AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253011045
Éditeur : Le Livre de Poche (05/10/1995)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Par les auteurs de "Paris brûle-t-il ? " "O Jérusalem," "Cette nuit la liberté " "Le cinquième cavalier."
"De la guerre civile aux derniers jours de Franco," un extraordinaire portrait de l'Espagne à travers le bouleversant destin d'un misérable orphelin devenu milliardaire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
diablotin0
  06 novembre 2018
Quelle merveilleuse façon que d'apprendre en prenant du plaisir et où tu porteras mon deuil nous donne cette satisfaction. La construction du récit est particulièrement judicieuse Dominique Lapierre et Larry Collins nous font vivre à travers différents protagonistes la guerre d'Espagne, l'arrivée de Franco au pouvoir, la naissance de Manuel Bénitez ainsi que de son personnage public El Cordobés. Nous sommes donc bien en présence de la biographie du matador El Cordobés et nous voyons combien son ascension sociale a été longue et dure. Né durant la guerre civile dans un milieu très pauvre, il vivra des années dans une grande précarité. Son ascension et sa réussite s'en trouveront alors particulièrement émouvantes. Les pages décrivant son enfance et son amour des taureaux sont tout à fait réussies. Si le monde de la corrida est bien présent dans ce récit il n'en n'est pas fait pour autant l'apologie. Les auteurs montrent certes les prouesses d'El cordobés mais n'hésitent pas à décrire la souffrance des taureaux. Par ailleurs ils font part de la vie de ces derniers avant qu'ils n'entrent en scène et nous renseignent sur les règles qui régentent ce monde si particulier qu'est la tauromachie. Pour conclure je dirais qu'il s'agit d'une fresque historique, d'une fresque sociale, d'un récit d'une grande qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
litolff
  02 novembre 2014
Pour les amoureux de l'Espagne, pour les aficionados de la corrida, voici un roman in-con-tour-nable qui au travers de la dernière corrida du célèbre El Cordobès, retrace l'histoire douloureuse de la guerre civile espagnole.
De 1936 aux lendemains de la dictature de Franco, voici le récit passionnant et incroyable d'un misérable gamin andalou devenu une idole des arènes à force de courage et de volonté.
Le tandem Larry Collins et Dominique Lapierre a produit plusieurs chefs-d'oeuvres dont « Cette nuit la liberté », « Paris brûle-t-il ? », « Ô Jérusalem » ou « le cinquième cavalier ». « Où tu porteras mon deuil » est probablement le plus émouvant : 600 pages pendant lesquelles on vibre avec Manuel Benitez. Tiens, d'ailleurs, je vais le relire !
Commenter  J’apprécie          150
Aela
  26 janvier 2011
A travers cette excellente biographie du torero El Cordobés, sans doute le plus grand torero de tous les temps, c'est toute l'Espagne du 20ème siècle qui défile sous nos yeux; dictature, guerres civiles, développement économique,
Dominique Lapierre et Larry Collins nous dressent un panorama complet de l'évolution de la société espagnole au cours du siècle écoulé, alliant leur grande rigueur journalistique à de grandes qualités de conteur.
Une fresque grandiose, à lire et à relire, pour tous ceux et celles qui s'intéressent à ce pays.
Commenter  J’apprécie          100
akialam
  23 juillet 2008
Voici un roman que m'avait conseillé Papa. C'est un peu grâce à cet ouvrage qu'il a souhaité partir en Espagne, nous emmenant dans ses bagages. 4 ans de vie là bas ont donc profondément marqué la petite famille, et pour ma part je souhaiterais vivement pouvoir y travailler un jour. C'est dire avec quelle envie j'ai ouvert ce livre !
Le roman en lui-même tourne donc autour du personnage de El Cordobès, un des plus grands toreros de tous les temps. Il décrypte les évènements d'une histoire espagnole douloureuse, mais sans jamais juger aucun camp, donnant tour à tour la parole à des témoins de tous bord. La corrida y est par ailleurs largement évoquée, mais, au delà du pour ou du contre de cette tradition, il explique tous les rituels qui la forment, les raisons des différentes étapes qui la composent, mais dénonce également certains abus, évoque les dangers, explique la vie des animaux destinés à l'arène, montre la fascination que ce spectacle peut exercer. Un roman mi-biographique mi-historique, replaçant les évènements dans leur contexte, nullement manichéen, incroyablement impartial même, laissant au lecteur le soin de bâtir son propre jugement sur ce qu'il lit...
Je vais me laisser tenter par leurs autres romans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Houbbabzh
  24 juillet 2017
A travers l'histoire du monstre sacré de la corrida Manuel Benites "El Cordobes" , c'est l'histoire de la guerre civile espagnole, des horreurs commises et de la lutte du peuple pour survivre...c'est aussi l'histoire de la naissance de l'Espagne franquiste, avec ses dérives ....
Surtout on suit ce jeune homme fou des taureaux, fou au point de manquer d'y laisser sa vie, mais ne tenant qu'à un but : devenir riche, car pour celui qui avait été un vagabond, l'argent était tout, le moyen d'avoir de l'argent, être toréro ...et il a réussi à devenir l'idole yéyé de la corrida , inventant des figures, se conduisant en insoumis total.
Le roman se construit avec des flash backs aux différentes époques de la vie d'El Cordobes, avec pour point présent son intronisation comme toréro avant laquelle il déclara à sa soeur: ' Ce soir,je serai riche et célèbre ou tu porteras mon deuil ".
Je suis horrifiée par la mise à mort des animaux, mais ce livre m'a fait comprendre ce qui faisait la passion d'un toréro......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   26 janvier 2011
Vingt ans après la guerre civile, l'Espagne restait un pays arriéré, paralysé par des traditions d'un autre âge. L'obscurantisme d'un clergé tout-puissant limitait ses horizons intellectuels et sociaux, une bureaucratie incompétente entravait son économie, et sa vie politique étouffait dans les structures d'un régime féodal. Tandis que, de l'autre côté des Pyrénées, la France inventait la Caravelle, fabriquait sa bombe atomique et élevait son niveau de vie au point de faire dire à de nombreux Espagnols que l'"Amérique commence à Bidassoa", tandis que l'Allemagne, vaincue, disputait à ses vainqueurs les marchés mondiaux, l'Espagne, elle, continuait à vivre endormie dans son passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
diablotin0diablotin0   03 novembre 2018
Il était 4h30 de l'après-midi, à Guernica, le dimanche 26 avril 1937. C'était jour de marché et les paysans des environs venus vendre leurs produits emplissaient les rues du village. Trois heures plus tard, quand le dernier Junker de la légion Condor eut quitté le ciel, 1654 morts et 889 blessés gisaient dans les ruines de Guernica. L'anéantissement total de la petite communauté inaugurait une longue et triste route qui aboutirait un jour à Hiroshima.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
diablotin0diablotin0   03 novembre 2018
Dans la petite cité perdue au cœur de l'Andalousie le ciné Jerez était bien plus qu'un cinéma. C'était une porte ouverte sur L'inconnu, le seul regard que tant d'habitants pourraient jamais donner sur l'extérieur.
Commenter  J’apprécie          250
diablotin0diablotin0   02 novembre 2018
Il faudra, soupira-t-il, cueillir une à une les villes d'Espagne, comme des olives. Voyant le découragement envahir le visage de son compagnon, Franco ajouta d'une voix impérieuse : "bien entendu nous finirons par vaincre. Car nous avons une foi, un idéal, une discipline. Nos ennemis n'ont rien de tout cela."
Commenter  J’apprécie          160
nina2loinnina2loin   03 février 2012
Tout cela avait commencé en 1931, avec le remplacement de la monarchie par la République. Nous n'avons jamais servi autant de vin que la nuit des élections. C'était un grand espoir pour nous, l'avènement de la République. Cette nuit-là j'ai vu des gens qui s'embrassaient dans les rues. Ils pensaient sans doute que tout allait changer, que c'en était fini de la misère, de la faim, des riches propriétaires qui les traitaient comme des esclaves arabes. Depuis, ils ont eu l'occasion de déchanter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Larry Collins (3) Voir plusAjouter une vidéo

Demain le chantage atomique
Pour évoquer le nucléaire, Bernard PIVOT reçoit plusieurs auteurs d'ouvrages sur ce thème. Bertrand GOLDSCHMIDT présente son livre "Le complexe atomique" : il retrace l'aventurepolitique de l'atome et du nucléaire (l'arme nouvelle, l'attitude de De GAULLE, la collaborationoccidentale). Dominique LAPIERRE et Larry COLLINS pour "Le cinquième cavalier" : les deux collaborateurs exposent leur...
autres livres classés : espagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre