AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Emmanuelle Collas (Autre)
EAN : 9782843379963
224 pages
Éditeur : Anne Carrière (23/10/2020)
3.36/5   14 notes
Résumé :
Quand Myrto et Alexandre se retrouvent, après plusieurs années, la passion est intacte. Disponibles tous les deux, ils vont enfin pouvoir vivre leur histoire. Mais Alexandre a la fâcheuse habitude de disparaître d’un instant à l’autre sans laisser de traces.
Qui est-il vraiment ? Un homme d’affaires qui parcourt le monde, comme il le prétend ? Un mythomane ? Un homme voyageur ?
Un mari qui s’offre une parenthèse dans une vie de couple devenue monotone ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  21 décembre 2020
Ulysse des temps modernes
Pour son premier roman, Emmanuelle Collas a imaginé une histoire d'amour contrariée entre une éditrice et un membre des forces spéciales. Et enrichit notre réflexion sur l'Orient, l'islamisme et le terrorisme.
Emmanuelle Collas nous prévient d'emblée: «ce roman est sa propre fiction». Aussi tous ceux qui imagineront voir derrière Myrto un portrait en creux de l'éditrice se lançant dans le roman devront se contenter de cet avertissement. Et après tout qu'importe de savoir ce qui tient de l'autobiographie et ce qui tient de la fiction, on y croit d'emblée.
Myrto et Alexandre se sont connus sur un chantier de fouilles archéologiques, partageant bien davantage que leur passion pour l'Histoire et les civilisations antiques. Mais comme bien des amours de jeunesse, leur idylle n'aura qu'un temps. Myrto partira pour Paris où elle complètera sa formation et partagera sa vie entre la maison d'édition littéraire qu'elle a créée et les cours qu'elle dispense à l'université. Quant à Alexandre, il a tout simplement disparu des radars, laissant très épisodiquement un message sur son compte Facebook.
Quand, après plus de dix ans, il appelle Myrto pour lui proposer de la revoir, la surprise est de taille. Tout comme le plaisir qu'ils ont à se retrouver et à constater combien leurs corps continuent à s'attirer.
Désormais Lou, la fille de Myrto qui vit sous son toit et Eden, leur chien vont devoir faire une place à Alexandre, même si ses séjours sont très éphémères.
Marié deux fois et divorcé deux fois, il reste en effet assez secret, affirmant que ses activités dans l'import-export l'obligent à de fréquents voyages. Une couverture qu'il ne résistera pourtant pas longtemps face à l'incrédulité de Lou et Myrto. Il va être obligé de tomber le masque et avouer qu'il est membre des forces spéciales et qu'il intervient sur à peu près tous les points chauds de la planète: Afghanistan, Turquie, Syrie…
Les missions se succèdent et l'attente devient de plus en plus insupportable pour Myrto qui doit se contenter des courts séjours et des escapades toujours trop brèves avec son homme. Si on peut à juste raison se demander si leur relation n'est pas plus intense parce qu'elle est éphémère, il faut aussi constater que l'actualité est de plus en plus anxiogène, les attentats venant recouvrir la France d'un voile noir.
En imaginant ce couple, Emmanuelle Collas a trouvé une façon très intelligente de nous faire (re)découvrir ces civilisations, de montrer combien les injonctions des islamistes sont totalement éloignées de la culture et des traditions de l'Orient. Mais aussi combien sont fragiles nos défenses face à la barbarie. À l'image de la maison d'édition de Myrto, passeuse d'histoires et de savoir, qui est mise en liquidation judiciaire, le roman nous rappelle quelle énergie il faut déployer pour ne pas laisser l'obscurantisme tout balayer. Un roman fort, ancré dans le réel. Et la découverte d'une romancière qui devrait faire reparler d'elle!

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
ludi33
  29 octobre 2020
Myrto aime Alexandre, un amour de jeunesse qu'elle retrouve après des années. Mais Alexandre disparait sans prévenir, du jour au lendemain. Alors Myrto passe son temps à l'attendre.
Au-delà de l'histoire d'amour que l'intrigue nous dévoile, ce roman est surtout l'histoire d'une Pénélope moderne, qui attend le retour de ce héros, sans rien savoir ni où il est, ni quand il revient, et surtout s'il va revenir. A l'heure des réseau sociaux, Alexandre semble disparaitre de la surface de la Terre. L'intrigue n'a rien de palpitant. Comme Myrto, on attend un retour hypothétique, on tourne un peu en rond. D'autant qu'on ne sait rien, ou pas grand chose d'Alexandre et que rien ne nous est dévoilé sur le personnage. Bref, si l'histoire d'amour est belle et pleine de délicatesse, l'ennui point un peu le bout de son nez dans ce roman.
Merci aux éditions Anne Carrière et à Netgalley pour cette lecture pleine d'élégance.
Commenter  J’apprécie          200
cecille
  06 novembre 2020
Ils se sont aimés puis à force d'absence ce sont perdus de vue. Grâce à l'internet les réseaux sociaux, Myrto retrouve Alexandre.
" Rencontrés très tôt, nous nous sommes aimés avec passion, puis nos vies ont emprunté des chemins de traverse sans pour autant nous quitter vraiment. "
Myrto a fondé une maison d'édition littéraire après avoir délaissé petit à petit la recherche sur l'histoire ottomane. C'est une grande passionnée de l'Orient comme Alexandre. Lui agit autrement dans ces décors qui les fascinent tant l'un que l'autre. Que fait-il au juste ? Myrto souffre de ces absences et ces non-dits. Alexandre est au secret, il ne peut dévoiler où il est et ce qu'il fait. Alors Myrto attend, attend toujours le retour, des nouvelles.
C'est l'histoire d'un amour, un grand amour, c'est l'histoire d'une attente, dont l'auteure nous décrit les angoisses, les interrogations, les souffrances. C'est l'histoire de la joie d'être en présence l'un à l'autre quand tout semble perdu !
J'ai eu le sentiment de vivre cette attente, mais une autre attente, l'attente, en tant que lectrice qu'il se passe quelque chose. C'est peut être à tord....pourquoi ne pas se satisfaire d'un contenu déjà bien écrit ? L'habitude d'être surpris dans une narration .... oui peut être !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
sylvaine
  26 novembre 2020
Sous couvertureEmmanuelle Collas le collectif Anne Carrière.
Roman intimiste et universel , sous couverture est à la fois l'histoire de l'amour inconditionnel de Myrto et d'Alexandre, un amour marqué par l'attente et l'histoire d'un «  soldat anonyme d'une guerre qui ne dit pas son nom ». ainsi que l'exprime Emmanuelle Collas dans ses remerciements.
Un roman où l'attente, le silence, les retrouvailles égrainent le temps de Myrto. Un roman où le conflit au Moyen-Orient est là omniprésent en toile de fond. ..
Un texte où le lecteur doit faire preuve lui aussi de patience et attendre, mais attendre est-ce une fin en soi? L'écriture d'Emmanuelle Collas se prête à ce rythme, à ces non-dits. Myrto se tait digne, silencieuse, stoïque seuls ses déboires professionnels semblent la pousser à bout mais son amour est plus fort que tout.
Ce roman inclassable et intemporel mérite le détour.
Merci au collectif Anne Carrière pour ce partage
#Souscouverture #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          110
joellebooks
  15 décembre 2020
Ce roman est raconté par Myrto, le double de l'auteure. Elle est éditrice, traductrice, professeure à l'université. Elle donne des conférences à l'étranger. Elle a été archéologue dans une autre vie et a voyagé souvent en Orient.
On entre dans la vie de Myrto par un événement inattendu. Elle vient de retrouver son premier amour, Alexandre. Elle l'avait rencontré un été alors qu'elle passait ses vacances au bord de la mer avec des amis. Jusqu'à présent, cela aura toujours été un rendez-vous manqué. Alexandre réapparaît toujours à l'improviste, de manière impromptue dans sa vie. Ce n'est jamais le bon moment. L'un part, l'autre n'est pas libre, ainsi va la vie. Mais aujourd'hui tout est différent. Ils sont libres tous les deux et peut-être enfin prêts à vivre cette histoire d'amour.
Le lecteur entre ainsi dans l'intimité de Myrto, son quotidien avec sa fille, Lou, et sa chienne, Eden. le tempo est lent et doux. L'écriture est simple et belle. Elle nous confie ses états d'âmes, ses doutes. On pense donc découvrir une histoire d'amour mais très vite le roman prend un autre couleur.
En effet, Alexandre est réserviste dans les forces spéciales. Il a une double-vie et peut partir en mission à tout moment, sans prévenir, pour une durée indéterminée. Myrto va-t-elle supporter cette attente et ses absences à répétition. Chaque retour est encore plus difficile.
Elle se documente et regarde de nombreux reportages sur ces soldats des forces spéciales : plus de 3300 hommes de l'armée de terre, de l'air et de la marine. Ils interviennent partout dans le monde et luttent en ce moment contre le djihadisme.
Quand elle lit les journaux, elle est toujours attirée par les titres sur le Proche-Orient. La Syrie, l'Irak, la Turquie sont des pays qui la touchent. Les attentats la meurtrissent.
Elle parle aussi de ses lectures, de ses écrivains préférés, de son métier d'éditrice. Elle écrit un texte sur Massoud, prépare des conférences et voyage pour les donner. Sa maison d'édition est en difficulté, c'est un choc terrible pour elle, un grand moment de solitude. On ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec Galaade, l'ancienne maison d'édition d'Emmanuelle Collas.
Il y a beaucoup de références et de citations, qu'elle liste en fin d'ouvrage. Elle cite notamment Philippe Lançonle lambeau »). Elle s'identifie à Ulysse et Pénélope.
Un portrait tout en sensibilité d'une femme sur fond de géopolitique internationale. Après l'éditrice, découvrez l'écrivaine avec son premier roman.
Merci à Netgalley pour cette belle lecture.
Lien : https://joellebooks.fr/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   21 décembre 2020
Depuis quelques semaines, je m’isole de plus en plus. Quand je sais que la journée sera administrative et fastidieuse plutôt qu'éditoriale, je vais très tôt au bureau. Là je prends le temps d'ouvrir un à un les livres que j'ai publiés, de les feuilleter et d'en relire quelques passages. Pour chacun, je me rappelle à quelle occasion j'ai rencontré l'auteur, comment le livre s'est inventé, les circonstances de sa sortie et, d'un souvenir à l’autre, je parcours ce catalogue bâti au fil des années pour dire quelque chose des espaces littéraires, des terres nouvelles, des formes et des langues, entre littérature et politique. En réalité, peu de gens connaissent la manière dont se construit un catalogue, sorti tout droit d'un désir, d'un rêve ou d'un pari, voire des obsessions et des convictions de l'éditeur. Je contemple la bibliothèque et soupire. Car je sais que, si je n'arrive pas à nous sortir de là, je serai infiniment triste tous ces volumes finiront au pilon.
Mais je dois courir au tribunal pour une réunion avec le juge et l'administrateur, et j’en suis malade d'avance. C'est tellement dur d'être harcelée, maltraitée, déconsidérée, comme si tout ce que j'avais construit n'était rien, absolument rien. Je les entends déjà alors que j’erre dans les couloirs du tribunal de commerce pour retrouver mon chemin. J'ai compris dans ce lieu qu’il me fallait être entourée pour résister à cette terrifiante expérience. Sinon, et c’est encore plus vrai à la campagne, si on se retrouve trop seul, après s’être confié à son chien, à son cheval, à sa vache, à ses chèvres, à ses poules ou à s’être adressé à ses arbres, aux champs, aux fleurs ou à la rivière, on choisit d’en finir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hcdahlemhcdahlem   21 décembre 2020
INCIPIT
Ce roman est sa propre fiction.
Je salue brièvement toute l’équipe de la librairie, où je viens de participer à une rencontre, et j’attrape un taxi à la volée. Par chance, je n’ai pas trop longtemps patienté sur les trottoirs mouillés. Il fait froid. Je suis fatiguée car la journée a été longue. J’indique au chauffeur le canal Saint-Martin et me cale au fond de la voiture. La route défile, je me laisse conduire. Paris est calme ce soir. Personne dans les rues. Il n’est pas si tard mais il pleut. Nous croisons de temps en temps un taxi. Les cafés sont déserts. Aux abords de la place de la Bastille, je rallume mon téléphone.
Un message s’affiche aussitôt:
Alors, Myrto, on est de nouveau amis?
Je n’en crois pas mes yeux. Mon cœur bat la chamade – comme on l’écrit dans les manuscrits que je reçois. Un sourire illumine mon visage. Je ressens, tout au fond de moi, cette chose qui nous lie.
Il y a deux mois, une nuit d’insomnie, j’ai eu envie de revoir Alexandre. Sur Internet, j’ai trouvé son profil Facebook et lui ai adressé une invitation à être amis comme on jette une bouteille à la mer. Personne ne m’a répondu.
Fébrile, j’explore son profil pour savoir ce qu’il est devenu. Est-il marié ? divorcé ? A-t-il un ou des enfant(s) ? Quelle est sa vie, maintenant ? Sous mes doigts, les jours, les mois, les années défilent, mais je n’apprends pas grand-chose. Hormis cette information, très administrative : il est associé dans une boîte d’import-export, dont le siège social se trouve à Paris. En dehors de ça, l’homme ne s’expose pas. Je le reconnais bien là. Sa vie, il ne l’a jamais criée sur les toits.
En revanche, son univers n’a pas changé. Les photos qu’il a postées me le confirment. La haute montagne le tient toujours – et le ski alpin. L’été, il retrouve la même quête de vitesse et d’adrénaline, en rallye. Malgré les zones d’ombre qui couvrent son existence, il y a toujours eu entre nous un lien, un élan vital, qui nous attache l’un à l’autre. Je pratique Alexandre depuis fort longtemps.
Rencontrés très tôt, nous nous sommes aimés avec passion, puis nos vies ont emprunté des chemins de traverse sans pour autant nous quitter vraiment, nous nous sommes retrouvés et perdus – avec ou sans raison, avec ou sans excuse. Un jour, il apparaît, un autre, je disparais – ou l’inverse. Nous en sommes là, perdus de vue depuis dix ans.
Ce message m’émeut, tellement j’ai regretté de l’avoir perdu et tant j’ai espéré le revoir. Je savais qu’il pouvait réapparaître du jour au lendemain, comme il vient de le faire. C’est sa marque de fabrique.
La première fois, c’était après sept ans de silence. Je me trouvais dans les Alpes quand j’ai reçu son appel. Il m’avait dit simplement :
— Myrto, c’est Alexandre. Juste ne bouge pas – au moins jusqu’à ce soir. J’arrive !
Surprise, je lui avais répondu :
— Non ! Alexandre ! Je rêve. Mais tu es où ?
— Je viens d’arriver à Paris. Et j’ai l’intention d’y rester. Je te cherche depuis trois jours. Alors, maintenant que je t’ai trouvée, tu restes là où tu es, et j’arrive. Je t’emmène dîner ce soir.
Puis il avait raccroché. Je n’avais pas eu le temps d’ajouter un mot. Interloquée, j’avais souri – et c’est tout.
Alexandre réapparaît toujours quand on s’y attend le moins.
En entrant dans le restaurant où, lors de notre bref échange Facebook d’hier soir, Alexandre m’a donné rendez-vous quai d’Orsay, je le reconnais aussitôt. Il n’a pas changé, toujours aussi puissant. Il se lève, me prend dans ses bras, me fait la bise et me dit d’un sourire moqueur :
— Alors, Myrto, nous sommes de nouveau amis…
Encore engoncée dans mon manteau et mes foulards, très émue :
— Oui, Alexandre.
Il continue :
— C’est merveilleux de te revoir.
— Oui, c’est très beau.
Je regarde Alexandre. Je ne peux m’empêcher de fixer ses lèvres sensuelles. Son sourire fugitif lui plisse le coin des yeux alors que pas un de ses traits ne bouge, ni ses paupières aux longs cils, ni même ses prunelles devenues presque noires dans la pénombre du lieu. Son sourire, son regard, la façon dont ses bras fendent l’air me renvoient au passé.
Je travaillais comme volontaire sur un chantier archéologique dans le cadre d’une campagne d’exploration. Le paysage était magnifique mais je m’ennuyais. Fouiller une plâtrière est un boulot ingrat. Sous une chaleur écrasante, on décaissait des mètres cubes de terre. En fin de journée, j’étais épuisée et j’attendais avec impatience le retour au campement.
Quand je descendis du 4 × 4, Alexandre était là. Comme promis. Comment m’avait-il trouvée ? Mystère. Il ne m’avait pas demandé où j’étais ni ce que je faisais dans la région de Gap. Il souriait, sans triomphalisme, comme si me retrouver était une bagatelle. Je n’étais pas à mon avantage. Échevelée, couverte de gypse – drôle d’aspect pour des retrouvailles romantiques ! Il éclata de rire, et moi aussi.
Je négociai le temps d’une douche. Alexandre était arrivé dans une voiture de rallye qui attirait l’œil de mes collègues, ce qui me permit de m’éclipser rapidement.
À l’époque, je ne m’étais pas étonnée de le voir surgir dans ce lieu perdu après son coup de fil de Paris le matin même et alors que nous avions passé sept ans sans nous voir. Mais je me souviens d’avoir été marquée par la facilité avec laquelle nous avions retrouvé le fil de notre conversation lors du dîner – comme aujourd’hui où il commente avec allégresse la carte, avec toujours l’impression qu’on ne s’est jamais quittés. Sans doute était-ce pour nous structurel, dès le début de notre relation. Une sorte d’état d’esprit, une façon d’être-au-monde-ensemble, un truc du genre.
Quand je l’avais rejoint, aussi pimpante que les conditions spartiates dans lesquelles nous vivions me le permettaient, il m’avait adressé un immense sourire et m’avait annoncé qu’on partait à Sisteron pour la soirée.
Alexandre avait mis le moteur en marche et l’avait fait ronfler avec tendresse. Une bulle s’était constituée autour de nous. De nouveau, nous étions seuls au monde. Concentré, Alexandre tenait le volant avec fermeté et précision. Je m’étais laissé conduire en toute confiance. Dans l’oubli de tout. C’était pourtant la première fois que je roulais aussi vite. Alexandre avalait les kilomètres, puisant sa force et son énergie de son automobile. La route défilait. Le paysage dansait autour de nous. La vitesse nous enivrait. On volait sur la route. Pas de contact entre nous mais nous étions ensemble. Dans cette course effrénée et un peu hallucinée, il y avait une part de rêve et de vertige. J’avais laissé glisser ma main sur sa cuisse et l’avais regardé. Il avait tourné les yeux vers moi un court instant puis s’était concentré à nouveau sur la chaussée qui filait sous les roues. Je lui plaisais, je lui avais toujours plu. Je me sentais grisée. J’étais libre, avec lui, pour toute une vie comme nos désirs et nos destinées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlemhcdahlem   21 décembre 2020
Il faut vraisemblablement compter un mois avant qu’il ne revienne à Paris: après son évacuation par la mer, j’imagine, entre la Syrie et Chypre, on va le faire transiter par une base militaire en Irak ou en Turquie avant qu'il puisse regagner la France. Puis on verra. Sans doute cela lui prendra-t-il du temps de retrouver ses marques. On ne passe pas comme ça de la guerre à Paris. Surtout quand on a perdu des frères d'armes. Je pense à lui tout le temps. Je m'accroche mais, parfois, l'inquiétude et le doute s`insinuent au fond de moi. Ce que m'a dit Alexandre m'est précieux, ce qu'il ne m'a pas dit m'inquiète. J’aimerais qu'il soit là. Je me remémore sa voix, ses mots, ses gestes, même les plus anodins, et revis chacun de nos rendez-vous. Ses bras me manquent. Il me faut chasser ces images de mon esprit sinon l'abattement me terrasse. Tout me semble terriblement triste et ennuyeux. J’en veux alors à quiconque m'envoie un message parce qu'il n'est pas lui, je ne peux voir personne, je n'ai envie de rien. Au moindre bruit, je imagine débarquer à l'improviste et, à chaque notification de mon téléphone, j’espère découvrir qu'il est enfin reconnecté.
Quand je suis dans cet état, il me devient impossible de sortir de mon lit, où les heures passent en compagnie d'Eden au milieu des livres et des manuscrits. Je la caresse en tournant les pages que je ne parviens pas à lire. Elle sent bien que je suis bouleversée. Ses yeux m`interrogent. Je me blottis contre elle, son poil est doux, elle sent le pop-corn, je m’'apaise, elle soupire. Je lui dis que les jours ne finissent jamais, toujours la même lumière du matin, et que la nuit met un temps fou à tomber. Et si Alexandre avait disparu pour de bon? Si je m'étais trompée? S'il était incapable de rentrer? Tout ce qui me paraissait raisonnable devient source d’un doute irrationnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   21 décembre 2020
J’ai du mal à me frayer un chemin au milieu de la foule qui va en tous sens. Malgré le vacarme, j’adore vivre ici. J’aime Istanbul. Depuis que je l’ai découverte, elle ne m’a jamais quittée. C’est ma maison et, à la fois, elle me transporte ailleurs.
La nuit, le jour, elle n’est, aurait dit Verlaine, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre. Cela fait plus de vingt-cinq ans que j’arpente cette ville de long en large. De la rive européenne à la Corne d’Or et jusque, plus loin, aux pentes antiques de Constantinople, Istanbul tout entière me frappe au visage de toute son histoire. Pour moi, tout ici est merveilleux. Je marche dans les rues et – même si depuis janvier les attentats se multiplient – je me sens chez moi.
Tout a commencé près de Taksim, dont Murat Uyurkulak dit : À Istanbul, c’est la vie. Dans les années 1990, je travaillais à l’Institut français des études anatoliennes près du Palais de France. Je venais d’arriver en Turquie avec, dans la tête, toute la fantasmagorie de l’Orient et je ne cessais d’arpenter la Grand-Rue de Galatasaray jusqu’à la ville basse de Galata puis, en remontant, jusqu’à Taksim.
Sur cette place, en juin 2013, a commencé la rébellion contre le pouvoir d’Erdoğan. Gezi Park, nouvel éden, lieu symbolique de liberté, une manifestation pour avoir le droit de manifester. Malheureusement, la place a été reconquise par le pouvoir. Violence d’État. Un air de déjà-vu. Depuis lors, les réfugiés fuyant la guerre en Syrie ont rejoint la Turquie qui, selon Hakan Günday, se voit obèse dans le miroir de l’Orient et décharnée dans celui de l’Occident, ne trouvant pas de vêtements à sa mesure. On ne sait jamais ce qui va arriver. C’est pourquoi ce pays me surprend toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   21 décembre 2020
Je me bats pour protéger autant qu’il m’est possible tous ceux qui m’ont fait confiance mais je sais déjà que, si je ne réussis pas, je risque d'y perdre beaucoup et de le payer le restant de ma vie. Non seulement ma situation personnelle serait catastrophique tant j'ai pris de risques pour garantir la pérennité du catalogue, mais j'aurais aussi à faire le deuil d'une grande partie de mes espérances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Emmanuelle Collas (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Collas
Au coeur de la violence, il y aura toujours des êtres qui, dans un surgissement, opposeront à l'exil, à la terreur et au racisme, le plus beau visage de l'humanité. Anouar Benmalek L'amour au temps des scélérats (Emmanuelle Collas), Louis-Philippe Dalembert Milwaukee blues (Sabine Wespieser) et Konstantinos Tzamiotis Point de passage (Actes Sud)
Animée par Alexia Kefalas, journaliste Interprète: Vaggelis Gikas
Site internet du Livre sur la Place : https://lelivresurlaplace.nancy.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/livresurlaplace Twitter : https://twitter.com/livresurlaplace Instagram : https://www.instagram.com/lelivresurlaplace
Site internet de la Ville de Nancy : https://www.nancy.fr/ Facebook de la Ville de Nancy : https://fr-fr.facebook.com/VilledeNancy/ Twitter de la Ville de Nancy : https://twitter.com/VilledeNancy
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Emmanuelle Collas (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4209 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre