AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Polar vert - Saison 1 tome 1 sur 2

Jeff Ostberg (Illustrateur)
EAN : 9782408019006
256 pages
Milan (25/08/2021)
3.77/5   60 notes
Résumé :
Une plage bretonne recouverte d'algues vertes toxiques.
Un cavalier dans le coma.
Et sa soeur, Klervi, qui court tout droit vers l'enfer.

Marées vertes. Trafics d'espèces protégées.
Les crimes contre l'environnement sont des crimes aussi graves que les autres.

Klervi, du jour au lendemain, se retrouve au centre de l'enquête, à la fois témoin et coupable.
Quel rôle va-t-elle y jouer ?
Que lire après Polar vert, tome 1 : Les algues assassinesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 60 notes
5
4 avis
4
12 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis
Pour commencer, comme il se doit, je remercie les éditions Milan et Babelio de m'avoir offert ce livre dans le cadre de l'opération Masse critique Jeunesse de novembre dernier. Je l'avais repéré en librairie depuis un moment mais ne m'étais pas encore décidée à l'acheter, je n'ai donc pas hésité lorsque je l'ai vu dans la liste des livres proposés pour cette Masse critique, et la chance a fait le reste !
Je précise aussi dès à présent que, quand je choisis un quelconque livre jeunesse, je ne peux plus m'empêcher de me demander s'il plaira aussi à mon fils aîné, 14 ans presque-et-demi, et grand lecteur lui aussi. J'aurais aimé partager celui-ci aussi avec lui, pour pouvoir donner son avis au moins en partie… mais je me suis mal organisée dans mon planning de lectures et viens seulement de terminer ce roman, à quelques heures de l'échéance pour remettre mon commentaire ! Il faudra donc se passer, pour cette fois, de l'éclairage que j'aurais pu avoir à la suite d'un partage avec mon grand, qui appartient pourtant très précisément au public-cible, l'auteur indiquant que ce livre convient à partir de 14 ans… (bien entendu, je vais lui proposer ce livre… mais ce sera trop tard pour le commentaire !)

C'est donc ici mon seul avis d'adulte née au début des années 1970, avant les chocs pétroliers, et bien avant que les scientifiques parfois tellement alarmistes aujourd'hui (et sans aucun doute à raison) ne commencent à s'inquiéter sérieusement quant aux conséquences sur la nature, de nos nouvelles habitudes d'une société de plus en plus consumériste. Tout ça pour dire aussi que, si je ne suis plus de cette génération de « jeunes » qui s'inquiètent d'écologie d'une façon très revendicative, à l'image d'une Greta Thunberg ou d'autres, je ne fais pas non plus partie de ceux qui ont tout détruit les yeux bandés – après tout, je n'étais moi-même qu'une ado bien démunie quand une vague conscience écologique a commencé à émerger, mais à l'époque rien de concret ni d'organisé, en plus à une époque où les réseaux sociaux n'existaient pas du tout…

Mais revenons donc à ce livre, qui m'a plutôt bien plu, tout en me laissant un petit goût mitigé.
L'écriture est fluide et facile à lire, avec un côté didactique présentant parfois quelques longueurs… qui ont fini par m'agacer quelque peu. On a compris d'emblée que ces algues vertes deviennent mortelles dès lors que, échouées sur les plages bretonnes, elles entrent en décomposition, émettant ce gaz mortel (pour l'homme comme pour les animaux) qu'est le sulfure d'hydrogène ; on a compris aussi très vite que les alevins d'anguilles, ces fameuses civelles, sont une espèce protégée car en voie d'extinction, mais font depuis peu l'objet d'un trafic illégal au moins aussi lucratif que la drogue, voire plus.
Mais voilà, à travers la voix de notre personnage principale, Klervi, qui s'exprime à la 1re personne du singulier, ces faits sont dits et répétés, ça tourne en boucle même, par moments, on ne voit plus que cette « laitue verte » qu'on aurait envie d'enlever de nos lunettes pour distinguer autre chose ; c'est tout simplement trop ! Cette insistance didactique aurait pu être un peu raccourcie, ou bien il aurait été intéressant de voir Klervi se renseigner, par exemple sur le site apparemment bien fait (que l'on trouve en quelques clics à peine) : https://www.algues-vertes.com/ qui traite précisément du sujet de ce livre (et en Bretagne !), puis le lecteur consulte ou pas, c'est son choix, mais au moins on aurait évité cette impression d'être inondé d'un surplus d'informations qu'on avait comprises dès le départ…

Cela dit, cette légère contrariété liée à un sentiment de « trop » de répétitions explicatives sur le problème principal que relève ce livre ; ce léger ennui, donc, est contrebalancé par le fait que l'auteur montre bien à quel point ce souci écologique peut être emberlificoté dans d'autres réalités, comme la loyauté envers sa famille, et cette tradition apparemment très bretonne de faire de la contrebande depuis toujours… et si ça tombe sur ces alevins en danger d'extinction, eh bien tant pis ! Certes, Klervi se pose des questions, est prête à collaborer avec la gendarmerie… mais faut pas aller trop loin quand même, et dans ce premier tome en tout cas, jamais elle ne dénoncera son petit ami, Lucas, héritier d'une puissante famille de la région, qui est pourtant plongé jusqu'au cou dans l'affaire, ce dont elle est bien consciente.

Klervi, 17 ans donc, est bien la personnage principale, et tout tourne autour d'elle, on est réellement plongé dans sa vie, dans ses pensées ; le livre étant écrit un peu comme s'il s'agissait d'un journal intime – sans les artifices habituellement liés à ce genre de choix littéraire. Je veux dire : elle ne s'adresse pas à un « cher journal », elle ne note pas de date, etc., mais c'est bel et bien elle qui raconte son histoire, on est en plein dans une perspective narrative intérieure tout à fait maîtrisée, dont l'auteur ne dévie jamais.
On colle ainsi au plus près de ses aventures, de ses découvertes, mais aussi de ses sentiments, ses peurs, ses doutes. On la sent, par exemple, très amoureuse de son Lucas, c'est même proche d'une certaine idolâtrie comme on peut la rencontrer à cet âge de l'adolescence (ce qui, dès lors, paraît très juste), tandis que la réciprocité de ce sentiment m'a semblée moins évidente à saisir. On comprend comme elle est inquiète pour son frère jumeau Jezéquel, victime (dans le coma) de ces algues vertes, et avec ses mots à elle on regrette que les deux se soient éloignés ces derniers temps (un fait pourtant classique quand il s'agit de jumeaux, ou d'amis d'enfance très proches d'ailleurs, à l'entrée dans l'adolescence…), ou bien on découvre qu'il souffrait d'éco-anxiété, nouvelle affection encore peu connue, qui touche surtout les jeunes, affectant réellement la santé mentale et provoquant, dans certains cas, des comportements dangereux voire extrêmes.

Cela dit, j'ai regretté que l'auteur joue le jeu de la jeunesse de façon un peu trop marquée (je répète que c'est ici mon avis d'adulte), malgré un langage très adulte (et c'est tant mieux) qui tend parfois à "faire jeune" mais ça ne dure jamais bien longtemps (et re-c'est tant mieux!). Cette jeunesse serait seule consciente des enjeux environnementaux au point de mettre leur santé mentale en péril, tandis que les seuls adultes réellement impliqués dans ce combat indispensable sont… les gendarmes ! tandis que les autres adultes lambda sont soit complètement inactifs (la mère de Klervi par exemple, qui a presque un rôle ambigu de potiche dans l'histoire), soit carrément impliqués du mauvais côté (toute la famille de Lucas). Or, j'aurais apprécié que les choses soient un chouïa mieux mises en perspective, pas forcément en donnant tout à coup un beau rôle aux adultes, mais en rappelant que ces jeunes, aussi idéalistes et activistes qu'ils soient, ont eux aussi une empreinte écologique !
En effet, si le but de ce livre est de conscientiser les jeunes non (ou moins) impliqués d'une façon frappante, à travers un polar potentiellement accrocheur, alors il manque un « petit quelque chose ». Très concrètement, pour ne citer qu'un exemple : l'auteur a bien insisté sur l'imbrication tellement compliquée entre souci écologique et « tradition » de braconnage pour ce qui concerne les civelles notamment, mais ne relève pas l'une des contradictions tout aussi évidente de cette jeunesse éco-anxieuse, qui a parfois tendance à rejeter « la faute » sur les adultes… Ces mêmes jeunes, même les plus durs écologiquement, ne peuvent pourtant pas vivre sans leur téléphone, ces téléphones qui contiennent tant de métaux rares, extraits de mines (de pays lointains certes) dans des conditions exécrables pour l'environnement (eh oui ! même si c'est bien loin de la Bretagne, c'est tout aussi mauvais pour la Terre, la même pour tous les hommes au final) et pour les travailleurs locaux. Certes, ce n'est pas le sujet du livre, l'auteur a choisi de le centrer quasi exclusivement sur la Bretagne (même s'il y a quelques allusions sur les ravages des feux de forêt sous d'autres latitudes), mais ça aurait valu la peine de soulever ce genre de contradiction au passage, vu le profond souci écologico-didactique qui sous-tend à tout ce roman.

En parlant de Bretagne : elle est sans aucun doute le deuxième personnage principal de l'intrigue, juste après Klervi. Cette dernière aime sa région : elle en apprend la langue, elle écoute les chanteurs locaux dont elle connaît certaines chansons par coeur (et en vo) ; on sent réellement qu'elle souffre des conséquences de ces marées vertes qui détruisent « son » littoral – et, pour le peu que j'en connais, c'est écrit avec une telle conviction que ça fait vibrer le lecteur qui en a quelques images en tête.
Dès lors, j'ai relevé quelques incohérences qui seraient sans aucun doute passées sans problème dans un livre moins ancré à une région spécifique (et aussi typique que la Bretagne), mais qui choquent dans ce contexte particulier. Par exemple, quand il est question d'un barrage sur la Vilaine, elle le compare tout à coup à un « impressionnant » barrage de montagne… c'est un gentil souci didactique (encore !) pour le lecteur, mais sérieusement, quel vrai Breton irait comparer un barrage de son pays à un barrage de montagne ?! Ou, un peu plus loin, au détour d'un dialogue, on lit « Ils risquent de finir en bouillabaisse. » Euh… ok, c'est dans la bouche d'un gendarme originaire de Paris, mais quand même : depuis quand fait-on de la bouillabaisse sur la presqu'île de Guérande ?! c'est la spécialité d'une autre région, d'une autre mer même, rien à voir avec la Bretagne, ça m'a tout à coup choquée (moi qui suis belge !) comme un bouton sur le nez !
En parlant d'incohérences, un autre détail m'a gênée : Klervi et Jezéquel sont jumeaux, ok. Mais fille et garçon, donc forcément dizygotes, ce qui veut dire qu'ils sont issus de deux ovules fécondés par deux spermatozoïdes différents, ils n'ont donc pas le même patrimoine génétique, en tout cas pas plus qu'un frère et une soeur nés de deux grossesses différentes. Dès lors, quand on lit que Klervi dit à son frère dans le coma : « Mais c'est mal nous connaître, Jez, notre bal des chromosomes, ce n'est pas rien, ça n'a jamais été rien », soit l'auteur prend le lecteur pour un inculte, soit il prend sa narratrice elle-même comme bien peu renseignée – ce qui me semble quand même très improbable de la part d'une jumelle : à 17 ans, presque 18, si elle n'est pas au courant qu'un faux jumeau n'a pas de chromosomes communs avec sa soeur, c'est qu'elle n'a jamais rien écouté en cours et/ou qu'elle n'a jamais regardé la moindre émission sur le sujet, et ne se serait donc jamais inquiétée de cette particularité qu'est sa gémellité !?

Cela dit, comme évoqué plus haut, ces quelques points que je relève ne sont que des détails, qui m'ont frappée car ils apparaissent un peu comme des cheveux dans la soupe d'un livre par ailleurs très maîtrisé et jamais ennuyeux malgré ses quelques longueurs à caractère didactique, et qui a le mérite d'attirer l'attention des jeunes (et moins jeunes) lecteurs sur une réalité désastreuse, une conséquence directe du dérèglement climatique, qui salit la Bretagne déjà maintenant.
L'aspect polar reste léger, mais je suppose que c'est normal : on parle ici d'infractions écologiques, qu'il faut urgemment combattre on est bien d'accord, mais qui ne nécessitent pas (a priori) les mêmes dispositifs que la recherche d'un tueur en série par exemple… Pourtant le suspense va crescendo, une montée lente et peu angoissante, mais bel et bien présente.

Et puis paf, c'est la fin… ou plutôt l'absence de fin ! On le sait dès qu'on tient ce livre en mains : c'est un tome 1 d'une histoire qui comprendra donc d'autres tomes – le tome 2 est annoncé pour début février 2022, sans que l'on sache si l'histoire s'arrêtera là ou si d'autres tomes ultérieurs sont également prévus. Ainsi donc, on pouvait s'attendre à ce que tout ne soit pas résolu dès cet opus-ci… mais là, ça se termine d'une façon extrêmement abrupte, en pleine action ! Ce n'est pas un cliffhanger, ou alors il est raté, car j'ai plutôt eu l'impression d'avoir suivi l'auteur sur un chemin de plus en plus dangereux, pour me retrouver tout à coup au bord d'une falaise, abandonnée par l'auteur : tout est ouvert, tout est possible, et le pire arrive au moment précis où ce premier tome se referme !
Évidemment, cela donne envie de lire la suite, mais c'est quand même dommage de terminer cet opus-ci sur une certaine frustration.
Commenter  J’apprécie          30
Une lecture dans l'air du temps, qui correspond à la sortie du film Les algues vertes.
S'adressant aux ados, ce polar dénonce à la fois la pêche intensive illégale et les conséquences du changement climatique par le biais d'un groupe de jeunes impliqués - en bien ou en mal- dans ces dérives et leur dénonciation.
C'est pas un procédé nouveau, mais le polar est un bon moyen pour montrer et dénoncer, implicitement, les faits de société, comme c'est le cas ici.
Tant qu'à faire, un petit glossaire ou quelques chiffres auraient pu être ajoutés en fin de livre pour que le lecteur en sache davantage sur la réalité de ce qui se passe, vu que son ambition écolo est clairement énoncée dans le nom de la collection.
A part ça, j'ai fini par être prise au jeu du suspens, mais j'ai trouvé invraisemblable les rôles joués par les ados, notamment par l'héroïne, Klervi, devenant la taupe au service des enquêteurs...
Ca reste un bon polar que je conseille sans hésitation aux 13-16 ans (futurs) engagés.
Commenter  J’apprécie          180
Thierry Colombié est expert des trafics organisés, scénariste et réalisateur. Il signe ici son 14e livre mais le premier d'une série pour adolescents, avec l'envie de traiter d'écologie à travers le polar, une forme addictive pour traiter d'une thématique lourde, celle de la mafia environnementale.

Les bases de ce roman reposent sur 2 scandales écologiques : celui des marées vertes, ces algues toxiques, dont la prolifération est liée à l'agriculture intensive, et le trafic de civelles, les alevins d'anguilles dont la pêche est réglementée car l'espèce est en voie d'extinction. Si elle est limitée en Europe, elle est interdite dans le reste du monde d'où la création d'un trafic, certes méconnu, mais très bien organisé et lucratif.

Dans ce roman, nous suivons l'histoire de Klervi, 17 ans, qui voit sa vie basculer quand son frère jumeau, est retrouvé entre la vie et la mort, intoxiqué par les émanations d'algues vertes. La gendarmerie découvre alors 2 choses : son frère était sans doute impliqué dans un groupuscule activiste écologique et la famille du petit ami de Klervi pourrait être impliquée dans ce qui est arrivé. Klervi elle-même risque d'être incriminée sauf si elle accepte de coopérer pour aider au démantèlement du trafic de civelles qui touche la région et dont sa belle-famille est au centre.

Il s'agit d'un roman difficile à résumer car il traite de beaucoup de problématiques liées entre elles et qui enferment les personnages dans des situations inextricables.
On chemine avec Klervi dans cette immersion dans un système mafieux qui apparaît bien inoffensif puisqu'on parle de poissons, mais qui revêt les mêmes mécanismes que ceux de la drogue vu les sommes engagées, et qui se révèle tout aussi dangereux.

Cette plongée dans le monde de l'espionnage est vraiment bien faite et n'a rien de caricaturale : on découvre comment des gens ordinaires se retrouvent indics pour des enquêtes de police, mais aussi comment ce qui s'apparente au début à de simples "petits arrangements avec la loi" n'est que la partie visible d'un trafic organisé de grande ampleur.

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce roman, d'autant que l'écriture et le sujet sont très adultes pour un roman ado. Je trouve d'ailleurs que les codes graphiques de la couverture renvoient à une histoire jeunesse alors que le roman en est bien loin !
Klervi se retrouve embarquée dans une histoire qui apparait toute simple au premier abord mais qui gagne rapidement en complexité. L'auteur parvient véritablement à transmettre que les trafics se font juste à côté de chez nous alors que l'on imagine ça toujours loin de notre quotidien. J'ai été rapidement prise par les enjeux de cette histoire et surtout par le sentiment de crédibilité qui s'en dégage.

Il s'agit d'un T1, la suite arrivant très prochainement, et c'est une suite que je lirai avec plaisir !
Commenter  J’apprécie          10
Encore une fois voici un polar qui s'empare de questions de société, notamment celle de la pollution aux algues vertes en Bretagne et du trafic d'une espèce protégée, la civelle.

Jezequel, le jumeau de Klervi, s'est enlisé avec le cheval de celle-ci dans les algues vertes. le second est mort asphyxié par leurs émanations tandis que le premier est tombé dans le coma. Est-ce un simple accident ou autre chose ? Jezequel militait de plus en plus pour préserver l'environnement et la biodiversité, son combat l'a t-il opposé à quelqu'un ayant des intérêts contraires ? Comme par exemple le petit ami de Klervi qui avec sa famille braconne la civelle, un alevin d'anguille, espèce protégée qui se revend à prix d'or. Une enquête s'ouvre dans laquelle Klervi va prendre un rôle important, car accusée de complicité dans ce trafic la police va la contraindre à devenir en quelque sorte leur agent infiltré afin d'effacer sa peine et d'amoindrir celle du Lucas son presque fiancé.

Dans un premier temps j'ai trouvé le ton assez didactique, l'auteur donne des informations sur les algues vertes et beaucoup de noms de villes et villages pour ancrer son action en Bretagne. J'ai toujours eu un peu de mal avec cette façon de raconter et j'ai failli abandonner le livre. Mais finalement l'envie de connaître le dénouement de l'enquête, surtout au vu de la situation de plus en plus périlleuse de l'héroïne, m'a fait m'accrocher et je ne l'ai pas regretté. On est loin du coup de coeur mais c'est assez haletant. Par contre je pensais que l'histoire serait bouclée dès la fin du tome et qu'on repartirait sur une autre enquête dans le tome 2, mais ce dernier se révèle indispensable pour avoir le fin mot de l'histoire.
Le roman a le mérite d'attirer l'attention sur la pollution massive dont est victime la Bretagne depuis des dizaines d'années, qui avec le réchauffement climatique, amplifie la prolifération des algues vertes. C'est aussi un récit qui parle beaucoup des liens familiaux, que ce soit ceux de Klervi avec sa famille mais aussi ceux de son copain avec la sienne. En effet liens du sang et business sont étroitement mêlés, Lucas vit dans une annexe de la maison de sa grand-mère avec son père et son oncle et seul héritier, il est amené à reprendre le business. le poids de cette famille et de ses secrets est énorme dans la vie du couple, même si elle leur offre le luxe elle semble les priver de liberté.
Commenter  J’apprécie          20
Oh la frustration, Oh la frustration...il y a une suite et j'apprends ça à la toute dernière page, donc je ne sais pas ce qu'il va se passer...que va-t-il arriver à Klervi ?
Parce que voyez-vous Klervi se trouve mêlée malgré elle à un trafic d'anguilles, une espèce protégée. Son fiancé, son amoureux, Lucas, appartient à l'une des familles les plus riches de la région mais aussi une des familles les plus connues pour ses trafics et ses magouilles.
Klervi, elle, vient de perdre son cheval asphyxié par les algues vertes et son frère est dans le coma. A -t-on chercher à le tuer parce qu'il a détruit une des planques de la famille de Lucas ?
Thierry Colombié nous entraîne dans une enquête palpitante sous fond de trafic, de magouilles, de menaces..bref un cocktail intéressant qui laisse présager une suite tout aussi haletante..

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Je regarde par la fenêtre, les nuages filent à vive allure, la marée est basse, la mer se retient, elle pourrait encore faire des siennes, comme une dizaine de jours auparavant. La tempête nous a rappelé, à nous les Bretons, que l'on est peu de chose lorsque l'océan se lance à l'assaut de nos côtes, terrasse les dunes, dessale les marais, retourne les bateaux comme des crêpes, mitraille les quais d'écume, assassine les fous. Les météorologues l'ont appelée Zelly. Enfin, ce n'est pas tout fait ça : en vadrouillant sur le Net, j'ai trouvé un article, j'ai d'abord pensé que c'était une fake news, mais non. C'est bien un milliardaire breton qui a fait un chèque d'un million d'euros, en échange de quoi il a choisi le nom de la tempête. Il n'a pas dit pourquoi « Zelly » mais, ici, sur la presqu'île de Guérande, le milliardaire s'est fait rhabiller pour l'hiver : au lieude vomir ses dollars, il aurait mieux fait d'organiser un téléthon, de mouiller la chemise.
Commenter  J’apprécie          20
La voix de Marceau Soldani me glace le sang.
- Ce n'est pas le moment de t'enfuir, Klervi, sauf si ti veux précipiter les choses. Pour l'instant, tu n'es pas en garde en vue et, comme au Monopoly, tu n'es pas tombée sur la case " prison". On veut juste discuter tranquillement avec toi, tu comprends ?
( p 86)
Commenter  J’apprécie          50
C'est on ne peut plus clair. Mais le major semble ignorer que dans toutes les familles bretonnes, il y a quelque chose qu'on se transmet de génération en génération, comme la recette du kouing amann : c'est la loi du silence. Didrouz lezenn.
( p 48)
Commenter  J’apprécie          60
Ce qui compte le plus dans la vie, c'est la fragilité. Si on ne se sent pas fragile face à la mer, est-ce qu'on peut la prendre? Non. Si on ne se sent pas fragile en amour, est-ce qu'on peut aimer? Non. Et pourtant, c'est l'amour, et lui seul, qui nous permet de résister à toutes les épreuves...
Commenter  J’apprécie          00
Lucas lève légèrement les yeux au ciel, il bout de se retrouver au milieu d'un colloque écologiste improvisé, lui qui s'en lave les mains, nuit et jour, surtout la nuit lorsqu'il achète des kilos de civelles pêchées au pied du barrage d'Arzal.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Thierry Colombié (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Colombié
Teaser Polar Vert, tome 1 : "les algues assassines" (Milan), écrit par Thierry Colombié
autres livres classés : écologieVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (112) Voir plus



Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
245 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..