AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930440864
Éditeur : Atelier de l'Agneau (10/05/2015)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Du réalisme (j’ai nettoyé la cave) au métaphorique (fourreau des nuages), l’auteur n’a pas choisi une école littéraire plutôt qu’une autre : elle pianote dans la tension d’un « vivre-écrire ». Présente-absente aux moments de la journée, et toujours plus loin.

"Un recueil tout en douceur. Quelque chose d’oriental dans le style, non pas des haïkus mais cette ligne légère qui court comme la phrase se tient et nous retient, savante et précise, juste dr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Moovanse
  13 juin 2015
Emmanuelle, je me permets de t'appeler ainsi, non que je te connaisse, mais ton parfum me semble si familier. Je pourrais croire t'avoir croisée dans un champ de blés murs, tu y serais pieds nus et les cheveux défaits, offerte aux mélodies du vent … en partance
Ce recueil est notre rencontre.
Elle sera douce et délicate.
S'il est vrai que dans la poésie je préfère l'intense, le feu qui consume, le pourpre, l'incandescence, les mots qui fouettent les sens, je n'en aime pas moins celle, plus silencieuse, pastelle, qui m'amène à des vibrations plus subtiles. le bouleversement est différent, mais tout aussi saisissant.
On peut aimer les frasques d'une mer déchainée pour ce qu'elle soulève ou arrache, on peut aussi se fasciner des langueurs d'un océan immobile !
Toi, tu es dans cette rêverie là, la plus paisible, celle légère du souffle :
« se laisser choir
et se coucher dans la lente agonie des feuilles mortes
puis respirer »
Ta poésie est ronde, évanescente, il y a quelque chose d'épidermique à te lire, de sensuel sans aller jusqu'au charnel, tu survoles sans toucher, tu déposes les mots sur le velours d'une page comme une caresse lointaine :
« C'est plus près de la peau que la phrase commence
C'est sur le derme doux de termes riches et rares
Que s'accrochent les verbes rayonnants et soyeux »
« Ce qu'on aime toucher d'une main très experte
La poudre de ses doigts sur la soie de sa veste
La myrrhe des nids chauds dans leur soif étonnante »

« Intempéries »,
le rythme lent des jours et des saisons qui passent et qui n'en finissent pas de passer, le pli des rides de l'été, ta vie de femme dans les terreaux d'automne, aux crochets des mémoires, mélancolique,
« Intempéries »,
enchâssée dans l'hiver pâle du quotidien, ta vie de femme « silence » à l'affut de petits bonheurs soudains (un chant d'oiseau, un enfant qui fredonne …), ta vie de femme « pluvieuse » qui voudrait l'éclaircie, les couleurs chaudes, les moments vibrants, les horizons plus vastes :
« Partir loin,
Plus loin que les pupilles que dilate l'espace
Plus loin que les regards de cet été pluvieux »
Manque / Absence / Vide / Silence /Attente :
« Comment leurrer la mort sous un ciel si flétri »
Tes poèmes sans nom (mais en ont-ils besoin ?) ont ce goût d'amertume …
Et ce questionnement permanent : comment remplir la page, gourmande de tes mots ?
Comment la remplir juste ?
Car c'est bien là, dans la rondeur des phrases, que tu t'éclaires et que tu te redresses !
Ta Vie, à toi, c'est ce papier blanc, ce papier de neige, où tu peux déposer, avide, tes langueurs et tes rêves.
« Demain nous partirons vers des outres remplies de lumière et de miel
Tu n'auras pas le temps de compter les moments
Et les sels marins berceront de leurs vagues la courbe de nos reins »

J'ai aimé te lire et écouter ta voix, m'imprégner des silences.
Demain se lèvera encore aux « yeux mouillés de l'aube », et toi tu seras là – encore - dans la buée des jours, avec ton encre noire, les lèvres souriantes, à chercher l'évasion …
« des blés murs et dorés qui poussent dans les rues
de l'effluve des mers au nom vert exotique
des pistes d'un langage aux agrumes bleutés »
Libre.

Merci à Babélio et aux Editions Atelier de l'Agneau pour cette rencontre poétique appréciée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
natibinan
  04 juillet 2015
Si vous avez envie de passer des moments légers, portés par le souffle de mots sensibles et contemplatifs, je vous invite à découvrir ce recueil de poèmes plein de douceur. Avec une écriture sensitive et sensuelle, Emmanuelle Imhauser nous offre ses pensées sur le temps, celui qui entremêle le ciel et les minutes, celui du rythme des saisons et de la vie. Elle nous livre aussi ses réflexions sur l'écriture, sur le pouvoir du Verbe et sur son quotidien de femme. Ce sont peut-être ces poèmes qui m'ont un peu moins touchés, mais je suis quand même ravie d'avoir découvert ce recueil grâce à Masse Critique et aux éditions de l'Atelier de l'agneau. Alors merci !
Commenter  J’apprécie          60
AnahitaE
  16 juillet 2015
D'une plume délicate, presque aérienne, Emmanuelle Imhauser nous fait reconsidérer le temps, l'éphémère et le fragile à travers ce recueil de poèmes. Des instants de flottements, empli de tendresse, de joie, mais aussi de mélancolie, de tristesse. L'auteure partage également son approche de l'écriture, notamment la solitude de la création. Même si je n'ai pas su accrocher à certains textes, l'atmosphère qui se dégage d'Intempéries a quelque chose d'enivrant. Un grand merci à Masse Critique et aux éditions de l'Atelier de l'agneau pour cette jolie découverte !
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
MoovanseMoovanse   11 août 2015
C’est plus près de la peau que la phrase commence
C’est sur le derme doux de termes riches et rares
Que s’accrochent les verbes rayonnants et soyeux

Pourquoi chercher ailleurs les pistes du langage

C’est plus près de la main que parle la conscience
Caressant le matin de sa paume lucide
Elle s’empare d’une ombre à l’ombre trop gracile

Du fourreau des nuages
Des tisons des rivières
Du manteau de nos rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
denisheudredenisheudre   01 septembre 2015
ne pas se laisser prendre à l’obscurité froide de
contrées sans saisons 
et trouver dans le pli des rides de l’été
le foin fumant et chaud
Commenter  J’apprécie          60
denisheudredenisheudre   01 septembre 2015
mais que fait-on ce soir
a-t-on fait à manger
la table est-elle mise

le service attendu à l’heure bien précise

il ne faudrait pas rire de choses aussi graves
Commenter  J’apprécie          30
denisheudredenisheudre   01 septembre 2015
demain se lèvera aux yeux mouillés de l’aube
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Collectif (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Collectif
Catherine Wihtol de Wenden - Europa, notre histoire
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La danse

Comment s'appelle la danse que l'on danse durant les soirées royales ?

le tango
la valse
le hip hop
la salsa

4 questions
82 lecteurs ont répondu
Thème : Les 15 plus belles histoires pour les petites filles de CollectifCréer un quiz sur ce livre