AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782810429004
480 pages
Éditeur : Editions Prisma (09/04/2020)
3.83/5   241 notes
Résumé :
Et si cette petite librairie dans les Highlands écossais était le secret du bonheur et d'une nouvelle vie ? Un feel good book enthousiasmant !

Nina est fière de travailler à la bibliothèque de Birmingham, mais elle se rend compte qu'au lieu de vivre au milieu des livres qu'elle adore, elle passe surtout son temps dans l'arrière-salle à faire de l'informatique. Tout ce qui faisait sa joie a disparu et lui manque terriblement : le contact avec les gens,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 241 notes

iris29
  09 novembre 2020
Alors que des coupes budgétaires frappent toutes les bibliothèques du pays, Nina à Birmingham, n'a pas d'autres choix : s'adapter et renoncer à ce qui fait le sel de son métier , ou partir . N'étant pas gardée (!) , elle choisira la deuxième solution sous la forme d'un van transformé en librairie d'occasion au fin fond d'un village écossais. Et très vite sa petite entreprise ne connaît pas la crise, les gens ont soif de livres. Et très vite aussi, Nina prend goût aux grands espaces, aux paysages, à cette vie moins citadine.
Qu'est ce qui fait qu'on adhère enthousiaste à un roman plutôt qu'à un autre ? Parce que c'est ce qui s'est passé, je crois que c'est mon préféré de Jenny Colgan.... Je l'ai trouvé plus sobre que les autres. C'est un roman feel-good, donc destiné à mettre de bonne humeur, et pour ce faire, ne devant pas aller trop profond, et ici, il est juste sur la crête entre le livre qui soulève des questions et celui un peu superficiel ou tout le monde est gentil et bienveillant. un juste équilibre pour ce style littéraire...
Peut- être que j'ai aimé ce roman parce qu'il parle d'un monde qui change à travers les livres. le métier de bibliothécaire qui doit "évoluer" vers le social, vers l'informatique, vers un jargon technocrate et hypocrite, et au passage , tant pis s'il y a de la casse, des bibliothécaires laissées sur le carreau, des employés malheureux de voir leur métier changer, le côté service à la personne abandonné, et des gens comme Nina qui ne savent pas , qui ne peuvent pas s'adapter. Seuls survivront les forts...
Peut- être aussi que j'ai aimé ce livre parce qu'il parle d'un nouveau départ, d'un changement, d'un déménagement.
Sûrement que j'ai aimé parce qu' à travers les yeux de Nina, la lectrice découvre l' Ecosse, ses fêtes, sa nature , ses aurores boréales... et que ça m'a fait rêver , en plein début d'un deuxième confinement..
J'ai été touchée par le personnage de Marek, venu d'Europe de l'Est pour travailler en Angleterre .
Et puis, il y a les livres...l'arbre à livres... les livres qui menacent de faire s'écrouler la maison habitée par Nina et sa coloc... les livres qui séduisent cette petite communauté écossaise.
Un livre charmant qui parle de livres qui font du bien, de gens qui aiment les livres, et donc qui m'a parlé....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          568
missmolko1
  20 mars 2020
Avec La charmante librairie des jours heureux, j'avais envie d'une lecture légère entre deux thrillers, envie d'un peu de réconfort en cette période difficile et stressante, envie d'amour et de sentiments dégoulinants.
On fait la connaissance de Nina, passionnée de livres, qui un jour décide de réaliser son rêve et d'ouvrir un camion librairie qui irait à la rencontre des lecteurs. C'est une très bonne idée sur le papier mais Nina, c'est un peu un Pierre Richard ambulant et elle va devoir faire face à bien des imprévus.
C'est léger, frais, drôle bref un très bon roman pour se vider la tête. J'ai aimé partir en Écosse et retrouver cette terre sauvage et ses habitants au grand coeur.
Malgré ça, le roman a quelques défauts : le style ou devrais-je dire l'absence de style m'a dérangé. En effet, j'ai souvent eu l'impression que l'auteure écrivait comme elle parlait, comme si elle jetait directement ses pensées sur la feuille sans essayer de tourner ses phrases ou d'y ajouter un peu de style. J'ai lu le roman en anglais, alors j'espère que pour les lecteurs francophones, le ou la traductrice aura ajouté sa petite touche personnelle.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Nina qui est une battante et qui malgré les obstacles, se bat pour son projet. Surinder aussi est drôle et m'a beaucoup fait sourire grâce à sa répartie. Par contre, le personnage de Marek est terriblement cliché. C'est le stéréotype même de l'européen des Balkans et j'aurai aimé un peu plus d'originalité de la part de Jenny Colgan.
Enfin ce roman parlera à tous les amoureux de la lecture et des librairies. J'aurai aimé plus de références à des livres existants et à la littérature mais j'en demande peut-être un peu trop. C'est une bonne lecture mais je pense qu'elle ne me laissera pas un grand souvenir.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
prune42
  27 avril 2021
Nina Redmond, 29 ans, est bibliothécaire à Birmingham. Elle apprend que la médiathèque où elle travaille va être restructurée et que malheureusement, elle va perdre son emploi. Elle repense alors à un de ses vieux rêves : acheter un van et vendre des livres à la campagne. Elle trouve le camion de ses rêves dans un petit village en Ecosse et décide de s'y installer car elle a envie de changer de vie. Elle fait la connaissance de personnages hauts en couleur : Lennox, le propriétaire de l'appartement qu'elle loue et agriculteur, Jim et Marek qui travaillent pour la compagnie des trains de nuit, Ainslee et Ben, frère et soeur passionnés de littérature, et bien d'autres encore. Nina va vivre des aventures cocasses en Ecosse qui vont complètement la transformer, ainsi que le début d'une histoire d'amour. Mais un jour, Lennox lui apprend que son ex-femme désire récupérer la ferme et Nina va devoir déménager...
Je connais Jenny Colgan comme l'auteur de la petite boulangerie du bout du monde et de sa suite que j'avais vraiment beaucoup aimé. Quand j'ai vu que la médiathèque de ma commune avait acquis La charmante librairie des jours heureux et qu'en plus, il s'agissait d'une histoire de livres, je n'ai pas hésité une seconde avant de l'emprunter et j'ai vraiment bien fait car je me suis régalée avec ce roman comme cela faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé ! En effet, depuis quelque temps, mes lectures étaient en demi-teinte et ne m'enthousiasmaient pas réellement.
Là, je me suis vraiment fait plaisir car il y a tout ce que j'aime : le dépaysement dans un pays que je ne connais pas mais aux traditions bien ancrées et originales, des personnages hauts en couleur, bien décrits et qu'on imagine facilement, un personnage principal qui est particulièrement attachante et drôle, une histoire de livres (pour la bibliophile que je suis, que demander de mieux ?), une romance inattendue, un air de campagne qui fait du bien...
J'ai (sou)ri à plusieurs reprises car l'histoire est légère et change vraiment les idées, c'était l'idéal en cette période compliquée dont on ne voit pas le bout.
L'écriture de Jenny Colgan est facile à lire et agréable, les pages se tournent sans qu'on s'en rende compte et ce roman se dévore en quelques jours.
Bref, j'ai vraiment beaucoup aimé ce road trip en Ecosse dans le van de Nina et je conseille cette lecture à toutes les personnes qui comme moi, aiment les histoires de livres, dépaysantes et qui ont envie de se changer les idées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
djdri25
  31 août 2020
Nina, 29 ans, travaille dans une bibliothèque de Birmingham, elle apprend qu'elle va être licenciée, les restrictions budgétaires ne permettent pas de garder tout le personnel. C'est lors d'une formation qu'elle va former le projet risqué mais enthousiasmant d'ouvrir une librairie itinérante. Elle va pour cela, choisir de s'installer dans un petit village écossais. Nous avons droit à de belles descriptions de ce pays qui donnent des envies de voyage et quelques passages hilarants de Nina confrontée à la manipulation du gros van qui va lui servir de librairie.
Dans ses romans, Jenny Colgan est une spécialiste de la reconversion professionnelle du bonheur, les personnages prenant des risques professionnels pour exercer avec passion et talent le métier qu'ils aiment (voir « La petite Boulangerie du bout du monde » et ses autres livres) et s'en sortent à merveille, s'il vous plaît !
Certains événements sont un peu tirés par les cheveux bien sûr, un peu comme tous les romans ressemblant à des contes de fées où l'imaginaire prédomine. Comme lorsque par hasard, le besoin d'une librairie ou d'une bibliothèque émerge dans le village écossais pour créer de la vie, du lien social, alors que Nina est en train de s'interroger sur son avenir de bibliothécaire à Édimbourg et la pertinence de son projet de fonder une librairie itinérante dans la petite bourgade en Écosse. Mais cela fait tellement de bien.
Les romans de Jenny Colgan sont des enchanteurs, ils font tout simplement rêver comme les contes de notre enfance. Ils s'intercalent bien, pourvu que le sujet plaise, entre des lectures plus exigeantes.
En plus de faire rêver, le roman n'est pas dénué d'humour, par exemple, lors de l'épisode de l'essai du van, le propriétaire ne veut pas le lui vendre car c'est une femme « une fumelle » selon son expression, par ailleurs, deux villageois piliers du bar sont comparés aux personnages du Muppets show, ils ne cessent de pouffer dans cette scène où sont confrontés Nina et le propriétaire du van réticent et méprisant. Toutefois, Les" Voui" et les "Nan" de la traductrice sont agaçants et mièvres.
On note au passage, un clin d'oeil à - La petite boulangerie du bout du monde -, le van qu'elle achète a un passé de boulangerie comme dans le roman cité. J'avais beaucoup aimé ce roman de l'auteure également.
Je recommande ce livre à ceux et celles qui ont besoin de féerie en ces temps de pandémie. de plus que l'édition grand format est belle, le livre est parcouru de petites illustrations en début de chapitre qui me rappellent les romans jeunesse de mon enfance, tels ceux d'Enid Blyton que Jenny Colgan cite souvent dans le roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Casya
  04 mai 2021
Ah ? Un titre de livre contenant les doux mots « charmante », « librairie » et « jours heureux » ? Après 3 dernières lectures quelque peu difficiles à digérer, il n'en fallait pas plus pour que je sois tentée par ce roman !
Après un Message aux lecteurs ludique et sympathique, Jenny Colgan nous propose de découvrir l'histoire de Nina. Jeune femme de 29 ans, bibliothécaire passionnée, timide maladive, solitaire hypersensible, peu sûre d'elle (c'est un euphémisme !), s'excusant presque de s'excuser d'être là, romantique invétérée.
Ce qui la fait vibrer ? Les livres, évidemment : sa bulle d'oxygène, son îlot de liberté, son moyen de s'évader, de partager, de rêver, de vivre 1000 vies extraordinaires. Oui mais … Passant tout son temps libre à dévorer des histoires romanesques, elle fantasme la réalité. Et la vie, la vraie, lui passe complètement sous le nez.
Mais cette dernière n'a pas dit son dernier mot et va se charger de remédier au problème, de manière un peu radicale, il faut bien l'avouer : la petite bibliothèque de quartier dans laquelle travaille Nina ferme (coupe budgétaire oblige). Au profit d'une grande médiathèque high-tech totalement impersonnelle où les contacts avec les lecteurs seront réduits au strict minimum.
Deux postes à pourvoir pour une petite cinquantaine de candidatures. Les autres bibliothécaires seront gentiment remerciés, avec une prime de licenciement en poche.
Nina ne décroche pas le job (qui par ailleurs ne la faisait franchement pas rêver). Elle se retrouve sans travail, fauchée et complètement abasourdie.
La situation est critique, il faut agir, et vite. Mais que faire lorsque l'on n'a aucun projet, aucune perspective d'avenir ? Et bien Nina décide, sur un coup de tête un peu fou et une spontanéité qui ne lui ressemble guère, de réaliser son rêve : ouvrir sa propre librairie. Oui, mais par n'importe laquelle : une librairie mobile qui ira directement à la rencontre des lecteurs.
J'ai beaucoup aimé ce roman : j'y ai trouvé une histoire charmante, touchante, facétieuse, légère et agréablement rythmée. le livre est joyeux, évidemment : il permet de s'évader et de passer un excellent moment de détente. Sans toutefois tomber dans le piège du feel good grotesque et indigeste, dégoulinant de bons sentiments.
J'ai ressenti un réel plaisir à suivre l'évolution de Nina : ce personnage introverti et complètement déconnecté de la réalité se transforme en une jeune femme pétillante, malicieuse qui, enfin, s'ouvre aux autres et grandit à leur côté.
Elle s'enhardit, apprend à gérer les situations périlleuses, elle s'initie aux interactions sociales. Elle découvre le monde, non plus à travers les livres, mais en s'y confrontant, avec curiosité et soif de vivre.
Et, surprise, en filigrane sous cette gaité bienvenue e et réconfortante, l'auteure nous invite à réfléchir à certaines choses plus sérieuses : par exemple, avoir le courage de quitter une sécurité, certes confortable mais insatisfaisante, pour enfin expérimenter ce qui nous fait vibrer.
Enfin, comment ne craquer pour ce décor enchanteur si bien décrit par Jenny Colgan ? L'Ecosse et ses magnifiques paysages, ses aurores boréales, ses journées qui n'en finissent pas, ses cieux limpides et constellés d'étoiles, ses odeurs enivrantes, ses fêtes populaires et ses spécialités culinaires qui donnent juste envie de faire sa valise au plus vite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
laurie4104laurie4104   20 juillet 2021
Si on pensait à tous les petits riensqui nous écartent de notre chemin-parfois en bien, parfois en mal -, on ne ferait plus jamais rien.
Commenter  J’apprécie          10
iris29iris29   09 novembre 2020
Je dois pointer tous les matins à sept heures pour me mettre à éplucher toute la paperasse des ressources humaines, puis je dois me rendre à des réunions locales sur l'accès au développement , puis revenir pour réparer tous les ordinateurs qui sont tombés en panne, parce qu'ils tombent en panne tous les jours, et puis je dois montrer à des personnes de quatre-vingt-dix ans comment s'en servir, parce qu'ils ont fermé toutes les banques en milieu rural et qu'elles ne peuvent plus faire leurs opérations. C'est comme si toute une génération avait été jetée dans un monde qu'elle ne comprend pas et où rien n'a de sens pour elle, et qu'on leur avait simplement dit " pas de chance, apprenez à taper à l'ordinateur ou vous pouvez mourir de faim ".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   09 novembre 2020
- Eh bien, c'était le paradis comparé à aujourd'hui. C'était charmant. Les gens venaient pour partager des histoires, des livres ou des choses qu'ils aimaient. Maintenant, ils viennent parce qu'ils sont désespérés. Ils sont coupés du monde parce qu'ils n'ont pas Internet ou que leurs allocations leur ont été sucrées et qu'ils n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Et il n'y a plus personne pour s'en soucier, parce qu'ils font des coupes budgétaires, encore et encore. Je suis bibliothécaire, et maintenant je me retrouve informaticien, doublé d'un psychologue, d'un conseiller en dépendance et d'un travailleur social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   09 novembre 2020
Avec le temps, Nina avait fini par comprendre : comme ils étaient si éloignés des attractions des grandes villes, et comme le temps était le plus souvent contre eux, ils devaient compter les uns sur les autres pendant les longues soirées d'hiver et les jours difficiles. C'était une vraie communauté, pas une simple rangée de maisons mitoyennes remplies de gens qui se trouvaient être voisins. Cela faisait toute la différence, et elle ne l'avait pas réalisé avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
missmolko1missmolko1   19 mars 2020
''I heard the women in the village are all a-flutter about you coming. It's just me that thinks it's a stupid idea.''
''Do you think reading is only for girl, then?'' said Nina, still cross. ''You know, women find men who read really frightfully attractive.''
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Jenny Colgan (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jenny Colgan
Gérard part en live #5
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La petite boulangerie du bout du monde - Jenny Colgan

Le personnage principal s'appelle...

Neil
Polly
Reuben
Gillian

20 questions
80 lecteurs ont répondu
Thème : La petite boulangerie du bout du monde de Jenny ColganCréer un quiz sur ce livre