AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2850258911
Éditeur : Fernand Hazan (22/10/2003)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
clude_stas
  28 mai 2014
L'histoire de l'art nous le démontre : depuis des siècles, le corps féminin est principalement appréhendé comme un objet fortement érotisé, tandis que le corps masculin est chargé d'un héroïsme naturellement ( !) viril. Bizarrement, les nus masculins sont très, très nombreux au fil des siècles. le corps du mâle est par excellence le modèle académique, le sexe montré sans aucune fausse pudeur, tandis que celui des femmes est souvent soit dissimulé, soit imberbe. Germaine Greer, une célèbre féministe australienne, s'est penchée dans cet ouvrage sur les représentations de l'adolescent, du corps masculin à une période cruciale de son évolution. Mais si, vous le savez bien, ces quelques années où le corps est teinté d'une androgynie qui en ennuie plus d'un, si bien qu'il devient le foyer idéal pour le trouble sensuel. Alors le corps devient le prétexte d'une idéalisation qui trouve ses premiers aboutissements dans le corps d'Eros ou de Ganymède. « On a supposé que les sculpteurs grecs créaient des images idéales d'adolescent parce que les Grecs affectionnaient la pédérastie. Cette idée est aussi absurde que d'affirmer que les artistes peignent des natures mortes parce qu'ils ont envie de copuler avec des coquillages ou parce qu'ils ont faim. »
Germaine Greer met très rapidement à plat les clichés véhiculés par ce type de figure : la représentation de la beauté n'est pas nécessairement l'expression du désir sexuel (ainsi, non, Balthus n'était pas pédophile). le sujet est donc bien plus complexe qu'il n'y paraît. le but sera donc de mettre en évidence cette beauté masculine qui occupe une place prépondérante dans l'art occidental depuis l'Antiquité (les sculptures préhistoriques sont des femmes stéatopyges) jusque dans l'art contemporain, en passant par toutes les périodes de l'histoire de l'art, dans les oeuvres de Praxitèle, Donatello, Michel-Ange, Carrache, Titien, Rubens, Canova, Flandrin, Eakins ou Bazille. La figure de l'adolescent, beauté éphémère et ambiguë, a longtemps été réprimée car considéré comme tabou, si bien que les grâces féminines ont été plus étudiées que les charmes masculins. Germaine Greer se fait un plaisir de souligner la contradiction suivante : dans la peinture classique, le nu féminin est très codifié par des critères d'idéal esthétique ; il est très rarement peint d'après un modèle vivant, d'après une femme de chair et de sang ; la référence pour la représentation du corps féminin est très souvent le corps masculin. Jusqu'au début du XIX° siècle, la société patriarcale met en évidence dans ses arts le corps masculin en avant. Par la suite, la tendance s'inverse. Et la femme devient le sujet favori des peintres, des sculpteurs, des photographes et le climax est atteint quand apparaît le sordide statut d'«objet sexuel». Donc, de tous les temps, les artistes ont créé des figures d'adolescents sans que cela ne choque quiconque, même dans la nudité la plus offerte. Il est habituel que des hommes nus évoluent parmi des femmes habillées tandis qu'une femme nu assise parmi des hommes entièrement vêtus crée le scandale. Bien sûr que Germaine Greer pense au « Déjeuner sur l'Herbe » d'Edouard Manet. Pour l'auteure, l'attirance pour le thème de l'adolescence est fortement teintée de nostalgie pour la propre jeunesse de l'artiste, et non pas de désir pour le corps souple et ferme. Quand il tourne « Kids » ou « Ken Park », Larry Clark nous montre tous ces corps nus pour exprimer leur forte sexualité, tellement désabusée, et non pas pour conforter le spectateur dans un voyeurisme morbide. Pourtant, il existe des exemples où cette opinion est bancale, si ce n'est pas caduque. Prenons le Faune Barberini, une statue grecque antique de l'époque hellénistique, représentant un satyre endormi, le sexe offert au regard. Mais peut-être est-il nécessaire, comme le fait Germaine Greer, de connaître la réception de ces oeuvres par leur époque et par la nôtre, parfois dénaturées par des interprétations excessives. « l'Amour victorieux » du Caravage est un des meilleurs exemples de cette situation. Une abondante iconographie (200 images) démontre à quel point le corps adolescent a été mis en scène, un vrai thème, peut-être un peu trop dans l'air du temps. Ne nous leurrons pas : le corps masculin a envahi les magazines féminins et gays dans les kiosques, les spots publicitaires, les clips vidéos, les calendriers sportifs, créant ainsi des « sex symbols » bien inoffensifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
ManonReal
  29 septembre 2018
Ce livre de Germaine Greer, que je peux qualifier sans problème de véritable thèse, s'attaque à un thème assez délicat et non sans controverse: l'adolescent, son corps et la perception qu'en a la société occidentale, de la Grèce antique jusqu'à nos jours.
Cet ouvrage conséquent est composé d'illustrations représentant des photographies d'adolescents, des corps nus pour la plupart mais aussi des portraits juvéniles datant du XVI°s et du XVIII°s. C'est un véritable tabou que l'auteur aborde et explique sans honte, à savoir que les corps des adolescents, masculins principalement, furent souvent considérés comme des charges érotiques, très réprimées par la société. Aujourd'hui, c'est la femme qui est hypersexualisée à travers les films ou les jeux vidéos, sujet un brin dénoncé par l'auteur. Dans son livre, Greer veut démontrer qu'il nest pas honteux d'éprouver du désir face à un corps d'adolescent nubile à la beauté éphémère. A certains moments, je ne partageais pas l'avis de l'auteur sur certains de ses propos, mais le sujet demeure néanmoins intéressant. A débattre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
clude_stasclude_stas   28 mai 2014
On a supposé que les sculpteurs grecs créaient des images idéales d'adolescent parce que les Grecs affectionnaient la pédérastie. Cette idée est aussi absurde que d'affirmer que les artistes peignent des natures mortes parce qu'ils ont envie de copuler avec des coquillages ou parce qu'ils ont faim.
Commenter  J’apprécie          40
ManonRealManonReal   30 septembre 2018
"En tant que processus de préparation à la virilité, l'adolescence peut être soit un cours intensif, soit une intégration progressive mais, dans un cas comme dans l'autre, l'issue doit être la virilité."
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : rome antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
468 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre