AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Derfuchs


Derfuchs
  07 avril 2017
Mon avis :

Il est des livres qui ennuient, on compte les moutons, certains vous endorment et tombent de vos mains, d'autres, a contrario, emballent et impatientent. Celui-ci est essoufflant, comme un 3000m steeple en athlétisme, une fois passée la haie on tombe dans la rivière et il faut encore courir pour aller sauter une autre haie et ainsi de suite. Mais c'est plutôt du style essoufflant-passionnant. Un pavé, certes, mais qui incite à en redemander.

Nous sommes en Angleterre, fin XIXème, donc victorienne.

Une famille, le père, la mère et les deux filles, Magdalen et Norah ainsi qu'une gouvernante. Lorsque l'on entre dans la maison on respire l'affection ambiante, ces gens là s'aiment, c'est sûr. Chacun a ses utilités, ses tâches et ses passions et la vie ? Eh bien, elle se déroule paisiblement, dans la bonne humeur avec le minimum d'accroc, du moins c'est ce que le lecteur ressent, moi particulièrement. Attention on ne ronfle pas, non, on savoure l'écrit, le ressenti, le sac et le ressac, du bon. Alors profitons-en.

Un voyage, une formalité ; le couple n'est pas marié, donc régularisons.
Un accident de train, patatrac, le monde s'effondre, le père d'abord, puis la mère décèdent.
Conçues hors mariage, enfants naturels, elles ne peuvent prétendre à hériter. Les filles découvrent leur situation avec crainte mais s'il existe un oncle, elles espèrent bénéficier, de ce côté, d'un soutien. le fameux oncle, homme disgracieux, leur refuse tout droit. Elles n'auront rien et surtout pas la maison.
Norah la plus effacée se résigne, Magdalen, la plus forte décide de se battre.
L'oncle décède, son fils, tout autant malgracieux, lui succède sans que cela change quoi que ce soit pour les deux soeurs.

Dans ses tribulations, Magdalen, rencontre un couple d'escrocs. L'homme M. Wragge, truculent personnage, bonimenteur à souhaits, va aider la demoiselle à assouvir sa vengeance par le biais du théâtre et en épousant son cousin. L'épisode est délectable. Cet homme, escroc mais plein de bon sens, inculquera à Magdalen une rigueur et une bienveillance toute paternelle pour son éducation vengeresse. de la même façon qu'il est entré dans la vie de la jeune fille, il en sortira définitivement. Grâce à ce couple elle parviendra à atteindre le but qu'elle s'est fixé.

Le cousin-époux dupé un instant saura réagir avant de mourir en déshéritant son épouse. Et, tac ! Eh, oui, Charybde en Scylla ! La pôvre petite, elle aura tout subi. C'est compter sans la volonté de Magdalen qui repart, sans coup férir (j'aime assez cette expression, est-elle appropriée ici ? Les coups bas pleuvent…) à l'assaut du nouvel héritier de la fortune familiale en se faisant passer pour domestique.
Ce ne sera pas suffisant, elle échouera…
Sa soeur, Norah, en ignorant le combat mené par Magdelen, en se mariant, récupérera l'héritage des Vanstone. Ai-je dit qu'il s'agissait des Vanstone ? Non ! au temps pour moi, où avais-je les doigts. Si, fait, je rectifie : Les Vanstone.

Désillusionnée, affaiblie, découragée, Magdalen sombre dans la maladie et le chagrin. Mais comme il s'agit d'un roman, elle est sauvée par un homme, capitaine au long cours, qui lui apporte tendresse, affection et soutien financier. C'est-y pas beau ça ?

On pourrait dire que la fin est politiquement correcte ou conforme à l'époque. Oui, quand on ne connaît pas Collins, on peut dire cela. En revanche lorsqu'on le pratique comme moi, non, car il est, de par ses bouquins, proches des femmes et de leur condition à cette époque. Lire « Mari et femme » par exemple qui est pire au niveau de la condition féminine et ces lois masculines qu'il dénonce, prouve le contraire.

On comprendra que pour moi c'est un coup de coeur. L'intrigue, le déroulement du récit, la qualité du verbe, la sonorité de l'écriture, la qualité des caractères et la remarquable couleur des descriptions en font, non seulement, une oeuvre majeure chez Collins, mais aussi dans le genre en général et dans le roman de fin XIX, début XXème.en particulier.
Même la traduction est idéale, c'est dire.
Il y a du liant, il y a du détail, il y a de la saveur et puis ce roman m'a scotché au fauteuil avec un infini plaisir. de la belle ouvrage. A lire sans modération. Je conseille vivement.
De la même verve de Wilkie Collins : « La pierre de lune ».

Commenter  J’apprécie          91



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (8)voir plus