AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Antyryia


Antyryia
  19 mars 2017

Chers auditeurs, bonjour.
Vous êtes bien avec Antyryia sur Babelio FM. Voici de nouveau un point sur les différentes actualités.

- Vol de diamants à Paris. Il semblerait qu'on ait retrouvé la trace du principal suspect, n'est-ce pas Ingrid ?
- Oui je confirme Antyryia. Je suis actuellement gare de Lyon où on a retrouvé la trace de Mathis, le voleur présumé d'une bijouterie dans le douzième arrondissement. Il semblerait qu'il ait changé d'apparence avant de prendre un TER pour Orange.
- Des policiers sont déjà sur place pour l'accueillir comme il se doit j'imagine ?
- Oui tout à fait, mais ici à Paris. le train effectue un demi-tour en ce moment même. Et croyez-moi, vu ses fréquentations, il sera beaucoup plus en sécurité derrière les barreaux !
- Excusez-moi Ingrid de vous interrompre mais il semblerait qu'il y ait du nouveau dans l'affaire de l'adolescente disparue. Rejoignons tout de suite Danielle, notre envoyée spéciale. Danielle, vous êtes à l'antenne.
- Oui, bonjour à tous. Effectivement, le corps de Lily, seize ans, vient à l'instant d'être retrouvé par le commandant Loïc Petit. Il semblerait que la jeune fille ait été violée puis étranglée hier entre 20h00 et 21h00 et que son corps ait été déplacé dans un terrain vague.
- C'est vraiment horrible. Et est-ce qu'il y a des suspects ?
- Personne n'a encore été officiellement arrêté mais la police va évidemment interroger les membres de la famille et le petit ami de la victime. Notre confrère Gloria enquête également de son côté.
- Ah oui, elle est toujours à la recherche d'un scoop celle-là ... Elle finira peut-être par l'obtenir.

Babelio FM revient juste après une petite page de publicité.

* * *

Pouckette : Dites-nous ce que vous avez lu, on vous dira si vous aviez bien choisi.
Actuellement en librairies : Deux photophores offerts pour deux pouckettes achetés.

* * *

- Un incroyable fait divers en Loire Atlantique. Un cadavre a en effet été retrouvé dans les marais. Elsa, notre correspondante, est sur place. Elsa, vous pouvez nous en dire davantage sur cette tragédie ?
- Pas grand chose de plus hélas Antyryia, sinon ça gâcherait le plaisir de mes futurs lecteurs. Je dirais simplement que le corps a été identifié et que la victime se prénommait Luce. Un couteau était planté jusqu'à la garde dans sa poitrine. Elle semblait par ailleurs entretenir une liaison avec le médecin du village voisin, Aurélien, qui pour l'instant fait figure de principal suspect. Je vous recontacte dès que j'en sais plus !
- Merci Elsa. Retour à Paris maintenant où les nouvelles ne sont pas plus réjouissantes. J'apprends à l'instant qu'un meurtre a eu lieu dans le 18ème arrondissement. Sylvie ? Vous êtes sur place je crois, a-t-on pu intercepter le coupable avant sa fuite ?
- Oui tout à fait ! Il s'agit d'une coupable en réalité, une femme d'origine algérienne du nom d'Aïcha Milliez qui n'a d'ailleurs pas cherché à s'enfuir et qui est actuellement entendue par son avocate, maître Martine Faure. Et vu le nombre de témoins, sa culpabilité ne fait aucun doute.
- Et la victime, a-t-elle été identifiée ?
- Oui, il s'agit de Fred Milliez, un délinquant et toxicomane notoire déjà bien connu des forces de police. Mais c'est surtout le propre fils de la meurtrière.
- Comment ? Une sordide histoire de famille probablement donc ?
- Rien n'est moins sûr. A l'inverse de ses quatre fils, qu'elle a élevés seule, madame Milliez n'a aucun antécédant judiciaire. Pour l'instant, absolument rien n'explique son geste. Aux yeux de tous, cette technicienne de surface était une mère aimante que rien ne semblait prédisposer à l'infanticide.
- N'hésitez pas à m'interrompre dès que vous aurez de nouveaux éléments. Place maintenant à la météo.

* * *

Bon, je ne suis pas devin mais je ne crois pas me tromper en disant que demain encore le temps sera pourri. Pluie, vent, grêle, neige, cyclones, inondations : Il y aura toujours de quoi alimenter la rubrique faits divers.

* * *

- On me prévient d'un très grave accident de la route à l'instant. Dominique, vous m'entendez ?
- Je vous entends Antyryia. Un grave accident en effet dans lequel le jeune Christophe, dix-neuf ans, a perdu la vie. La conductrice, ivre, a été arrêtée et devrait purger une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison ferme.
- Autre chose ?
- Oui, à Los Angeles les forces de l'ordre ont du abattre un sans abri qui tentait de s'emparer de l'arme de service d'un policier. Mais le véritable fait divers se situant à la fin de mon texte ne gâchons pas trop non plus le plaisir des futurs lecteurs ...
- Mais c'est quoi ce fait divers alors ? Un meurtre ? Un suicide ? Un accident ? ... Dominique ?
- ...
- Désolé tout le monde, la communication a été interrompue. Bon, je crois qu'on a fait le tour des tristes nouvelles et qu'il est temps de passer aux résultats sportifs.
- Vous arrivez à m'entendre ?
- Sandrine ? Oui, mais pourquoi parlez vous si bas ? Et où etes vous ?
- Je suis devant la maison d'une grosse sorcière, à l'extrémité d'un village. Mais je ne comprends pas, il ne figure sur aucune carte !
- Il s'est passé quelque chose de grave ?
- De grave je ne sais pas, mais d'étrange ça oui. Le corps de la vieille dame a été retrouvé devant chez elle ce matin par les éboueurs. Elle trainait dehors avec les ordures en attendant qu'on la ramasse. Si j'ai bien compris, c'est sa fille qui l'a mis là.
- Vous voulez dire que c'est un meurtre ?
- Non, je ne crois pas. Elle est morte de maladie d'après les premiers examens post-mortem. J'ai surtout cru comprendre que sa fille n'avait pas toutes les cases à l'endroit, si vous voyez ce que je veux dire. Le maire ne devrait pas tarder à intervenir pour lui expliquer que le cadavre doit être enterré.
- D'accord, c'est noté. Mais pourquoi ces murmures ?
- C'est à dire qu'il y a de drôles de rumeurs ici. On se croirait dans le conte revisité d'Hansel et Gretel. Je ne crois pas que la maison soit en pain d'épice mais les enfants ont interdiction de s'approcher d'ici en tout cas.
- Merci Sandrine, et bon courage !

* * *

Avant de nous quitter, nous avons la chance d'accueillir une invitée prestigieuse pour notre dernière rubrique culturelle.
- Sophie, vous souhaitiez je crois nous parler du recueil d'inédits sorti récemment chez Pocket intitulé Faits divers ?
- Tout à fait Antyryia. Un bien joli recueil que j'ai d'ailleurs préfacé et qui met les femmes à l'honneur puisqu'on y retrouve des textes de Sandrine Collette, Ingrid Desjours, Sylvie Granotier, Elsa Marpeau, Dominique Sylvain et Danielle Thiery.
- Vous me disiez en off qu'il ne s'agissait pas de nouvelles à proprement parler ?
- Les histoires se lisent comme des nouvelles mais on est en réalité plus proche du théâtre puisqu'elles ont été écrites en premier lieu pour etre lues à la radio, sur France culture. D'où les dialogues prépondérants.
- Vous avez une préférence ?
- Chaque histoire a sa propre originalité et apporte avec un style propre à chacune sa touche d'originalité, son humour ou ses réflexions de société.
- Eh bien moi je vais répondre sans langue de bois que Sandrine Collette a de nouveau écrit un texte fort qui a lui seul vaut le détour et j'ai beaucoup aimé également la pièce radiophonique de Sylvie Granotier, ou la conclusion inattendue de celle d'Elsa Marpeau. Les autres histoires sont un peu plus convenues, on voit les chutes arriver de beaucoup plus loin, pour autant j'avoue qu'elles ont toutes leur petite particularité qui fait qu'elles demeurent uniques. Par ailleurs, vous avez écrit, je vous cite, "Le polar, pour ceux qui en douteraient encore, est une affaire de femme." N'enterrez-vous pas rapidement Franck Thilliez, Bernard Minier, Michel Bussi ou Maxime Chattam, pour ne citer qu'eux ?
- Non, bien évidemment. Mais il faut bien avouer qu'on a assisté ces dernières années d'abord à davantage de mixité dans le polar et désormais la tendance s'est vraiment inversée. Les noms qui se révèlent au public sont aujourd'hui majoritairement féminins. Ma remarque faisait en outre référence au grand nombre de lectrices et d'ailleurs, statistiquement, vous ne devriez pas avoir lu ce recueil.
- Merci Sophie. J'ai une dernière question avant de conclure. Est-ce que vous savez ce qu'est un photophore ?
- Bien sûr, c'est un élément de décoration d'intérieur destiné à accueillir des bougies.
- Merci Sophie, et merci à tous d'être resté jusqu'au terme de l'émission. Je vous souhaite une excellente journée et vous dis à demain, même heure, sur Babelio FM !

Commenter  J’apprécie          2119



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (20)voir plus