AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B06XFTS399
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Maxime Lemoine vit à la campagne avec sa grand-mère.
Son père est un escroc en fuite ; sa mère mène une vie dissipée à Paris. De temps en temps , quand sa grand-mère est sur le point de " prendre une décision" , c'est à dire de le contraindre à " trouver sa voie ", il accepte un petit travail local .
Il ne peut vivre qu'en solitaire et il n'est heureux qu'en communion avec la nature. : bêtes , plantes, pierres . Mais il ne connaît la paix totale que pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cardabelle
  15 janvier 2018
Tout d'abord, honneur à Monsieur Jaenada car j'ai quitté l'univers de "La Serpe" avec ce livre sous le bras ; picorer une once de sa culture est toujours bien tentant !
C'est la curiosité qui a motivé mon désir d'aborder l'auteur de "Les Jeux Sauvages " , prix Goncourt 1950 ( oublié et contesté *).
J'ai choisi son second (et dernier roman ) car il me semblait hors normes, ludique et déjanté .
Et là, je n'ai pas été déçue !
Je passe sur le résumé car encore une fois ,la quatrième de couverture dévoile plus que largement l'intrigue et on va dire que la lecture se déroule sans surprises, tout est dit !
Mais , très vite , on est emporté dans une sorte de cavalcade au rythme effréné où foisonnent péripéties, pensées profondes, situations burlesques et sarcasmes.

Alors, voilà : il s'agit d'une sorte de fable divisée en quatre chants , écrite dans un style rabelaisien , foisonnant , provocateur, iconoclaste .
Un traité sur la liberté et le bonheur aux couleurs anarchistes, à l'aspect antisocial pour mieux glorifier une quête d'absolu , un rêve puriste .
Maxime, le héros croit qu'il est possible de prétendre au bonheur sur terre en renouant avec la vie sauvage ,la plus naturelle qui soit ,en se rapprochant le plus possible de la vie animale .
Une utopie qui abolit les barrières sociales , qui réunit les espèces du vivant pour permettre une existence autarcique en excluant totalement le travail .
Le cadre est tout trouvé en la propriété d'une comtesse dévolue à la cause , bousculant de facto les théories sur la possession et il fallait bien un moyen pour vivre isolés de la société conventionnelle ! ( soit... je pinaille )
C'est un livre étonnant , un texte souvent poétique emporté par de grandes envolées lyriques qui alternent entre situations cocasses , pensées philosophiques et humanistes , satire sociale et désespérance . Plus d'une fois, j'y ai vu l'ombre de Boris Vian .
Mais, en revanche, j'ai été désagréablement surprise par le sort fait aux femmes : un monde meilleur fait d'égalité , de renoncement au pouvoir, aux richesses, un monde d'amour , ce monde là réserverait à la femme le rôle de génitrice et d'amante décérébrée , des femelles bien grasses ! Plusieurs fois un parallèle avec les vaches se voulant humoristique m'a cependant paru bien maladroit et violent tant il était insistant .
Alors, je dirais que cet ouvrage est une curiosité à replacer sans doute dans son époque . J'y ai vu , malgré tout comme un regret de l'émancipation de la femme avec le thème éternel de "la maman et la putain" ...pour le rêve, on repassera !
Cependant en matière d'écologie , l'auteur apparaît plutôt comme un visionnaire ; il met en garde contre la maltraitance de la terre , de la faune , de l'écosystème .
Des préoccupations bien actuelles nées il y a déjà soixante ans ...
C'est aussi un pamphlet , un plaidoyer contre la religion , la colonisation et l'anéantissement des valeurs propres aux peuples premiers .
Un traité sur la liberté , dénonçant les méfaits de la civilisation qui peu à peu vole les grands espaces .
C'est une quête d'absolu .
C'est un poème empreint de rêve et de sensibilité mais aussi de révolte et de violence animale .
C'est un cri de désespoir.
Un livre étrange qui me restera en mémoire.

* c.f. "Le Monde des Livres"
article de Pierre Assouline du 28 Août 2008 .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cardabellecardabelle   14 janvier 2018
Je n'ai jamais eu de mère , moi .
Mais, ce n'est pas là une chose très originale , car je crois que personne n'en à jamais eu. Les mères , ça n'existe pas...ou alors, c'est rare .
[...] S'il ne s'agrippe à la mamelle, il la perdra vite sa mère, le gosse.
[...] Quand est-ce qu'on va lui foutre la paix et le laisser retrouver sa mère ? Sa mère, quoi !
Celle dont il se souvient comme dans un rêve, cette mère de silence, de sécurité chaude et intérieure .
[...] Parmi tout l'attirail de sentiments et d'accessoires qu'on lui propose, il n'y a rien qui ressemble à ça.
Ah, oui, des mères familiales, morales, religieuses, patriotiques, il y en a !
Mais, une bonne mère animale avec de la chair qu'on boit...Tintin !
[...] Et quand il chiale , même avant de savoir parler, il dit : "Je veux ma mère ... Rendez-la-moi , ma mère ! Rendez-la-moi ou je fais un malheur !
Et c'est quand il est plus grand qu'il le fait le malheur.

pages 72 ,73

*1959
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Paul Colin (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14207 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre