AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221254370
Robert Laffont (01/07/2021)
3.67/5   123 notes
Résumé :
Le grand retour de Daniel Cole, auteur du bestseller Ragdoll.
Tuer est son art, vous serez son chef-d'œuvre...

Londres, hiver 1989.
Un corps est retrouvé dans Hyde Park par la Metropolitan Police. La victime a gelé dans une position pour le moins inattendue : celle du Penseur de Rodin. Mais quelque chose cloche dans son regard : ce bleu intense, perçant...
Quelques jours plus tard, nouveau crime. Cette fois, ce sont les corps d’un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 123 notes
5
11 avis
4
30 avis
3
16 avis
2
6 avis
1
0 avis

Kirzy
  07 juillet 2021
L'idée de départ est excellente et confirme l'imagination débridée ainsi que le goût du spectaculaire de Daniel Cole. Déjà dans Ragdoll, il avait composé une intrigue autour d'un cadavre recomposé à partir des membres de six victimes. Cette fois, l'enquête cherche à retrouver un tueur en série qui copie les plus célèbres statues à partir des corps de ses victimes ( à coup de colle !!! ). Dans une cartographie intime à décrypter, Londres se couvre de Pieta morbide ou de Penseur effrayant.
Malheureusement, j'ai trouvé que l'auteur n'en faisait pas grand chose de cette ébouriffante idée. Et si je dresse la liste de mes doléances, elle est bien longue. A commencer par la mauvaise exploitation du potentiel cinématographique des scènes macabres. Les descriptions des statues sont pauvres et n'imposent pas assez d'images fortes, ce que Daniel Cole réussissait à merveille dans Ragdoll ou L'Appât.
En fait, c'est toute l'intrigue qui est paresseuse, brouillonne et confuse même si à l'arrivée, le dénouement est plutôt cohérent. Cette paresse narrative se retrouve dans les dialogues, plats et souvent sans intérêt, mais aussi dans le manque de caractérisation du trio d'enquêteurs, sympathique au demeurant, mais que j'ai l'impression d'avoir croisé mille fois ( le flic en conflit avec sa hiérarchie alors qu'il est droit dans ses bottes, le naïf mais mail, la débutante déterminée ). Mais ce qui m'a fait le plus décrocher et m'a progressivement poussé à me désintéresser de la résolution, ce sont les énormités des erreurs commises par les policiers pour mener l'enquête.
Bref, je n'ai cru en rien dans ce thriller alors que j'étais prête à embarquer dans cette intrigue autour de l'art. Très inabouti.
Lu dans le cadre d'une Masse critique privilégiée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10012
Jeanfrancoislemoine
  05 juillet 2021
Un grand merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont qui , grâce à une masse critique privilégiée, m'ont permis de découvrir le dernier ouvrage de Daniel Cole , " Pieta " .
Ce roman , je l'ai mis dans ma valise avant de partir en vacances , un grand risque pour lui , puisque la météo ne s'annonçait pas " folichonne " et que la quatrième de couverture s'avérait franchement " alléchante " ....Et puis , pas de bol , temps frais mais ensoleillé, visites particulièrement intéressantes, il ne restait plus que ...le soir . Comme nous étions du côté de Guérande , je me suis dit que cette histoire ,qui ne manquait pas " de sel ", ne me résisterait pas longtemps. Hélas, l'intrigue , bien que fort bien menée, ne m'a pas fait vaincre la fatigue qui , chaque soir , me transportait malgré moi dans les bras de Morphée et j'avoue que le récit a dû s'avouer vaincu . Qu'en déduire ? Me connaissant , je dois reconnaître que l'intrigue n'a pas été de nature à me motiver suffisamment pour rester éveillé... Signe de vieillissement , sans doute , manque de rythme peut - être aussi . Et pourtant , en mettant " le nez " dans ce livre , vous allez pénétrer dans un musée ...euh , un musée vivant ...ou plutôt un musée mort ...Oui car les oeuvres , elles sont de " pâles " copies d'oeuvres originales , jouées par ...des défunts . Oui , je sais , ça craint , franchement mais ça semble tout de même un peu " gonflé " si je puis dire , tuer quelqu'un , bof , c'est finalement assez banal ( mais non , ne faites pas le 17 , c'est du second degré ) , mais lui ( ou leur ) faire prendre la position d'une oeuvre connue , ça relève du génie , oui , parce que la rigidité cadavérique ..... Bon , je ne vous précise pas quelles oeuvres, non seulement elles sont citées mais , en plus , et fort bien , ma foi , elles sont dessinées...Et pour résoudre l'énigme ? Ou là, ils sont trois ... Chambers , Winter et Marshall . On ne peut pas vraiment dire que le trio " fait la paire " . Ils sont bons , certes , mais tout de même pas " canons " et je ne sais pas si on peut s'identifier à eux , je les trouve un peu " sur la réserve " , un peu comme si cette histoire ne les motivait pas vraiment , les inquiétait , comme si leurs efforts pour " coincer le psychopathe " Quant à leur chef , " tu veux ou tu veux pas ..." Un chef , quoi , qui vire avec le vent , un p'tit chef ....Bref , j'ai ressenti un manque certain de vivacité et j'avoue que nos trois " limiers " manquaient un peu de ce qui rend un enquêteur redoutable , tourmenté par sa vie perso , tout dévoué... . Après, c'est bien écrit ( traduit ) , c'est efficace , parfois surprenant , souvent humoristique et l'auteur maîtrise son sujet . En tant que lecteur , j'ai aimé , certes , mais , comment dire ? Je n'ai pas vraiment vibré, pas ressenti d'émotion particulière , pas tourné les pages à toute allure . C'est un bon polar qui se lit facilement mais ne me laissera pas un souvenir impérissable.
Si , comme le dit la couverture , " tuer est un art , vous serez son chef d'oeuvre " , moi , je ne suis pas volontaire pour être une oeuvre d'art , encore moins un chef d'oeuvre , vu ce qu'il en fait , " l'autre , des chefs d'oeuvre " , non , moi , je veux être incinéré, mauvais investissement pour les spéculateurs , non ? Après, je vous rassure , j'ai le temps , " y'a pas le feu " ....Alors , je ne " brûle " pas d'envie de détourner votre attention de ce roman , je n'ai pas simplement pas eu " le feu sacré " même si , pour certaines scènes, c'est un peu " chaud " ...euh ..."tiède" . Surtout , faites comme d'hab . Considérez mon avis comme MON avis et seulement comme tel ...et grand merci à vous toutes et tous qui me faites le grand honneur de me lire , un plaisir immense ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          699
marina53
  19 juillet 2021
Un grand merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont...
Février 1989, Londres. Avertis par ses collègues qu'un corps a été retrouvé dans Hyde Park, le sergent Adam Chambers est pour le moins étonné de constater que le corps de l'homme n'est pas sous la statue, comme il l'avait compris, mais la statue. Remarquée par une joggeuse dans la matinée, ce n'est que le soir qu'elle s'est rendue compte que quelque chose clochait avec cette statue. Mais les agents Winter et Reilly n'ont pas pris la peine de vérifier que l'homme était bien mort. Et Chambers, une fois grimpé le piédestal, il remarque notamment ce regard d'un bleu perçant et intense. le regard d'un homme encore en vie ! Malgré les premiers soins apportés par les pompiers, l'homme décède peu après. Comment et pourquoi est-il resté ainsi des heures, dans le froid, en position du Penseur de Rodin ? Très vite, la légiste détecte, entre autres, du bromure de pancuronium dans le corps de l'homme. Une enquête est alors ouverte et Chambers, une fois le cadavre identifié en tant que Henry John Dolan, entraineur dans une salle de sport et danseur, décide d'aller interroger sa petite amie ainsi que l'homme en charge des statues de Hyde Park. Mais, cinq jours plus tard, l'affaire se corse lorsque une mère et son fils sont retrouvés morts en réplique parfaite de la pietà de Michel-Ange...
L'art est subjectif, certes, mais exposer des cadavres, d'homme, de femmes et même d'enfants, dans des répliques de sculptures célèbres n'est, en aucun cas, de l'art pour les gens normaux. Mais, visiblement, pour cet homme qui dissémine ses oeuvres dans une Londres frigorifiée, il en est tout autre. Flanqué d'un policier qui, d'emblée, fait une grosse bourde, le sergent Benjamin Chambers, à qui l'enquête est confiée, va tout faire pour démasquer l'auteur de ces scènes macabres, sans se douter que cette affaire le hantera et le marquera de longues années. Divisé en deux parties, l'une en 1989, l'autre en 1996, ce roman, à l'ambiance particulièrement glaçante et oppressante, est particulièrement addictif. de par son découpage qui nous propulse 7 ans plus tard, mettant ainsi en scène une troisième policière; de par les parfaites mises en scènes des cadavres, de par l'esprit tordu et monstrueux de l'assassin. le trio de policiers, fort bien dépeint, est attachant et l'on aimerait, pourquoi pas, les retrouver dans un nouvel opus. Les dialogues sont percutants, ne manquant pas parfois de légèreté, le scénario maîtrisé et le dénouement plutôt bien vu.
Addictif et original...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
cicou45
  06 juillet 2021
Ouawh...trop d'informations, trop d'émotion que je ne sais même pas par où commencer...Ah si, par remercier babelio ainsi que les éditions Robert Laffont de m'avoir fait découvrir cet ouvrage tout simplement incroyable tout comme un auteur au talent tout simplement extraordinaire. Moi qui ne lit quasiment jamais de polars, pour le coup, là je crois que je vais revoir sérieusement mes critères de lecture !
Ici, le lecteur se plonge dans une affaire des plus sordides qui soient. L'on aurait très bien pu ne jamais le remarquer : une statue dans un parc et sur un piédestal qui plus est...vous me direz cela est normal sauf que ladite statue n'en est réellement pas une mais il s'agit bien d'un presque-cadavre (qui n'en pas pas encore un) car si tout indique que tout chez lui est mort, ses yeux indiquent le contraire. L'homme est encore vivant lorsqu'on l'a retrouvé mais complètement paralysé et ne mettra effectivement pas bien longtemps avant de rendre l'âme ! Cependant, il est étrangement beau, très beau même car copie parfaite d'une célèbre oeuvre d'art ! Il semble méditer à jamais pour l'éternité et cela aurait pu être un chef-d'oeuvre si l'agent Chambers, ne s'était pas lancé sur cette enquête, bien décidé à trouvé l'horrible monstre (ou génie cela dépend) qui a pu infliger pareille atrocité (ou noblesse à à un autre être humain. Lorsque d'autres "oeuvres" de ce genre sont retrouvées, Chambers comprend qu'il a affaire à un tueur en série et un de ceux qu'il sera difficile de coincer tant l'intelligence paraît extrêmement développé chez ce dernier. Faisant alors équipe avec Winter, tous deux sont encore loin de se douter qu'il s'engagent dans un combat qui les hantera de nombreuses années durant et qui refera immersion dans leurs vies respectives sept ans plus tard lorsque la jeune policière Marshall décidera de rouvrir le dossier (comme l'on rouvre de vieilles blessures mais cela Chambers le sait car dans cette affaire, il a bien failli y laisser sa peau), persuadée qu'à l'époque, on a fait enfermer un innocent.
Commence alors pour nos trois nouveaux équipiers de choc une course contre la montre et une plongée (noire) au coeur de l'Histoire de l'art, meurtres à la clé !
Un roman superbement accompagné de quelques illustrations des oeuvres d'art en question (oh pardon de cadavres) et une enquête qui plonge le lecteur au plus profond de l'horreur, tout en le fascinant et là, je ne peux que m'incliner et dire chapeau en vous recommandant très fortement cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          561
sandrine57
  20 juillet 2021
Londres, Hyde Park, février 1989. le sergent Benjamin Chambers, appelé sur les lieux d'un crime, est sidéré quand il découvre que la victime est un homme complètement gelé, déposé sur un piédestal et figurant une macabre composition du Penseur de Rodin. Très vite, quelque chose l'interpelle dans cette ‘'statue'' et le policier s'aperçoit que l'homme vit toujours. Malheureusement, les agents sur place n'ont pas fait les premières constatations dans les règles et il est trop tard pour sauver ce penseur glacé. Chargé de l'enquête avec l'agent Adam Winter, Chambers ne sait pas encore qu'il recherche un tueur en série particulièrement pervers. Après le Penseur, c'est la pietà de Michel-Ange qui est reconstituée et très vite, les deux policiers identifient deux suspects possibles. Pourtant, l'enquête finit en fiasco total et Chambers manque de peu d'y laisser la vie.
Sept ans plus tard, Jordan Marshall, stagiaire à la brigade des stups, cherche de nouvelles pistes et contacte Chambers et Winter. Les deux hommes qui se sont brûlé les ailes en poursuivant le meurtrier hésitent à l'aider dans ses investigations. Mais l'enquête officieuse de Marshall a réveillé la bête. le tueur amateur d'Art recommence à tuer…
Des crimes sordides, des flics atypiques et attachants, un tueur qui allie perversion, sens de l'esthétisme et intelligence, des rebondissements et des dialogues non dénués d'humour malgré la noirceur ambiante…que de bons ingrédients pour un thriller addictif, surprenant, mené tambour battant par un Daniel Cole aussi inventif que son tueur en série.
Le trio d'enquêteurs gagne à être connu, aussi différents que possible mais qui finissent par être liés par une solide amitié. On se plaît à penser qu'ils pourraient devenir récurrents…
Un page-turner tout simplement excellent !
Un grand merci à Babelio et aux éditions Robert Laffont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
lexyieplexyiep   05 mai 2022
Tu peux inventer toutes les excuses que tu veux, dit Chambers d'une voix pensive, mais s'il y a quelque chose que j'ai appris ce soir, c'est que les gens ne changent pas... Aucun de nous ne change. Il y aura toujours une autre excuse, et après ça, une autre. Et quand elles arrivent, on reprend là où on s'était arrêté : Coates recommence à tuer; je me mets à nouveau volontairement en danger juste pour prouver quelque chose ; Winter rempile pour le boulot qui a ruiné sa vie ; et toi, tu continues à faire ce que tu fais. Nous ne faisons tous qu'attendre une excuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cicou45cicou45   04 juillet 2021
"L'être humain est une créature simple et superficielle, et la beauté n'est rien d'autre qu'un outil pour exploiter cette faiblesse fondamentale - afin de s'intégrer dans un groupe spécifique, projeter une image fausse de soi-même, ou séduire une compagne ou un compagnon viable. C'était un comportement animal dans sa forme la plus primitive, et Robert Coates comprenait ce concept bien mieux que la plupart des gens."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
marina53marina53   19 juillet 2021
Un silence glacial s'était installé tout le long de Wandsworth High Street alors qu'ils subissaient la circulation matinale. Le feu rouge devant eux devint flou à travers le pare-brise quand la "bruine" se transforma en quelque chose entre le "crachin" et la "pluie fine" ; les Britanniques ayant une dizaine de mots différent pour désigner une seule et même chose : un temps de chiotte.
Commenter  J’apprécie          170
cicou45cicou45   03 juillet 2021
"_Bonjour, tout le monde. Nous avons un homme blanc, costaud, blond foncé...apparemment assez beau.
_On dirait moi, lança Winter dans son talkie-walkie en balayant les alentours du regard.
Un léger bruit de statique.
_Ouais, si par "blond foncé" et entends "dégarni", et par "costaud" juste..."gros". En plus, ce type n'est pas vieux."
Commenter  J’apprécie          170
cicou45cicou45   05 juillet 2021
"_Pourquoi n'êtes-vous pas en train de flipper ? lâcha Marshall. Vous venez de voir une des scènes de crime les plus perturbantes que moi, et même Chambers, ayons vues.
Eloise se laissa aller contre le dossier de sa chaise en jouant avec la touillette en plastique de sa tasse de thé.
_Parce que c'était magnifique.
_Magnifique ? On est en train de parler de cadavres.
_Certaines choses peuvent être à la fois tragiques et magnifiques."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Daniel Cole (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cole
Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-poche-ragdoll.html • L'Appât de Daniel Cole, Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1002758-poche-l-appat.html • Les Loups de Daniel Cole, Pierre Szczeciner aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1050488-divers-polar-les-loups.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionspocket
+ Lire la suite
autres livres classés : tueur en sérieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ragdoll" de Daniel Cole.

Quel est la partie manquante du corps de Naguib Khalib ?

sa jambe droite
son bras gauche
sa tête

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Ragdoll de Daniel ColeCréer un quiz sur ce livre