AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782213028415
586 pages
Fayard (12/05/1993)
3.83/5   3 notes
Résumé :

En octobre 1945, s'ouvre devant la Haute Cour de justice le procès de Pierre Laval, chef du gouvernement dans les années de l'Occupation. D'aucuns voient en lui le traître absolu, d'autres le tiennent seulement pour le mauvais génie de Pétain.Ce procès est aussi celui de l'un des grands chefs politiques de la Troisième République, à de nombreuses reprises président du Conseil et ministre. Sorti du socialis... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Saint-Luc
  19 décembre 2012
Etonnante biographie que celle de Jean-Paul Cointet sur l'un des personnages les plus haïs à la fin de son temps. La phrase qui a scellé le destin funeste (12 balles au bord d'un chemin proche de la prison de Fresnes) de Pierre LAVAL est ancrée dans les mémoires : « Je souhaite la victoire de l'Allemagne… », le second membre de ladite phrase : « parce que sans elle le bolchevisme s'installerait partout en Europe » est régulièrement zappé.
L'histoire de LAVAL, c'est celle d'un bougnat obscur (fils de tavernier) natif d'un village inconnu (Chäteldon, près de Vichy) et exceptionnellement intelligent, que son père, sur l'objurgation du maître d'école, se résout à permettre les études. Raflant tous les prix au lycée, il fait son Droit tout en faisant le pion.
Intelligence, orgueil, enflement du « moi » et mépris de la bêtise supposée des autres, qui le conduisent à se penser, très tôt, supérieur. Avocat, député, ministre, président du conseil enfin, il réussit tout. Las, l'avènement du front populaire lui coupe l'herbe sous le pied.
Clairvoyant, très clairvoyant, il se rend vite compte que la France n'a pas les moyens de résister à l'armée allemande. En 1935, il essaie de conclure un accord avec l'Italie mussolinienne, mais l'opposition de gauche (Mussolini conquiert l'Abyssinie et n'est donc pas fréquentable) et les anglais (traditionnellement hostiles à un accord entre puissances méditerranéennes) l'en empêchent.
Pacifiste dans l'âme depuis la « grande guerre », il pose ensuite, lors de la déroute de l'armée française en juin 40, un diagnostic terrible mais juste : puisque nous n'avons pas les moyens de nous opposer, tâchons d'éviter le sort de la Pologne ; collaborons, proclamons-là fort en paroles, donnons le moins possible. Et surtout, surtout, revenons à ce pouvoir dont ils m'ont injustement démis !
Le drame de LAVAL, c'est qu'un Hitler ne se manoeuvre pas comme un député de base. Pas sensible à la claque sur l'épaule ou au bon mot. A la tienne, Adolf, assieds toi là et causons, c'est pas son truc ! de compromissions en lâchages, LAVAL glissera lentement mais très sûrement vers l'abjection, vers l'haïssable.
Le pire, dans le cas de notre ex-président du conseil français, c'est que son orgueil insensé l'amène à ne pas se rendre compte que, de manipulateur génial qu'il croit être, il est en fait devenu la marionnette des nazis. Il ne réalisera qu'il a été joué que fort tard, trop tard, en 1944.
Etait-ce pour autant le mauvais français qu'on s'est plu à décrire par la suite ? Non, certes non. Il a essayé en agissant toujours de la même manière, essayé de rouler l'adversaire. le général De Gaulle, en refusant de signer son recours en grâce, a eu ce mot définitif : « il a joué, il a perdu ». Eh oui, il a voulu jouer en se croyant apte et il a trouvé plus fort (plus puissant et plus brutal aussi, soyons justes) que lui.
Au final, un jeune méritant et exceptionnellement intelligent, un avocat doué, un député combatif, un arrangeur de ministères hors pair, un président du conseil brillant… Tout cela emporté pour la postérité par l'image du renégat qu'il n'était en fait pas. Bien sûr, quand on songe aux rafles de juifs, on a honte pour lui : lui fallait-il rompre, se réfugier à Alger, ou bien tenter de limiter la casse comme il l'a en partie –en partie seulement- réussi ?
A chacun de répondre en conscience. le choix n'est finalement pas si facile qu'il n'en a l'air. Beaucoup plus confortable la place de l'avocat général MORNET qui requiert et obtient la mort contre LAVAL. La mort, il l'avait souvent requise et obtenue sous le régime de Vichy…
Cette biographie est remarquablement écrite, très documentée. Elle n'a qu'un inconvénient, elle vous plonge assez vite dans la misanthropie la plus absolue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Saint-LucSaint-Luc   27 novembre 2012
Compte tenu de l'âge de Pétain et de ses assertions répétées à l'envi sur son incapacité, désormais, à diriger l'action d'un gouvernement, l'homme qui réussirait à se couvrir de l'autorité morale du vainqueur de Verdun ne serait guère éloigné du véritable pouvoir.
(p 236)
Commenter  J’apprécie          20
Saint-LucSaint-Luc   19 décembre 2012
Pierre Laval ne se sent coupable de rien mais victime de tous. (..) La guerre, qu'il a tout fait pour éviter, lui vaudra-t-elle une revanche à travers le désastre qu'il a pressenti ?
Commenter  J’apprécie          20
Saint-LucSaint-Luc   19 décembre 2012
Pierre Laval, candidat socialiste unifié, arrive largement en tête devant le candidat nationaliste et les deux candidats radicaux. Le lendemain, L'HUMANITE publie ce portrait: "Un jeune. Trente ans à peine. Le benjamin de notre groupe au Parlement"
(p 31)
Commenter  J’apprécie          10
Saint-LucSaint-Luc   27 novembre 2012
Seuls les grands serviteurs de l'Etat sont dévoués aux véritables intérêts du peuple, mais ils crient dans le désert faute de pouvoir pratiquer le jeu électoral.
(p 302)
Commenter  J’apprécie          10
Saint-LucSaint-Luc   19 décembre 2012
Sa vision extérieure est conditionnée par deux facteurs: son pacifisme hérité de son passé de militant syndicaliste, et son absence de toute vision idéologique -ou simplement intellectuelle- des rapports internationaux.
(p97)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Paul Cointet (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Cointet
60 ans de l'exécution de Pierre Laval (1/2). 2000 ans d'Histoire sur France Inter de Patrice Gélinet avec Jean-Paul Cointet (historien) 14.10.2005
« Chacun tend l'oreille et nous attendons la salve nous annonçant la fin du traître. 15 octobre 1945, Pierre Laval a expié. » (Les Actualités françaises)
Il y a 60 ans, le 15 octobre 1945, sur un sentier longeant la prison de Fresnes, Pierre Laval était fusillé à quelques mètres d'une poignée de curieux qui se précipitèrent aussitôt pour ramasser les éclats de bois ensanglantés du poteau d'exécution. Ils voulaient garder le souvenir macabre des derniers moments de l'homme le plus détesté de France.
Un an après la Libération, au moment où les Français comptaient leurs morts et accueillaient les rescapés des camps de concentration, Pierre Laval était à leurs yeux responsable de toutes les souffrances et de toutes les horreurs de l'Occupation.
L'incarnation d'une politique de collaboration qui avait atteint son point culminant après son retour au pouvoir le 18 avril 1942, et quelques mois avant la grande rafle du Vel-d'Hiv, la création de la Milice et l'envoi en Allemagne des travailleurs du S.T.O.
+ Lire la suite
autres livres classés : procèsVoir plus