AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281121433X
Éditeur : Milady (20/03/2015)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Votre âge. Votre adresse. Le visage de votre amant. Jusqu’au nom de votre premier enfant. Que feriez-vous si tous ces souvenirs commençaient à s’effacer ? Voilà la question qu’on se pose en lisant ce roman inoubliable dont le sujet est justement « l’édifice immense du souvenir ». Notre mémoire représente en effet notre identité ; oublier revient donc à disparaître, mourir à soi-même et aux autres, les perdre lentement. C’est à cette lente déliquescence de toutes cho... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  09 mai 2017
"Avant de t'oublier" de Rowan Coleman aborde avec beaucoup de sensibilité le thème de la maladie d'Alzheimer. Ce livre magnifique et émouvant m'a fait penser au film avec l'actrice Julianne Moore, "Still Alice" qui m'avait bouleversée en 2014.
Le lecteur sait dès les premières lignes du roman que Claire, comme son père, est atteinte d'une forme précoce d'Alzheimer. Elle a un peu plus de 40 ans, est brillante et glamour et a dû abandonner son poste de professeur dans un lycée. Son esprit alterne entre lucidité et néant. Le récit, à plusieurs voix, permet une meilleure compréhension de l'histoire car grâce aux différents points de vue et ses répercussions sur la vie familiale, on comprend que l'entourage est parfois plus impacté que le malade lui-même.
Ruth, sa mère, quitte tout pour venir l'aider à gérer cette maladie au quotidien. Caitlin, sa fille aînée de 21 ans, étudiante, se retrouve enceinte précocement et décide de garder son bébé, tout comme Claire l'a fait au même âge. Esther, 3 ans, la petite dernière née, sa meilleure amie pour les bêtises. Et Greg, son mari devenu un inconnu et qui lui fait même peur.
Le lecteur plonge dans les émotions et les ressentis De Claire mais également dans celui des proches et montre la difficulté de gérer la maladie au quotidien. On se faufile dans l'esprit altéré De Claire dans le présent et les souvenirs heureux. Chacun aide l'autre comme il peut, du mieux qu'il peut, dans la tolérance et la bienveillance.
Claire sait encore qui elle est mais oublie parfois son environnement ou l'époque dans laquelle elle vit, ses mots s'envolent et les objets du quotidien lui deviennent étrangers. Pour l'aider, un carnet dans lequel chacun note des souvenirs, des anecdotes pour qu'elle n'oublie pas.
Un texte entre larmes et espoir. Un beau récit d'optimisme dans les relations mère-fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Loryane
  26 novembre 2015
Cela fait bien longtemps que je n'ai pas versé de larme pour une histoire... Mais avec celle-ci, prenez des mouchoirs. Ce livre est d'un bouleversement, pas pour Claire, la femme atteinte de la maladie d'Alzheimer mais plutôt pour sa famille. Ce roman raconte une leçon de vie ; de tout ce que peux faire une mère pour son enfant, tout ce qu'un mari est capable de supporter pour sa femme et tout ce que les mensonges peuvent engendrer. le carnet des souvenirs prend une place essentielle dans l'objet, les souvenirs de Claire tout comme ceux de son mari, de Ruth sa mère et de sa fille ainée y sont narrés, avec des déclarations d'amour précieuses et presque primitives. Ce n'est pas une romance et encore moins un roman dramatique, c'est bien plus que ça ; tellement plus... C'est avant tout un livre globalement centré sur l'existence, sur le bonheur envolé d'une famille, sur les pertes douloureuses de Claire qui ne s'en rend pas forcément compte dans ces moments-là, sur un époux devenant très vite un étranger, sur les non-dits et les histoires qui se répètent.

Claire est une mère et une épouse aimée, une guerrière de la vie. Souffrant d'une forme précoce de la maladie d'Alzheimer, sa mémoire commence à partir ; en s'en allant et en revenant. Elle sait encore qui elle est, mais par moment elle oublie son environnement ou l'époque dans laquelle elle vit, les mots s'envolent aussi et Greg n'est plus qu'un inconnu à ses yeux. Franchement comme ne pas apprécier cette femme ? Elle est tout ce que j'ai envie d'être dans un sens : indépendante, forte et intelligente. Claire choisit d'élever Caitlin loin de son père, décidant de ne pas lui dire qu'elle est enceinte ; c'est sa plus belle réussite et en même temps sa plus grosse erreur, en particulier quand elle donne à penser à sa fille que son géniteur l'a abandonné. Je ne me suis pas attachée à son héroïne, ni à sa maladie, juste à sa spontanéité et à son combat touchant.

Pour Caitlin, c'est différent. 21 ans et elle quitte tout ce qui peut la retenir loin de sa mère. Mais cet abandon n'est pas anodin, étant égoïste par la même occasion : la maladie de Claire est une excuse en plus. Dans un instant important de sa vie, elle préfère prendre la fuite plutôt que d'assumer les choses. Jeune et mal dans sa peau, Caitlin est encore dans la recherche d'elle-même et de son avenir. Je crois d'ailleurs que c'est pour cette raison que je me suis prise d'affection pour cette « grande fille ». Mais plus les pages tournent et plus son personnage évolue, ressemblant de plus belle à sa mère ; prenant son caractère de femme solide et j'ai adoré cette progression chez Caitlin.

Ruth, la mère de Claire, est une femme paraissant froide de premier abord, surtout dans les propos qu'elle tient avec sa fille. Mais c'est une maman bienveillante, l'aidant au moment de la naissance de Caitlin. Cependant elle traite sa fille comme une enfant, ne percevant seulement plus que sa maladie. Pourtant elle a déjà vécu ce genre de période cruelle avec son propre mari, le père de Claire.

Greg, mari de Claire et père d'Esther. C'est le héros le plus émouvant du récit, à chaque fois je versais des larmes de crocodiles pour lui, de plus dans ses écrits pour le carnet des souvenirs j'en ai eu des frissons. Il est intriguant, du début à la fin ; ce protagoniste est un réel mystère. J'ai eu du mal à le cerner, mais qu'est ce que j'ai pu m'attacher à ce jeune homme. Il aime une femme plus âgée que lui de 10 ans, son amour pour elle ne s'éteint guère avec la maladie de cette dernière. C'est un homme mûr, un peu sur la réserve et avec beaucoup de coeur.

Esther est une gamine adorable, très capricieuse mais toujours dans son monde. C'est l'héroïne toute légère de l'histoire. Je l'ai bien aimé cette petite fille. Et puis il y a Ryan ; un protagoniste « mystère ». Est-ce un ange gardien ? Un simple gentilhomme ? Un inconnu de passage ? Je me suis vaguement doutais de son identité mais franchement je n'en étais pas certaine, mais je n'en dis pas plus à son sujet.

La synopsis est intéressante et malgré que ce soit du Contemporain, les rebondissements sont présents. L'histoire est authentique, sortant de l'ordinaire ; le thème principal est encore tabou pourtant il est réel. Avec ce roman, je n'ai eu aucune idée de comment ça allait se finir ; bien ou mal ? le suspense est donc intarissable. En vérité le point important de cette oeuvre c'est la retranscription des émotions, étant développées avec clarté et beauté ; l'histoire est douce-amère, il y a beaucoup d'instant triste et de temps en temps des passages donnant le sourire. Mais sincèrement cet ouvrage est sombre et les sentiments sont affligeants ; j'ai pleuré et éprouvé des frissonnements.

Waouh ! Juste Waouh ! La plume de Rowan Coleman est l'une dès plus belle que j'ai pu découvrir au jour d'aujourd'hui. Les descriptions, la façon dont il met le personnage de Claire en vie, chaque pensée de cette dernière est approfondie, chaque émotion est détaillée. Son écriture est tout ce que j'aime, de la poésie à l'état pur ; les phrases sont tellement riches et somptueuses, pleine de grâce et de puissance. Avec son livre, Rowan Coleman fait passer un plusieurs messages à la fois ; dont celui que l'amour est plus fort que tout, que l'éloignement, que la maladie et que la mort. Un auteur que je ne suis pas prête d'oublier.

« Avant de t'oublier » fait face au même genre d'émotion que pour « Avant toi » de Jojo Moyes ; peut-être même en meilleur puisque ce récit est encore plus fort, que ce soit avec les souvenirs laissés dans le carnet ou encore avec l'esprit de Claire se détériorant à petit feu. de plus les fragments de Greg dans ce roman sont bien trop émouvants, bien trop brise-coeur pour ne pas être profondément bouleversée par ce jeune héros, brassant à coeur perdu le trouble sans fin de sa femme. Une découverte magnifique, d'une famille soudée où la tolérance est le maître mot ; d'une fille, d'une mère et d'une épouse atteinte au cerveau se battant contre tout attente envers ses pensées intenables ; d'un homme n'étant plus rien aux yeux de sa compagne mais en restant auprès d'elle ; d'une fille s'interrogeant sur elle-même et sur son avenir tout en pensant à sa mère. Ce n'est pas léger comme récit, tout est dur et sûrement possible dans la réalité, l'aspect « histoire vraie » est poignant.
Lien : http://lesfaceslitteraires.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LoveBooks295
  20 octobre 2017
Avant de t'oublier est un de mes romans coup de coeur !!!
C'est l'histoire De Claire, une jeune femme atteinte d'un Alzheimer précoce. Dès les premières lignes, on est plongé au coeur de la pathologie et on continue de la vivre avec elle jusqu'à la fin du livre.
On apprend également à connaitre les différents personnages qui gravitent autour d'elle; Caitlin et Esther, ses deux filles, Greg, son mari et Ruth, sa mère. Je trouve ça très intéressant que Rowan Coleman, parle de l'impact que la maladie d'Alzheimer peut avoir sur la dynamique familiale car les proches sont aussi touchés par elle et en subissent les conséquences.
Travaillant dans le milieu de la santé, j'y suis confrontée tous les jours. Je vois mes patients qui font face à ces moments d'oublis et d'angoisse qui peuvent générer des moments d'agressivité. Il y a aussi les familles qui ont besoin d'être accompagnées car elles peuvent se sentir désemparées et impuissantes.
Je suis forcément réceptive et touchée par ce genre de livre même si l'histoire De Claire, l'écriture fluide et empathique de l'auteur, ont apporté un réel plus.
A lire absolument car on ne ressort pas indemne de cette lecture. Il y a un avant et un après... .
Elle peut nous toucher, nous bouleverser, nous révolter et aussi nous aider à prendre du recul.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Sanguine
  14 janvier 2016
C'est sur la chaine youtube de Pretty Books que j'avais repéré ce livre lorsqu'elle l'avait présenté. Je l'avais acheté sur le champ dans sa version numérique et je dois bien avouer que je l'avais un peu oublié. Il s'était fondu dans la masse des bouquins qui sont sur ma liseuse (ça vous donne une idée de l'ampleur des dégâts !) et pourtant, l'histoire De Claire me tentait vraiment beaucoup. Heureusement, grâce à un challenge j'ai enfin pu lire cette histoire qui est un presque coup de coeur pour moi ... 2016 commence fort !
Claire mène une vie heureuse en compagnie de son mari et de ses deux filles. Mais son bonheur est de courte durée : elle découvre qu'elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Sa mémoire part à la dérive, et elle oublie ce qu'elle croyait gravé en elle pour toujours. Pour lutter contre sa disparition, son mari lui offre un carnet dans lequel elle notera tout ce qu'elle n a pas encore oublié. Une façon de faire comprendre à ses filles que même si ses jours sont comptés, la vie a encore de beaux jours devant elle.
Que j'ai aimé ce livre ! Je l'ai dévoré dans le train qui me ramenait de quelques jours de vacances (et d'oxygénation !) auprès de mes parents. C'est bien simple, je n'ai pas vu passer le voyage tant j'étais plongée aux côtés De Claire et sa famille. Claire, c'est une femme qui a une petite quarantaine d'années. Elle est mère de deux filles qui ont une grande différence d'âge et c'est une prof d'anglais accomplie. Mais Claire souffre d'un mal qui ronge son cerveau petit à petit : la maladie d'Alzheimer. C'est la première fois que je lis un roman traitant de ce sujet délicat.
J'ai été extrêmement touchée par Claire qui est un personnage auquel je me suis tout de suite attaché. On ne peut pas faire autrement que l'aimer. J'ai eu de multiples fois le coeur serré en découvrant l'avancée de la maladie ainsi que les ravages qu'elle provoque à la fois dans la tête De Claire et au sein de sa famille. Car Alzheimer conduit les malades à oublier les sentiments qu'ils éprouvaient pour certaines personnes. Je ne le savais pas et j'ai trouvé ça horrible.
Greg est un aussi un personnage auquel on donne son entière sympathie. C'est le mari De Claire, celui qui a l'idée de lui offrir un carnet dans lequel chaque membre de la famille peut écrire pour aider Claire à ne pas oublier. Greg est adorable, il passe par des épreuves horribles que je ne vais pas vous raconter et pourtant, il s'efforce de rester fort et disponible pour son épouse malade. Il se plie à chaque volonté ou nouvelle lubie De Claire. Et il lui concocte une surprise que j'ai adoré !
La plume de l'auteure est d'une fluidité absolue, le roman se dévore. Elle a pris le parti de ne pas nous parler que de la maladie d'Alzheimer (elle nous raconte certains souvenirs De Claire mais elle se penche aussi sur la vie des autres membres de la famille) et l'idée m'a paru très bonne car elle permet de casser un peu le rythme et de ne pas faire du pathos. C'est une lecture qui peut parfois sembler légère et ça fait du bien en attendant de replonger dans les turpitudes du cerveau De Claire.
Une magnifique lecture, un roman touchant ... Découvrez le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ladoryquilit
  19 mai 2017
Lorsque les premiers symptômes d'Alzheimer se font sentir, Claire est encore jeune, elle a deux filles, Caitlin 21 ans qui entre à l'université et Ruth qui a seulement 3 ans. Peu à peu, la maladie s'accentue, effaçant ses souvenirs, lui faisant oublier le nom de ses enfants, de son mari, son propre nom même. Son mari, sa mère, ses filles, chacun s'efforce d'entourer Claire dans son quotidien et de l'aider à l'apprivoiser chaque jour qui passe. La maladie a un impact sur tous à divers degrés, sa mère Ruth a tout quitté pour l'aider au quotidien, son mari Greg doit apprendre à vivre avec celle qu'il aime, mais qui le prend pour un parfait inconnu ou encore Caitlin qui veille un peu plus chaque jour sur sa petite soeur. Claire entame donc un journal, un carnet dans lequel elle va noter chaque souvenir qui lui revient en tête afin de laisser cela à ses filles et son mari quand elle ne se souviendra plus de rien. Toute la famille finira par y écrire dedans, et alors que tout semble voler en éclats dans cette famille, ce carnet sera salutaire pour tous.
C'est un des nombreux livres que j'avais acheté lors de la Grosse Op de Bragelonne il y a de cela un bon moment. J'avais choisis Avant de t'oublier de Rowan Coleman d'abord pour sa couverture et ensuite pour son résumé.
En plongeant dans ce roman, on entre totalement dans la famille De Claire et son quotidien, quotidien bien entendu bouleversé par la maladie pour elle et son entourage. On fait alors face à cela, face aux difficultés, face aux trous noirs qui saisissent Claire et qui lui font perdre toute connaissance (des prénoms de ses enfants à l'utilité des objets de tous les jours), mais aussi face au soutien de tous et de tout instant.
Il est difficile d'être confronté à une maladie telle qu'Alzheimer dans les romans, et encore plus quand il s'agit d'un Alzheimer précoce pour une maman qui a encore beaucoup de choses à vivre. On ne sombre pour autant pas dans la déprime dans notre lecture, bien sûr, nous sommes touchés, émus même à certains passages, mais le journal de souvenirs nous fait sourire et certaines situations également.
Avant de t'oublier, malgré son sujet difficile, est aussi une leçon de vie, d'espoir et de combat. Il met en avant comment Claire se bat au quotidien avec la maladie pour essayer de ne pas tout oublier trop vite, comme Ruth sa mère a tout entre parenthèses pour s'occuper d'elle, comment Greg son mari surmonte les épreuves et la douleur d'être redevenu un inconnu ou encore comment Caitlin fait face à cela et tente aussi de concilier passé et présent. On se pose aussi la question de savoir si cette histoire se terminera bien ou mal au fil des pages, et ça... à vous de le découvrir !
Rowan Coleman réussit à traiter un sujet délicat avec pudeur, douceur et délicatesse sans jamais tomber dans le pathos. L'auteure met aussi bien en avant les difficultés que rencontrent alors les familles, encore plus quand les enfants sont encore jeunes, mais aussi l'espoir qui se dégage malgré tout de chacun. Tous savent que la chute est irrémédiable, que rien ne pourra faire basculer les choses, mais le soutien qui entoure Claire et que chacun offre à chaque membre de sa famille est très fort. Je dois souligner également qu'un certain point de l'histoire, a été une véritable surprise et a su énormément me toucher.
Je ne peux que vous conseillez de lire Avant de t'oublier de Rowan Coleman. L'histoire vous touchera forcément, mais vous offrira également de très jolis moments et des petites lueurs d'espoir dans cette terrible épreuve.
Avant de t'oublier de Rowan Coleman est disponible aux Éditions Milady.
Lien : http://ladoryquilit.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
LoveBooks295LoveBooks295   20 octobre 2017
Mais le mot "embolie" est plutôt joli, presque musical, poétique. De minuscules caillots de sang qui explosent dans mon cerveau. [...] Bref, tout ce que je sais, moi, c'est que chaque fois qu'il y a une explosion, une partie de moi disparaît à jamais - un autre souvenir, un visage ou un mot, qui se perd comme moi.
Commenter  J’apprécie          30
verobleueverobleue   11 mai 2017
Maman restera toujours maman, tant qu'elle est sur son trente et un. Un jour où je lui avais reproché de s'habiller de façon trop voyante, elle m'avait raconté que le rouge était sa couleur de princesse guerrière, et le rouge à lèvres sa peinture de guerre. Elle se sentait plus courageuse, lorsqu'elle en portait, et je l'avais comprise. J'avais compris qu'on ait besoin de se sentir courageux.
Commenter  J’apprécie          180
bibliobleuebibliobleue   29 avril 2015
Je m’étais approchée d’Esther pour lui faire un câlin quand c’est arrivé. Soudain, il n’y avait plus qu’un mur d’épais brouillard gris entre son nom et moi. Non, non, ce n’était même pas un mur : c’était un vide.
Un espace vidé de son contenu, des tas d’informations oblitérées. J’ai paniqué, car plus j’essayais de réfléchir, plus le brouillard s’épaississait. Il ne s’agissait plus d’une réunion de travail que j’avais ratée, ni de la femme de mon club de lecture chez qui je suis allée trois fois maximum et que je dois parfois éviter au supermarché parce que j’ai oublié son nom. Ce n’était plus : « Quelqu’un de la télé qui jouait dans ce truc, là… » Non, là, c’était ma petite fille, la prunelle de mes yeux. Mon trésor, mon délice, ma chérie. L’enfant dont j’ai choisi le nom.  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
verobleueverobleue   11 mai 2017
Il est gentil et me parle comme à une personne. Non, ce n'est pas ça : je suis une personne. Je suis encore une personne. Ce que je voulais dire, c'est qu'il me parle comme si j'étais moi, et j'aime bien. Ca me réchauffe toute entière et je me sens étrangement bien.
Ca me manque, de me sentir heureuse, simplement heureuse, sans cette sensation que chaque instant de joie que je traverse désormais doit obligatoirement être teinté de tristesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Winter-Winter-   29 février 2016
Ma mère m'a élevée à Austen et Brontë, et l'amour romantique et le sexe étaient intrinsèquement liés dans mon esprit, c'était une chose pure et sacrée. J'ai grandi en croyant en l'amour vrai, en m'imaginant que les coïncidences improbables survenaient toujours pour nous sauver. Même dans notre petit monde exclusivement féminin, où il n'y avait ni père ni grand-père ni oncles, je pensais que quand viendrait mon héros, il serait la clé de mon bonheur. A l'instar de Greg, quand il est arrivé dans la vie de ma mère, et qu'elle s'est épanouie. Comme s'il était la pièce manquante à son puzzle dont elle ne savait même pas qu'elle passait son temps à le chercher mais qu'elle venait de trouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Rowan Coleman (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rowan Coleman
My Top Five Writing Tips!
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
893 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre