AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253004286
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1978)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 367 notes)
Résumé :
Colette se propose, d'abord, au lecteur, comme la souveraine d'un royaume sensible, la reine des choses prochaines, un écrivain de la nature. Pourtant, (elle) n'est pas orientée vers la campagne à la manière des romanciers paysans. La campagne de Colette est une campagne pour citadines, une campagne dont les baumes cicatrisent les plaies du cœur. Rien ne viendra à bout d'une certitude solidement appuyée sur la terre, d'une confiance animale dans la vie qui assurera ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  11 juillet 2017
Mon fils l'avait eu cette année (3ème) dans sa liste "oeuvres autobiographiques".
Donc je me suis plongée (ça faisait longtemps que j'avais lu l'auteure) dans un doux écrin de souvenirs d'enfance, pétris d'ambiance familiale, de cadre bucolique, d'animaux de compagnie, de vie de village, d'héritage passé. Et aussi, le portrait unique d'une mère adorée, angoissée, "maternante"...
Je me suis délectée, j'ai littéralement savouré la langue, la poésie, la prose magnifique de Colette.
Un livre bénéfique pour toutes les générations, sensible, émouvant, sensuel, épicurien... Intemporel !!
NB : Dédicace spéciale à Sabine, admiratrice de Colette, qui m'a donné envie de relire cette auteure.
Commenter  J’apprécie          7414
sabine59
  09 mai 2017
Je suis une grande admiratrice de Colette, et ce livre fait partie de mes préférés d'elle, car s'y expriment avec force son attachement presque douloureux aux souvenirs d'enfance, son style savoureux, riche et précis, l'amour des bêtes et de la nature.Et la présence tutélaire de sa mère, dominant , émouvante et mélancolique,toutes les autres évocations du passé. ...
Claudine, c'est bien sûr elle-même. La maison, c'est celle de Saint Sauveur en Puisaye, son village natal dans l'Yonne. J'ai vu ces lieux d'origine et je me suis imaginée sa vie d'alors, lorsqu'à sept huit ans, sauvage et libre,elle parcourait les bois ou jouait dans le jardin...
Magnifique récit autobiographique, éclaté en courts chapitres, comme autant d'instantanés éphémères d'un jardin à jamais perdu, celui de l'enfance...
Les parfums du jardin vibrent dans ton souvenir
Bel-Gazou , pivoines ,herbe fraîche, tu les respires
Et l'écho des mots aimés :" Où sont les enfants?"
Te poursuit comme un chagrin, un sanglot déchirant
Minet-Chéri, tu les revois, chats languissants,
Mangeurs de fraises, et sur le gravier s'étirant;
Une soeur aux longs cheveux, s'éloignant , nostalgique
Un frère créateur d'épitaphes si drolatiques
Et tu n'es pas en reste, belle imaginative
Sur ton mur, très curieuse de mots et pensive,
Enrobant de mystère le simple presbytère
La petite, c'est toi , fillette humant la terre
Qui cherche, comme nous, à arrêter le temps
Pour retrouver l'ivresse de tes rires d'enfant...



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3510
Biblioroz
  11 septembre 2019
Petites bouchées littéraires au goût tendre et suave, à picorer et à savourer.
Chaque phrase de Colette révèle un travail d'orfèvre pour donner, dans sa construction et son vocabulaire, toute la puissance sensorielle et colorée de ses souvenirs. Une écriture poétique et exigeante, d'une précision éblouissante. Une lecture que l'on a envie de faire à voix haute pour en extraire toute l'harmonie qu'elle recèle. C'est presque dommage de la garder sous silence.
Dans un léger et joyeux désordre chronologique, Colette nous peint de brefs mais riches arrêts sur image de son enfance puis, plus tard, de celle de sa fille Bel-Gazou, sans oublier chiens et chats qui l'ont toujours accompagnée.
Elle redonne vie à sa chère Sido, sa mère tant aimée, si pleine d'amour et d'inquiétude maternelle pour ses quatre enfants. Colette, qu'elle appelle Minet-Chéri, est sa petite dernière. Sido, ceinte de son tablier, toujours en action dans la grande maison au double jardin dont elle taille amoureusement les fleurs et qu'elle embellit avec des boutures de pélargonium, fièrement quémandées chez M. le curé. Sido, impétueuse, dont Colette retranscrit les paroles dans de vifs dialogues qui cassent subtilement la monotonie de la narration.
Elle effleure les traces du temps avec les petites rides apparues chez ses parents, avec le déclin de sa mère malade.
Elle se fait curé sur un mur en jouant avec le mot presbytère. Elle éveille la nature printanière sous le soleil d'avril et ramène au gîte sa chienne Bellaude partie faire la belle, entourée de cinq prétendants.
Son regard s'attarde sur Bel-Gazou, appliquée et pensive sur ses points de chaînette.
Puis par le biais d'une noisette creuse qui chante à l'oreille de sa fille, elle termine sur une touche nostalgique de l'enfance qui s'enfuit trop vite.
Trente-cinq délicieuses et savoureuses mignardises à déguster en les laissant traîner sur sa table de nuit pour s'endormir, la tête emplie de jolis mots et de jolies images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
PiertyM
  24 janvier 2019
Colette nous partage, dans de petits chapitres bien écrits, bien spécifiques, quelques souvenirs de son enfance. Une période très riche en affection! Bien couvée sous les jupons de sa mère, elle grandit entre une flore et une faune domestiques. Elle y consacre des chapitres entiers où l'on voit comment les fleurs et les animaux ont fait partie de son quotidien d'une fille , fortement attachée à sa mère! L'histoire n'est pas linéaire, le principe du temps n'y est pas de vigueur, on peut aller d'un souvenir où elle avait 13 ans vers celui où elle avait huit ans, mais cela n'empêche qu'on passe un bon moment avec ce livre ou qu'on prenne plaisir à déguster cette plume à la fois poétique, sensible et distincte!
Commenter  J’apprécie          270
brigittelascombe
  28 juin 2011
Sidonie Gabrielle Colette, écrivain français du XIX° siècle connue sous le nom de Colette pour son oeuvre prolifique, a écrit la série des "Claudine" entre 1900 et 1903, en collaboration avec son premier mari Willy. "La maison de Claudine" ne s'apparente pas à cette série, à moins qu'elle n'ait écrit "Les Claudine" dans cette maison d'enfance, coiffée d'un grenier haut, à la grille brandie en l'air par une glycine centenaire, dont ce livre nous relate les souvenirs.
La mère, bien sûr, encore et toujours.
La mère, Sido,tour à tour, jeune fille, dont le buste pliait gracieusement qui a épousé en premières noces "le sauvage" auprès duquel, elle si vive, languissait.
Sido, femme amoureuse du capitaine qui lui fait deux autres enfants et dont Colette surprend la complicité même au temps de la vieillesse.
"Sous un sourcil de vieillard, la férocité de l'amour, et sur des joues flétries de feme la rougeur de l'adolescence".
Sido, mère omniprésente qui crie :"Où sont les enfants?" dés qu'ils lui échappent, qui surnomme Colette 'Minet chéri' ou 'La petite'.
Sido, l'épouse meurtrie par les dettes du capitaine qui doit affronter les ragots du village et les facheries avec sa fille Juliette, dédaigneuse.
Sido, dans toute sa grandeur qui se campe dans le jardin, telle un monument qui tangue, souffre, oscille en cadence pour aider celle qui accouche de l'autre côté du mur, celle dont elle entend la plainte et brise par la pensée le mur des incompréhensions.
Voilà pour moi le passage le plus émouvant et le plus fort de ce récit truffé d'anecdotes parfois gaies ou tristes à l'image d'une vie.
Colette, surnommée Bel gazou par son père, un nom aux consonnances des mille et une nuits, donné par la suite à sa fille, dévoile son amour des mots et des chats, son imagination fertile et son approche de la lecture.
Ne chuchote t elle pas au fil des pages?: "Je restais rêveusement suspendue à un parfum, une image suscitée: l'odeur du chocolat en briques molles, la fleur éclose sous les pattes du chat errant" , c'est ce genre de rêve là que sa poésie nous permet de vivre comme si ses souvenirs étaient les notres.
Ce roman s'inscrit dans une lignée familiale, trasmet son héritage et nous ouvre comme par magie la porte d'un jardin à la prose merveilleuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   20 août 2017
- Minet-chéri, tu ne dormais pas ? On t'avait donc mal couchée ?... L'araignée est dans sa toile, je suppose. Mais viens voir si ma chenille est endormie. Je crois bien qu'elle va devenir chrysalide, je lui ai mis une petite caisse de sable sec. Une chenille de paon-de-nuit, qu'un oiseau avait du blesser au ventre, mais elle est guérie...

La chenille dormait peut-être moulée selon la courbe d'une branche de lyciet. Son ravage, autour d'elle, attestait sa force. Il n'y avait que lambeaux de feuilles, pédoncules rongés, surgeons dénudés. Dodue, grosse comme un pouce, longue de plus d'un décimètre, elle gonflait ses bourrelets d'un vert de chou, cloutés de turquoises saillantes et poilues. Je la détachai doucement et elle se tordit, coléreuse, montrant son ventre plus clair et toutes les petites pattes griffues, qui se collèrent comme des ventouses à la branche où je la reposai.

Ma mère et les bêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
26052605   09 mai 2013
Tout est encore devant mes yeux, le jardin aux murs chauds , les dernières cerises sombres pendues à l’arbre, le ciel palmé de longues nuées roses,-tout est sous mes doigts : révolte vigoureuse de la chenille, cuir épais et mouillé des feuilles d’hortensias, - et la petite main durcie de ma mère. Le vent si je le souhaite, froisse le raide papier du faux-bambou et chante, en mille ruisseaux d’air divisés par les peignes de l’if, pour accompagner dignement la voix qui a dit ce jour-là, et tous les autres jours jusqu’au silence de la fin, des paroles qui se ressemblaient :
— Il faut soigner cet enfant…Ne peut-on sauver cette femme ? Est-ce que ces gens ont à manger chez eux ? Je ne peux pas tuer cette bête…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
lecottageauxlivresFannylecottageauxlivresFanny   25 mai 2014
- Où sont les enfants?
Deux reposent. Les autres jour par jour vieillissent. S'il est un lieu où l'on attend après la vie, celle qui nous attendit tremble encore, à cause des deux vivants. Pour l'aînée de nous tous elle a du moins fini de regarder le noir de la vitre, le soir: "Ah! Je sens que cette enfant n'est pas heureuse...Ah! je sens qu'elle souffre...."
Pour les aîné des garçons elle n'écoute plus, palpitante, le roulement d'un cabriolet de médecin sur la neige, dans la nuit, ni le pas de la jument grise. Je sais que pour les deux qui restent elle erre et quête encore, invisible, tourmentée de n'être pas assez tutélaire: "Où sont, où sont les enfants?....."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
rabannerabanne   10 juillet 2017
Les dimanches sont des jours parfois rêveurs et vides ; le soulier blanc, la robe empesée préservent de certaines frénésies. Mais le jeudi, chômage encanaillé, grève en tablier noir et bottines à clous, permet tout.
Commenter  J’apprécie          302
Marti94Marti94   12 mars 2016
Il arrivait qu'un livre, ouvert sur le dallage de la terrasse ou sur l'herbe, une corde à sauter serpentant dans une allée, ou un minuscule jardin bordé de cailloux, planté de têtes de fleurs, révélassent autrefois, dans le temps où cette maison et ce jardin abritaient une famille, la présence des enfants, et leurs âges différents. Mais ces signes ne s'accompagnaient presque jamais du cri, du rire enfantin, et le logis, chaud et plein, ressemblait bizzarement à ces maisons qu'une fin de vacances vide, en un moment, de toute sa joie. Le silence, le vent contenu du jardin clos, les pages du livre rebroussées sous le pouce invisible d'un sylphe, tout semblait demander : "Où sont les enfants ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Videos de Sidonie-Gabrielle Colette (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sidonie-Gabrielle Colette
Bande annonce du film Colette (2018), film sur la vie de Sidonie-Gabrielle Colette
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sidonie gabrielle Colette

Le père de Colette est

Facteur
Ecrivain
Capitaine
Journaliste

13 questions
102 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur ce livre
.. ..