AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pierre Kyria (Préfacier, etc.)
EAN : 9782724290363
633 pages
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.8/5 (sur 622 notes)
Résumé :
"Ces quatre-là et moi, nous formons cette année la pléiade enviée, désormais au-dessus des "grandes", qui aspirons au brevet élémentaire." Avec Claudine, quinze ans, intelligente, séduisante, très avertie, ses camarades, la flamboyante directrice de l'école et sa jolie adjointe, les deux instituteurs des garçons et quelques autres, nous allons vivre une année scolaire peu banale... Rempli de vie et de sensualité, Claudine à l'école, premier roman de Colette, réunit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  16 mai 2018
On peut dire que " Claudine à l'école" est une introduction, un avant-goût de l'oeuvre de Colette. De ce point de vue, c'est un livre intéressant. Mais il est aussi un livre de " commande" car c'est son mari, Willy, qui lui avait suggéré d'écrire ses souvenirs d'enfance. Quitte à supprimer quelques passages qu'il trouve peu attrayants et à lui en faire ajouter d'autres, plus croustillants...pour faire un peu scandale.
Mais on peut au moins le remercier d'avoir été à l'origine de l'apprentissage littéraire de Colette car sans lui, elle n'aurait peut-être jamais écrit ni surtout publié , elle a toujours trouvé difficile et contraignant l'acte d'écrire.
Si on laisse de côté l'aspect clinquant, volontairement amoral et propre à indigner la bourgeoisie de l'époque, comme par exemple la liaison entre institutrices, ce livre a du charme et annonce déjà les qualités futures de l'auteure: expressions concises et justes, observation piquante du microcosme d'un village et d'une école à la fin du 19ème siècle, célébration sensuelle et poétique de la nature, singularité du personnage principal. Car cette Claudine un brin provocante, vive, délurée mais aussi secrète et tendre , comme elle est attachante!
C'est une autofiction, puisque Claudine ne se confond pas avec Colette, cela lui permet de mêler mensonges et vérité à sa guise. Et de prendre des libertés et une certaine distanciation avec son passé.
Le succès, bien médiatisé par Willy ( il avait le sens publicitaire!) a été retentissant et a entraîné l'écriture des autres " Claudine". Une nécessaire chrysalide d'où écloreront ensuite de magnifiques papillons comme " La naissance du jour" ou " La maison de Claudine"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4912
madameduberry
  25 novembre 2013
Le plus drôle, le plus impertinent, le plus vert, le plus sensuel, le plus innocent, le plus vrai, le plus original, le plus lyrique, le plus paysan, le plus poyaudin de la série des Claudine.
Le moins démodé, aussi, car l'enfance est au-dessus des modes.
Claudine à l'école a été lu par des générations de filles plus ou moins innocentes..
Beaucoup de parents ont cru que leur fille lisait une bluette moralisatrice. S'ils avaient su! Beaucoup de jeunes filles et de petites filles s'y sont trompées également, mais bien peu ont arrêté leur lecture, quitte à ne pas tout bien comprendre.
Ces mémoires d'écolière rustiques furent écrites par une Colette déjà bien aguerrie aux plaisirs et aux chagrins de la vie, et déjà désenchantée. Elle répondait ainsi à une commande de son mari, le très parisien Henry Gauthier-Villars, , séducteur fils de famille et tyran conjugal, qui commença par trouver sans intérêt ce roman sagement écrit sur cahier d'écolière, puis en tira finalement un bon bénéfice en le cosignant (quelle générosité).
Colette découvrait, après l'école de Montigny (Saint Sauveur en Puisaye), la non moins rude école de la vie. La série des Claudine se déclina encore en Claudine à Paris, Claudine en ménage (le plus raté de tous), Claudine s'en va,au titre trompeur puisque l'héroïne est un autre personnage féminin.
Enfin Colette se décida à porter le coup de grâce au romantique et falot personnage masculin de la série dans La retraite sentimentale, jetant par là même Claudine avec l'eau du bain. Elle s'était entre temps affranchie de son redoutable mari ,était devenue danseuse nue, et surtout entrait vraiment en littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
PiertyM
  25 juillet 2020
Un premier livre très révélateur de la plume prometteuse de Colette! Je me suis allègrement incrustée dans l'univers de Claudine dans cet opus que dans le deuxième Claudine à Paris , livre qui fait suite à ce magnifique livre! Alors là, la Claudine...la fameuse Claudine! Quelle adolescente! Une intrigante jeune fille! Aussi odieuse que altruiste, aussi intrépide que consciencieuse, aussi chaleureuse que froide, aussi effrontée que pertinente, aussi obstinée que meilleure ! Elle est à la fois fascinante, repoussante, adorable, attirante, détestable...elle est simplement précoce face à certaines connaissances pour son âge! Elle tient un journal et nous partage sa dernière année d'étude à l'école des grandes filles à Montigny. On éprouve du plaisir à lire ce journal, l'atmosphère obéit à l'humeur de notre narratrice! A côté de ce personnage de Claudine en qui on voit la nature franche et libérale de l'auteure, on découvre d'autres personnages Mademoiselle Sergent, la directrice dominatrice, Aimée, une belle enseignante assujettie à sa supérieure, puis les trois amies de Claudine Anais, la grande mangeuse de gomme, de papier, Luce, la soumise, Marie la candide... on côtoie la psychologie de ces personnages avec tout le naturel possible, sans oublier la part intéressante de la nature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Ladybug
  19 octobre 2011
Claudine à l'école retrace la vie dans une école de filles à la campagne en 1899, 1900. On suit Claudine, l'année de ses 15 ans, année du brevet. On nous présente ses camarades de classes, ses professeurs, les amours de ses dernières, les petits secrets, les chahuts, les rumeurs... Beaucoup de mesquinerie dans les relations entre filles et pas trop d'amitié ! On se réjouit plutôt des petits malheurs ou des échecs de ses copines. J'ai trouvé amusant de lire ces filles qui parlent de mode, de connaître certains cours dispensés comme la broderie, la calligraphie, et de découvrir que les tricheries à l'examen étaient si faciles...
La liberté dans les moeurs m'a étonnée. S'il y a des chuchotements, des gloussements lorsque les éleves surprennent les relations amoureuses des deux institutrices, ce n'est pas dû à l'homosexualité, les élèves n'en sont même ni étonnées ni choquées. Les amours qu'elles soient homosexuelles ou hétérosexuelles provoquent le même genre de réaction.
Claudine, est un personnage principal consistant, c'est un tempérament ! Elle est intelligente, spontanée, impertinente, sure d'elle, c'est épatant.. mais elle est également arrogante et perverse, elle aime bien tourmenter une camarade un peu faible, puis de temps en temps la défendre. Elle a un jugement dur sur les autres, personne ne trouve grâce à ses yeux. Elle est issue d'un milieu social supérieur à tous ceux qui l'entourent, et méprise les gens plus modestes, son arrogance m'a bien exaspérée ! Mais c'est aussi ce qui la rend intéressante, elle est d'une franchise très abrupte.
J'ai beaucoup aimé parce c'est une jolie promenade dans une époque et un milieu, il y a abondance d'informations sur cette école rurale, la vie y est racontée dans un style captivant et énergique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Lekarr
  12 avril 2014
"Je m'appelle Claudine, j'habite Montigny ; j'y suis née en 1884 ; probablement je n'y mourrais pas".
Ainsi commence le journal de Claudine, gamine de 16 ans aussi dégourdie que délurée. Une gosse de riche élevée à la campagne en compagnie de filles de paysans et d'ouvriers dont le seul rêve est d'intégrer l'école normale afin de devenir institutrices. Profitant de la liberté que lui laisse un père qui a tout du professeur Tournesol, elle mène sa vie comme elle l'entend, vagabonde dans les forêts, court les rues et règne sur ses petites camarades.
Son récit nous plonge dans le quotidien d'une école publique de province. On découvre son organisation, les matières étudiées dont certaines font aujourd'hui sourire (la couture...), les corvées de bois ou de lessivage. On se balade dans ses classes à odeur de craie ou dans les dortoirs des internes. On prépare dans une atmosphère de fête l'inauguration des nouveaux bâtiments et l'on assiste au concours d'entrée à l'école normale, véritable decathlon intellectuel que peu de bacheliers d'aujourd'hui réussiraient.
Tous ces lieux sont bien sûr peuplés de personnages hauts en couleur : Mlle Sergent et la belle Aimée, les deux institutrices disciples de Sapho, le docteur Dutertre député local à la main baladeuse, Antonin Rabastens l'assistant Marseillais à l'accent si savoureux. Et bien sûr, toutes les copines de classe. La grande Anaïs, Marie Belhomme et la jolie Luce.
On a l'impression bien agréable de s'immerger dans des temps et des lieux où tout paraît plus simple et plus sain. Peut-être aussi est-ce l'état d'esprit de Claudine qui déteint sur nous, son humour, sa franchise, une certaine forme d'innocence. C'est frais, c'est désarmant, c'est revigorant. Colette c'est bon, lisez-en.
Lien : http://sfemoi.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
annieannie   01 avril 2009
"C'était une pauvre vieille école, délabrée, malsaine, mais si amusante!...Le rez-de chaussée, nos deux classes l'occupaient, la grande et la petite, deux salles incroyables de laideur et de saleté, avec des tables comme je n'en vis jamais, diminuées de moitié par l'usure, et sur lesquelles nous aurions dû, raisonnablement devenir bossues au bout de six mois.

L'odeur de ces classes, après trois heures d'études du matin et de l'après-midi, était littéralement à renverser."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
sabine59sabine59   16 mai 2018

Et puis il y a mes préférés, les grands bois qui ont seize et vingt ans, ça me saigne le coeur d'en voir couper un;(...) Dieu, que je les aime! Je m'y sens tellement seule, les yeux perdus loin entre les arbres, dans le jour vert et mystérieux, à la fois délicieusement tranquille et un peu anxieuse, à cause de la solitude et de l'obscurité vague...
Commenter  J’apprécie          230
olivberneolivberne   20 décembre 2013
- Mademoiselle Claudine, dit sévèrement la Directrice, je vous engage à vous contenir. Si vous recommencez à battre vos compagnes, je me verrai forcée de ne plus vous recevoir à l'école.
Elle tombe mal, je suis lancée; je lui souris avec tant d'insolence qu'elle s'emballe tout de suite :
- Claudine, baissez les yeux !
Je ne baisse rien du tout.
- Claudine, sortez !
- Avec plaisir, Mademoiselle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
CyranoGirlCyranoGirl   26 avril 2017
Je ne me repose bien, le soir, qu'au sommet du gros noyer, sur une longue branche que le vent berce... le vent, la nuit, les feuilles... Fanchette vient me retrouver là-haut ; j'entends chaque fois ses griffes solides qui grimpent, avec quelle sûreté ! Elle miaule avec étonnement : "Qu'est-ce que tu peux bien chercher dans cet arbre ? Moi, je suis faite pour être là, mais toi, ça me choque toujours un peu !" Puis elle vagabonde dans les petites branches, toute blanche dans la nuit, et parle aux oiseaux endormis, avec simplicité, dans l'espoir qu'ils vont venir se faire manger complaisamment ; mais comment donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
torezutorezu   15 avril 2011
Et le nombre d’aiguilles qu’une couturière use en 25 ans quand elle se sert d’aguilles à O,50 F le paquet pendant 11 ans, et d’aiguilles à 0,75 F pendant le reste du temps, mais que celles de 0,75F sont… etc.. etc.. Et les locomotives qui compliquent diaboliquement leurs vitesses, leurs heures de départ et l’état de santé des chauffeurs! Odieuses suppositions, hypothèses invraisemblables, qui m’ont rendu réfractaire à l’arithmétique pour toute ma vie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Sidonie-Gabrielle Colette (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sidonie-Gabrielle Colette
Pour fêter dignement l'arrivée du printemps, la librairie Point Virgule vous propose une sélection d'ouvrages consacrés aux fleurs et aux jardins.
- Pour un herbier, Colette, illustré par les aquarelles de Raoul Dufy, Citadelles & Mazenod, 65€ - Les jardins de Weleda, Rouergue, 35€ - Le livre des fleurs, Pierre-Joseph Redouté, Taschen, 50€ - En fleur - Design floral contemporain, Phaidon, 39,95€ - Monet - Coffret l'essentiel, Anne Sefrioui, Hazan, 29,95€
La présentation de Pour un herbier est disponible sur la chaîne de Citadelles & Mazenod : https://www.youtube.com/watch?v=MN8I8...​
Celle de Les jardins de Weleda sur la chaine des éditions du Rouergue : https://www.youtube.com/watch?v=Lv0w6...​
Musique du générique d'intro par Anna Sentina.
+ Lire la suite
autres livres classés : écoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sidonie gabrielle Colette

Le père de Colette est

Facteur
Ecrivain
Capitaine
Journaliste

13 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur ce livre

.. ..