (et un président) qui annoncent des réformes mais n'arrivent pas à les faire appliquer. Des enseignants qui font faire des dictées en cachette. Le Capes que l'on donne à des candidats qui n'ont pas eu la moyenne et qu'on lâche ensuite dans des classes difficiles. Une pédagogie " nouvelle " où l'orthographe n'es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BVIALLET
  14 août 2015
Quand le ministre de l'Education Gilles de Robien, conscient des ravages causés par la méthode globale d'enseignement de la lecture, décrète le retour officiel de la méthode syllabique, il déclenche un tollé, la machine Education Nationale se grippe et reste braquée sur la solution bâtarde de la méthode mixte qui, telle le pâté d'alouette, comporte un cheval de global pour une alouette de syllabique. Quand Luc Chatel veut en finir avec les RASED, ces réseaux d'aides spécialisées aussi discriminants que contre productifs, le mammouth freine des quatre fers et la défaite du ministre est presque aussi complète que celle de son collègue...
« Le pacte immoral » est une enquête effectuée sur le fonctionnement de notre système éducatif par Sophie Coignard, grand reporter à l'hebdomadaire « Le Point ». A l'instar de la pléiade de bouquins publiés sur le même sujet, le constat de celui-ci est aussi terrifiant que décourageant. de plus en plus mal classée dans les études PISA de l'OCDE, la France, qui consacre son plus gros budget à l'Education, se retrouve au fin fond du classement des pays développés, aussi bien en efficacité qu'en réussite. Et pourtant tous les hommes politiques de droite comme de gauche n'ont cessé de proclamer qu'ils voulaient faire de l'Education la priorité des priorités ! On se demande ce qu'il serait arrivé si elle avait été le cadet de leurs soucis ! En sous-titrant l'ouvrage : « Comment ils sacrifient l'éducation de nos enfants », l'auteur annonce tout de suite la couleur. Il y a bien une volonté de dévoiement, de perversion sous prétexte d'égalité des chances, de non discrimination et autres sornettes du même tonneau. Depuis plus de 40 ans, en voulant la réformer, les puissants détruisent l'école de la République en se gardant d'ailleurs bien d'y placer leurs propres rejetons. Pour ces « héritiers », du solide, du sérieux du traditionnel, pas de méthodes fumeuses, d'éveil transversal et autres sensibilisations ludiques sorties des crânes d'oeufs des pédagogistes disciples de Meyrieu. le livre regorge de faits avérés qui sont autant de condamnations sans appel. Il se termine par cette constatation : il suffirait de peu de choses pour que ça fonctionne. Oui, sans doute, beaucoup de courage politique et un grand nettoyage pour se débarrasser de tous les Diafoirus jargonnants et autres malfaisants qui pantouflent dans les hautes sphères. Là, d'ailleurs, réside une certaine faiblesse du livre. Sophie Coignard se cantonne un peu trop aux couloirs du ministère, aux magouilles diverses et variées, aux tractations et tripatouillages entre décideurs, hauts fonctionnaires et syndicalistes. Elle aurait pu donner un peu plus la parole aux soutiers et aux galériens, ces enseignants du terrain qui, la plupart du temps, en trichant avec les instructions délirantes, arrivent envers et contre tout à maintenir à flot ce radeau de la Méduse pris de folie. Pour en savoir plus sur la réalité du terrain, lisez plutôt Le Bris « Et vos enfants ne seront pas lire... ni compter » ou Viallet « Le mammouth m'a tuer ». Des témoignages, des vrais.
Lien : http://lemammouthmatue.skyne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
zabeth55
  30 janvier 2012
L'auteur, journaliste, infiltre pendant un an le système éducatif. du ministère aux salles de classes, elle passe tout à la loupe, interroge, analyse...... le constat est affligeant, l'école est en naufrage. Elle sort de son rôle fondamental, celui des apprentissages fondamentaux. "tous illettrés dans 10 ans" (pour plagier Attali "tous ruinés dans 10 ans") Entre "L'école du crétin" (je ne sais plus le nom de l'auteur), vu de l'intérieur du système et "le pacte immoral", vu de l'extérieur, le constat est le même : le niveau baisse, l'écart se creuse. Et si tout était voulu ?
Commenter  J’apprécie          40
claitte
  06 mai 2013
Eh bien voilà... je ne voulais pas vraiment savoir... Comment accepter tout ça ?
Bien sûr, je ne peux pas être en accord parfait avec certaines idées de Sophie Coignard sur la finalité et les modalités de l'éducation des enfants. Mais je ne peux nier la réalité de ce "canard sans tête". Je suis en plein dedans (où exactement ?).
Commenter  J’apprécie          20
dimakitab
  08 juillet 2014
La situation de l'enseignement au Maroc n'a rien à envier à celle de la France. Il est bien navrant qu'on en soit arrivé à ce niveau de médiocrité.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
aschrodaschrod   25 juillet 2020
L’orthographe, par exemple, est considérée comme une violence à l’encontre des élèves. Les IUFM ont ainsi inventé une nouvelle discipline : l’atelier de négociation orthographique. Mode d’emploi : on dicte un texte court aux élèves répartis en petits groupes, et leurs « productions d’écrits » sont affichées comme support à une discussion. « L’objectif principal n’est pas de trouver la bonne orthographe, mais d’exposer les raisonnements qui ont permis de choisir la graphie retenue, bonne ou mauvaise, énonce très sérieusement une étude universitaire. L’élève n’est plus seul devant son erreur, il découvre qu’il y a d’autres possibilités d’erreurs que la sienne […]. L’orthographe devient matière à discussion, ce n’est plus une fatalité. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
aschrodaschrod   25 juillet 2020
Rachel Boutonnet, jeune professeur des écoles auteur du Journal d’une institutrice clandestine, résume ainsi ce qu’elle a entendu à l’IUFM sur ce que l’on doit enseigner à l’élève : « L’objectif n’est pas de lui apprendre des choses mais de l’aider à construire ses savoirs en les faisant émerger. Attention donc à ne pas apporter de savoirs puisque, quand on dit quelque chose à un enfant, ça ne sert à rien. Partez de son vécu, sinon il n’aura rien à faire de ce que vous direz. Attention à ne pas l’ennuyer, soyez communicateur, amusez-le. Attention à ne pas le traumatiser par des notes ou des sanctions, demandez-lui de s’évaluer lui-même, ou d’être évalué par des camarades. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
aschrodaschrod   25 juillet 2020
La « grammaire de phrase », celle que tous les élèves ont apprise jusqu’alors : sujet, verbe, complément, semble bien datée. Il faut désormais lui adjoindre, sinon lui substituer, la « grammaire de texte », discipline réservée auparavant aux études universitaires. Il n’est plus question, dans les manuels, que de « situation d’énonciation », d’« adjuvant », d’« adjuvé », de « schéma actantiel », de « schéma narratif », bref, un vocabulaire de cuistre issu du structuralisme qui ne parle pas, mais alors pas du tout, aux collégiens et lycéens. Cette réforme tend même à détruire leur aptitude à apprendre et par conséquent à les dégoûter de l’école.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
aschrodaschrod   25 juillet 2020
Pour le cours de français donné aux plus grandes classes de l’école primaire, les consignes sont claires : « Attention ! dit une formatrice, je ne veux pas voir dans vos emplois du temps : grammaire, orthographe, conjugaison, lecture ! Ça, c’est l’école du passé, nous, nous sommes l’école de la modernité et donc ces catégories ne doivent plus exister. Désormais, nous faisons de l’observation réfléchie de la langue. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dimakitabdimakitab   08 juillet 2014
le sauvetage de l'éducation nationale une denrée plus rare que l'argent: le courage. Le courage de transmettre aux élèves le sens de l'effort, de rendre aux enseignants le goût de leur métier, de faire à la fois preuve d'exigence et de transparence [...] Transparence quant aux performance de l'élève: niveau général des connaissances, illettrisme, équité sociale.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sophie Coignard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Coignard
Sophie Coignard - On n'est pas couché 8 juin 2019 #ONPC
On n'est pas couché  8 juin 2019 Laurent Ruquier avec Christine Angot & Charles Consigny  France 2 #ONPC
Toutes les informations sur les invités et leur actualité https://www.france.tv/france-2/on-n-est-pas-couche/
Suivez @ONPCofficiel et réagissez en direct avec le hashtag #ONPC  https://twitter.com/ONPCofficiel
Continuez le débat sur Facebook https://www.facebook.com/onpcF2
autres livres classés : éducationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre