AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Struck (61)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
jadzia
  14 avril 2014
Awesome !!!!


Rien de plus à dire. C'est plein d'humour, ça vous mets la larme à l'oeil, bref, j'ai adoré. Que ce soit le film ou le livre, c'est à découvrir. Et j'espère bien que Chris Colfer n'écrira, dans l'avenir, pas que des livres pour enfants, parce qu'il a sans conteste du talent à revendre.
A lire… Auteur, acteur, chanteur à suivre…
Commenter  J’apprécie          110
Analire
  19 juin 2013
C'est avec une certaine curiosité que je découvre Chris Colfer, qui est un acteur américain, très connu pour son rôle dans Glee (que je n'ai jamais regardé... honte à moi !). Outre le fait que Struck soit un livre, il est à la base un film, à l'intérieur duquel jour naturellement notre jeune auteur, Chris Colfer. le film sort d'ailleurs en salle aujourd'hui même, le 19 juin 2013. C'est un bon jour pour poster ma chronique, qui se faufile dans l'actualité.

Dans ce livre, notre héros principal, qui tient également le rôle de narrateur, se confie à son journal intime, de tel sorte que l'on voit chaque jours (ou presque) de l'année défiler. Ce jeune protagoniste, du nom de Carson, vit dans une petite ville, Clover, qu'il veut quitter au plus vite. Pour se faire, il va essayer par tous les moyens de se faire accepter dans l'université où il souhaite aller depuis très longtemps : l'université de Northwestern. Car, en plus de vouloir quitter sa ville natale, Carson veut devenir journaliste, un métier auquel il va s'entraîner dur dans son lycée ; entre club de lecture, magazine littéraire et atelier d'écriture (club dont il est le gérant, bien sûr), tous les efforts sont bons pour arriver à son but.

Comme dit précédemment, Struck prend la forme d'un journal intime écrit chronologiquement suivant les jours et les événements qui arrivent dans la vie du héros.

Un héros bien atypique, avec un caractère original. Prêt à tout pour arriver à ses fins, et notamment à son objectif, il n'hésite pas à enfoncer ses adversaires et à combattre tous les obstacles qui surgissent devant son chemin. La défaite n'est pas acceptable dans le cas de Carson. Il est sûr de lui, de son potentiel, et ne le cache pas. Il faut dire aussi que Carson est un garçon intelligent, plus intelligent que la moyenne des élèves décrits dans le roman.

Le personnage principal m'a ému à certains moments. Il m'a communiqué sa peine, et j'ai pu la partager à ses côtés. Même seul contre tous, ce brave Carson croit à ses chances en lui-même, et se bat pour obtenir ce qu'il souhaite plus que tout au monde.

La fin est quant à elle assez surprenante. La dernière page est inattendue, et démontre bien le titre Struck, qui signifie "frappé" en français. Ce dénouement ne peut que surprendre : personne ne peut le deviner en avance.

L'histoire en elle-même est sympathique à découvrir, elle fait passer un bon moment, sans pression et sans problème. Malheureusement, il n'y a pas vraiment de sens profond dans ce récit. C'est un livre agréable, facile d'accès à tous, mais que je vais malheureusement oublier rapidement. Peu importe : l'intérêt et le ressenti pendant la lecture est ce qui compte le plus !



Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Cronos
  25 février 2020
J'avais vu le film avant de trouver le livre, heureusement plusieurs années les séparent, c'est donc avec plaisir que je redécouvre cette histoire. Même s'il s'adresse à un public ado-adulte, il y a de la maturité dans le récit et une prise de recul que je trouve intéressante et rarement présente dans mes lectures jeunesse.

Le sous-titre résume bien l'histoire, comment foudroyer sa réputation en un éclair, on va suivre Carson dont le but est son entrée à l'université, pour faire court sur le début, il va devoir créer un journal dans son lycée mais pour le remplir il va plutôt jouer le paparazzo et chercher les magouilles dans l'administration. Ce n'est pas de l'inédit mais le tout est bien tourné, notre ado va se poser des choix moraux à faire, faire du chantage pour sa réussite ou laisser couler et ne pas en tirer de gloire entre autres. La fin m'a plu, pas moralisatrice mais qui remet quand même en question. L'approche est bonne en tout cas.
Les chapitres sont courts, l'écriture fluide, il se lit facilement. Ce n'est pas un coup de coeur mais je le recommande quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Thalyssa
  24 mai 2013
Mon avis pourrait paraître contradictoire, et pourtant les faits sont là : j'ai passé un bon moment avec ce roman, mais ne peux pas non plus l'encenser.

Il se présente sous la forme du journal intime d'un lycéen en dernière année. Carson Phillips vient de remplir son dossier pour une seule université (et on sait combien ce genre de petit jeu peut être dangereux au vu du fonctionnement des fac' américaines). Mais qu'importe, ce jeune homme est tellement sûr de lui que Northwestern va lui répondre avant même le délai habituel de traitement. Parce que c'est lui et qu'il le vaut bien. Son côté arrogant et condescendant est tout de même compensé par la vie qu'il a connue jusqu'ici : des parents qui se disputaient du matin au soir avant de se résoudre (unilatéralement) au divorce, un grand-père décédé, une grand-mère souffrant d'Alzheimer… et la situation a encore empiré, au final, après la séparation. Son père a disparu de la circulation et sa mère se réfugie dans l'alcool et les antidépresseurs. Carson gère le journal de l'école avec des élèves qui préféreraient nettement être ailleurs, et son atelier d'écriture est déserté depuis toujours. Son comportement n'encourageant pas non plus les amitiés, il est isolé sur tous les tableaux. Mais il n'en reste pas moins un battant ; ses rêves et ambitions le poussent à l'excellence et à la persévérance, et on lui doit bien quelques compliments à ce sujet.

Pour que son dossier à Northwestern ait plus de poids, il doit cependant présenter un projet plus pertinent que la gestion d'un journal de lycée. Il opte pour un magazine littéraire qui regroupera les textes de ses petits camarades. Sauf qu'avec son manque total de popularité, cumulé au désintérêt des jeunes pour l'écriture, le projet prend l'eau à peine né dans son esprit. Il n'a donc plus d'autres choix que de faire chanter les mascottes de l'établissement. Même s'il se questionne sur ses résolutions (comme de savoir s'il a le droit de faire ce genre de choses quand bien même ses victimes l'ont toujours détesté et jamais épargné), il garde le cap, envers et contre tout. C'est là que le bât blesse. Il faisait chanter bon nombre de personnes, dont un professeur, ces derniers avaient à mes yeux plusieurs possibilités de le faire céder le premier. Et tant de scandales précisément sur les gens dont il avait besoin ne relèvent plus du hasard ou de la coïncidence.

Le scénario est superficiel, cliché, téléphoné, mais deux éléments m'ont tout de même permis de passer un bon moment avec cette lecture :

— l'humour, à prendre au troisième degré, sarcastique et cynique comme je l'aime. Carson est désabusé et amer alors qu'il n'a même pas encore atteint l'âge adulte, mais on sent que oui, il en a dans le crâne. C'est un garçon qui se cherche encore et qui sent que pour se trouver, il devra quitter sa ville natale et s'éloigner de sa mère toxique... et il ne mâche pas ses mots pour le faire savoir !

— Sa relation avec sa grand-mère, réellement attendrissante. Il est le seul à continuer de lui rendre visite malgré une maladie qui bien souvent l'empêche de reconnaître son petit-fils. Il lui est profondément attaché et va lui raconter sa vie tous les jours pour profiter du temps qu'il leur reste.

J'avoue avoir pouffé à plusieurs reprises face aux réparties de Carson et été tout aussi touchée par sa fidélité envers les gens qu'il aime. Son côté ‘rentre-dedans' est d'ailleurs sûrement une façade pour protéger cette sensibilité. La fin est terriblement ironique : attention à vous si vous êtes allergique à l'humour noir !

Un héros aussi attachant qu'agaçant, un scénario léger - dans sa construction et pour son côté humoristique, mais un humour assez particulier à l'image d'un apprenti Dr House. La trame n'est pas assez complexe, parfois même caricaturale, mais lisez ce roman en gardant l'aspect divertissant et troisième degré bien en tête, et vous devriez passer un bon moment !
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
PerdreUnePlume
  17 novembre 2014
Chris Colfer, c'est Kurt de Glee ! Incroyable hein ? Ce jeune homme sait chanter, danser, jouer, mais sait-il écrire ?

Hé bien la réponse est oui, clairement. Sans être hyper marquant, ce roman est réussi et on passe un bon moment tout en sachant bien qu'on n'en gardera pas un souvenir impérissable.

Sous forme de journal, un lycéen surdoué et un peu trop mature pour son âge rêve de grande école. Il est donc frustré par son lycée de province au niveau plus que moyen et désespéré par le niveau de ses comparses lycéens plus préoccupés par tout un tas d'autres sujets que leur avenir étudiant.
Pour arriver à ses fins il met donc en place un plan assez machiavélique.

Le ton est assez sarcastique, grinçant ou sous forme d'humour noir. Les réflexions du jeune Carson prêtent souvent à sourire.
Au delà de ça, une fois le plan mis en place on s'ennuie un peu et on guette la fin (qui au final nous laissera pantois !).

C'est donc un bilan mitigé, sans être particulièrement remarquable ça se laisse lire et on passe un bon moment même si on finit par se lasser un peu sur le dernier tiers.
Apparemment il y a une adaptation en film où l'auteur joue son personnage principal. Pas sûre que je me donnerai la peine de le voir à moins de tomber dessus par hasard.
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lestribulationsdunelectrice
  30 octobre 2014
Au départ, quand j'ai vu ce livre, je ne connaissais pas du tout l'univers de Glee et il ne m'attirait pas plus que ça. Mais, à force de lire des avis positifs, il m'a de plus en plus tentée et j'ai profité d'un partenariat pour découvrir Struck.
Finalement, je ne regrette pas du tout d'avoir découvert ce roman car il m'a fait passer un excellent moment de détente.

Une fois la première page tournée, j'ai eu beaucoup de mal à le reposer tellement j'ai été happée par l'humour et l'écriture simple, fluide et entrainante de Chris Colfer.
J'ai mis quatre jours à le lire mais c'est vraiment par manque de temps car, si j'avais eu plus de temps à accorder à cet ouvrage, j'aurais pu le lire en une journée.

J'ai énormément apprécié les différentes références comme celles à Harry Potter, à Hunger Games ou encore à Charlie et la chocolaterie que l'on peut retrouver au fil des pages de Struck.

Au niveau des personnages, je me suis directement attachée à Carson, à son arrogance et à son humour noir. J'ai adoré découvrir son histoire à travers son journal intime car ça m'a permis de me sentir encore plus proche de lui.
J'ai également beaucoup apprécié la manière dont il décide de créer son magazine littéraire et la façon très originale qu'il utilise pour trouver des personnes pour l'aider dans la réalisation de cette revue.
D'ailleurs, en parlant de ce magazine littéraire, j'avoue que j'étais bien contente de pouvoir le découvrir un peu avant la fin du roman car je l'ai trouvé très agréable.
La grand-mère de Carson est aussi très attachante et j'ai énormément apprécié la relation qu'elle a avec son petit-fils.
Quant à la mère de Carson, elle ne m'a pas plu du tout, je l'ai trouvée très agaçante.
Les autres protagonistes, même s'ils sont secondaires, apportent tous une petite touche très agréable au roman.

En bref, ce roman rempli d'humour m'a beaucoup faire rire et m'a donné envie de découvrir le monde de Glee que je ne connaissais pas du tout.
Lien : http://lestribulationsdunele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Manon_LS
  26 septembre 2014
Ce livre est une horreur !!! Et pourtant j'aime beaucoup Chris Colfer donc j'y allais avec un bon état d'esprit !
Je le trouve très mal écrit ! Mais je pense que la tradution très médiocre y est pour beaucoup !!! Et l'histoire est finalement assez peu intéressante et très facile !
Enfin, c'est un livre qui se lit et s'oublie vite !
J'hésite à voir le film....ça peut difficilement être pire !
Commenter  J’apprécie          40
Biblio87
  12 juin 2013
Glee est une série télé que j'aime vraiment beaucoup et Chris Colfer, qui y tient un des rôle principal, est un acteur (et chanteur) que je trouve assez impressionnant. C'était donc naturel pour moi de lire le roman que ce jeune artiste nous propose.

Et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu ce livre. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais je ressors de ma lecture convaincue par "Chris Colfer l'auteur".

Si j'ai trouvé pas mal de points communs avec Glee dans un premier temps (entre autres, le personnage de Carson m'a immédiatement fait penser à la narcissique et insupportable Rachel mais heureusement, il s'améliore par la suite), une fiction originale nous est finalement proposée.

L'écriture est mordante, l'auteur ne mâche pas ses mots, quitte à être vulgaire parfois. Il y a également une bonne dose d'humour (auquel je ne m'attendais pas une seconde) qui est plutôt cynique et fataliste mais qui m'a tout de même fait rire plus d'une fois.

La vision que l'auteur donne de la société américaine est dans la même lignée que son humour si ce n'est qu'il faut ajouter à cela les stéréotypes, parfois un peu trop poussés à mon goût.

Quant aux personnages, je ne m'y suis pas particulièrement attachée mais j'ai tout de même éprouvé de la sympathie pour Carson par rapport à certains aspects de sa vie. Notamment, vis-à-vis de sa relation avec sa grand-mère atteinte de la maladie d'Alzheimer. J'aurais d'ailleurs aimé voir cette relation un peu plus développée ainsi que celle avec son père car je les ai trouvées toutes deux un peu trop survolées.

Et paradoxalement à cette vision plutôt noire des adolescents et du système scolaire américains, j'ai trouvé beaucoup de fraîcheur à cette histoire. Certains passages sonnent très justes, un en particulier m'a énormément touchée, plusieurs petites phrases poussent à la réflexion (pour les lecteurs de l'âge de Carson toutefois) et j'ai trouvé les nombreuses références aux succès culturels actuels délicieuses.

Enfin, d'après les avis d'autres personnes ayant lu ce roman, beaucoup trouvent la fin trop abrupte, trop rapide. C'est vrai qu'elle l'est, rapide. Mais je l'ai trouvée parfaite car je pense qu'elle reflète très bien l'ironie de la vie, le masque derrière lequel les gens passent leur temps à se cacher et l'espoir dont il est question tout au long de ce récit.

En quelques mots :

J'ai beaucoup aimé cette lecture. Acteur génial et chanteur à la voix qui vous coupe le souffle, Chris Colfer ajoute une flèche à son arc avec ce roman très bien mené même si certains éléments sont un peu trop survolés à mon goût. Quel talent quand même ! L'adaptation cinématographique sort la semaine prochaine et j'ai vraiment hâte de pouvoir la visionner et de, par la même occasion, découvrir le travail de Chris en tant que réalisateur.
Lien : http://books-all-around.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Katalyn
  15 décembre 2015
J'avais commencé ce livre il y a bien longtemps, à sa sortie en fait. Et puis, une amie a été à l'avant-première de son film (celui-ci même) et je lui avais donné mon livre afin qu'elle tente de me le faire dédicacé. N'ayant plus aucune lecture sous la main pendant plusieurs jours, j'étais passé à un autre roman et quand je l'ai récupéré je l'ai mis de côté afin de le finir plus tard... Ce que je n'ai jamais fait jusqu'à maintenant. J'ai bien sûr repris le livre dès le début car même si j'avais des souvenirs ce n'était pas avec exactitude.

La couverture est simple, Chris Colfer (alias Carson Phillips dans le film) représente le personnage principal et le fond linéaire représente un cahier ce qui coïncide avec le côté journalisme et magasine littéraire. J'aime beaucoup le titre et le crayon cassé qui donne tout son charme à la couverture. Néanmoins, je ne suis pas sûre que sans connaître l'auteur, je me serai arrêté sur ce livre.

Le roman de Chris Colfer avant la saga "Le pays des contes". C'est un roman qui se relie beaucoup au film car il a été écrit à partir de celui-ci (film écrit et réalisé par Chris Colfer). Il s'agit du "journal intime" de Carson, donc si vous avez vu le film, vous pouvez trouver ça un peu redondant car Carson y décrit ses journées, à sa manière. J'ai tout de suite accroché au tempérament cynique du jeune homme qui est un peu aigrit alors qu'il n'a même pas encore quitté le lycée. Pour arriver à ses fins et assurer son avenir, il décide de "prendre sa revanche" sur toutes ces personnes qui se sont payés sa tête pendant des années et utiliser leurs secrets contre eux. J'aime beaucoup le principe de l'histoire imaginée par Chris Colfer, et j'ai complètement adhéré au roman, ça se lit tout seul et très souvent je me retrouvais à sourire devant certaines réflexions en me disant que Carson et moi n'étions pas si différents sur notre façon de voir certaines choses (par exemple la citation que j'ai mise ci-dessus). Il y a juste une petite chose que je trouve dommage qui concerne le magazine littéraire, c'est sympa d'avoir les textes de l'un et l'autre, mais c'est beaucoup trop long à mon goût, j'aurais voulu avoir plus de Carson (par exemple ses réactions en direct) et moins de créations des autres.

J'ai vraiment adoré le personnage de Carson, je me retrouvais très souvent en lui, en ses réflexions. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Malerie qui est en fait le seul qu'on apprend vraiment à connaître, c'est une personne dans son monde qui a tendance à filmer tout ce qui se passe dans sa vie.

J'ai vraiment apprécié cette lecture, et si vous avez besoin d'un moment détente, je vous le conseille ! C'est un bon moment de plaisir et en plus le livre est rapide à lire ! Alors n'hésitez plus et accordez-vous un petit moment avec ce garçon déjà blasé par la vie mais qui malgré tout a déjà compris beaucoup de choses !
Lien : http://elixir-de-livres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marionf
  10 septembre 2016
Je m'étais faite une promesse pour 2016, ne pas acheter de livre (hors études et travail). Ça peut paraître assez radical mais si vous voyiez ceux que j'ai déjà en attente vous comprendriez. Un petit tour sur Babelio m'apprend que j'ai encore 563 livres à lire. Il y en a partout, tant chez mes parents que chez moi, dans les bibliothèques qu'en cartons.
J'ai néanmoins craqué une fois, une seule fois depuis le 1 janvier 2016. En grande fan de GLEE (les premiers saisons j'entends), je ne pouvais pas passer à côté de STRUCK de Chris Colfer.

Carston, 17 ans, est un élève brillant mais peu populaire. Trop prétentieux, imbu de sa personne, il n'hésite pas à dire haut ce que les autres taisent. Enfant unique d'une mère alcoolique démissionnaire et d'un père qu'il n'a vu que deux fois depuis ses 10 ans, il trouve refuge chez sa grand-mère maternelle atteinte d'un Alzheimer avancé.
Le but de Carson est de quitter sa petite ville de Clover pour l'université de ses rêves, Northwestern. Il se voit ensuite devenant le plus jeune journaliste free-lance à être publié par le New York Times, le Los Angeles Times, le Chicago Tribune et le Boston Globe, pour finir dans le siège du rédacteur chef du New Yorker.
Pour mener à bien son projet il doit créer un magazine littéraire alors même qu'il peine à faire vivre le journal du lycée. La seule solution à ses yeux pour rallier ses camarades les plus populaires à son entreprise ? le chantage. Avec l'aide de Malerie, la seule avec qui il partage un semblant d'amitié, et beaucoup de chance, il découvrira les secrets les plus enfouis de ceux qu'il fréquente tous les jours.

Je n'attendais pas grand chose de STRUCK. Je voulais simplement retrouver l'atmosphère de GLEE, un lycée où chaque personnalité est exacerbée et où règne l'injustice. C'est exactement ce que Chris Colfer nous offre ici.
Tout le monde est détestable tout en restant attachant. Je me suis même prise d'affection pour Carson qui est pourtant une véritable peste. Tout en faisant chanter son lycée, en ne se préoccupant que de sa petite personne, il n'en reste pas moins le petit fils qui rend chaque jour visite à une grand-mère qui ne le reconnaît plus.

En seulement 300 pages, difficile de développer un tel récit, si bien qu'en tournant la dernière page des questions subsistent sur l'avenir de Malerie, l'origine des problèmes de Vicky, la situation d'Eduardo, la relation du père avec sa nouvelle épouse, etc.

Loin d'être un chef d'oeuvre, STRUCK nous fait vivre un bon moment remplit de cynisme qui ne se refuse pas.
Lien : https://troisiemesansascense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox