AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234080509
Éditeur : Stock (06/01/2016)

Note moyenne : 2.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Que nous dit Charlie, alors que se dissipent les ultimes mirages du 11 janvier ? Que le blasphème n’est pas de retour car il ne nous a jamais quittés. Qu’il n’est pas un principe religieux, mais qu’il a toujours été un instrument politique. De Rushdie à Dieudonné, d’Islamabad à Copenhague et de la Cour européenne des droits de l’homme à la Cour suprême des États-Unis, en passant par la Bible et le Coran, les caricatures de Mahomet et l’inflation des lois mémorielles... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  11 juillet 2016
L'attentat du 7 janvier 2015 contre Charlie Hebdo et les manifestations du 11 janvier ont mis face à face deux conceptions du blasphème. En apparence, la question posée est celle du respect dû à la religion, sa caricature étant pour les uns une marque d'irrespect condamnable et pour les autres l'expression d'une liberté irréductible. Mais la question est plus vaste. le blasphémateur remet en cause l'ordre établi. En s'attaquant à Dieu, il s'attaque aussi au Prince. Comme l'écrit Anastasia Colosimo, « le blasphème nous parle de la relation intime qui lie le politique et le religieux, et cela, non seulement au Proche et Moyen Orient, mais aussi dans nos démocraties occidentales ».
D'un côté, un monde musulman où, comme en Iran ou en Arabie saoudite, le pouvoir politique et le pouvoir théologique se confondent. Il fait de la dénonciation du blasphème une arme contre l'Occident, présenté comme la civilisation de la décadence et du rejet de la sacralité. Cette position n'est pas nouvelle. Elle remonte à la fatwa lancée en février 1989 par l'ayatollah Khomeini contre Salman Rushdie, l'auteur des Versets sataniques. Elle trouve d'autres illustrations dans l'affaire des caricatures de Mahomet en 2006 au Danemark, dont la reproduction par l'hebdomadaire satirique français fera de Charlie Hebdo la cible des frères Kouachi. Elle n'est d'ailleurs pas propre au seul monde musulman : la Russie poutinienne la partage, qui a condamné les Pussy Riots pour avoir profané la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou en 2012.
De l'autre côté, l'Occident revendique le droit de blasphémer. La situation varie toutefois d'un pays à l'autre. Certains pays, tels la Grèce, l'Italie et l'Angleterre, dans lesquels l'Église a joué un rôle fondateur, punissent encore le blasphème au nom d'une vérité transcendante. La France va plus loin qui a renoncé explicitement à toute condamnation du blasphème. La loi sur la presse de 1881 abolit le délit d'opinion et ne pose à la liberté d'expression qu'une seule limite, la diffamation personnelle qui renvoie à l'atteinte à l'honneur en droit romain. Toutefois, dénonce Anastasia Colosimo, ce régime juridique a été altéré à partir de 1972 par la loi Pleven qui sanctionne la provocation à la haine, à la violence, à la discrimination, la diffamation et l'injure envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion. Animée de louables intentions, cette législation a eu, selon l'auteure, des conséquences désastreuses. En faisant du « groupe » une victime potentielle, elle réintroduit un délit de blasphème masqué, les croyants pouvant se plaindre des atteintes portées à leur croyance, comme ce fut le cas lors du procès contre Michel Houellebecq en 2001 ou contre Charlie Hebdo en 2007.
Les bûchers de la liberté a été écrit pour que sa publication coïncide avec le premier anniversaire de l'attentat contre Charlie Hebdo. Pari réussi pour ce livre dont la presse (Télérama, Les Inrocks, Libération…) a largement rendu compte. Sans doute présente-t-il l'intérêt d'aborder un sujet d'une brûlante actualité avec autant de neutralité qu'un traitement universitaire objectif permet de le garantir. Mais, on ne peut manquer d'être gêné face au caractère hybride d'un travail, à mi-chemin de l'enquête journalistique et de la recherche scientifique, réalisé par une jeune doctorante dont la thèse – en cours de rédaction à l'École doctorale de Sciences-po Paris sous la direction de Jean-Marie Donegani – n'a pas encore été soutenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
jujusorel75jujusorel75   09 novembre 2016
De quels "groupes" la France, qui est l'un des derniers pays européens à refuser la politique des quotas et les statistiques ethniques, peut-elle bien se vouloir la défenderesse ? Comment peut-elle encore arguer qu'elle entend résister à la tentation communautaire et promouvoir le modèle républicain, alors que, dans ses lois, elle donne libre cours aux revendications communautaires sur le terrain, on ne peut plus glissant, de l'expression verbale ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jujusorel75jujusorel75   10 novembre 2016
La notion de blasphème a cela d'universel mais aussi d'intemporel qu'elle définit non seulement ce qu'il est interdit de dire, mais de plus ce qu'il est dérangeant de penser.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Anastasia Colosimo (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anastasia Colosimo
Anastasia Colosimo // Rencontre avec les Lycéens La liberté Rencontre au Lycée Albert 1er, Monaco, 15 février 2018 Les rencontres philosophiques de Monaco
autres livres classés : Liberté d'expressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox