AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Charles Recoursé (Traducteur)
EAN : 9782264076212
456 pages
Éditeur : 10-18 (18/06/2020)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Esclave, prostituée, victime, meurtrière, qui est vraiment Frannie Langton ? Un roman noir historique saisissant, qui nous fait voyager entre la Jamaïque et le Londres du XIXe siècle, pour nous raconter l’histoire d’une jeune femme aux mille visages… Racisme, colonialisme, inceste ; une plongée terrifiante dans la noirceur humaine.
Jamais je n’aurais pu faire ce dont ils m’accusent, pas à Madame, parce que l’aimais. Pourtant ils disent que je dois être condam... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  24 avril 2019
Domestique de maison dans une plantation de canne à sucre en Jamaïque, Frannie Langton est revendue par son maître en Angleterre pour devenir bonne dans une famille aisée et estimée. En elle on ne voit qu'un objet, une négresse, une mulâtresse, une machine capable de répéter ce qu'on lui apprend, un perroquet bien dressé. Elle deviendra l'outil des expériences les plus viles ou des caprices d'une femme triste presque sans raisons. Noires ou blanches les femmes ne sont pas libres à cette époque, mais les unes plus que les autres.
La femme noire, intelligente, avide de romans, de liberté et de passion raconte, et ses mots nous assomment. Des mots tranchants comme des lames de ciseaux, comme des scalpels pour révéler la vérité, dénoncer la sauvagerie des hommes blancs, cachée derrière leurs bonnes manières et leurs airs de savants. Les abolitionnistes et leur soif de bonnes actions, leur compassion, leur curiosité malsaine, leur frivolité parfois, ne sont pas épargnés non plus. Rien n'est noir ni blanc, le racisme est tenace, il colle à la peau.
Une histoire qui se déroule au XIXe siècle, une histoire de femmes, de soumission, de haine enchaînée à l'amour. On peut la rapprocher de la Servante écarlate car Frannie est une femme à qui on a enlevé son humanité, tout comme Defred dans le roman de Margaret Atwood. Deux esclaves, deux témoignages de femmes blessées, à la liberté étouffée. Romans noirs pleins de frissons, émouvants.
Lu dans le cadre d'une masse critique privilège, je remercie Babelio et les Éditions Belfond pour ce roman de Sara Collins. J'ai aimé l'écriture de l'auteure ; incisive, touchant à la réalité, sans voile, donnant vie à cette femme, Frannie Langton l'esclave savante, perdue entre docilité et rébellion, haine et amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          652
LePamplemousse
  30 avril 2019
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'aura pas eu une vie facile l'héroïne de ce roman.
Née esclave métisse en Jamaïque, elle finira ses jours dans une cellule anglaise en attente de son procès pour meurtre.
Entre les deux, elle aura été l'objet d'expérience scientifique, elle aura été offerte comme un vulgaire objet à un couple d'anglais, elle aura été domestique, amante, espionne, maltraitée, prostituée…quelle dégringolade et surtout que d'injustices dans cette malheureuse vie.
Ce roman se lit vite, l'écriture est de qualité et on y trouve des thèmes comme le colonialisme, l'esclavage et l'abolitionnisme, l'anthropologie, l'homosexualité, la toute-puissance des hommes et le sort des femmes, quel que soit leur couleur ou leur condition sociale.
Et à cette époque, les unes n'étaient guère plus libres de leur destin que les autres, certes les blanches issues de la bonne société n'avaient pas à trimer du matin au soir mais elle ne choisissait pas forcément non plus leur destin.
La servitude sous toutes ses formes est un des thèmes principaux et cela se ressent bien, mais cette lecture m'a semblé rassembler trop de thèmes sans en développer réellement un de façon complète.
J'ai été un peu déçue par cette lecture, car l'avalanche de drames qui s'abat sur Frannie est quand même un peu exagérée, absolument rien ne lui est épargné, et les réflexions sur les différents thèmes abordés ne sont pas très poussées.
Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Belfond pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Dixie39
  28 mai 2019
Frannie Langton est accusée du meurtre de ses employeurs. Ancienne esclave, elle leur a été offerte comme bonne à tout faire par son ancien maître et accessoirement père... Frannie est une mulâtresse, comme on disait alors. Toute jeune encore, elle traîne derrière elle un sacré passé. Eduquée pour pouvoir confirmer que la couleur de la peau a une incidence sur l'intellect - seuls les blancs sont capables de réflexion, de création, de bon sens et de raison... Frannie n'est pas une esclave comme les autres, c'est un sujet de laboratoire, un rat sacrifié à la science !
"Les livres étaient mes compagnons, dis-je enfin, haussant la voix pour couvrir le bruit du vent qui soulevaient les feuilles et ses jupes. Et je suis heureuse d'avoir pu apprendre, quelque soit la raison pour laquelle c'est arrivé. Cela m'a permis de voir qu'une vie n'est pas figée, qu'elle peut être pleine d'aventures. Parfois, je m'imaginais que j'étais une dame comme dans les romans et les histoires d'amour. Cela va peut-être vous paraître bête, mais j'avais l'impression d'appartenir à un monde qui sinon m'aurait été inaccessible."
A travers l'histoire de son héroïne, c'est tout un pan de l'histoire de l'esclavage, de l'abolitionnisme, du racisme que Sara Collins nous met en scène. J'ignorais, pour ma part, même si cela ne me surprend pas, les expériences soi-disant scientifiques menées sur les esclaves...
J'ai trouvé que Sara Collins traite son sujet avec beaucoup de pudeur, tout en restant très percutante dans son histoire et dans son style. Certes, cela fait beaucoup pour une seule femme quand on considère tout ce qui arrive à Frannie, mais cela ne m'a pas tant gênée, tant je me suis laissée happée par son récit.
On a envie de la sauver, Frannie, de déjouer le sort, même si on sait, très vite, dès les premières pages, qu'elle ne s'en sortira pas. Parce qu'ancienne esclave, parce que femme, parce que pauvre et noire dans un monde où seul l'homme blanc et bien né peut être sûr de trouver (et garder) sa place...
"Que voudriez-vous que l'on se rappelle de vous ? Si vous aviez une dernière page et une dernière heure, qu'écririez-vous ? Voici ce que j'ai choisi. Un récit de moi-même. J'ai aimé deux choses : les livres que j'ai lus, et les personnes qui les ont écrits. Car, malgré le cas qu'on en fait, la vie n'a pas de sens, mais les romans nous permettent de croire que, en fait, elle est quelque chose."
Merci à Babelio et aux éditions Belfond pour la découverte de ce livre et de cette auteure que je lirai de nouveau avec plaisir.
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
sylvaine
  16 mai 2019
Les confessions de Frannie Langton Sara Collins Belfond
Le roman s'ouvre au premier jour du procès de Frannie Langton accusée d'avoir assassiné ses maitres Mr et Mme Benham. Nous sommes à Londres en avril 1826. Son avocat au vu des circonstances lui demande d'essayer de l'aider à la défendre. Elle prend la plume….
Née esclave à la Jamaïque sur la propriété de John Langton Frannie porte donc le nom de son maitre.
A l'âge de 10 ans, elle est demandée à la maison des maitres. Petite bonne à tout faire elle est dans l'ombre de Phibbah la cuisinière. La maitresse Miss-Bella .. la prend sous sa coupe et entre haine et intérêt lui apprend à lire et à écrire…Bientôt le maitre est malade et Frannie va lui servir de secrétaire parce que Langton travaille à des travaux scientifiques, il veut prouver que le blanc est un être supérieur au noir , tous les moyens seront bons. Aussi quand il revient à Londres accompagné de Frannie il la " confie "  à Mr Benham un scientifique érudit renommé, marié à la délicieuse Marguerite ..
L'auteure Sara Collins , elle-même d'origine jamaïcaine , se penche sur cette partie très sombre de l'histoire: l'esclavagisme . Elle a mené une enquête rigoureuse. Les faits sont avérés et terrifiants. En cela son roman atteint l' objectif voulu et c'est salutaire, les choses doivent d'être dites et écrites.
Cependant si le côté historique m'a convaincue l'histoire de Frannie Langton beaucoup moins. Je m'explique pour aborder absolument les sujets qui lui tiennent à coeur l'auteure fait vivre, fait endurer serait plus exact, à son héroïne des péripéties plus dramatiques les unes que les autres, le ton « gothique du 19 ème siècle » donne t'il vraiment plus de force au récit? J'en doute mais l'auteure a fait un choix que je respecte à défaut de l'apprécier pleinement .
Un grand merci aux éditions Belfond et à babelio pour m'avoir permis de découvrir ce premier roman et une auteure à l'avenir prometteur .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Ichirin-No-Hana
  20 mai 2019
Née esclave en Jamaïque, Frannie Langton est une femme métisse à la vie remplie de rebondissements très dramatiques. Nous ferons le voyage avec elle de la Jamaïque jusqu'à Londres où elle rencontrera Mrs Benham dont elle tombera amoureuse. Accusée de son meurtre mais persuadée d'être innocente malgré le peu de souvenir qu'elle garde de cette nuit, Frannie Langton nous partagera son histoire.
Les Confessions de Frannie Langton est un roman dur et complexe. En attendant le verdict de son procès, Frannie tente de s'expliquer en nous racontant son histoire personnelle en commençant de sa naissance pour terminer au meurtre de la seule personne qu'elle a véritablement aimée d'un amour incommensurable), Mrs Benham. Ce mystère autour de ce meurtre nous intrigue et nous happe dans le récit. La vie de Frannie est dure et pleine d'injustice.
Malgré cela et le fait que j'ai lu le roman rapidement, j'avoue avoir eu énormément de mal à m'attacher aux personnages. le personnage de Frannie peut être assez détestable par moments, idem pour les personnages secondaires. J'ai eu du mal à me projeter et à me sentir concernée par ce qui se passait tant les personnages me paraissaient malsains par de nombreux aspects. le récit en perd même de sa crédibilité. Les Confessions de Fannie Langton manque clairement de nuance et c'est dommage car l'histoire, choquante et pleine de vérité (bien que les nombreux drames qui s'enchaînent m'ont paru un peu exagérés à certains moments), aurait pu être beaucoup plus marquante pour moi,
Je remercie Babelio et les Editions Belfond pour l'envoi de ce roman. Bien que loin d'être exempt de défauts, Les Confessions de Frannie Langton est un roman bien écrit et prenant qui traite de sujet très important tel que l'esclavage, l'homosexualité et la place des femmes dans la société anglaise du XIXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   25 avril 2019
Que voudriez-vous que l'on se rappelle de vous ? Si vous aviez une dernière page et une dernière heure, qu'écririez-vous ? Voici ce que j'ai choisi. Un récit de moi-même. J'ai aimé deux choses : les livres que j'ai lus, et les personnes qui les ont écrits. Car, malgré le cas qu'on en fait, la vie n'a pas de sens, mais les romans nous permettent de croire que, en fait, elle est quelque chose.

p.392
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gouelangouelan   25 avril 2019
Comment se fait-il que tous les blancs désirent soit nous apprivoiser, soit nous sauver ? ce que personne ne veut admettre, c'est que les abolitionnistes ont le même appétit que les esclavagistes pour la misère, simplement ils ne souhaitent pas en faire la même chose. Et ils ont beau dire que tous les hommes sont frères, la plupart d'entre eux me regardent comme si j'avais deux têtes.

p.170
Commenter  J’apprécie          60
gouelangouelan   25 avril 2019
Si tu passes ta vie à compter tes pertes, dit-elle en se retournant vers le miroir, alors t'auras que des pertes dans ta vie.

p.285
Commenter  J’apprécie          140
LadyRomanceLadyRomance   25 avril 2019
Les livres étaient mes compagnons, dis-je enfin, haussant la voix pour couvrir le bruit du vent qui soulevaient les feuilles et ses jupes. Et je suis heureuse d'avoir pu apprendre, quelque soit la raison pour laquelle c'est arrivé. Cela m'a permis de voir qu'une vie n'est pas figée, qu'elle peut être pleine d'aventures. Parfois, je m'imaginais que j'étais une dame comme dans les romans et les histoires d'amour. Cela va peut-être vous paraître bête, mais j'avais l'impression d'appartenir à un monde qui sinon m'aurait été inaccessible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gouelangouelan   24 avril 2019
Dans tous les hommes il y a de la cruauté. Ceux que nous considérons comme bons sont ceux qui prennent la peine de la cacher. Et George Benham savait que le moyen le plus sûr de dissimuler ses péchés est d'écrire soi-même son propre récit.

p.209
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Sara Collins (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sara Collins
Avec Les Confessions de Frannie Langton, Sara Collins, passionnée de romans gothiques, imagine une héroïne qu?elle tire de l?esclavage pour la plonger dans le Londres de l?époque géorgienne. Dans cette interview exclusive, elle nous raconte comment l'histoire est née.
Pour en savoir plus sur le roman "Les confessions de Frannie Langton" : https://bit.ly/2UHmpHz
rannie Langton grandit à Paradise, dans une plantation de canne à sucre, où elle est le jouet de chacun : de sa maîtresse, qui se pique de lui apprendre à lire tout en la martyrisant, puis de son maître, qui la contraint à prendre part aux plus atroces expériences scientifiques?
Domestique. À son arrivée à Londres, la jeune femme est offerte comme un vulgaire accessoire à George et Marguerite Benham, l?un des couples les plus raffinés d?Angleterre.
Séductrice. Seule contre tous, Frannie trouve une alliée en Marguerite. Entre ces deux lectrices invétérées se noue un lien indéfectible. Une foudroyante passion. Une sulfureuse liaison.
Meurtrière. Aujourd?hui, Frannie est accusée du double-meurtre des Benham. La foule se presse aux portes de la cour d?assises pour assister à son procès. Pourtant, de cette nuit tragique, elle ne garde aucun souvenir. Pour tenter de recouverer la mémoire, Frannie prend la plume?
Victime ? Qui est vraiment Frannie Langton ?
+ Lire la suite
autres livres classés : esclavageVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Songe à la douceur

Dans le chapitre 1, quelle question revient souvent dans les pensées d'Eugène ?

Est-ce qu'elle l'aime ?
Est-ce qu'il couche avec elle ?
A-t-elle un copain ?

14 questions
92 lecteurs ont répondu
Thème : Songe à la douceur de Clémentine BeauvaisCréer un quiz sur ce livre

.. ..