AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782262039639
429 pages
Perrin (04/09/2014)
4.1/5   5 notes
Résumé :
Le lecteur connaît bien maintenant la période de l'occupation et du régime de Vichy. Mais que sait-il du véritable maître de la France occupée et de ses intentions profondes, Hitler? Curieusement peu de choses, hormis une photographie devant la tour Eiffel, la poignée de main de Montoire et l'ordre donné de détruire Paris. Livre neuf, "Hitler et la France" est le premier ouvrage à donner la priorité à la vision de la France chez Hitler. Il présente trois originalité... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
pasiondelalectura
  23 avril 2018
Hitler et la France (2014) est un autre livre de l'historien JP Cointet avec un titre quelque peu racoleur car il est très peu question d'Hitler dans le livre si l'on tient compte que le Führer a visité la France seulement deux fois et court: la première pour visiter Paris à la sauvette dans une voiture décapotable le lendemain de la signature de l'armistice (moins d'une journée et très tôt le matin) et la deuxième à la fin de la guerre, le 17 juin 1944 à Margival au nord de Soissons.
Il faut un historien chevronné pour écrire ces pages difficiles, même à lire; j'ai eu le plus grand mal à venir à bout avec toutes ces dates et les incessants aller-retours sur les années 1940-43…
Hitler écrivait dans Mein Kampf, (25 années avant la guerre), que "la France demeure l'ennemi éternel du peuple allemand. Sa déliquescence et ses crises de nerfs ont pu nous porter à minimiser l'importance de ses gestes. Fût-elle toujours plus faible, ce qui est dans l'ordre des possibilités, cela ne doit rien changer à notre méfiance".
Il a écrit un deuxième livre en 1928, quatre années après le premier: le Deuxième Livre qui se veut un exposé plus systématique de ce que doit être la politique étrangère de l'Allemagne basée sur les conceptions fondamentales du national-socialisme.
Il faut dire que entre l'écriture du Deuxième Livre (1928) et l'avènement d'Hitler comme chancelier (30.11.1933), c'est à dire 4 ans plus tard, il est passé d'un échec (12 votes pour le parti nazi aux élections de 1928 !) à un succès éclatant avec 230 élus (14 millions de voix) représentant la première force au Reichstag, résultat aidé probablement par la crise économique et sociale allemande.
Hitler avait alors un statut très particulier, car jusqu'à sa prise du pouvoir, il est le Führer du parti nazi. Son autorité repose sur son charisme, sur ses dons oratoires exceptionnels et sur la conviction qu'il a su faire partager à ses compagnons, c'est à dire la mission de restaurer la grandeur de l'Allemagne et de fonder une nouvelle communauté nationale. A la mort du président Hindenburg en 1934, Hitler hérita de la nouvelle fonction de « Führer et chancelier du Reich » et fit établir une loi qui obligeait les fonctionnaires et les membres des forces armées à prêter un serment de fidélité et d'obéissance, non au chancelier, mais à Hitler personnellement comme « Führer du Reich et du peuple allemand ». Son autorité ne reposait pas sur un statut constitutionnel, mais sur sa relation personnelle avec la nation allemande.
La stratégie d'Hitler vis-à-vis de la France est triple: rassurer son opinion publique, mettre à profit le pacifisme de sa population, empêcher ou perturber le regroupement de puissances autour d'elle.
L'homme Adolf Hitler avait, pour le moins, une personnalité complexe et assez sécrète. Il n'a pas laissé d'écrits personnels aidant à cerner sa personnalité profonde. Les témoignages (tardifs) sont contradictoires et chez Hitler les contrastes sont étonnants avec une multiplicité de visages laissant les interlocuteurs incertains sur ses intentions profondes. Sur fond de neurasthénie, il est irritable (car insomniaque), il est vindicatif et se venge avec raffinement de tout manquement supposé à sa personne. C'est un homme toujours pressé et qui craignait sa mort. On peut l'affubler du don de comédien car il s'était entraîné à la gestuelle du métier. L'homme utilise par-dessus tout le mensonge jusqu'au cynisme: il a menti à son peuple sur la paix, à ses généraux sur ses projets, aux dirigeants étrangers sur sa volonté de résoudre pacifiquement les problèmes. Cet homme demeure un bon sujet pour psychologues, psychiatres et psychanalistes.
Parmi les choses intéressantes, on lit qu'il possédait une bibliothèque personnelle de plus de 15 000 titres dont le tiers portait sur la guerre; les livres étaient dispersés sur 3 résidences : Berlin, l'Obersalzberg et Munich. Les deux autres tiers portaient sur les arts (architecture, sculpture, peinture) et le dernier tiers sur l'astrologie, le spiritisme, la nutrition et les régimes ! Il paraît que Hitler ne lisait pas pour se cultiver mais pour conforter des concepts et points de vue forgés une fois pour toutes. Ce qui retenait son attention était destiné à étayer une opinion déjà arrêtée.
On apprend aussi qu'il parlait le français qu'il avait appris au lycée mais qu'il n'aimait pas le parler et se faisait traduire, mais il avait conservé une connaissance suffisante pour reprendre à l'occasion l'interprète sur la traduction d'un terme ou d'une expression.
Mais comment l'occupant a t'il pu gérer la France durant ces 5 années d'occupation? Bien des choses que ce livre nous permet de découvrir et de comprendre…
Pages terribles sur des années terribles. Je pense que c'est un leurre que de vouloir mélanger les peuples européens, si différents culturellement, mais c'est une nécessité que d'aspirer a une Europe unie économiquement.

Lien : https://pasiondelalectura.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cartahu
  29 janvier 2021
Cet ouvrage n'est pas vraiment drôle ; on s'en doute dès le titre. A sa lecture, on améliore sa compréhension de la collaboration en France durant la seconde guerre mondiale ainsi que la sauvagerie des forces nazis.
De Hitler, on lit son ignominie, sa méchanceté absolue, son obstination légendaire. Goering est présenté comme le pire des porcs (et ce n'est pas gentil pour les cochons).
Quant aux français au gouvernement, ...
Ce n'est pas un livre pour remonter le moral.
Mais il reste bien écrit et fort intéressant.
Commenter  J’apprécie          00


Lire un extrait
Videos de Jean-Paul Cointet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Cointet
60 ans de l'exécution de Pierre Laval (1/2). 2000 ans d'Histoire sur France Inter de Patrice Gélinet avec Jean-Paul Cointet (historien) 14.10.2005
« Chacun tend l'oreille et nous attendons la salve nous annonçant la fin du traître. 15 octobre 1945, Pierre Laval a expié. » (Les Actualités françaises)
Il y a 60 ans, le 15 octobre 1945, sur un sentier longeant la prison de Fresnes, Pierre Laval était fusillé à quelques mètres d'une poignée de curieux qui se précipitèrent aussitôt pour ramasser les éclats de bois ensanglantés du poteau d'exécution. Ils voulaient garder le souvenir macabre des derniers moments de l'homme le plus détesté de France.
Un an après la Libération, au moment où les Français comptaient leurs morts et accueillaient les rescapés des camps de concentration, Pierre Laval était à leurs yeux responsable de toutes les souffrances et de toutes les horreurs de l'Occupation.
L'incarnation d'une politique de collaboration qui avait atteint son point culminant après son retour au pouvoir le 18 avril 1942, et quelques mois avant la grande rafle du Vel-d'Hiv, la création de la Milice et l'envoi en Allemagne des travailleurs du S.T.O.
+ Lire la suite
autres livres classés : hitlerVoir plus





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1069 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre