AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782020977760
276 pages
Seuil (16/04/2009)
4.1/5   78 notes
Résumé :


Isaac Mendelson est un horloger d’Odessa. Marié à Batsheva, ils ont deux enfants, David (né en 1895) et Lena (née en 1899).

La vie est paisible pour eux jusqu’à ce qu’en 1905, la mutinerie du Potemkine puis le pogrom contre les Juifs les contraignent à s’enfuir en Autriche.

Accusé de terrorisme, Isaac n’a d’autres recours que de rejoindre, à Vienne, Siegmund Salzmann, un ami (auteur de Bambi quelques années plus tard.)... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 78 notes
5
11 avis
4
11 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

IreneAdler
  11 septembre 2013
Fuir. Sa ville natale pour cause de pogrom. Fuir encore. La guerre et la montée de l'antisémitisme. Se faire une place. New-York ou la Californie ? Rencontrer de futurs grands noms. Se marier, aimer. Quitter encore.
Débutant à Odessa, se terminant à New-York en passant par la Californie, voilà les tribulations des fondateurs de la lignée Mendelson. David, le fils aîné se cherche, fait des expériences ; Léah, la cadette, est plus posée mais pas moins décidée. Après bien des épreuves, ils n'aspirent qu'au calme. Croient-ils...Ils seront toujours aux prises avec L Histoire et les drames familiaux.
Fabrice Colin construit son intrigue à partir de journaux intimes, photos, interviews. Il cherche des témoins, tout le matériau qui peut lui servir à connaître cette famille hors norme. le tout servi par son écriture que l'on suivrait par tout tout le temps !
Commenter  J’apprécie          110
paikanne
  04 octobre 2010
Présentation de l'éditeur : le destin d'une lignée juive tout au long du XXe siècle.
Une chronique familiale échevelée avec son cortège de passions, de secrets, de déchirures et de rencontres...
1895-1929. D'Odessa à Hollywood en passant par Vienne et New York, les premiers troubles du XXe siècle contraignent la famille Mendelson à l'exil.
Isaac Mendelson est horloger. Avec sa femme Batsheva et ses deux enfants David et Leah, il mène une existence paisible à Odessa. Mais en 1905 éclate la mutinerie du Potemkine, bientôt suivie d'un terrible pogrom. Isaac et les siens n'échappent que de justesse à la mort. Dès lors, ils n'ont d'autres recours que de prendre la route pour rejoindre Vienne...
À travers les témoignages, les journaux intimes et les photos retrouvés dans les archives des Mendelson, Fabrice Colin raconte le destin d'une famille exceptionnelle.
Mon avis : hé bien, voici encore un récit de Fabrice Colin dont je devrai "irrésistiblement" lire la suite. Une histoire aux antipodes des Étranges soeurs Wilcox (dont j'attends avec impatience la suite et que je vais relire puisque proposé à mes élèves comme lecture d'octobre) ; une histoire dans l'Histoire, à moins que ce ne soit l'inverse ?
Nous y découvrons le destin de la famille Mendelson, d'abord en suivant principalement le "patriarche", Isaac, celui qui oeuvre dans le respect de sa religion pour que sa famille soit heureuse. Mais l'Histoire est d'ores et déjà en route et les lendemains finissent bien vite par ne plus chanter. Alors que Batsheva, vive et pétillante, s'étiole petit à petit au fil des épreuves, Isaac puise sa force dans la Torah.
L'exil commence car les Juifs sont d'abord insidieusement, ensuite ouvertement persécutés et la famille est contrainte de quitter Odessa. Direction Vienne au terme d'une route longue, pénible, glaciale au cours de laquelle Batsheva laisse un peu de sa raison et les enfants, ce qu'il leur restait d'insouciance.
« J'ignore quelle altitude nous avons atteinte. Mon frère et moi étions enroulés dans des couvertures de laine, par-dessus nos manteaux. le pire, c'était la nuit. Parfois, nous trouvions une vieille ferme, un refuge. Parfois, il n'y avait rien et nous dormions à la belle étoile, serrés les uns contre les autres. Mon père creusait des fossés dans la neige et y jetait des branches et des feuilles mortes pour que les chevaux puissent s'y installer. C'était dérisoire.
Je me rappelle les crépuscules venteux. Les craquements suspects. J'étais blottie contre mon frère, et mes rêves s'emplissaient de souvenirs joyeux et colorés, des souvenirs d'Odessa, de mes amis du jardin municipal ou de la plage. Quand je me réveillais, c'était le froid, toujours plus vif, et des cris d'animaux dans la nuit, des loups sans doute. Mon père dormait avec sa carabine entre les jambes. »
La famille devra recommencer à zéro ; les enfants grandissent mais les jours sombres se profilent de nouveau à l'horizon et il est dit que les Mendelson n'en ont pas fini avec les pérégrinations…
La narration est pour le moins originale puisque le récit est raconté à partir de documents les plus divers (interviews, lettres, dessins, extraits de journal intime…) censés avoir été recueillis auprès de la famille par "Fabrice" qui a décidé de raconter leur histoire ; c'est quelque peu déconcertant au début mais on s'y fait bien vite.
Parmi les personnages, celui de David m'a le plus touchée, peut-être en raison du fait qu'il se cherche tout en essayant de se faire une place aux côtés d'un père imposant ; peut-être aussi, par la suite, à cause de ses déboires (le mot est faible) conjugaux…
Ce titre s'inscrira donc sur la liste des propositions éventuelles de lecture pour mes élèves.
Il ne me reste plus qu'à me procurer le tome 2 : Les Insoumis.
NB : Fabrice Colin me paraît avoir la grande qualité d'être capable d'écrire des récits de genres tout à fait différents sans que l'on y retrouve "la patte de… ", tout comme un autre auteur "jeunesse" que j'aime beaucoup : Jean Molla. le prochain roman de F. Colin qui dort sur ma PAL : La Malédiction d'Old Haven (merci Lalou)... sauf si je me procure très vite Les Insoumis...
Lien : http://paikanne.skynetblogs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dibou
  22 mai 2010
La saga Mendelson démarre à Odessa avec Batsheva et Isaac Mendelson. Au printemps 1895, Batsheva donne naissance à David, puis en Février 1899 c'est au tour de la petite Léah de voir le jour. Les Mendelson de confession religieuse juive vivent des jours paisibles, le père Isaac est un horloger réputé et ses activités assurent des revenus confortables pour faire vivre sa petite famille.Mais les pogroms du début du Xxe siècle les obligent à s'enfuir précipitemment pour échapper à la violence exercée sur les juifs. Après un voyage difficile ils se réfugient à Vienne et se reconstruisent de nouveau une vie confortable. Mais la première guerre mondiale éclate, David ne pouvant se résoudre à combattre déserte son poste et s'exil à New York. Isaac décède peu de temps après, Leah et Batsheva vont donc rejoindre David aux Etats Unis. Et c'est reparti pour de nouvelles aventures, David « prend la place de son père » et veille sur sa soeur et sa mère. Rêvant d'écrire des scénarios pour le cinéma, il trouve un emploi et déménage en Californie. La famille Mendelson participe ainsi à la naissance du cinéma sur les collines d'Hollywood. le deuxième volume retrace les années 1930-1965. Dans ce deuxième tome on découvre que David devient journaliste et retourne à New York, Leah et Betsheva restent à Hollywood. Mariés, devenus parents, la vie continuent avec son lots de bonnes ou mauvaises surprises.
La saga Mendelson est une histoire vraie, cette saga d'une famille au destin hors du commun est passionnante et c'est avec plaisir que l'on suit leurs aventures. Fabrice Colin a travaillé comme un journaliste, ami proche d'un membre de la famille, il a interrogé chacun des personnages toujours en vie et a écrit cette trilogie à partir des témoignages ainsi recueillis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ziliz
  14 juin 2011
L'auteur prétend avoir réuni (c'est en fait une fiction) les archives et recueilli les témoignages de quelques membres d'une famille juive pour dessiner la "saga Mendelson" entre 1895 et 2000.
Dans ce premier opus, nous suivons Isaac Mendelson - horloger talentueux et reconnu - sa femme et leurs deux enfants David et Leah. Ils vivent d'abord en Russie, à Odessa. Les pogroms les contraignent rapidement à fuir, et après un interminable voyage à travers les montagnes où ils braveront le froid, la faim, les loups, ils parviendront enfin à Vienne. Ils ne s'arrêteront pas là pour échapper à l'antisémitisme ambiant et déjà terriblement menaçant...
La richesse et la diversité des documents présentés (extraits de journaux intimes, photos, interviews...) rendent cette saga passionnante et très agréable à lire. le rappel des contextes économiques et politiques, les anecdotes autour de quelques personnages célèbres (Hitler, Egon Schiele, etc.) ajoutent un intérêt historique à la découverte de cette famille attachante, au destin hors du commun.
Il s'agit d'une série pour adolescents. Vu les connaissances historiques requises - même si elles sont bien rappelées - je ne conseillerais pas cette trilogie avant quinze ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore
  17 avril 2021
Fabrice Colin a décidé de consacrer une trilogie a la famille Mendelson avec qui il s'est lié d'amitié. Dans ce premier tome, nous suivons Isaac, Batsheva et leurs deux enfants, David et Leah, de la fin du XIXe siècle jusqu'à l'année 1929.
Cette biographie romancée est plutôt prenante. Les personnages sont témoins de moments clés de l'Histoire. Ils rencontrent des personnages marquant et leurs vies sont bien mouvementées.
L'écriture de Fabrice Colin est fluide. Il alterne les parties rédigées et les interviews avec Leah, seule survivante de cette période. C'est une lecture intéressante de par les différents contextes historiques qui défilent au fil des pages.
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°131 - septembre 2009 - Isaac Mendelson est horloger. Avec sa femme Batsheva et ses deux enfants David et Leah, ils mènent une existence paisible à Odessa. Mais en 1905 éclate la mutinerie du Potemkine, bientôt suivie d'un terrible pogrom. Isaac et les siens n'échappent que de justesse à la mort. Dès lors, ils n'ont d'autre recours que de prendre la route pour rejoindre Vienne... Fabrice Colin, « ami » de la famille Mendelson, nous raconte l'histoire incroyable de celleci, d'Odessa à Los Angeles. Il présente son récit sous la forme d'un docufiction et puise dans les archives des Mendelson (journal intime, coupures de journaux, photographies, etc.) pour immerger le lecteur dans le récit. Il insère également des entretiens avec les membres de la famille pour apporter encore plus de crédibilité à son propos.
Cette biographie est une page d'Histoire car cette famille traverse le XXe siècle et participe à tous les grands événements de cette époque, comme le pogrom d'Odessa, la Première Guerre mondiale, les débuts du cinéma à Hollywood... Elle rencontre des grands personnages comme un certain Adolf Hitler, ami du fils David, des artistes, tel Egon Schiele ou les fondateurs des grands studios de cinéma comme Louis B. Mayer. La seule limite est l'aspect parfois didactique de l'ouvrage, l'auteur voulant donner une multitude de détails et être au plus près du contexte historique. À lire pour le plaisir de lecture et en étant sûr d'applaudir inévitablement au talent de l'auteur, que l'on n'attendait pas dans le genre du roman historique... Sébastien Féranec
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Fanvin54Fanvin54   25 septembre 2014
Il serait difficile de dire quand,exactement, débute notre saga. Une famille ne naît pas : elle croît, s’épanouit et se prolonge, tandis que ses racines disparaissent dans les méandres du temps. S’il fallait ne choisir qu’un jour, cependant, ce serait ce matin de printemps 1895.
Commenter  J’apprécie          50
chardonettechardonette   10 décembre 2010
Mon mari était alcoolique, la femme de mon frère avait le feu au corps, aucun de nos choix professionnels ne nous satisfaisait. Mais nous ne sommes pas venus au mon pour être heureux. Nous sommes venus au monde pour vivre et c'est ce que nous avons fait, et c'est ce que je m'acharne à faire encore aujourd'hui, farshtaist? (compris).
Commenter  J’apprécie          20
chardonettechardonette   10 décembre 2010
Ai rejoint Adolf à la terrasse du Café Prückel pour lui annoncer la nouvelle avec tous les ménagements possibles, connaissant ses opinions sur l'Académie. Il a simplement cligné les yeux. "Ton père a ses entrées?" Je n'en croyais pas mes oreilles.
Commenter  J’apprécie          30
chardonettechardonette   10 décembre 2010
Seulement, plus de films, vous m'entendez? Vous n'êtes pas fait pour inventer des histoires. Vous êtes fait pour l'Histoire avec un grand H. Alors remuez-vous, nom d'un chien. Et quittez mon bureau avant que je ne change d'avis.
Commenter  J’apprécie          20
fredger17fredger17   22 février 2017
L'auteur est un ami des arrières petits-enfants d’Isaac Mendelson. Il a décidé d’écrire la vie rocambolesque de cette famille à partir du journal de David (le fils), de cartes postales et autres documents d’archives conservés dans une vieille malle et également à l’aide d'interviews notamment celle de Leah (la fille), presque centenaire. Ce récit est riche tant au niveau historique que culturel et religieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Fabrice Colin (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrice Colin
Payot - Marque Page - Fabrice Colin - La bonne aventure
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

quiz autour du livre "Projet oxatan" de Fabrice Colin

Qui est l'auteur de ce livre ?

Fabrice Colin
Arthur Tenor
Jean-Paul Nozière

10 questions
177 lecteurs ont répondu
Thème : Projet oXatan de Fabrice ColinCréer un quiz sur ce livre