AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253011712
158 pages
Le Livre de Poche (20/01/2004)
3.72/5   420 notes
Résumé :
Lorsque débute leur vie commune, Alain et Camille sont deux amis d'enfance que tout en apparence rapproche mais que leurs secrètes rêveries divisent. " Mon mariage, reconnaît Alain, contente tout le monde et Camille, et il y a des moments où à me contente aussi, mais... " Ce qu'Alain aime en Camille, c'est une beauté idéalisée faite d'immobilité et de silence. Aussi est-il déconcerté par son exubérance.

Comme l'arrivée d'une saison nouvelle, la décou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 420 notes

LydiaB
  15 mars 2013
On le sait, Colette était une fervente admiratrice des félins, au point d'écrire en leur compagnie, et, surtout, de les transposer dans ses romans. Ce court texte est d'abord paru, d'avril à juin 1933, sous la forme d'un feuilleton dans le journal Marianne. le livre sortit en septembre de la même année. Les critiques furent divisées. Il faut dire qu'au premier abord, l'histoire semble un peu ridicule : Camille, jeune épouse est jalouse de Saha, la chatte de son mari Alain, car celui-ci y prête un peu trop d'attention à son goût. Elle en arrive à vouloir la tuer... Alain supportera-t-il cet affront ?

Bien évidemment, il ne faut pas en rester là. Ce texte est bien plus profond que ça. le mariage de ces deux personnes a été arrangé. Alain n'est pas heureux dans son couple, lui qui se refuse à grandir. Sa jeune épouse lui fait peur. Elle est trop moderne, trop sexy pour quelqu'un de si peu sûr de lui. Son compagnon à quatre pattes représente un monde dans lequel il voudrait se réfugier, celui de son enfance. Et c'est justement ce que ne comprend pas Camille qui traite le félin comme une rivale sans se rendre compte qu'elle ne représente aux yeux de son époux qu'un passé révolu, "une chimère" selon la mère d'Alain.

Ce texte est d'autant plus intense qu'il se déroule pratiquement à huis-clos. Toute l'intensité dramatique est là. Si les personnages sont réduits à l'essentiel, les actions sont rapides : on observe, on agit. Et n'est-ce pas mimétique de l'écriture de Colette ?
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7216
afriqueah
  22 mars 2021
Elle est belle, bien sûr, cependant il lui trouve le cou un peu trop court, il n'aime pas le parfum qu'elle met et « qui la vieillit », et puis, la première nuit de noces, elle n'a aucune pudeur, on dirait qu'elle aime ça et qu'elle en redemande. Déjà, fiancés, elle mendiait des baisers-sur-la- bouche, pire, elle en tenait la comptabilité.
Il lui en veut du plaisir qu'il lui donne.
Colette le dit avec des mots beaucoup plus fins, mais elle le dit. Camille n'émeut pas Alain, ce qu'elle affirme ne le touche pas, il est révulsé à la vue d'un cheveu noir laissé sur le lavabo, quand elle prétend le connaître, il sait que non, il s'efforce, pourtant, il essaie, il se tempère, évite les éclats et les disputes…
Et puis il y a Saha, la chatte, son amour de chatte, avec qui il communique et dont il comprend tous les Me-rroin. Elle, il l'aime, et son amour est partagé, au point que Saha se laisse mourir quand il part dans un autre appartement avec Camille. Elle reste dans le jardin où elle chasse, petite lionne féroce qui s'oublie à son animalité. Et qui essaie pourtant de se maitriser pour se rapprocher le plus possible de l'humain (comprenons : d' Alain). Elle chasse une mésange, “ Assise, les pattes jointes, son jabot de belle femme tendu » Alain la caresse au moment où elle va maitriser son instinct félin, alors la chatte le mord brusquement « pour dépenser son courroux ».
Mais contre toute attente, cet accès de sauvagerie contribue moins à ravaler Saha au rang d'animal qu'à rapprocher, par le biais de la sexualité, l'homme de la bête. « Il regarda sur sa paume deux petites perles de sang, avec l'émoi coléreux d'un homme que sa femelle a mordu en plein plaisir ».
C'est elle, la femme, depuis le début, et Camille, l'intruse, l'étrangère. Lorsque Camille parle du futur « nid » (essai de se rattraper en animalité ?) Alain et Saha préfèrent fermer les yeux, ensemble. C'est Saha, la pudique, qui essaie de cacher sa propre passion pour Alain, discrète, digne, aimant inconditionnellement, exclusivement, patiente, empressée à ne pas lui déplaire. Il souffre en pensant à la brièveté d'un si grand amour», il lui répète des litanies passionnées « Mon petit ours à grosses joues », « mon pigeon bleu », « démon couleur de perles » ou bien : « mon petit puma, ma chatte des cimes, ma chatte des lilas ».

Entre Camille et Alain, les non dits s'accumulent : il lui préfère son ombre, il la juge, et se repait des critiques qu'il entend sans être vu de la part des domestiques. le parfum ! Entêtant !Et puis l'impudeur ! Rédhibitoire ! Quand on sait combien l'odorat des chats est développé !
L'incompatibilité, à défaut de guerre, est déclarée, seuls des mots échappés et regrettés surnagent du silence. le joli couple, uni par le désir, fondu dans le plaisir, cache des sentiments plus noirs. Elle s'habille de blanc pour susciter le compliment : « ma petite mouche dans du lait », oublieuse du fait que le lait, oui, Saha boit le lait.

Colette partageant elle aussi la complicité avec les chats, sait que les paroles humaines ne sont pas nécessaires lorsqu'une entente supérieure, une transmission de pensée presque divine lie deux êtres. Alain, comme Colette, « parle » chat, il savoure la beauté du silence, aussi.
Elle a écrit « La chatte » en compagnie de la « chatte dernière », irremplaçable et pas remplacée, comme dit Alain à Saha : jamais un autre chat que toi »Camile est trop « normale », presque quelconque, elle ne comprend rien, elle se croit supérieure, elle se rebiffe: sa naïveté aveugle la condamne, sa jeunesse ne l'aide pas. Pire, elle évoque le peu de fortune de son fiancé, matérialisme impardonnable.
On souffre quand on ne comprend pas pourquoi on souffre.
Normal qu'elle soit jalouse, dans ce trio où elle n'occupe pas la bonne place, dans cet appartement triangulaire, comme dans leur triangle amoureux, d'où elle veut déloger la chatte.
« Assis, tous les deux… vous ne m'avez même pas entendue ! Vous étiez comme ça, la joue contre la joue… »
Si lui, en rêvant, pense qu'il ronronne, si Camille le voit sursauter quand elle le touche « nerveux comme un chat » lui dit-elle, la dernière phrase du roman confirme avec génie l'interaction animal-humain, car « Saha, aux aguets, suivait humainement le départ de Camille »et Alain joue comme un chat, « d'une paume adroite et creusée en patte, »avec des marrons d'Inde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3819
leolechat
  18 mars 2018
« Déjà elle embaumait la menthe, le géranium et le buis. Il la tenait confiante et périssable, promise à dix ans de vie peut-être, et il souffrait en pensant à la brièveté d'un si grand amour.
- Après toi je serai sans doute à qui voudra... A une femme, à des femmes. Mais jamais à un autre chat. »
Alain vénère Saha, une chatte de la race des chartreux qui partage son coeur et son jardin de verdure. Il passe son temps à la cajoler et à s'extasier sur sa majestueuse beauté. Rien n'est trop beau ni trop bon pour cet animal qu'il gâte outrageusement. Un comportement qui n'est pas du goût de Camille, la jeune fille qu'il vient d'épouser. Si cette dernière est follement éprise de son jeune mari, Alain lui préfère de loin sa tendre et silencieuse Saha. Le jeune homme de 24 ans, oisif et très infantile, voit avec effroi son univers douillet se fissurer par la présence bien trop envahissante de cette jeune femme épousée suite à un arrangement entre familles du même milieu social. Un bancal ménage à trois va se mettre en place, la chatte prenant de plus en plus de place dans cette union boiteuse qui ne tient qu'à un fil. Camille va prendre en grippe sa féline rivale et tenter de l'écarter de son chemin par tous les moyens.
Qui remportera la mise ? La femme amoureuse ou la chatte ?
C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je retrouve la plume poétique et inimitable de Colette dont j'ai dévoré les écrits quand j'étais adolescente. Cruel et délectable à la fois, ce court roman qui nous raconte l'histoire d'une passion exclusive et dévorante entre un homme et son félin n'a rien perdu de sa justesse et de son originalité. Avec une grande subtilité, l'auteure dissèque à la perfection les affres de la jalousie et les liens étroits et privilégiés que peuvent entretenir un animal et son maître. Voilà un récit dérangeant (car comment l'être humain qui croit en sa suprématie pourrait-il songer ne serait-ce qu'un instant d'être détrôné par une bête ?) mais ô combien réaliste !

Lien : https://leslecturesdisabello..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          459
sabine59
  08 décembre 2018
Je m'appelle Saha, je suis une chatte de la race des Chartreux, et j'adore mon maître: Alain. Jusqu'ici, je coulais des jours heureux dans sa maison d'enfance , je vagabondais dans le jardin, et nous nous retrouvions , complices, je dormais la nuit dans sa chambre. J'étais " son pigeon bleu", " son démon couleur de perle"...
Mais " elle", l'étrangère , est venue troubler notre beau lien, cette Camille qu'il va épouser. Je sais qu'il ne l'aime pas vraiment, il n'aime que moi. Il comprend mon langage, et il m'admire , moi, " une petite créature sans reproche, bleue comme les meilleurs rêves, une petite âme." Mais pourtant, mon maitre m'a abandonnée, pour aller vivre ailleurs....
... pas longtemps! Je dépérissais, il m'a emmenée chez lui. Et alors...terrible confrontation avec ma rivale. Rien ne se glissera jamais entre mon maitre et moi, rien ni personne!
Avec un sens aigu de l'observation, Colette livre une histoire intense, passionnelle et cruelle, où animalité et humanité se mêlent, Saha , la belle chatte orgueilleuse n'étant pas forcément la plus animale des deux ennemies!
Je garde l'image de Saha, tout en élégance, possessivité et mystère.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
OverTheMoonWithBooks
  12 novembre 2021
Alain a épousé Camille dans un mariage de raison. Mais plus que sa femme, c'est Saha, sa chatte et sa présence douce, affectueuse et mystérieuse qu'Alain adore.
Et Camille ne partage pas du tout cette admiration pour le félin de salon. La jalousie naît et Saha devient le révélateur de tout ce qui dysfonctionne dans ce couple (même si Camille la voit clairement comme une rivale)...jusqu'au moment fatal.
Une fois de plus, je suis ravie d'avoir retrouvée l'écriture élégante de Colette et me suis régalée avec cette histoire qui va bien au-delà d'une "simple" histoire d'attachement entre un humain et son animal de compagnie. Ce que j'ai surtout aimé c'est ce jeux de regard sur les évènements, davantage qu'un triangle amoureux car ce sentiment est bien secondaire face à l'affection profonde qui lit le jeune homme et cet animal qui semble être son amie, sa confidente. Et à l'inverse : le regard faussement placide de Saha et celui de la femme impulsive et jalouse.
Colette dépeint un couple mal assorti sur tous les plans :
- Alain est plutôt réservé, Camille est très extravertie et manque parfois de retenue au goûts des bourgeois ;
- Alain vient d'une vieille famille bourgeoise avec des valeurs (et une maison décorée aux goûts) du 19ème siècle, tandis que Camille est une jeune femme moderne, qui embrase pleinement ce qui caractérise ce début de 20ème siècle ;
- mais voilà, la famille de Camille est une famille d'entrepreneur qui a fait prospérer une entreprise innovante, alors que la famille d'Alain, sans être devenue pauvre voit d'un très bon oeil l'arrivée de la situation financière de Camille.
Ce sujet de fond, qu'est l'erreur de casting du couple, même s'il semble secondaire donne toute sa dimension universelle à ce petit roman sans fioriture.
Contrairement à ce que j'imaginais, la chatte ne tient pas une place aussi importante que je l'aurais cru : elle dirige "simplement" le regard du narrateur sur l'environnement décrit.
Un roman qui a confirmé mon envie de lire davantage d'oeuvres de cette auteure!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   09 août 2014
Charrier couteaux en croix, charrier sous percés, charrier ciné parlant, Dieu le Père… / Poissons à nez grec, de lunes et de mentons. / Une petite chanson nègre à bouche fermée. / Un frais cynisme polynésien. / Deux demi-visages divisés par le petit nez régulier, doués chacun d’un grand œil qui cillait peu. / Cheveux propres, lavés souvent, gommés, et couleur de piano neuf… / Poussière astrale de nez. / Mais il se sentit paralysé par le regard chaud et dangereux d’un figurant brun, au profil grec, perforé d’un grand œil de carpe… /Camille brillait comme baignée d’huile, une grande flaque-miroir sur ses cheveux, la bouche en émail vitrifié d’un noir d’encre, les yeux vastes entre deux palissades de cils. /Jura un gros juron. / Jeunes femmes tziganes à naseaux de cavales. / Elle ouvrait des yeux caves. / Murmure et haleine de cave sèche. / Belle négresse blanche. / Des vieux domestiques poncés par l’usage, inhumés à mi-corps. / Deux visages inverses et délayés. / Tu vas me faire dégommer mes cils… / Qu’il crève tout violet, cet enfant de Pénélope couverte par une tortue mâle ! / Il fut détrompé par l’expression des parois de sa chambre, hargneuses et guettant un œil ailé qui voletait. / Et puis quand on couche le pare-brise, / Il entr’ouvrit ses cils, / Beurre raide, / Un petit bruit avide. / Le soleil s’éteignait. / Ses yeux profondément enchâssés. / Un sourire horizontal à joues raides. / Je suis fou de sommeil. / Dès qu’il supprima la lumière, /
L’histoire est intéressante, mais le style… Quant aux expressions, Yann Moix n’a rien inventé. Peut-être est-ce de la poésie comme disent les autres critiques et n’ai-je rien compris ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
VanessaVVanessaV   11 mars 2008
Il parlait à la chatte qui, l’œil vide et doré, atteint par l’odeur démesurée des héliotropes, entrouvrait la bouche, et manifestait la nauséeuse extase du fauve soumis aux parfums outranciers..
Elle goûta une herbe pour se remettre, écouta les voix, se frotta le museau aux dures brindilles des troènes taillés. Mais elle ne se livra à aucune exubérance, nulle gaité irresponsable, et elle marche noblement sous le petit nimbe d’argent qui l’enserrait de toutes parts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
AmakirAmakir   25 novembre 2021
Vinrent juin et les plus longs jours, ses ciels nocturnes sans mystère, dont une lueur attardée au couchant, une autre lueur levante sur l'Est de Paris, soulevaient les bords. Mais juin n'est cruel qu'aux citadins sans voiture, encadrés étroitement de pierre chaude, qu'à l'homme serré contre l'homme.
Commenter  J’apprécie          272
LydiaBLydiaB   15 mars 2013
La voix éclatante de Camille, comme il atteignait le palier, franchit la porte fermée :
- C'est cette sacrée cochonnerie de bête ! Et qu'elle crève, bon Dieu ! Quoi ?... Non, madame Buque, quand vous direz... Je m'en fous ! Je m'en fous !
Il distingua encore quelques mots injurieux. Très doucement il tourna la clé dans la serrure, mais ne put consentir, passé son propre seuil, à écouter sans être vu. "Une sacrée cochonnerie de bête ? Mais quelle bête ? Une bête dans la maison ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
AmakirAmakir   26 novembre 2021
Avertie mystérieusement, la chatte regagna la table d'ébène poli, s'y assit sur son propre reflet bleuâtre immergé dans une eau ténébreuse et rien, en elle, n'eût paru insolite, sinon la fixe attention qu'elle donnait aux invisibles, droit devant elle, dans l'air.
Commenter  J’apprécie          295

Videos de Sidonie-Gabrielle Colette (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sidonie-Gabrielle Colette
https://www.laprocure.com/product/849493/compagnon-antoine-un-ete-avec-colette
Un été avec Colette Antoine Compagnon Éditions des Equateurs et France-Inter
Adapté d'une série d'émissions diffusées sur France Inter, l'ouvrage évoque le parcours et l'oeuvre de Sidonie Gabrielle Colette, cette dernière étant marquée par quatre grandes figures : Claudine, Sido, Gabrielle et Colette elle-même. Pionnière de la transgression et de la provocation, l'écrivaine française est désignée pour présider l'académie Goncourt grâce à ses romans empreints de liberté. ©Electre 2022
autres livres classés : chatsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Sidonie gabrielle Colette

Le père de Colette est

Facteur
Ecrivain
Capitaine
Journaliste

13 questions
121 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur ce livre